Carte d'identité Norvège

- Superficie : 323 880 km² (385 199 km² avec l’archipel du Svalbard).
- Longueur : 1 752 km.
- Largeur : de 6 à 430 km.
- Capitale : Oslo (635 000 habitants).
- Population : 5 237 000 habitants (urbanisée à 78 %).
- Densité : 13,7 hab./km².
- Espérance de vie : 80,1 ans pour les hommes, 84,2 ans pour les femmes.
- Monnaie : couronne norvégienne (Nok).
- Langue : 2 langues écrites officielles, le bokmål et le nynorsk. La langue sami est pratiquée dans le Finnmark.
- Régime : monarchie parlementaire. Harald V règne depuis 1991.
- Chef du gouvernement : Erna Solberg, depuis 2013 à la tête d’une coalition de droite, reconduite en 2017.
- Taux de chômage : 4,4%.
- PIB : 61 590 €/hab., le 6e plus fort au monde !
- Religion : luthérienne à 87 %.
- Indice de développement humain : 0,949. N° 1 sur 181 pays.

- Sites inscrits au Patrimoine mondial de l'humanité de l'Unesco : le quartier de « Bryggen » dans la ville de Bergen (1979), la stavkirke d'Urnes (1979), la ville minière de Røros (1980), l'art rupestre d'Alta (1985), l'archipel de Vega (2004), l'arc géodésique de Struve (2005), 2 fjords de l'ouest de la Norvège : Geirangerfjord et Nærøyfjord (2005), et l’ensemble Rjukan-Nottoden (2015).

Économie

Classée n° 1 mondial à l’indice de développement humain, la Norvège est aujourd'hui l'un des pays les plus riches du monde, avec un PIB par habitant de 61 590 € (6e position) en 2017 et une croissance de près de 1,2 % en 2017 (en légère baisse, en raison de la chute du prix des hydrocarbures) due pour près d’un tiers au secteur du pétrole et du gaz (offshore). La Norvège est actuellement le 7e exportateur mondial de pétrole et le 3e de gaz naturel, tout en n'étant pas membre de l'OPEP. L’exploitation des ressources fossiles est garantie jusqu’en 2035.
L'économie norvégienne aura bouclé la quadrature du cercle en cumulant plein-emploi (taux de chômage à 4,6 %), faible durée du temps de travail, inflation peu élevée et une consommation des ménages en léger tassement.

Une rente bien gérée

Le fonds d'État de 850 milliards d'euros en 2018, placé entièrement à l’étranger, recueille pour les générations futures l’ensemble de la rente pétrolière. Son poids et sa stratégie de placement à long terme lui permettent d’augmenter la prise de risques dans les investissements. Il contribue grandement à financer des initiatives socialement responsables et se veut d’une transparence absolue vis-à-vis des acteurs économiques et de la population.
La stratégie d’investissement du fonds prévoit depuis 2007 que 60 % soient placés en actions. L’achat à faible prix de nombreuses valeurs pendant la chute boursière et la remontée récente des cours ont fait que ce fonds atteint des records. Il est actuellement propriétaire de 1,9 % des marchés boursiers européens et de 1,3 % de la capitalisation mondials. Un vrai jackpot !

La Norvège est aussi un des seuls pays au monde à engranger davantage qu’elle ne dépense pour la dette extérieure.

Le seul risque pesant sur son économie proprement dite est celui de la surchauffe, dont elle se prémunit par une politique monétaire prudente s’attachant à préparer un atterrissage en douceur de la croissance (toutefois restant à un niveau supérieur à celui de la zone euro). Ajoutez à cela la 1re place mondiale à l'indice de développement personnel et vous avez théoriquement les ingrédients d'un avenir radieux...
Mais la problématique de la diversification demeure toutefois posée, la base industrielle du pays restant très faible, le modèle de croissance pour préparer l'après-pétrole reste encore à inventer. 

Une démocratie très avancée

On cite bien souvent en exemple les modèles suédois ou danois. Pourtant, en matière d’acquis sociaux, la Norvège n’a rien à envier à ses voisins. Les retraités et les chômeurs y sont tout autant aidés. La 2de catégorie y bénéficie d’un minimum garanti à faire pâlir d’envie un sans-emploi français ! Cela ne va pas, bien sûr, sans de lourdes charges fiscales (environ 39 % pour l’impôt sur le revenu, prélevé à la source !).

Mais le Norvégien moyen devra payer sa consultation chez le médecin et ses soins tant que ces derniers ne s’élèveront pas au-dessus d’une certaine somme (autour de 1 250 Nok)...

Le caractère profondément social du Norvégien ressort dans les institutions : monarchie constitutionnelle classique, avec séparation des pouvoirs et pluripartisme, mais surtout une décentralisation réelle, qui laisse aux instances locales une autonomie considérable. Ici, l’abstention électorale est très minoritaire. Le Norvégien est un fervent démocrate, qui se sent concerné.

Cet esprit civique et ces acquis sociaux sont en fait le fruit d’une longue volonté nationale : la Constitution norvégienne est l’une des plus anciennes d’Europe (1814).

On retrouve ce goût du dialogue social dans le grand nombre d’associations, de ligues et de syndicats auxquels les Norvégiens adhèrent volontiers. Et dans ce pays où le consensus et le respect d’autrui ont force de loi, tous les conflits sont réglés par la discussion. Les réunions employeurs-employés sont des rencontres positives plutôt que des oppositions incurables.
Cela dit, si le pays est riche, les problèmes conjoncturels demeurent : le niveau d’endettement des familles est élevé, les faillites sont nombreuses et les entreprises rechignent de plus en plus à s’y installer, à cause des charges et taxes très élevées.

Voyage Norvège

Bons Plans Voyage Norvège

Services voyage



Forum Norvège

Voir tous les messages

FILTRER LE FORUM SUR UN THÈME

Ils cherchent un compagnon de voyage

Voir toutes les annonces

Vous cherchez un compagnon de voyage pour un trek, un voyage itinérant ou un tour du monde ? Un routard pour louer avec vous une maison à l'autre bout de la terre ?

Petites annonces Norvège

Voir toutes les annonces

Déposez gratuitement vos annonces concernant la vente, l'achat, l'échange ou le don de guides, cartes, sacs, objets utiles, souvenirs de voyage...

Actus Norvège

Agenda Norvège

Norvège Les articles à lire