La Pologne, de Varsovie aux Sudètes

Ville-martyre de la Deuxième Guerre mondiale

Ville-martyre de la Deuxième Guerre mondiale
Olivier Page

Hitler voulait faire disparaître Varsovie de la carte de l’Europe. Poussé par sa haine des juifs et des Slaves, il a effectivement détruit la ville entre 1939 et 1945 ! Même les ruines encore debout furent dynamitées. Bilan : 84 % des maisons détruites, 90 % de la vieille ville réduite en cendres, et quasiment 100 % de l’ancien ghetto juif rasé. Varsovie, après le passage des nazis, était comme Hiroshima après la bombe atomique : une ville désolée par une apocalypse. Varsovie fait aujourd’hui partie de l’Association mondiale des villes martyrs qui regroupe notamment Hiroshima et Nagasaki (Japon), Verdun (France), Dresde (Allemagne) et Stalingrad (Russie).

Le 17 janvier 1945, l’Armée rouge libéra ce qui restait de la ville. Elle fut accueillie par une quinzaine de survivants, qui sortirent hagards des caves, des égouts et des décombres. Ceux qui aiment le cinéaste Andrzej Wajda ne manqueront pas de voir Kanal, un de ses premiers films, qui relate l’impossible survie d’un groupe d’insurgés fuyant les nazis par les égouts de Varsovie en 1944. Après avoir visité le très beau musée de l’Insurrection de Varsovie, je reste songeur : « Comment peut-on renaître après un pareil anéantissement, comment l’espoir peut-il se greffer sur des ruines, comment les Polonais ont-ils fait ?».

Texte : Olivier Page

Mise en ligne :

Pologne Les articles à lire

Voyage Pologne

Bons Plans Voyage

Services voyage