Forum Pérou

Eaux turquoise de Millpu. Ayacucho. De Huaraz à Cuzco à travers la Cordillère des Andes. 2ème partie.

Avis non contrôlés
Signaler
surlaroutedenosvoyages
Le 16 décembre 2020
Bonjour à tous,

Vous pouvez retrouvez le carnet de voyage complet : Sur la route de nos voyages

Et l'épisode précédent sur le site du Routard :  Sublime réserve de Nor Yauyos Cochas


Eaux turquoise de Millpu. Ayacucho. De Huaraz à Cuzco à travers la Cordillère des Andes. 2ème partie.  - surlaroutedenosvoyages


Après quelques jours dans la réserve de Nor Yauyos Cochas nous sommes repassés brièvement par Huancayo pour prendre un taxi collectif en direction de Huancavelica. 3 heures de trajet pour 150 kilomètres. Après une première partie plutôt plate, la route serpente et grimpe dans la montagne. La chaussée est en parfait état mais le bus peine à dépasser les 30 kilomètres/heure lorsque la route s’élève. Les paysages restent semblables à ceux des jours précédents. Dans la région les sommets les plus hauts dépassent à peine les 5000 mètres et ne sont pas enneigés.


Dans les villages traversés les maisons ont souvent la façade peinte aux couleurs de tel ou tel candidat à une élection locale ou nationale. En traversant une zone à haute altitude nous apercevons des dizaines de vigognes. Ces camélidés sauvages, à la silhouette gracieuse, vivent sur de hauts plateaux au-delà de 3500 mètres d’altitude. Leur comportement imprévisible les rend dangereuses puisqu’elles n’hésitent pas à traverser la route devant les véhicules qui y circulent.


 


Huancavelica est une jolie ville tout en longueur nichée au cœur d’une vallée.

Eaux turquoise de Millpu. Ayacucho. De Huaraz à Cuzco à travers la Cordillère des Andes. 2ème partie.  - surlaroutedenosvoyages

Enclavée, à l’écart des routes touristiques et des lieux de production du Pérou il s’agit aujourd’hui d’une des villes les plus pauvres du pays. Elle a conservé de nombreux bâtiments de l’époque coloniale, en particulier plusieurs églises. La petite place principale, bordée par une cathédrale ornée d’un portail peint en rouge, est très agréable. A tous les coins de rue des vendeurs de churros alpaguent le chaland. Ça sent bon, nous nous laissons tenter !

Eaux turquoise de Millpu. Ayacucho. De Huaraz à Cuzco à travers la Cordillère des Andes. 2ème partie.  - surlaroutedenosvoyages


Le lendemain, nous poursuivons notre route vers Ayacucho. La ville située à 200 kilomètres au sud semble être la suite logique de notre périple dans la Cordillère des Andes. Cependant il y a peu d’échanges, commerciaux et de personnes, entre Huancavelica et le reste du pays. Aucune route asphaltée ne relie les deux villes. Le seul bus qui assure la liaison entre les deux localités part en fin de journée et roule de nuit. L’autre solution est de prendre un taxi collectif jusqu’à Rumichaca. Cet endroit, un pont perdu au milieu de nulle part, est un important point de passage car situé sur la principale route reliant Ayacucho et la côte Pacifique.


Nous tentons le taxi collectif. Mais trouver l’endroit d’où partent ces véhicules n’est pas simple. Les informations que nous donnent les différentes personnes que nous interrogeons (simples passants, conducteurs de taxis, commerçants, policiers) sont contradictoires. La place Santa Ana est un des lieux qui revient le plus souvent. Nous allons voir. Aucun véhicule ne part vers Rumichaca. Un commissariat donne sur la place, nous allons demander aux policiers. Et là notre simple question devient une « affaire d’état » ! Une dizaine de policiers tentent de se renseigner. Sans parvenir à nous indiquer le bon lieu.


Décidément personne ne se rend à Ayacucho… Découragés, les chauffeurs de mototaxis sont notre dernier espoir. Heureusement l’un d’entre eux nous conduit devant la compagnie de taxis collectifs qui va à Rumichaca. Nous attendrons une bonne heure que deux autres passagers viennent compléter notre véhicule. Nous pouvons enfin partir !


