Forum Costa Rica

Notre voyage (en avril 2019...) au Costa Rica

Avis non contrôlés
Signaler
nicoflo123
Le 17 avril 2020

Bonjour


 


Suite à notre voyage au Costa Rica, durant les vacances de Pâques 2019, je vous fais comme prévu mon compte-rendu (avec beaucoup de retard..).


Celui-ci donnera les infos sur les lieux réservés, et notre avis après en avoir profité, les lieux où nous nous sommes restaurés, nos avis sur les routes empruntées, des coutumes « locales »…


 


Pour info, j’ai préparé longuement notre voyage (le premier « aussi loin » (hors Europe)). Nous sommes 4 personnes (2 adultes, 2 ados de 15 et 17 ans) ;


Hésitant au début entre voyage organisé (mais pas trouvé de voyage allant exactement là où on voulait, dépendance d’un groupe non choisi…), autotour (mais tant qu’à faire, pourquoi ne pas gérer seul, avec internet maintenant…), et voyage par nous-mêmes, nous avons choisi cette dernière solution.


Les transports au Costa Rica ne sont pas chers, mais ayant une période de vacances très limitée (2 semaines de congés, mais obligés d’avoir 1 ou plusieurs jours de congés dispos avant et après le voyage, il ne nous restait que 12 jours maximum avec le voyage, soit 10 jours complets sur place), nous avons préféré la solution avec location de voiture (moins de correspondances, plus de souplesse).


Pour la location de voiture, nous sommes passés par De Bourbon rent a car, vers Alajuela, proche de l’aéroport. J’en avais lu de bonnes critiques, les tarifs incluent les assurances nécessaires, livraison de la voiture de location à l’hôtel, dépose à l’aéroport après la restitution de la voiture. Nous avons loué un Duster 4x4 pour environ 600$ (+20$ pour le nettoyage final (pour 4 personnes, 1 valise de soute et 4 valises cabines… il fallait bien ça…). GPS Garmin fourni, même si les cartes ne sont pas toujours très à jour (nous avons préféré utiliser Maps avec carte hors ligne). Ils nous ont prêté un téléphone basic avec une carte prépayée (permet d’appeler les numéros locaux plus simplement, et facturation des unités utilisées).


Nous désirions un certain confort, donc exit les auberges de jeunesse et cabanas très bon marché. C’est une question de goûts (et de moyens), mais nous préférons un assez bon confort et milieu de vie, tout en gardant un budget « raisonnable » pour nous, sachant que nous préférons de petites structures, plus personnelles. Les chambres d’hôtels nous ont coûté entre 75 et 157€ la nuit pour 4 avec les petits déjeuners.


Je me suis servi de nombreux blogs ainsi que des sites du Routard, LonelyPlanet, Tripadvisor, Hotels.com, Booking pour faire les choix d’hôtels, location de voiture, excursions… Le bilan que j’en tire est que je ne me suis pas trompé sur l’ensemble…


 


Ce compte-rendu est « volumineux », mais j’ai essayé de mettre le maximum d’informations.


 


Départ le dimanche 14/4 de l’aéroport Lyon St Exupery.


Notre trajet se fait pour l’aller avec 2 escales : Amsterdam et Panama (pour une raison de coût, disponibilité, unicité de la compagnie aérienne (Air France – KLM du début à la fin du trajet, en cas de perte bagage de soute, ou de manque de correspondance).


1h20 d’escale à Amsterdam a été suffisant pour trouver sans encombre la porte d’embarquement, et que le bagage de soute  ne se perde pas.


Idem pour Panama, avec 2h20 d’escale.


 


Nous sommes arrivés le dimanche soir à San Jose à 19h30. Etant logés à l’hôtel Adventure Inn, un taxi est venu nous chercher (c’est ce qui était prévu, mais en fait, un taxi nous a emmené et s’est fait payer la course à la réception…).


La chambre nous a coûté 167$ pour 4 personnes, petit-déjeuner compris, à l’hôtel Adventure Inn (jolie chambre, hôtel bien décoré, personnel très sympa, salle du petit déjeuner originale et bien décorée, très bon buffet (classiques, fruits, toasts, pancakes…), piscine (pas eu le temps d’en profiter).


