Randonnées autour de Marseille

Randonnées autour de Marseille
Cassis vu du Cap Canaille © Daniel - stock.adobe.com

Après la visite de Marseille, l’air marin et le soleil vous démangent les pieds. C’est le moment de partir en balade autour de la cité phocéenne. Cela tombe bien : Marseille se trouve au cœur de paysages naturels d’exception ! Plages, parcs et îles sont à quelques pas. Le paysage calcaire et découpé des calanques, unique en France, se détache sur la Méditerranée. Le souvenir de Pagnol accompagne les randos autour d‘Aubagne et du Garlaban. Les sentiers ont vue sur mer vers Martigues et les cabanons de la Côte Bleue. Que du bonheur !

Attention ! L’article présente des descriptifs généraux des randonnées et en aucun cas des parcours détaillés. Les topoguides avec leur carte sont nécessaires pour les pratiquer, d’autant que les sentiers balisés sont nombreux et s’entrecroisent souvent.

Marseille, entre les plages et le parc Borély

Marseille, entre les plages et le parc Borély
Château Borély © Xavier Pastureau - stock.adobe.com

2 h 30, 7 km, non balisé, depuis les plages du Prado, au niveau de la statue du David.

L’urbanisation de Marseille cache des espaces verts et des bastides inattendues faisant revivre les splendeurs d’autrefois.

Quitter les plages du Prado et emprunter le pont sur l’Huveaune pour atteindre le parc Borély. Traverser la roseraie dont les 150 variétés embaument au printemps, puis se diriger vers le château en longeant le jardin botanique et la serre tropicale. La cascade de style « rocailleur » et la poétique fontaine aux Oiseaux de Folon animent le chemin. Le château Borély, élégante bastide du 18e s, symbolise la fortune de la grande bourgeoisie marseillaise acquise grâce aux échanges maritimes avec le Levant. Ce parc à la française servit de cadre aux somptueuses fêtes de l’impératrice Eugénie. Il abrite dorénavant un intéressant musée des Arts décoratifs, de la Faïence et de la Mode.

Ressortir par l’avenue de Bonneveine et longer la plage, puis les anses de la Vieille Chapelle et de la Pointe-Rouge. Les îles d’If et du Frioul se dessinent sur la mer. Et re-baignades... Les plages sont surveillées et le retour se fait à pied ou en bus 19.

Plus de détails dans carte IGN Marseille et Marseille à pied, éd FFRP.

L’archipel du Frioul : Pomègues et Ratonneau

L’archipel du Frioul : Pomègues et Ratonneau
Château d'If © Pat on stock - stock.adobe.com

2 h, 5 km, non balisé, depuis le port de Frioul, sur l’île Ratonneau. Embarcadères au Vieux-Port de Marseille (quai de la Fraternité et de La Canebière). 20 min pour la traversée. L’île d’If et sa prison se visitent à part.

À quelques encâblures de Marseille sur la Méditerranée, les îles Ratonneau, Pomègues et If forment l’archipel du Frioul. Le fantôme du comte de Monte-Cristo, son plus célèbre prisonnier, se profile derrière les puissantes tours du château d’If. « Cette forteresse qui fait vivre depuis trois cents ans Marseille de ses lugubres traditions... » s’exclamait Edmond Dantès en l’apercevant. Les îles Pomègues et Ratonneau, autrefois militaires, sont liées entre elles par une digue.

Depuis le port du Frioul sur l’île Ratonneau, rejoindre à l’est le cap de Croix et revenir le long de l’ancien hôpital Caroline, où les malades et autres pestiférés étaient tenus autrefois en quarantaine. Traverser la digue et continuer sur l’île Pomègues jusqu’à la tour de Pomèguet. Continuer, si bon vous semble, jusqu’au cap Caveau et revenir par le même sentier. Pique-niques agréables dans de petites criques avec vues remarquables sur Marseille.

Également le grand tour du Frioul sur Marseille Tourisme et consulter Marseille à pied, éd. FFRP.

Les monts de Luminy

Les monts de Luminy
Campus de Luminy © momsarev - stock.adobe.com

2 h, 6 km, balisage bleu, depuis le terminus du bus 24 au sud de Marseille.