Le trajet entre Huancavelica et Rumichaca emprunte une route, à une voie, spectaculaire. La majeure partie de l’itinéraire s’effectue entre 4000 et 5000 mètres d’altitude, au milieu des montagnes. Des centaines de lamas et alpagas gambadent plus ou moins en liberté, gardés par quelques familles péruviennes qui vivent au milieu de nulle part. Pas d’eau courante, pas d’électricité, une alimentation constituée en grande partie de pommes de terre, des températures glaciales la nuit. Dans le lointain de la neige couvre les plus hauts sommets. La végétation est rase. On ne voit aucun arbre ou arbuste. Seulement de l’herbe jaunâtre, grillée par le soleil, l’altitude et la neige qui recouvre régulièrement les sols.

Au détour d’un virage un premier lac apparait. De petits enclos d’élevage de truites flottent dessus. Ces eaux pures, à l’écart de toute activité humaine ou minière doivent être parfaite pour l’aquaculture ! La route poursuit sa course entre d’autres plans d’eau de taille plus modérée. On atteint le village de Chocococha, une trentaine de maisons établies le long de la route, à proximité d’un grand lac. Une des passagères du taxi collectif s’arrête là. Nous longeons le lac Chocococha pendant une dizaine de kilomètres. De nombreux enclos d’élevage de poissons sont disséminés dessus. Ici, à 4600 mètres d’altitude, la principale source de revenus des habitants est la pisciculture ! Nous traversons Santa Ines. Notre chauffeur tente, vainement, de trouver un passager pour compléter le véhicule. Le trajet se poursuit dans un environnement sec et désolé.
 


Nous arrivons à Puente Rumichaca, notre petite route débouche sur une grande route parfaitement asphaltée. Il s’agit de la principale voie de communication entre Pisco, en bord de mer, et Ayacucho. Le taxi collectif nous dépose à proximité du pont qui a donné son nom à l’endroit. Nous n’avons même pas le temps de traverser le pont que nous sommes alpagués. Un chauffeur qui effectue le trajet vers Ayacucho cherche à compléter son minibus avant de partir. Quelques commerçants se sont installés là, boissons, alimentation, restaurants, toilettes, rien ne manque ! Nous achetons, très rapidement, de quoi grignoter. Nos sacs sont mis sur le toit du véhicule. Nous sommes un peu inquiets, le conducteur les a vraiment attachés à la va-vite. Nous passerons la route à nous inquiéter de les perdre, à chaque virage pris brusquement. Et cela ne manque pas sur cette route de montagne ! D’autant plus que le chauffeur roule à toute vitesse…
 


Arrivés à Ayacucho nous retrouvons, avec soulagement, nos sacs. Même s’ils ne sont pas tombés pendant le trajet ils ne sont plus à leur emplacement initial. Nos inquiétudes étaient fondées...

Eaux turquoise de Millpu. Ayacucho. De Huaraz à Cuzco à travers la Cordillère des Andes. 2ème partie.  - surlaroutedenosvoyages


Contrairement à ce que pourrait laisser son nom (« Aya » : la mort, « kuchu » : le lieu), la ville, encore peu touristique, a beaucoup de charme. Elle a conservé de nombreux bâtiments, églises, couvents, palais, construits pendant l’époque coloniale. La très jolie place d’armes, bordée par des galeries à arcades, incite à la flânerie. Surtout que le climat y est doux, sec et ensoleillé la majeure partie de l’année.

Eaux turquoise de Millpu. Ayacucho. De Huaraz à Cuzco à travers la Cordillère des Andes. 2ème partie.  - surlaroutedenosvoyages


Dans les années 1980 la ville a été le berceau du Sentier Lumineux et le terrain du conflit armé entre ce groupe maoïste et l’armée péruvienne. Depuis le début des années 2000 le conflit a perdu en intensité mais les membres du Sentier Lumineux contrôlent toujours certains territoires dans la jungle péruvienne, en particulier la zone « VRAEM » (Vallée des Rivières Apurímac, Ene y Mantaro). A Ayacucho, pas de problème d’insécurité, le calme est revenu mais pas encore les touristes.

Lorsque nous visitons la ville une procession a lieu. La musique emplit les rues, les gens défilent et dansent. Renseignements pris ils célèbrent la fête du tourisme ! Cela nous amuse, autour de nous les touristes se comptent sur les doigts de la main.