 


La voiture a été livrée à 8h du matin le lundi, comme convenu, puis départ pour Tortuguero, via Guapiles (3h30 de route). A noter que nous avons constaté que pas mal de pistes ont été goudronnées, dont celle entre Guapiles et La Pavona (pour embarquer pour Tortuguero). Le goudron est neuf, et ce jusqu’au bout. A part quelques endroits où il faut faire attention aux nids de poules, l’ensemble des routes m’a paru très correct (voire mieux qu’en France…).


Arrivés à 12h à La Pavona, nous avons payé les 2 jours de parking à notre arrivée (10$ par jour), et nous nous sommes faits aborder pour payer la traversée vers Tortuguero en bateau (3$ par personne) pour le bateau de 13h.


Après un rapide déjeuner  La Pavona (moyen…), nous sommes allés prendre le bateau. Vu que nous sommes à la fin de la saison sèche (fin avril), le niveau du Rio Tortuguero est bas. Ils ont chargé les bagages sur un bateau à fond plat, et nous avons marché 800m pour être embarqués plus loin. Après une longue attente, et pas mal de discussions, il s’avère qu’il y a des vendeurs de billets (plus ou moins) officiels, et que les bateliers qui font des allers retours sont payés au fur et à mesure, et nous n’étions donc pas prioritaires…. Après que le ton soit un peu monté, nous avons pu embarquer (pas sur le plus rapide et performant des bateaux, qui prenait un petit peu l’eau…), mais nous sommes arrivés à bon port, au bout de presque 2 heures.


 


Nous sommes tout de suite allés à notre hôtel, le Casa Marbella, situé à 200m du débarcadère pour prendre notre chambre pour 2 nuits (178$ pour 2 nuits pour 4, pdej compris).


Nous avions réservé une chambre côté rivière (pour avoir moins de bruit). Equipée d’un ventilateur plafond + 2 ventilateurs sur pied, baie coulissante avec moustiquaire, sdb. Assez basique, mais très suffisant. L’hôtel fait juste les petits déjeuners, mais a une terrasse qui donne directement sur la rivière avec son propre embarcadère (très agréable pour les soirées…). Nous avions réservé à l’avance (par mail) une visite sur les canaux pour aller voir les animaux. Le coût est de 35$ par personne (15$ pour l’entrée dans le parc naturel, pour la journée, et 20$ pour la ballade). Notre guide était Victor, guide depuis 14 ans. Nous étions 8 sur le bateau (rapide si besoin, équipé d’un moteur électrique également pour éviter le bruit). Victor a fait la visite en anglais-espagnol. Il répond à toutes les questions, et connaît bien son métier. Il est très sympa (et sait imiter les singes hurleurs à la perfection…). La visite dure environ 3h. Nous avons vu des caïmans, des oiseaux (je n’ai pas retenu tous les noms…), singes, basilisco, 1 serpent, iguanes…, puis au retour (le départ avait lieu à 5h30 et il ne faut pas traîner pour ne pas trop faire la queue pour les entrées du parc), l’hôtel nous a servi un bon petit déjeuner (casado + assiette de fruits, jus, café, thé).


 


Nous sommes allés au centre de protection des tortues, où il y a une expo et une vidéo expliquant les démarches faites pour préserver les différentes espèces (2$). Il se trouve en prenant un chemin qui longe de près la plage, en allant au nord du village, à 500m environ.


 


Nous avons profité d’avoir les entrées pour le parc, pour aller faire une ballade dans celui-ci, au sud du village. C’est une ballade entre océan et rivière, sur un chemin, qui permet de voir des animaux et des vues sympa sur l’océan, ainsi que la flore. Le circuit mesure environ 2.5km, puis retour par le même trajet.


 


Nous avons déjeuné le soir au restaurant Mi Casa (idem le 2ème soir). Nous avons constaté que le repas était bien meilleur le 1er soir que le 2ème… avec une petite erreur en prime sur l’addition du 2ème soir… (rectifiée avant paiement…). Donc resto correct, mais être vigilant..


