Carte d'identité Jordanie

- Superficie : 92 300 km².
- Population : 6,6 millions d’habitants (recensement de 2015), 9,5 millions avec les réfugiés.
- Capitale : Amman (3 millions d'habitants).
- Langue officielle : l'arabe.
- Monnaie : dinar jordanien.
- Régime politique : monarchie parlementaire.
- Souverain : Sa Majesté le roi Abdallah II (depuis 1999).
- Prince héritier : Hussein (fils aîné du roi).
- Religion : l'islam.
- Salaire mensuel moyen : 300 JD. C'est ce que gagne en moyenne un fonctionnaire.
- Indice de développement humain (espérance de vie, éducation, niveau de vie) : 0,741. Rang mondial : 86 sur 188.

- Sites inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco :

  • Pétra, sans conteste le plus beau site du Proche-Orient avec les pyramides d'Égypte ;
  • le qsayr Amra, le plus intéressant des châteaux du désert, un ancien pavillon de chasse connu pour ses fresques originales ;
  • Umm-er-Rasas, un site archéologique sur la route du Roi. Il abrite de magnifiques mosaïques, et son classement rappelle que la Jordanie en compte un nombre incalculable, souvent très bien conservées ;
  • la zone protégée du wadi Ram, en tant que « site mixte naturel et culturel » ;
  • et enfin, depuis 2015, le site de Béthanie, près de la mer Morte, lieu « probable » du baptême du Christ par Jean-Baptiste.

Économie

Principales ressources

Contrairement à ses voisins irakiens et saoudiens, le royaume jordanien ne possède du pétrole qu'en très faible quantité.

- L’une des sources de revenus du pays reste l'industrie minière.

- Mais ce sont surtout l'immobilier, les services et les industries textile, pharmaceutique et agroalimentaire qui contribuent à la bonne performance de l'économie jordanienne.

- Le tourisme est fortement lié au climat politique de la région. Source de revenus prépondérante, il a connu des hauts et des bas depuis le début des années 2000. Conflit israélo-palestinien, attentats du 11 septembre 2001, seconde guerre du Golfe, crise économique en 2009, « printemps arabe » en 2011, guerre civile en Syrie : ces coups sévères ont parfois fait du pays un désert touristique. En revanche, la reprise entre 2005 et 2008 a attiré de nombreux investisseurs étrangers, qui ne sont pas tous repartis. Mais plombé par la situation en Syrie, le tourisme peine à redémarrer.

- Près de 15 % des ressources du royaume proviennent du rapatriement des devises par les Jordaniens qui travaillent notamment dans le Golfe. Une proportion qui a diminué en raison du retour des expatriés au pays en raison de la crise qui affecte aussi les pays du Golfe.

- L'agriculture représente autour de 3 % du PIB.

Une croissance stable...

Depuis le début des années 2000, et ce malgré un climat international morose, l'économie jordanienne a essayé de limiter les dégâts. La croissance annuelle a oscillé autour de 6 % et même près de 8 % en 2008. Aujourd’hui, elle se stabilise autour de 3 %. Une performance (malgré tout) due aux réformes économiques et à l'aide internationale. Les États-Unis mettent largement la main au portefeuille (mais avec la nouvelle politique étrangère de Donald Trump, cela va-t-il durer ?), tout comme les pays arabes et l’Europe, dans une moindre mesure.

Aujourd'hui, le royaume est considéré comme la porte d’entrée du marché irakien, une position qui lui rapporte de substantiels bénéfices. Le roi a veillé à développer les activités de services (80 % de l'emploi total) et a mis en place un vaste programme de libéralisation économique. De plus, son ouverture sur les marchés étrangers lui permet de développer ses exportations et de pallier ainsi les faibles perspectives régionales.

... malgré un contexte tendu

La Jordanie reste fragile sur le plan économique en raison de ses ressources naturelles limitées, de la petite taille de son marché intérieur, d’un fort endettement extérieur et d’un contexte géopolitique particulièrement défavorable.