À la sortie sud de Marseille, cette balade familiale offre un aperçu général sur les reliefs calcaires du massif des Calanques au pied du mont Puget.

Entre mer et montagne, se diriger depuis le parking de l’ESC Luminy vers l’est et Morgiou par une pinède. Monter en lacets par la piste centrale et rejoindre le sommet panoramique du mont Luminy (289 m).  Laisser le balisage jaune et remonter vers la crête des Escampons (286 m) que l’on parcourt. Descendre à gauche sur le chemin principal jusqu’à la citerne 282, l’une des nombreuses citernes d’eau DFCI pour la défense des forêts contre l’incendie.

Poursuivre par le vallon des Trois-Confronts jusqu’au parking. Le chant des cigales mâles à la saison devient assourdissant au cœur de cette végétation toute méditerranéenne. Dans la pinède embaumée des odeurs du thym et du genévrier, le pin d’Alep règne en maître et peut atteindre 15 m de haut.

Plus de détails dans Les Calanques à pied, éd. FFRP

La calanque de Callelongue

La calanque de Callelongue
Calanque de Callelongue © Gwenaelle.R - stock.adobe.com

2 h, 5 km, balisage blanc-rouge, depuis le terminus du bus 19 (La Madrague de Montredon).

Du terminus du 19, longer la route de Callelongue en prenant la direction vers sa calanque. Après un plateau herbeux, le sentier monte à flanc de colline sur des plaques rocheuses. Attention par temps de pluie ! Tourner à droite en contournant un ancien cabanon en ruine et dépasser les vallons de l’Escalette, du Piadon et de la Garenne.

La plaque commémorative d’Antoine Pellicié, leur président, rappelle que ce sont les Excursionnistes Marseillais qui aménagèrent ce chemin, il y a plus de cinquante ans. Les calanques sont dorénavant protégées par le parc national des Calanques.

Lors de la descente à droite, préférer le sentier de contournement (balisage noir) au pas de Garrigue initial et creusé dans la roche. Croisant le vallon de l’Agneau, monter à un petit col et rejoindre la calanque de Callelongue le long de cabanons. Revenir par le même chemin sinon par le bus 20.

Plus de détails dans Les Bouches-du-Rhône à pied, éd. FFRP.

Cap Canaille, entre Cassis et la Ciotat

Cap Canaille, entre Cassis et la Ciotat
Cap Canaille © Bruno Bleu - stock.adobe.com

3 h, 8 km, balisage jaune, depuis le parking de la route des Crêtes D 141 (Cassis, Pas de la Colle en direction La Ciotat).

Rutilant de rouge au coucher du soleil, le cap Canaille, qui domine la rade de Cassis, est considéré comme l’une des plus hautes falaises d’Europe (394 m). Sa couleur rouge lui vient de ses calcaires détritiques argileux.

Rejoindre le fond du parking et les crêtes qui dominent la route par un sentier en balcon en bordure du cap Canaille. La vue s’étend sur la rade de Cassis et les falaises des calanques de Port-Pin et d’En-Vau, de quoi couper le souffle !

Redescendre, puis emprunter un chemin qui remonte la zone rocheuse jusqu’à un belvédère naturel. Le sentier, toujours en balcon, évite le vallat de la Vanade et longe la bordure du plateau du cap Canaille.

Suivant les dénivelés, les panoramas sur la Grande Bleue vers La Ciotat se succèdent jusqu’au sémaphore du Bec-de-l’Aigle. Revenir par le même chemin, sinon redescendre à La Ciotat et revenir en bus.

Bien sûr, vous pouvez tout faire en auto par la D 141 et ses belvédères, mais où serait le plaisir ?

Les calanques à pied, éd. FFRP.

Sentier du Petit-Prince à Cassis

Sentier du Petit-Prince à Cassis
Calanque de Port-Miou © Noradoa - stock.adobe.com

1 h 30, 2 km, balisage bleu, depuis le bout de l’avenue Notre-Dame (arrêt car) à Cassis.

À faire avec les enfants et très facile, le sentier du Petit Prince contourne la presqu’île de Port-Miou. Il est balisé par des stations d’information sur les calanques.