 


Le tour du village est vite fait, mais reste intéressant (village un peu loin de tout, mais ça nous change de voir comment il se débrouillent, surtout au début du séjour…)


 


Nous sommes repartis de Tortuguero le mercredi matin. Nous voulions partir tôt pour être à Sarapiqui à 10h. Vu avec l’hôtel, qui nous « commandé » un bateau qui est passé nous prendre sur la terrasse de l’hôtel à 4h40 (10$ par personne, mais bateau rapide).


Arrivés à La Pavona vers 6h15, nous nous sommes aperçus que j’avais laissé les veilleuses de la voiture durant les 48h, et malgré les pinces, la voiture n’a pas pu démarrer. Nous avons dû attendre que De Bourbon rent a car nous envoie leur mécanicien de Alajuela (3h30 de route) avec une batterie neuve pour pouvoir repartir (prestation facturée, car la panne était de ma faute).


Nous n’avons donc pu quitter La Pavona qu’à 14h15, annulant notre visite de Best Chocolate (Cacao) à Sarapiqui de fait, car nous devions rejoindre La Fortuna le soir même, si possible avant la nuit. La route s’est bien déroulée (route n°4 qui vient d’être goudronnée, alors que le GPS Garmin nous indiquait l’ancienne route en piste parallèle à celle-ci). Nous sommes arrivés en vue du volcan Arenal vers 18h, à la tombée de la nuit, et avons traversé La Fortuna (ville très touristique du fait de la proximité du volcan Arenal) pour nous rendre à notre hôtel : Roca Negra del Arenal (234$ les 2 nuits + pdej à 5$/personne (ou 7$ avec fruits)).


Les chambres sont sous formes de bungalows jumelés, spacieuses, salle de bains avec une grande douche en bois et distributeurs de produits (savon, shampooing). Clim, terrasse avec 2 rockingchairs et 1 hamac sur le devant de la chambre, et une petite terrasse sur le côté avec une table et 4 chaises + parasol. Le jardin est TRES arboré. La terrasse de la chambre est face au volcan Arenal (que nous avons eu la chance de voir entièrement dégagé le lendemain matin, avec juste quelques fumées qui s’échappaient du haut (visibles avec les jumelles). A disposition dans l’hôtel : piscine, jacuzzi couvert, billard, baby foot, documentations, terrasse abritée pour le petit déjeuner. Celui-ci (copieux) est à 5$ (tipico ou americano) + 2$ pour l’assiette de fruits. Café, thé, jus de fruit à discrétion. Il y a également de nombreux animaux (poules, paons, canards…) dans le jardin. L’hôtel se situe après la sortie de La Fortuna (3mn en voiture). Parking gardé la nuit (le gardien donne des cartes pour avoir des réductions au resto (Sal y pimienta).


 


Lors de notre séjour vers Arenal, nous sommes allés tester les sources chaudes, vers Tabacon (entre La Fortuna et le lac Arenal, à environ 10-15mn de route de La Fortuna). Dans la région (entre La Fortuna et le lac Arenal, beaucoup d’hôtels ou de thermes proposent des bains, bassins… pour se baigner avec l’eau de ces sources naturellement chaudes, mais nous avons trouvé le prix de leurs prestations exorbitants. Suite aux nombreuses lectures de forums, il est indiqué que les locaux (entre autres), se baignent dans la rivière, au niveau de l’hôtel Tabacon. En effet, on ne peut pas le louper, car des ticos avec des gilets vous proposent de stationner sur le bord de la route, aux abords du Tabacon. Bien sûr, ils demandent de l’argent (1000colones = 1,5€). L’hôtel nous avait conseillé de leur donner au retour, mais pas évident de négocier, en préférant être tranquille pour la voiture…


Comme il est conseillé, nous avons pris le minimum (papiers, 1 téléphone pour prendre les photos, serviettes, chaussures d’eau, le tout dans un sac étanche (style canoé). On descend vers la rivière vers une barrière jaune, on passe sous un pont, puis on arrive au lieu désiré : une rivière entourée de végétation. Il y a du monde qui y vient (avec les glacières, pique-nique…), et pour cause : l’eau doit être à 34 ou 35 degrés. On s’y pose et l’on a plus envie d’en sortir… Les locaux y viennent aussi le soir avec des bougies… ça doit être assez sympa… Ce fut un moment très apprécié (et pour une fois gratuit !)


