Culture et visites Île-de-France

Musées

- Musée de l’Air et de l’Espace au Bourget : c’est l’ancienne aérogare de l’aéroport du Bourget : vue du ciel, elle figure un bimoteur au sol. Dans ce domaine, c’est le plus important musée du monde, avec une collection de plus de 150 avions originaux ! On peut y trouver les coucous de la guerre de 1914-1918, ainsi que l’histoire de l’aviation civile depuis 1919, depuis les avions de Costes et de Bellonte jusqu’au Boeing 747 et Concorde. Machines volantes, prototypes, avions mythiques d'hier et d'aujourd'hui sont exposés dans les hangars et sur le tarmac de l’aérodrôme. Ensuite, on passe à la conquête du cosmos. Il y a le premier Spoutnik, la cabine Soyouz T6 de Jean-Loup Chrétien, sans oublier Ariane... ainsi qu’un planétarium.

- Musée national de Céramique à Sèvres : initialement installée à Vincennes, la Manufacture royale de porcelaine a déménagé à Sèvres en 1756, sous l’influence de Mme de Pompadour. Elle prit un nouvel essor sous la direction d’Alexandre Brongniart, de 1800 à 1847, qui y créa notamment le musée de Céramique. Celui-ci rassemble aujourd’hui plus de 50 000 objets de toutes les époques et de tous les horizons, de la Rome antique aux faïences contemporaines japonaises, en passant par la poterie vernissée du Moyen Âge et les porcelaines hispano-mauresques. À la sortie, vous saurez tout sur les pâtes dures et tendres, les différences entre faïences, porcelaines, céramiques, poteries, majoliques...

- Château et musée d'Archéologie nationale à Saint-Germain-en-Laye : la variété et la richesse des pièces exposées (le plus important fonds archéologique de France, et, pour la section préhistorique, le plus important au monde) et une présentation claire font de ce musée une formidable machine à remonter le temps. On revit la suite des siècles et des millénaires : fossiles et ossements, balbutiements de l'humanité, puis son évolution jusqu'à la Gaule mérovingienne. Très nombreuses raretés et splendeurs.

- Musée Fragonard à Maisons-Alfort : il s’agit ici de Honoré Fragonard, cousin du peintre, né comme lui en 1732. La visite s’articule autour de trois salles : la première montre comment les animaux sont à la fois ressemblants et différents (au travers de leurs systèmes respiratoire, digestif, nerveux, etc.). Ne pas manquer la petite « galerie des monstres », avec d’incroyables animaux à deux têtes ! La deuxième salle regroupe les squelettes ainsi qu’une impressionnante collection de mâchoires. La troisième offre un panorama étonnant des pathologies animales et humaines. Mais le « trésor » du musée est la vingtaine d’écorchés réalisés entre 1766 et 1771 par Fragonard

À voir également

Le musée français de la Carte à jouer à Issy-les-Moulineaux, le musée Jean-Jacques Rousseau à Montmorency, etc.

Châteaux

Le château de Versailles

- Renseignements : tél. : 01-30-83-78-00. Pour les spectacles : 01-30-83-78-89.

L'arrivée au château

De la place d'Armes, on pénètre dans l'avant-cour par une grille dont le portail est flanqué de groupes sculptés. On entre dans la cour d'Honneur, flanquée par les ailes des Ministres.

On avance toujours, le pavé est rude, et le faux plat mène à la cour de Marbre. Les bâtiments qui la bordent sont ceux du « château Vieux » de Louis XIII - remaniés par son fils.

Aujourd'hui, la « grille royale » sépare la cour d'Honneur de la cour Royale (qui mène à la cour de Marbre) ; l'entrée des visiteurs se fait désormais par le pavillon Dufour.

Les visites dans le château

- Circuit des Grands Appartements.
- Circuit des Appartements de Mesdames.
- Le musée de l'Histoire de France.
- Les visites commentées habituelles :

  • Les Petits Appartements de Louis XV-Louis XVI et la chapelle.
  • Les Petits Appartements de Marie-Antoinette.
  • Autres visites commentées : une bonne part des galeries historiques n'est pas ouverte aux visiteurs individuels. Ainsi la salle des Croisades, la galerie du XIXe s ou les salles de la Révolution, du Consulat et de l'Empire ne peuvent se visiter qu'en groupes et sur réservation au 01-30-83-78-00.