Ce circuit est un hommage au héros d’Antoine de Saint-Exupéry, écrivain-aviateur. Il participa ici en 1944 aux derniers vols de reconnaissance pour le débarquement des forces alliées, avant sa disparition mortelle devant la côte de Cassis.

Le sentier nous apprend également que les carrières de la calanque de Port-Miou, la plus profonde des calanques, furent utilisées pour construire le socle de la statue de la Liberté à New-York et le quai d’Alexandrie en Égypte. Encore faut-il le savoir ! Sans parler de l’étude des résurgences provenant des ruisseaux souterrains des montagnes et qui rendent la mer plus froide, une question toujours d’actualité...

À la fin du circuit, vous connaîtrez mieux la protection des forêts, les calanques ayant été incendiées, sa faune et sa flore menacées, tout en admirant les plus beaux des panoramas sur le cap Canaille et la calanque de Port-Miou.

De quoi émerveiller les bambins !

Consulter le plan de la randonnée.

Le Mont du Marseillais, Garlaban

Le Mont du Marseillais, Garlaban
Mont du Marseillais © Commune de Roquevaire

2 h 30, 7 km, balisage jaune, depuis le parking de l’Ouert , au sud-est de Lascours (Roquevaire).

Traverser Lascours et rejoindre une petite route en direction du mont du Marseillais. Avant une citerne, monter à gauche par le sentier qui s’élève dans une dense végétation méditerranéenne. Ne vous faites pas accrocher par le genêt épineux fleuri de jaune. Admirez les fleurs blanches ou roses du ciste cotonneux un peu gluant ou les glands du chêne-kermès, très appréciés des sangliers. Les fleurs du muflier à larges feuilles dressent leurs gueules jaune pâle parmi le thym, tandis que la corolle orangée de l’étrange orobanche grêle colore le sol calcaire. De quoi herboriser avant de monter au col du Marseillais, d’où la vue s’étend jusqu’au massif de la Sainte-Victoire... Pour les plus courageux, le sentier ouest permet l’ascension du mont du Marseillais (628 m, 20 min A/R).

Reprendre vers le sud par le sentier des Tourdres d’où l’on aperçoit le cap Canaille et le massif boisé de la Sainte-Baume. Pierreux et raide, il descend au château d’eau puis aux habitations de Lascours.

Plus de détails dans Les Bouches-du-Rhône à pied, éd. FFRP.

La baume Sourne

La baume Sourne
Le Garlaban © Jackin - stock.adobe.com

5 h, 14 km, balisage jaune, depuis le parking de l’Ouert , au sud-est de Lascours (Roquevaire).

« Je suis né dans la ville d’Aubagne, sous le Garlaban couronné de chèvres, au temps des derniers chevriers »...

Les fans de Marcel Pagnol ne manqueront pas cette balade sportive sur les pas de l’écrivain.

Suivre sur 400 m la D 44 E et rejoindre Les Esparets. Le sentier s’élève sous-bois vers l’ouest jusqu’à la source de Barquieu. Continuer par le ravin du Garlaban et un éboulis jusqu’au col, d’où il est possible de grimper au sommet du Garlaban (74 m, 20 min A/R).

Suivre vers l’ouest le plateau du Plan de l’Aigle et redescendre à gauche par un vallon et le puits du Mûrier, non loin des restanques du Jardinier. 

Rochers calcaires, cistes et romarins environnent la grotte baume Sourne, tandis que les points de vue sur le pic du Taoumé font rêver à la grotte du Grosibou ! Se diriger vers l’est et le col du Tubé, marqué d’une citerne, et longer au nord le plateau de l’Aigle par le puits de Laroumi. Car l’étymologie de l’Aigle évoque ici l’eau (aigue) et non le grand rapace...

Le sentier descend dans le Grand Vallon et le balcon des Tourdres, mais les montagnes russes se poursuivent jusqu’au château d’eau et aux premières maisons de Lascours.

Ne manquez pas de visiter, entre autres, la maison natale de Pagnol à Aubagne...

Plus de détails dans Les Bouches-du-Rhône à pied, éd. FFRP et sur Tourisme Pays d’Aubagne.