 


Nous sommes ensuite allés à Mystico parc (ponts suspendus). La visite non guidée a coûté 84$ pour 4. Les circuits sont très bien balisés. Il y a du personnel à chaque pont pour réguler les passages. Le circuit dure environ 2h tranquillement. Nous avons vu des colibris, oiseaux, coatis, écureuils… puis nous avons mangé au restaurant situé à l’entrée du parc. La route est pavée ou goudronnée, et escarpée (de bonnes montées ou descentes…).


 


Nous sommes repartis le vendredi pour monter vers Rio Celeste. Notre hôtel se situait vers Bijagua : Finca Mei Tai. (1 ou 2 km de piste simple, après le village)


Cet établissement (plus proche de la maison d’hôtes que de l’hôtel) se situe sur un terrain de 45 hectares (parc, plantations, forêts, collines…) sur lequel se trouve la maison des propriétaires (superbe, piscine à débordement, terrasse abritée pour le petit-déjeûner), ainsi que 2 maisonnettes où se trouvent les 3 chambres (2 chambres, 1 chalet avec 2 autres chambres).


Les chambres et la sdb sont assez spacieuses avec lit king et queen size, grande douche, frigo, cafetière, terrasse abritée, belle déco. Elles sont à environ 150m de la maison principale où l’on peut se baigner. Les hôtes (une famille Belge (Eric, Cécile, leurs filles, avec une vie très originale) nous ont proposé de faire une rando dans leur terrain, qui comporte 3 sentiers balisés (30mn, 1h, 1h30 environ) passant dans la forêt, sur les crêtes… Nous avons fait la randonnée d’une heure. Nous avons fini la visite par la plantation des différentes espèces locales, faite par Eric, passionné.


 


Le soir, sur leur recommandation, nous sommes allés dans un soda (restaurant local) : chez Poro (à Bijagua). Les portions sont généreuses, et très bon marché. La nourriture est de qualité, le serveur sympa. La salle est ouverte sur l’extérieur, avec de la bonne musique (nous y sommes même retournés le lendemain midi, vu le bon rapport qualité prix (15 à 18€ pour 4, avec 3 plats pour 4 et eau).


 


Le samedi matin, après un succulent petit-déjeuner très copieux sur la terrasse abritée, nous avons pris congé de nos hôtes, après qu’ils aient répondu à toutes nos questions sur le Costa Rica (couleur des maison, grillages et barbelés autour des maisons, fonctionnement de l’école, récoltes, vie courante…) et sur leur histoire familiale très intéressante.


Nous sommes allés au Rio Celeste (la route a été entièrement refaite entre Bijagua et le Rio Celeste). Arrivés sur place, parking à 2000colones (3€) vers l’entrée.


Après avoir fait la queue durant environ 45mn, nous avons pu rentrer dans le parc (après avoir acheté les billets (48$ pour 4) et eu le contrôle des sacs (couteaux interdits)). Un sentier assez long nous a mène tout d’abord en haut des escaliers de la cascade, mais nous avons préféré continuer le chemin pour aller voir le mélange des eaux, l’explication de la réaction chimique, et des endroits sympa pour prendre des photos. Nous sommes descendus ensuite vers la cascade, après 254 marches d’escaliers, en prenant des photos lors de la descente, puis tout en bas, en ayant un temps limité (car pas mal de queue pour éviter que tout le monde ne stagne en bas..).


Nous avions les bagages dans la voiture, nos hôtes nous ayant dit que les parkings étaient assez surveillés…. Nous n’avons pas eu de problème (rien d’apparent dans la voiture, les 5 valises dans le coffre avec le cache bagage, présence de la police à proximité…).


 


Nous sommes repassés par Bijagua pour descendre sur Monteverde. Suite aux conseils de nos hôtes Belges, nous avons quitté la route 6 pour la 927, pour passer vers Tierras Morenas, puis Tilajan, par la 145 et 606. Nous avons fait pas mal de piste, et un peu de route goudronnée (c’est là que nous avons fait le plus de piste. Notre Duster 4x4 étant équipé de pneus accrocheurs, il est passé de partout (la route n’était pas trop défoncée) et nous n’avons jamais eu à passer en 4x4 (nous sommes restés en 2x4).