Le principal problème auquel est confrontée la Jordanie est son approvisionnement énergétique. L’État importe 95 % de son énergie.

À cette tension s’ajoute l’afflux massif de réfugiés.

La dégradation des conditions de vie ne cesse de s’accentuer, tandis que le pouvoir d’achat s’effrite de jour en jour.

Droits de l'homme

Avec les conflits en Irak, au Yémen, mais aussi et surtout en Syrie, le flot de réfugiés n’a cessé d’augmenter, pour atteindre les 655 000 selon le Haut Commissariat aux réfugiés. Le gouvernement évoque, lui, le double. Beaucoup sont logés dans d’immenses camps à l’intérieur du pays, la plupart vivent aujourd’hui en ville dans des conditions difficiles.
Face à l’afflux, le gouvernement jordanien a décidé de durcir les conditions d’entrée sur son territoire, transformant de facto des postes-frontières en de nouveaux camps, moins sécurisés. La Jordanie ayant accueilli des réfugiés palestiniens depuis 1948 refoule aujourd’hui à sa frontière ceux qui étaient installés en Syrie avant la guerre.

Les critiques concernant l’implication de l’armée jordanienne dans la coalition internationale contre Daech ont donné lieu à des mouvements de protestation, sous le slogan « cette guerre n’est pas la nôtre ». Mais les ONG dénoncent les restrictions à la liberté d’expression, qui concernent toutes critiques envers le roi ou le gouvernement, utilisées pour interdire la diffusion de reportages, y compris sur des sujets qui n’ont qu’une portée politique mineure.
Les ONG craignent également la mise en application de nouvelles mesures (non encore adoptées) contre la société civile, qui pourraient les empêcher de fonctionner correctement à l’avenir. La Cour de sûreté de l’État, une juridiction d’exception, continue à ce titre de rendre des verdicts à l’issue de procès jugés inéquitables. Ces mesures répressives sont justifiées par le gouvernement par les tensions politiques et la crainte du renforcement des groupes salafistes dans le pays, qui vont pourtant à l’encontre du « Plan national pour les droits de l’homme » lancé en mars 2016 par le roi Abdallah II.

Une initiative sur 10 ans, dont certaines dispositions, comme la possibilité pour un suspect d’être assisté de son avocat dès son arrestation, ou le fait de juger les cas de torture au sein d’une cour ordinaire (et non un tribunal de police), sont très attendues par les associations.

La décision du roi de dissoudre l’Assemblée en mars 2016, a permis un renouvellement des députés lors des législatives de septembre, dont 20 femmes élues sur 130, soit 5 de plus que le quota légal. Une « percée » qui permettra peut-être à la société jordanienne d’évoluer dans ce domaine.
Les Jordaniennes doivent en effet faire face à la persistance des « crimes d’honneur ». Au moins 26 femmes ou jeunes filles ont été tuées dans ces circonstances en 2016, alors que la loi continue d’observer une « clémence » coupable dans ces affaires.
Les ONG dénoncent également la situation des nombreuses « travailleuses domestiques » originaires d’Asie, victimes de graves exactions de la part de leurs patrons jordaniens.

Voyage Jordanie

Bons Plans Voyage Jordanie

Services voyage



Forum Jordanie

Voir tous les messages

FILTRER LE FORUM SUR UN THÈME

Les dernières discussions du forum Jordanie

Vos discussions préférées du forum Jordanie

Ils cherchent un compagnon de voyage

Voir toutes les annonces

Vous cherchez un compagnon de voyage pour un trek, un voyage itinérant ou un tour du monde ? Un routard pour louer avec vous une maison à l'autre bout de la terre ?

Petites annonces Jordanie

Voir toutes les annonces

Déposez gratuitement vos annonces concernant la vente, l'achat, l'échange ou le don de guides, cartes, sacs, objets utiles, souvenirs de voyage...

Actus Jordanie

Agenda Jordanie

Jordanie Les articles à lire