Autour du Pont du Gard

Autour du Pont du Gard
Marie Borgers

Du haut du célèbre monument antique, 2 000 ans d’histoire nous contemplent. Le pont du Gard est l'un des sites majeurs du Sud de la France. Après l'avoir visité, il est vivement recommandé de tailler la route à travers garrigue, vignes et champs d’oliviers pour aller (re)découvrir Uzès, au centre ancien merveilleusement restauré.

Le monument antique n°1 en France

Magnifique ouvrage d’art, le pont du Gard est le plus prestigieux vestige d’un aqueduc long de 50 km, construit aux alentours de 50 après J.-C. et en majeure partie souterrain. Sa vocation : enjamber le Gardon afin d'acheminer l’eau depuis Uzès jusqu’à la colonie de Nîmes pour alimenter en eau potable la cité gallo-romaine.

Plus haut pont-aqueduc du monde romain, il est aussi le seul pont-canal à 3 niveaux d’arcades superposées à avoir résisté au temps. L’aqueduc a fonctionné pendant près de 5 siècles.

Pour mieux comprendre l’importance du pont, un centre d’interprétation nous replonge dans la civilisation romaine vue à travers le prisme de l’eau, symbole de prestige et d’opulence. Il explique le chantier de l’aqueduc et du pont. Il retrace enfin des siècles d’histoire et d’imagerie du pont après que l’eau eut cessé d’y couler… Signalons aussi un espace interactif dédié aux enfants, avec activités pédagogiques.

Dans un souci de préservation de l’esthétique des lieux, les bâtiments abritant le musée et les espaces culturels sont quasi invisibles depuis le pont : de couleur sable, ils s’étendent essentiellement en sous-sol.

Pour revivre l’histoire de l’aqueduc in situ, il suffit de passer le pont pour suivre le sentier des vestiges. Il est jalonné de fragments de murs, d’arches et de tunnels émergeant dans la végétation.

Inscrit à l’Unesco en 1985, le site est aussi labellisé « Grand Site de France ». Deux millénaires après le tracé des arches, la magie des lieux opère toujours devant la stature et l’équilibre du monument, fruit d’une incroyable maîtrise technique des ingénieurs romains.

Le pont du Gard, dans son écrin de verdure

Impossible de dissocier le colosse de pierre de son environnement naturel. Pour se frayer un chemin, l’aqueduc a dû épouser le relief naturel. Il est entré en symbiose avec le paysage. La couleur de sa pierre contraste avec les feuillages des chênes verts qui habillent les rives. Le pont scelle une alliance entre la pierre, l’eau aux reflets émeraude du Gardon, et la végétation méditerranéenne.

Partant du pont, le bucolique parcours « Mémoire de garrigue » sillonne sur 1,4 km à travers des paysages méditerranéens. Sur le plateau calcaire de la rive gauche, entre garrigue et vignes, des parcelles en friche ont été remises en culture : blé, vignes, arbres fruitiers, oliviers, chênes truffiers, charbonnières, jardin de plantes aromatiques...

La garrigue est ici et là ponctuée de capitelles, petites constructions en pierres sèches ayant servi d’abris, de cabanes pour les bergers ou les vignerons. Cet espace naturel sensible est valorisé à travers les thématiques de l’agriculture, de la forêt et du pastoralisme en milieu méditerranéen. À chaque pas, le marcheur hume les senteurs méditerranéennes, et mesure le silence qui règne en maître sur tout le site.

À signaler aussi, une rando balisée autour des vestiges de l’aqueduc, au départ de la source d’Eure, aux portes d’Uzès (celle qui fut captée pour être acheminée jusqu’à Nîmes via le pont du Gard).

Uzès, l'atout séduction du Gard

Le Gard ne se résume pas au pont qui emprunte son nom. Labellisée « Ville d’Art et d’Histoire », la jolie cité languedocienne d’Uzès émerge de la garrigue du haut de ses quatre tours médiévales.

Elle fut une cité d’évêques influents ainsi que le 1er duché de France. Et si elle affiche aujourd’hui fièrement son patrimoine médiéval et Renaissance, elle doit son charme à la restauration de son centre-ville, sauvegardé au titre de la loi Malraux.

Ici, chaque pierre raconte la grande ou la petite histoire. Gardez l’œil ouvert, car les hôtels particuliers du centre ancien regorgent de trésors cachés : fenêtres à meneaux, balustrades, ferronneries et autres escaliers à vis.

Uzès fut le théâtre des guerres de Religion, particulièrement sanglantes dans cette cité huguenote. Petite curiosité à la cathédrale Saint-Théodorit : la nef est surplombée d’une tribune jadis dédiée aux protestants convertis après la révocation de l’Édit de Nantes. Levez aussi les yeux pour admirer l’orgue à double buffet peint : un spécimen très rare, l’un des plus beaux de la région.