 


Vers Monteverde, nous nous sommes dirigés vers notre hôtel : Cabana la Montana, à la sortie de Santa Elena. Nous n’y avons passé que très peu de temps, donc assez difficile de se faire une bonne idée… Les chambres sont dans des chalets en bois disséminés au milieu de la nature, un peu isolés les uns des autres. Le notre avait 5 places, et 1 salle de bains basique. C’est l’hébergement le plus sommaire que nous avons eu, mais pour une nuit, c’était tout à fait correct (100$ la nuit pour 4 avec petits déjeuners).


Le lendemain, ayant une visite à la Réserve Santa Elena à 7h30, il nous fallait déjeuner à 6h40, mais les hôtes, au courant, ont mal communiqué et un peu zappé la préparation du petit déjeuner… Ils ont été malgré tout arrangeants et aux petits soins.


 


Nous sommes donc partis en laissant les valises dans la chambre à la Réserve Santa Elena. Nous avions hésité avec la Reserve Bosque Nuboso Monteverde, bien plus chère, et pas si différente selon les avis lus, mais il est vrai que nous n’avons pas vu beaucoup d’animaux à Santa Elena. Notre hôte disait que Santa Elena était plus pour voir des plantes, et Monteverde pour voir les animaux…. Tant pis…


Nous avons donc fait la visite guidée (anglais – espagnol). Nous étions avec 4 allemands. La visite a duré environ 2 heures. L’entrée nous permettait d’y retourner si nous voulions pour faire d’autres sentiers, mais n’avons pu faute de temps… Nous avons au moins appris pas mal de choses sur les plantes…


 


Après un repas pris au Tree house, à Monteverde (restaurant installé autour d’un arbre, original, mais ils en profitent pour monter un peu les prix… (50$ à 4 pour 4 plats)), nous avons pris la route pour la cote Pacifique (Playa Hermosa (Jaco) via Tarcoles).


Celle-ci commence sur du goudron, puis nous avons eu pas mal de piste, le temps de descendre des « montagnes »… mais celle-ci reste praticable (environ 30km/h mini) en restant prudent (sol sec pour nous…).


 


Passage et court arrêt au pont de Tarcoles pour aller voir les crocodiles, en contre-bas du pont. Il ne sont pas tout prêt, mais cela reste impressionnant, vu la taille des bestioles !... Comme recommandé, une personne est restée dans la voiture le temps que les autres aillent voir les crocos et inversement (pour éviter les vols, pas mal relatés dans les forums, à cet endroit là…).


Ensuite, nous avons pris la route pour Playa Hermosa, en passant vers Jaco, en longeant plus ou moins l’océan Pacifique.


 


Nous étions logés à l’hôtel Backyard Beachfront, à Playa Hermosa. Il se situe à la fin d’une enfilade de bars et d’hôtels, à 5km au sud de Jaco.


L’arrière de l’hôtel donne vers la route, tandis que le devant donne sur l’océan. Il y a une piscine sympa sur le côté de l’hôtel, une terrasse avec transats donnant sur l’océan, puis un accès privé (portillon fermé) donne directement sur la grande plage (non surveillée, bien qu’il y ait une chaise de secouristes).


Le sable est gris (ça chauffe vite…), fin, ferme. La plage est quasi déserte… et l’océan est environ à 29) !... La baignade est très agréable, même s’il faut rester près du bord, car les courants peuvent être dangereux, et il y a quelques rouleaux… Mais au moins, on n’est pas gêné par le monde !...


 


Nous sommes allés le soir (en fin d’après-midi, car le « soir » est un bien grand mot pour le Costa Rica…), à Jaco, pour voir quelques magasins, et manger. Nous sommes allés au restaurant Graffiti Restro Cafe & Wine Bar. Assez chic, pas donné, mais quantité dans l’assiette pas énorme pour le tarif… Puis un petit tour dans les boutiques (souvenirs, vêtements… pas grand-chose de très intéressant…).


