En Patagonie

El Calafate et le Parc national des Glaciers

El Calafate et le Parc national des Glaciers
Bénédicte Bazaille

À peine plus au nord, nous nous dirigeons vers un autre parc national, mais cette fois-ci du côté argentin. À El Calafate, dans la rue principale, se succèdent de petits chalets en bois qui abritent des boutiques chic. Les touristes font du lèche-vitrine en doudoune et lunettes de soleil, c’est Megève sans la neige, Chamonix sans le ski. Nous sommes la veille de Noël, et tandis qu’en France on s’agite déjà autour des fourneaux, nous partons dans le parc national des Glaciers. Le camping n’est pas autorisé au pied du fameux glacier Perito Moreno, mais nous espérons que les gardes du parc auront plus à cœur de réveillonner que de déloger les fraudeurs… Une descente de quelques minutes à peine sur des passerelles de bois et nous voilà devant le glacier : 60 m de haut, 5 km de large et 15 km de long ! C’est un spectacle hypnotique… Nous gardons les yeux rivés sur ces blocs de glace qui craquent, gémissent, ploient… et s’effondrent. Les séracs ne sont pas blancs mais bleutés, d’où l’étrange couleur bleu-vert du lac Argentino dans lequel ils s’écroulent.

Il faudrait un silence religieux pour écouter le glacier… mais des groupes bruyants empruntent encore les passerelles. Romain, un bambin de 3 ans, a froid et répète comme un disque raillé « quand est-ce que ça va tomber ? ». Inès, un bout de chou d’un an et demi, gémit de concert avec les blocs de glace, effrayée par les craquements… Alors, nous décidons de revenir le lendemain. Le 25 décembre, nous sortons dans le froid dès 7h pour nous offrir notre cadeau de Noël : un Perito Moreno vierge, désert et silencieux ! Nous savourons cette heure inoubliable, seuls face au glacier, sur une passerelle fermée au public (deuxième refus d’obéissance le jour de Noël, bel exemple !). Retour à 8h dans le camping-car, pour réveiller en douceur les enfants et s’extasier avec eux sur la performance du Père Noël qui a su retrouver leurs petits souliers, même sans cheminée, même sans adresse fixe...

Mais le Parc des Glaciers ne se réduit pas au seul Perito Moreno. Une excursion en bateau d'une journée nous permet d'approcher également le glacier Upsala. Quel spectacle ! Nous glissons au milieu d'icebergs d'un bleu irréel, jusqu'au pied du glacier. Nous faisons une courte escale au lac Onelli. Une forêt d'arbres morts nous encercle, la terre sous nos pieds est si fine que les arbres ne peuvent s'y enraciner et ne résistent pas bien longtemps aux vents locaux. On compatit… Le lac Onelli, à la jonction de deux autres glaciers, est couvert d'icebergs aux formes et aux couleurs étranges... Pas le temps d'en apprécier toutes les nuances, car déjà le ciel se couvre et le retour en bateau se fera sous la pluie... Avec, dans nos apéros, un bout du glacier Upsala !

Texte : Bénédicte Bazaille

Mise en ligne :

Chili Les articles à lire

Voyage Chili

Bons Plans Voyage

Services voyage