Eaux turquoise de Millpu. Ayacucho. De Huaraz à Cuzco à travers la Cordillère des Andes. 2ème partie.  - surlaroutedenosvoyages


A quelques heures d’Ayacucho se trouve une des merveilles naturelles du Pérou, les eaux turquoise de Millpu. Il n’est pas évident de s’y rendre par les transports collectifs locaux et le prix de l’excursion organisée est très abordable. Nous choisissons cette option. Plusieurs agences situées autour de la place principale proposent l’excursion d’une journée vers Millpu. Les prix sont semblables (80 soles, déjeuner compris) et le programme est identique. Souvent les clients de différentes agences sont regroupés dans un même minibus. Rendez-vous est pris pour le lendemain, 8 heures.


Eaux turquoise de Millpu. Ayacucho. De Huaraz à Cuzco à travers la Cordillère des Andes. 2ème partie.  - surlaroutedenosvoyages 


Le trajet entre Ayacucho et Millpu dure 4 heures (idem au retour !), cela fait beaucoup de temps de transport pour une durée limitée sur place. Nous n’aimons pas beaucoup les excursions organisées. Entre l’attente avant le départ à cause de retardataires, l’arrêt petit-déjeuner dans un unique restaurant (alors qu’il y en a plein d’autres) pour tous les minibus, une visite avec des horaires à respecter, et la présence de tous les touristes aux mêmes moments sur le site, cela n’est pas notre tasse de thé… Mais le lieu est un véritable trésor.

Eaux turquoise de Millpu. Ayacucho. De Huaraz à Cuzco à travers la Cordillère des Andes. 2ème partie.  - surlaroutedenosvoyages


Les piscines naturelles de Millpu se nichent entre les parois d’un canyon, à 3600 mètres d’altitude. De magnifiques eaux turquoise, « aguas turquesas de Millpu », se déversent dans des bassins calcaires. Le contraste entre la couleur de l’eau, les bassins et les parois du canyon est sublime.

Eaux turquoise de Millpu. Ayacucho. De Huaraz à Cuzco à travers la Cordillère des Andes. 2ème partie.  - surlaroutedenosvoyages


En fonction de la saison et du temps les eaux sont turquoise (entre avril et septembre) ou émeraude (octobre-novembre). Il est conseillé d’éviter la saison des pluies (janvier-mars), pendant laquelle la couleur de l’eau perd en intensité, voire même devient marron s’il a beaucoup plu… 

Eaux turquoise de Millpu. Ayacucho. De Huaraz à Cuzco à travers la Cordillère des Andes. 2ème partie.  - surlaroutedenosvoyages


Nous passons 2 heures à découvrir le lieu, longer le canyon d’en haut, descendre au bord des piscines et marcher jusqu’à l’endroit où émerge la source qui les alimente. Millpu est d’ailleurs à l’origine le nom donné à la source, qui est sacrée pour les habitants de la région.

Eaux turquoise de Millpu. Ayacucho. De Huaraz à Cuzco à travers la Cordillère des Andes. 2ème partie.  - surlaroutedenosvoyages

Eaux turquoise de Millpu. Ayacucho. De Huaraz à Cuzco à travers la Cordillère des Andes. 2ème partie.  - surlaroutedenosvoyages


Le déjeuner est composé de pommes de terre et de truite, élevée dans des bassins alimentés par l’eau de Millpu. Puis nous reprenons, en milieu d’après-midi, la route d’Ayacucho. Le trajet s’effectue au milieu des montagnes, passe par de petites villes de la Cordillère des Andes. Le cadre est magnifique, mais entre la fatigue de la journée et les paysages qui restent semblables à ceux que nous côtoyons depuis plusieurs jours, nous avons du mal à nous enthousiasmer.



Informations utiles !


Taxi collectif Huancayo – Huancavelica : 25 soles /personne (3 heures de trajet). En bus 4 heures 30 de trajet et 15 soles


Hotel Tahuantinsuyo (Huancavelica) : chambre matrimoniale 45 soles


Excursion organisée Millpu : 80 soles par personne (trajet, entrées sur le site, déjeuner)


Hospedaje Luna (Ayacucho) : chambre matrimoniale spacieuse 60 soles





Sur la route de nos voyages



Date de l'expérience : 25/09/2019

Bons Plans Voyage Pérou

Voyage Pérou

Services voyage