Le Musée national du château de Fontainebleau

- Renseignements : tél. : 01-60-71-50-70 et 01-60-71-50-60.

« La maison des siècles » se compose d'une série d'édifices construits par adjonctions successives du XVIe au XVIIIe s. Cependant, depuis le XIIe s déjà, Fontainebleau était résidence de chasse royale du roi Louis VI le Gros ; et Louis VII, Philippe Auguste, Louis IX ou encore Philippe le Bel y séjournèrent.

Mais c'est à François Ier que l'on doit le palais actuel, ainsi que la célèbre galerie ornée par Rosso. L'escalier dit du « fer à cheval » date, lui, de Louis XIII. Des constructions antérieures ne subsiste que le donjon. Plus tard, Napoléon à son tour s'installera ici, faisant entre autres aménager une salle du Trône.

Le château de la Roche-Guyon

- Renseignements : tél. : 01-34-79-74-42.

Outre l'enfilade des grands salons du XVIIIe siècle, on ne manquera pas de visiter les écuries et les cours intérieures, le bâtiment médiéval, les chapelles troglodytiques, le pigeonnier et le donjon. Les plus courageux verront leurs efforts récompensés par une vue sur les méandres de la Seine, la campagne et les anciens jardins potagers restaurés. Ne manquez pas le circuit des casemates de la Seconde Guerre mondiale.
Le potager-verger offre une visite de ses jardins qui retrouvent leur vocation première : un espace de production et d'expérimentation horticole où semences et biodiversité tiennent une place primordiale.
Un lieu exceptionnel, à ne pas manquer !

Le château de Vaux-le-Vicomte

- Renseignements : tél. : 01-64-14-41-90.

L’un des plus beaux châteaux d’Île-de-France, celui qui donna à Louis XIV l'idée de construire Versailles. Fier, élégant, planté en pleine campagne, il reste l'un des symboles de la magnificience du Grand Siècle, produit du talent des plus grands artistes de ce temps.

À visiter également

Les châteaux de Rambouillet, de Maisons-Laffitte, d’Écouen, de Malmaison, de Champs-sur-Marne, de Ferrières-en-Brie, etc.

Monuments religieux

Basilique (et cathédrale) de Saint-Denis

La prestigieuse basilique, élevée au rang de cathédrale en 1966, vaut autant pour ses hôtes que pour son architecture. Les extensions par Suger de l’église de Charlemagne (façade et chevet, édifiés de 1137 à 1144) en font le tout premier monument gothique. Quarante-deux rois, ternte-deux reines, soixante-trois princes et princesses et dix serviteurs du royaume y reposent. Les gisants et tombeaux sont vides depuis 1793, lorsque les Révolutionnaires les ouvrirent et ensevelirent les corps dans deux fosses communes. Louis XVIII les fit exhumer pour les réunir dans la crypte : c’est l’ossuaire, où une plaque égrène la liste des monarques censés y être.

Abbaye de Royaumont

- Renseignements : tél. : 01-30-35-59-70.

Certainement l'une des plus belles abbayes cisterciennes d'Île-de-France. Situés dans un cadre boisé, les bâtiments sont d'autant plus beaux qu'ils sont entourés de nombreux petits canaux et plans d'eau.

Fondée au XIIIe siècle par Louis IX sous la conduite de sa mère Blanche de Castille, l'abbaye fut richement dotée. Cette abbaye royale, au cœur du pays de France, berceau des Capétiens, aurait accueilli jusqu'à 120 moines sous Louis IX.

À la Révolution, l'abbaye fut rachetée par le banquier de jeu de Marie-Antoinette qui la transforma en manufacture de coton. Des sœurs en firent leur noviciat de 1869 à 1905. Ensuite elle servit d'hôpital militaire durant la Grande Guerre.
Aujourd'hui, Royaumont est une fondation qui accueille des artistes.

À visiter également

L’abbaye Notre-Dame-de-Jouarre, l’abbaye de Maubuisson, l’ancienne abbaye de Port-Royal-des-Champs, etc.