La nuit à l’hôtel a été calme, bercés par le bruit des vagues au loin. Le petit déjeuner, compris dans le prix, est pris dans le bar attenant à l’hôtel (belle vue). Il est basique (et pas terrible…). Il y a une base (tipico avec gallo pinto..), et toute une carte d’options ou suppléments… Nous avons pris les pancakes américains (il me semble que ça s’appelait comme ça) , et on aurait dit des pains de hamburger grillés (et secs)… Bref, cela ne nous a pas enthousiasmés…


 


Nous sommes ensuite partis le long de la côte, en direction du parc Manuel Antonio. Les routes sont bonnes dans l’ensemble. Nous avons réservé à l’hôtel « Costa Verde » (153$ la nuit pour 4, petits déjeuners compris), à environ 1,8km de l’entrée du parc. Nous avons été très bien accueillis. Les logements sont répartis dans leur domaine escarpé. On y trouve des vestiges d’avions (qui servent de bar, ou autre…), 3 piscines (la plus belle est celle du bas, interdite aux moins de 17ans pour la tranquillité, avec vue sur l’océan, et une grande terrasse avec des transats. Il y a des voiles d’ombrages au-dessus de la piscine, ce qui permet de s’y baigner en pleine chaleur).


L’eau de la piscine doit être à 28° environ. L’hôtel est vaste, et muni de plusieurs bâtiments. Un plan nous est remis à l’arrivée. Il semble qu’il y ait également un sentier qui parcourt le parc, et un petit pont suspendu métallique.


 


Etant arrivés en début d’après-midi, nous en avons profité pour aller acheter nos entrées au parc Manuel Antonio au guichet de la banque Coopealianza, juste à côté de l’entrée du parc, afin d’éviter la queue le lendemain matin à 7h. (A savoir que nous étions passés à Coopealianza à Quepos au paravent, mais leur système informatique étant planté, ils ne pouvaient nous délivrer de billets).


Cela nous a permis de repérer les lieux, afin de ne pas nous faire avoir par les rabatteurs. De retour à l’hôtel, nous avons quand même demandé au réceptionniste très sympa s’il avait un conseil pour se garer pour le parc. Il nous a indiqué qu’il fallait aller presque jusqu’à l’entrée du parc, là où nous étions allés, pour se garer à l’hôtel El Faro (à indiquer aux rabatteurs, pour qu’ils nous laissent passer). Cet hôtel, à proximité immédiate de l’entrée du parc était dans nos choix finaux, mais nous avons choisi l’hôtel Costa Verde finalement.


 


Notre chambre était dans un petit bâtiment, juste au-dessus de la réception. Un parking est proche de la chambre. Les cheminements sont éclairés par des lampes faites avec des bouteilles (vides…). La chambre était climatisée (nous avons signalé à la réception une fuite de celle-ci, et des techniciens sont passés le soir même) et équipée de 2 ventilateurs. Il y a également une kitchenette, un grand frigo avec congélateur (idéal pour recharger l’eau fraîche), micro-ondes…


 


Pour dîner, nous avons choisi d’aller au restaurant « El Avion ». De même que le restaurant El Tren, à 1,5km de l’hôtel, ceux-ci appartiennent au même groupe que l’hôtel. Nous avons même pu nous présenter à la réception, et nous faire emmener (et ramener) en monospace au restaurant, sans avoir à reprendre la voiture. Sympa…


Le resto était assez bon et copieux. Beaucoup de serveurs, cadre sympa.


 


Le mardi matin, départ à 6h40 pour être à l’ouverture du parc (qui est fermé le lundi). Notre séjour étant juste après le week-end de Pâques (le lundi de Pâques n’est pas férié au Costa Rica, mais les jeudi saint, vendredi saint et samedi de Pâques sont plus célébrés, fériés, et les magasins en partie fermés), nous avons trouvé qu’il n’y avait pas trop de monde, que ce soit à l’entrée du parc, ou dedans… Comme conseillé, nous sommes directement allés à l’hôtel El Faro, après avoir décliné 2 rabatteurs. Il faut rentrer dans l’entrée de l’hôtel (vers une arche blanche), et se garer sur un parking, tout de suite à gauche (avant la grande montée impressionnante). Là, une personne vient nous voir (un jeune sympa, de 25 ans), et il nous a demandé 3000 colones (4,50€), mais pour avoir un parking un peu à l’écart, et où nous étions plus en confiance… (on nous a déconseillé de nous garer n’importe où, sinon, on peut se faire dévisser les plaques d’immatriculation !... (elles ne tiennent que par 2 vis, et non des rivets, comme en France…)).