Uzès cultive aussi la mémoire des seigneurs élevés au rang de 1ers ducs de France. Le duché, qui regroupe le château ducal, la chapelle et la tour Bermonde, forme un ensemble féodal particulièrement bien conservé au cœur de la ville. La façade du corps de logis superpose les ordres dorique, ionique et corinthien.

Bel exemple d’architecture défensive (bien que n’ayant jamais servi à contrer le moindre assaut), le château ducal permettait d’affirmer le pouvoir de la famille de Crussol d’Uzès, toujours propriétaire des lieux. De fait, Uzès est le plus ancien duché de France.

Les jardiniers en herbe apprécieront la main verte des bénévoles au jardin médiéval. Construit sur le modèle des jardins clos du Moyen Âge, ce jardin botanique illustre les multiples usages des plantes à travers les siècles. Il rassemble un beau bouquet de plantes potagères et condimentaires.

Épicentre de la cité, la place aux Herbes, bordée d’arcades, s’anime au rythme des marchés de produits du Languedoc et de Provence : marché des producteurs le mercredi matin, hautement authentique, et grand marché le samedi. Animation et authenticité garanties !

Truffes et bonbons Haribo

Pour voir la vie en rose (bonbon) et devenir incollable sur l’origine du sucre et l’histoire de la confiserie, direction le musée du Bonbon Haribo, aux portes d’Uzès. Il s’est implanté sur le site d’une ancienne réglisserie rachetée par Haribo. Expériences interactives, petite chaîne de fabrication… et « ensacheuses » réservant quelques surprises aux gourmands…

Un peu plus loin, les truffières d’Uzès sont l’une des plus grandes exploitations truffières de France. On y est trufficulteur de génération en génération. L’approche y est à la fois pédagogique et gastronomique.

Lors de visites guidées (sur rdv), le trufficulteur nous fait découvrir l’arboretum d’arbres truffiers (chênes verts, tilleuls, noisetiers…), en expliquant la nécessaire alchimie entre sol calcaire, arbre, climat et travail de l’homme. Bar à truffes pour déguster le champignon dans tous ses états, et boutique. Une oasis de verdure aux portes d’Uzès.

Fiche pratique

Pour préparer votre séjour, consultez notre guide en ligne Languedoc-Roussillon

Sud de France Développement Tourisme en Languedoc-Roussillon

Agence de développement touristique du Gard

Office de tourisme d’Uzès et de l’Uzège

Pont du Gard

Musée du Bonbon Haribo

Truffières d’Uzès 

Comment y aller ?

- Par le train : 2 h 40 de Paris-Gare de Lyon à Avignon-TGV, ou 3 h de Paris-Gare de Lyon à Nîmes. Aussi des trains Intercités depuis Bordeaux, Toulouse, Marseille et Nice jusqu’à Nîmes.

- En avion : aéroport Nîmes-Alès-Camargue-Cévennes à Garons, à 15 km de Nîmes.

De Nîmes, ligne de bus B21 (compagnie Edgard) jusqu’au Pont du Gard. D’Avignon, ligne A15.

Location de voiture conseillée pour sillonner cette belle région.

Où dormir ?

- L’Hostellerie Provençale à Uzès : 1, rue de la Grande-Bourgade. Le charme des demeures anciennes (plus de 300 ans !) allié au confort moderne, le tout à 100 m de la place aux Herbes, au cœur du quartier sauvegardé. Doubles 90-151 €.

Trouvez votre hôtel dans le Gard.

Où manger ?

- La Parenthèse à Uzès (L’Hostellerie Provençale) : cuisine gastronomique alliant tradition et influences régionales, produits du marché et du terroir tout droit venus des producteurs régionaux. Vins du duché d’Uzès, des Cévennes et du Gard.

- Le R à Uzès : cuisine de marché à base de produits locaux.

- Terroirs à Uzès : 5, place aux Herbes. L’une des meilleures terrasses d’Uzès, sous les platanes. Cuisine provençale maison, à base de produits des terroirs régionaux. Assiettes gourmandes, tartines grillées et tapas (influence méridionale oblige). Carte 20-25 €.

Les produits artisanaux de la boutique reflètent la richesse de l’Uzège et du Languedoc-Roussillon, les savoir-faire et saveurs de Provence : huiles d’olive, vinaigres, tapenades, miels, confitures, herbes et épices…

Équipez-vous pour votre voyage

Consultez la boutique du voyageur pour bien préparer vos vacances, vos week-ends, vos séjours : Tous les Guides du Routard, les produits santé & hygiène pour le voyage, le matériel Rando & Trek, les bagages et sacs à dos, Équipement & Vêtements voyage, Accessoires de voyage, mais aussi les produits Insolite & idées cadeaux pour voyageurs...

Texte : Marie Borgers

Mise en ligne :

Languedoc-Roussillon Les articles à lire

Voyage Languedoc-Roussillon

Bons Plans Voyage

Services voyage