Transports et déplacements Jamaïque

Avion

La Jamaïque est desservie par deux grands aéroports internationaux : celui de Kingston, au sud-est de l’île, et celui de Montego Bay, au nord-ouest.

La compagnie nationale, Air Jamaica, criblée de dettes, a déposé le bilan en 2011 et la plupart des lignes régionales sont désormais assurées par Caribbean Airlines, l’ex-BWIA (basée à Trinidad & Tobago), l’une des rares compagnies à offrir des vols trans-caraïbes à des tarifs abordables – notamment de/vers Saint-Martin et les États-Unis, portes d’accès privilégiées vers l’Europe.

Ceux qui transiteraient par l’Amérique du Nord ou envisageraient de poursuivre vers l’Amérique du Sud s’intéresseront aussi à Fly Jamaica, un low-cost offrant exclusivement des vols vers New York, Toronto et Georgetown (Guyana).

Les vols nationaux réguliers se limitent à une liaison de la compagnie Inter Caribbean (basée aux îles Turks & Caïcos) entre Montego Bay et Kingston. Comme elle vient en fait de plus loin, ce trajet est très bon marché : dès 59 US$.

Les petits avions charters de Timair et International Airlink mettent Negril à 12 mn de Montego Bay et Port Antonio à 15 mn de Kingston, mais leurs tarifs sont élevés.

Bus

Les liaisons en bus sont étonnamment limitées en Jamaïque – sans doute en raison de l’état du réseau routier dans certaines régions et du relief. Exception qui confirme la règle, Knutsford Express assure des liaisons entre Kingston et les principales villes touristiques du pays – Port Antonio, Ocho Rios, Montego Bay, Negril, Savanna-la-Mar (tout à l’ouest du pays), etc.

La région de Kingston est bien desservie par les bus urbains de la Jamaican Urban Transit Company (JUTC), bon marché.

Minibus et route taxis (taxis collectifs)

Pour toutes les autres liaisons, on s’en remet essentiellement aux minibus et route taxis, les taxis collectifs. Ils ne sont pas réputés pour leur bonne conduite et ne partent généralement que lorsqu’ils sont pleins – très pleins.

En dehors des secteurs où la demande est forte, comme sur la côte nord entre Montego Bay et Ocho Rios, ils ne circulent généralement pas sur les grandes transversales, ce qui peut obliger à changer de véhicule 1 ou 2 fois pour réussir à arriver à destination. En revanche, ils desservent presque tous les villages du pays ! Les rotations sont moins nombreuses une fois la nuit tombée et le dimanche.

Les route taxis se reconnaissent à leur inscription sur la portière et à leur plaque rouge. Mais attention, les vrais taxis ont aussi une plaque rouge : en cas de doute, demandez bien pour ne pas vous retrouver à payer plein pot !

Voiture de location

Les grands loueurs internationaux sont présents en Jamaïque, et il est tout à fait possible de louer un véhicule.
Il s’agit toutefois de se souvenir que l’on roule à gauche en Jamaïque !
Spécificité locale, les compagnies de location tendent à être extrêmement tatillonnes envers l’état du véhicule, et n’hésitent jamais à facturer une rayure presque imperceptible… Faites bien attention et ne rendez pas non plus le véhicule sale, au risque de vous voir demander 50 ou 70 US$ de plus !

Attention : les assurances incluses dans les cartes de crédit sont généralement refusées par les compagnies de location, qui imposent leur propre assurance. Comptez environ 20 $ par jour.

Le réseau routier est très inégal. La route reliant Kingston à Montego Bay par Ocho Rios est par exemple très bonne et une nouvelle autoroute (payante) permet de réduire notablement le temps de trajet jusqu’à la côte nord. Dans d’autres secteurs, la circulation est beaucoup plus difficile – comme sur la route du sud reliant Kingston à Portland par Morant Bay. Là, les nids de poule et d’éléphants précèdent des passages entiers où l’on patauge dans la gadoue. Les routes de l’intérieur sont, elles, souvent étroites et tortueuses, voire très étroites et très tortueuses dans les Blue Mountains, en direction d’Irish Town. Là, durant la saison la plus humide, les glissements de terre ne sont pas rares.

Les coups de klaxon ? Ils servent à prévenir que l’on va dépasser, à se signaler aux vélos et piétons, aux voitures venant dans le sens inverse sur les routes de montagne étroites et sans visibilité, à chasser les animaux qui campent sur la route, à saluer un pote qui circule dans le sens inverse…

Vous en aurez déjà conclu qu’il vaut mieux éviter de conduire de nuit, d’autant que les conducteurs jamaïcains, plutôt agressifs, ne respectent guère le code de la route. En plus, les panneaux ne sont pas toujours au rendez-vous – certaines régions en sont même totalement dépourvues.

La ceinture de sécurité est obligatoire à l’arrière comme à l’avant. La vitesse est limitée à 50 km/h dans les zones habitées, 80 km/h sur les routes principales et 110 km/h sur l’autoroute. Attention, certaines petites routes sans panneau restent théoriquement limitées à 50 km/h… Les contrôles ne sont pas rares, et les demandes (illégales) de paiement de l’amende cash non plus.

Taxis

Par mesure de sécurité, empruntez seulement les taxis JTB en les prenant aux stations ou hôtels, n’en hélez pas un dans la rue.

Voyage Jamaïque

Bons Plans Voyage Jamaïque

Services voyage



Forum Jamaïque

Voir tous les messages
Transport

FILTRER LE FORUM SUR UN THÈME

Les dernières discussions du forum Transport Jamaïque

Ils cherchent un compagnon de voyage

Voir toutes les annonces

Vous cherchez un compagnon de voyage pour un trek, un voyage itinérant ou un tour du monde ? Un routard pour louer avec vous une maison à l'autre bout de la terre ?

Petites annonces Jamaïque

Voir toutes les annonces

Déposez gratuitement vos annonces concernant la vente, l'achat, l'échange ou le don de guides, cartes, sacs, objets utiles, souvenirs de voyage...

Actus Jamaïque

Agenda Jamaïque

Jamaïque Les articles à lire