Le Grand Sentier de la Côte Bleue

Le Grand Sentier de la Côte Bleue
Calanque du Grand Méjean © aterrom - stock.adobe.com

17 boucles de petites randonnées de 2 à 12 km, depuis une gare du Train Bleue, entre Niolon, Ensuès-la-Redonne, Carry-le-Rouet, Romaron, Sausset-les-Pins et Martigues.

62 km pour le Grand Sentier, balisage bleu.

Des calanques discrètes perdues sous les palmiers et les pins, traversées par les viaducs du Train de la Côte Bleue marquent ce paysage à l’est de Marseille. Les cabanons populaires des anciens pêcheurs sont devenus pour la plupart de petites villas les pieds dans l’eau.

17 boucles de randonnées à thèmes partant du Grand sentier de la Côte Bleue font découvrir les forts, les ports, les grottes, les chapelles, les forêts et la botanique de ces vallats et calanques.

Ces circuits s’adressent aux familles comme aux plus sportifs. À choisir sinon les faire toutes, en n’oubliant pas de déguster quelques oursins violets, la « châtaigne de mer » des traditionnelles oursinades hivernales (février) de la Côte Bleue.

Toutes les infos sur le site My Provence – Office de tourisme des Bouches-du-Rhône.

Lire aussi notre idée week-end La Côte Bleue, un paradis aux portes de Marseille

Autour du Cap Couronne

Autour du Cap Couronne
Cap Couronne © ikuday - stock.adobe.com

6 h, 20 km, balisage blanc-rouge, jaune, depuis le port des Tamaris (Carro).

Dominant le port de Carro, les collines du cap Couronne offrent un panorama superbe sur les plages de la Côte Bleue et la rade de Marseille.

Depuis l’extrémité est du port des Tamaris, longer le bord de mer, puis un site archéologique, puis rejoindre la D49 par un sentier parallèle à la route. Retrouver la voie ferrée par le chemin des Roussures. Traverser les bois sur la droite et, de citernes en citernes, remonter au nord par la piste principale le long des oliveraies et des fermes.

Longer la centrale électrique de Martigues-Ponteau et redescendre au sud le long de la côte découpée par les anses des Laurons, de Bonnieu, d’Arnette et du Verdon. Traverser la plage de la Couronne et rejoindre le plateau et le phare du cap Couronne.

Le plateau de la Beaumaderie et les plages de Sainte-Croix mènent au port des Tamaris. À Carro, ne manquez pas le marché aux poissons le matin au retour des chalutiers !

Infos plus détaillées sur IGN Rando ; Les Bouches-du-Rhône à pied, éd. FFRP.

Fiche pratique

Retrouvez tous les bons plans, adresses et infos pratiques dans les guides du Routard Marseille et Provence en librairie.

Pour préparer votre séjour, consultez nos guides en ligne Marseille et Provence.

Marseille Tourisme

Office de tourisme des Bouches-du-Rhône

Comment y aller ?

En TGV depuis Paris-Gare de Lyon, la durée du trajet pour Marseille varie entre 3 h et 3 h 30. Liaison également vers Lyon, Toulouse, Genève, Bordeaux, Strasbourg, Lille en TGV ou Intercités.

Conseils pour randonner

Ces circuits sont un appel à la randonnée. Les topoguides avec leur carte sont nécessaires pour la pratiquer.

Consulter www.ffrandonnee.fr 

. Partez bien chaussés, avec une protection contre le soleil et le vent. N’oubliez pas l’eau. Les sentiers caillouteux et les roches glissantes sont traîtres. Et prévenez avant de partir si vous partez seul.

. Faites attention à ne rien laisser dans votre voiture aux parkings et ailleurs.

. Et surtout, faites attention aux incendies possibles. Le camping sauvage, les feux et la cigarette sont interdits. Vous êtes dans une zone à hauts risques qui a déjà été incendiée. Attention, certains territoires sont interdits l’été et par temps de mistral.

. Protégez la faune et ne cueillez pas la flore.

Texte : Anne-Marie Minvielle

Mise en ligne :

Provence Les articles à lire

Voyage Provence

Bons Plans Voyage

Services voyage