Sur les traces de l’art pictural du XIXe siècle

Le charme et le pittoresque des paysages d’Île-de-France ont inspiré de nombreux peintres au XIXe siècle. Grâce aux progrès des transports, mais également à l’apparition de peintures en tube suffisamment nuancées pour permettre de peindre sur le motif, ils sortirent de leurs ateliers parisiens et s’en donnèrent à cœur joie en plein air. Bien souvent, lorsque l’un trouvait un bon « spot » pour s’adonner à ses recherches sur la luminosité et à son goût pour la « tranche de vie », il rameutait tous ses amis : nombreux sont les villages d’Île-de-France dont le nom reste ainsi associé à une école ou un courant de peinture.

À Barbizon...

À 9 km de Fontainebleau, le village le plus célèbre de la région. Une longue rue bordée d'auberges luxueuses et de maisons vénérables croulant sous le lierre. Un lieu très touristique. Au XIXe siècle déjà, le site avait tapé dans l'œil des peintres. Trotski lui-même vint s'y reposer de la révolution permanente.

De 1825 à 1870, Barbizon devint la Mecque des peintres paysagistes, à l'origine d'un style appelé école de Barbizon, et dont les représentants les plus marquants furent Théodore Rousseau, Jean-François Millet et Charles François Daubigny. Cette notoriété en fait un lieu de pèlerinage où défilent de nos jours les touristes américains et japonais.

... et ailleurs

Les peintres impressionnistes installèrent à leur tour leurs pénates en Île-de-France. Monet vécut à Argenteuil où il ne peignit pas moins de 130 tableaux (les Ponts à Argenteuil, Les Coquelicots), suivi de Sisley (La Passerelle), Renoir (La Seine à Argenteuil), Manet (Chez le Père Lathuille)...
Bourron-Marlotte, en Seine-et-Marne, fut immortalisée par Renoir (À l’auberge de la mère Anthony), tandis que Manet y aurait peint des fragments du Déjeuner sur l’herbe Pissarro posa longtemps son chevalet à Pontoise, où l’on trouve un musée à son nom (tél. : 01-30-32-06-75) bien que, ô surprise, ce ne soient pas ses toiles, mais ses gravures qui y soient exposées.

Dans les Yvelines enfin, des sites comme Port-Marly (Inondation à Port-Marly, Sisley), Louveciennes (La Neige à Louveciennes, Sisley), Bougival (Pont de Bougival, Monet), Chatou (Le Pont de chemin de fer à Chatou, Renoir) ou encore Carrières-sur-Seine (Carrières-Saint-Denis, Monet) ont abondamment inspiré ces artistes.

Auvers-sur-Oise

Auvers, petit village authentique et préservé qui s'étire le long de l'Oise, peut s'enorgueillir d'avoir accueilli de nombreux peintres. Mais le village doit surtout sa notoriété à Vincent Van Gogh. Auvers a eu l'intelligence et le bon goût de ne pas sacrifier son charme au culte du tourisme. Il fait bon y flâner, des tableaux plein la tête, à la recherche du temps perdu.

Deux hommes vont contribuer à faire d'Auvers et de ses alentours un lieu de prédilection pour les peintres. Le premier s'appelle Charles-François Daubigny. Le second est un médecin, le fameux docteur Gachet, amateur d'art. Ces deux hommes vont recevoir dans le village des artistes tels que Corot, Daumier, Pissarro qui s'installe à Pontoise, mais également Cézanne.

Monuments nationaux

Voyage Île-de-France

Bons Plans Voyage Île-de-France

Services voyage



Forum Île-de-France

Voir tous les messages
Culture

FILTRER LE FORUM SUR UN THÈME

Les dernières discussions du forum Culture Île-de-France

Ils cherchent un compagnon de voyage

Voir toutes les annonces

Vous cherchez un compagnon de voyage pour un trek, un voyage itinérant ou un tour du monde ? Un routard pour louer avec vous une maison à l'autre bout de la terre ?

Petites annonces Île-de-France

Voir toutes les annonces

Déposez gratuitement vos annonces concernant la vente, l'achat, l'échange ou le don de guides, cartes, sacs, objets utiles, souvenirs de voyage...

Actus Île-de-France

Agenda Île-de-France

Île-de-France Les articles à lire