D’île en île, au nord de Göteborg

Safari-homard sur un air de Taube

Safari-homard sur un air de Taube
Anne-Marie Minvielle

Il faut s’habituer à prendre les ponts et les ferries, sans payer, telle une route sur l’eau. Ils traversent en général toutes les demi-heures et permettent d’accéder aux îles de Tjörn et d’Ellös. J’ai acheté un CD bien populaire sur cette côte, celui d’Evert Taube, chanteur-poète des années 1950, sorte de Charles Trenet suédois. Il m’accompagne sur l’île d’Ellös puis de Flatön où les rochers de granite s’enchevêtrent. Kayaks et pêche dans la moindre crique. Nous sommes au cœur du Bohuslän et l’épicerie Handelsman Flink raconte un passé plus rude que le laisseraient penser les clients qui se prélassent sur la terrasse du restaurant-hôtel (Västsvensk Mersmark). Cartons, pubs et boîtes, vieux balais et cartes postales sont restés figés comme du temps où Evert Taube rencontra ici la belle Maj på Malö.

Nicklas, le patron, explique le fameux « safari-homard ». À partir du 20 septembre, date d’ouverture de la pêche au homard, noir comme il se doit, il propose à de petits groupes de 6 à 10 personnes sur 3 bateaux, de pêcher leurs propres homards et de les cuire pour les déguster ensuite ou les emporter…. Il peut faire froid et l’aquavit est prévue. Attention, ne prenez pas le mot « rum » pour rhum : il s’agit de la chambre à louer en suédois ! Il y a toujours beaucoup de monde inscrit et cette formule familiale très prisée se répète dans de nombreux hôtels de la côte. Et s’il n’y a pas de homard ? Nicklas en a toujours en réserve, mais c’est moins bien, évidemment.

Texte : Anne-Marie Minvielle

Mise en ligne :

Suède Les articles à lire

Voyage Suède

Bons Plans Voyage

Services voyage