Voyager fauché : Visiter sans droits d’entrée

Dommage de visiter Paris sans mettre les pieds dans l'un de ses monuments-phare, comme le Louvre. Pourtant, quand on voit le prix d'entrée exorbitant de nombreux sites, il y a de quoi décourager les plus fauchés. Pour découvrir le patrimoine touristique de la destination qu'on a choisie, mieux vaut donc faire preuve d'imagination et de flexibilité. Trouver des lieux de visite moins chers ou des bons plans pour entrer gratuitement. Bref, s'adapter à son budget et sortir un peu des sentiers battus.

Quelques tuyaux

  • Étudiants : pensez à la carte ISIC. Destinée aux collégiens (à partir de 12 ans), lycéens, étudiants et personnes en formation à temps complet, cette carte d'étudiant internationale coûte 13 €. Elle est valable du mois de septembre au 31 décembre de l'année suivante. Grâce à elle, vous obtiendrez des réductions un peu partout dans le monde, sur les transports et l'hébergement, mais aussi les entrées dans les musées. Vous ne paierez ainsi, par exemple, que moitié prix dans les musées et sites historiques d'Égypte ou au Machu Picchu au Pérou, et pourrez entrer gratuitement dans le site archéologique de Knossos, en Crète.
  • Si vous comptez rester plusieurs jours dans une ville et écumer ses attractions touristiques, les offices du tourisme vendent souvent des cartes pass qui offrent un accès aux principaux monuments pour un prix unique. Cher sur le coup, mais économique au final si vous rentabilisez en multipliant les visites.
  • Privilégiez les monuments et musées dont l'entrée est gratuite. En Angleterre et au Pays de Galles par exemple, tous les musées nationaux le sont, tout comme beaucoup de musées en Australie.
  • Renseignez-vous également sur les horaires des musées : souvent, ils organisent des nocturnes gratuits. En France, tous les musées nationaux sont gratuits le premier dimanche de chaque mois (mais préparez-vous à faire la queue, car vous n'êtes pas les seuls petits malins à y avoir pensé !).
  • Faites les festivals. L'été, nombre d'entre eux sont gratuits, du moins en partie, lorsqu'il s'agit de musique ou d'art des rues. À Montréal par exemple, on peut se divertir gratuitement presque tout l'été grâce à un enchaînement de festivals à la programmation irréprochable : concours international de feux d'artifice, festival international de jazz, Francofolies, Nuits d'Afrique, etc. Même chose en France où les " off " des festivals proposent souvent des spectacles gratuits.
  • Évitez les circuits touristiques de " masse ", qu'on vous présente comme incontournables et qui sont souvent très chers. Par exemple, à Tadoussac (Québec), le must est d'observer les baleines qui viennent squatter l'embouchure du Saint-Laurent de juillet à septembre. Une armada de bateaux et de Zodiac proposent des excursions sur le fleuve pour photographier de près les grosses bébêtes. Pourtant, en restant sur la berge, on les voit aussi. D'un peu plus loin, c'est vrai, mais c'est gratuit et on ne les stresse pas avec le bruits des moteurs qui leur tournent autour comme des mouches.
  • Attention toutefois à comparer le prix des excursions avec le coût d'une visite effectuée par ses propres moyens. Ça fait mal de le dire, mais en comptant les droits d'entrée et les transports, il est parfois plus intéressant de se mêler à un troupeau de touristes entassés dans un bus climatisé, car ils auront droit à un tarif de groupe. En prime, ils auront un guide.
  • Un guide touristique bien documenté en main et une bonne paire de chaussures aux pieds, une balade au cœur de la ville vous apprendra autant qu'une visite guidée ou un Citytour en bus.


RETOUR vers p.4

vers ACCUEIL

Les articles à lire

Voyage

Bons Plans Voyage