 


Nous étions dans les premiers à rentrer dans le Parc. Il y a une fouille des sacs (nourriture, couteaux..) assez rapide, et nous voilà en route, d’abord sur de grands passages, puis les différents chemins (bétonnés ou dallés pour la plupart) vont aux différents endroits (miradors, cascade, plages…). La visite (sans guide) était sympa, et nous a permis de voir notre premier (et seul) paresseux, une biche, des crabes aux pinces rouges, et pas mal de petits singes vers les plages.


Nous nous sommes baignés dans l’eau du Pacifique (29°) sur une des plages qui était quasi déserte…


 


Vu que je finis ce récit qui a été en standby depuis presque 1 an, les souvenirs s’estompent un peu, et je résume la fin…


 


Nous avons regagné l’hôtel El Faro, où ils ont récupéré nos bagages dans les chambres pour les mettre à la réception, afin de ne pas être obligés de revenir plus tôt du Parc. Nous avons même pu prendre une douche, passer par le petit magasin de souvenirs situé sous la réception, avant de reprendre la route sans trop tarder, pour nous rendre à San Jose.


 


La route fut un peu longue, mais sur de bonnes routes (nous avons préféré repasser par Jaco pour éviter la route de montagne dont nous n’étions pas tout à fait sûrs qu’elle nous fasse gagner du temps).


Nous sommes finalement arrivés à San Jose, à l’hôtel Sabana (101$ pour 1 nuit à 4). Le restaurant est assez excentré, puis nous sommes allés manger dans un restaurant chinois, très proche.


Le lendemain, nous avons pu laisser nos bagages à la réception, pour aller faire un tour à San Jose, avant d’aller rendre la voiture de location et retourner en France.


Nous avons donc pris le bus pour nous rapprocher du centre.


Nous avons pris les artères principales, (Avenue Centrale) jusqu’au musée national, pour aller découvrir, sur les conseils du réceptionniste de l’hôtel, une boutique de commerce équitable, où l’on peut trouver des articles venant directement des villages typiques, sans être un attrape touristes (Chieton Moren, dont l’adresse est Calle 17, Ave. 2 y 4. No. 225.).


 


Après avoir récupéré les bagages à l’hôtel, nous sommes allés rendre la voiture chez De Bourbon, puis ils nous ont accompagné à l’aéroport.


 


Le retour était plus direct (San Jose – Paris CDG, puis Paris – Lyon, par KLM), et a clôt ce superbe voyage…


 


Quelques remarques, avec du recul :


Les routes ne sont pas si mauvaises que cela, même si on doit passer un certain temps sur des pistes, mais y étant allés à la fin de la saison sèche, nous n’avons pas eu de gués ou de passages difficiles à passer, et une voiture 4x2 suffisait, bien que ce soit appréciable que ce soit un Duster, donc légèrement surélevé par rapport à une berline classique… (et les pneus peut-être un peu renforcés !...). A noter que comme dit pour Tortuguero, pas mal de routes ont été goudronnées récemment… mais rien n’annonce quand le goudron devient piste !...


 


Pensez bien à vous munir de cash (hôtels, parcs), car beaucoup ne prennent pas la CB. On trouve des distributeurs, mais voulant retirer du cash lors du week-end de Pâques, nous étions limités à 20$ par carte… (heureusement, nous en avions 4….).


 


Pour la gastronomie, à part les jus de fruit à Tortuguero, les fruits, et quelques plats, nous n’avons pas plus que ça apprécié leur nourriture… étant peut-être  aussi un peu timides… mais nos essais n’ont pas été enthousiasmants !... (on n’y allait pas pour cela non plus !...)


 


Certes, les parcs naturels sont chers, mais il faut essayer de bien les choisir, même si nos choix n’ont pas été forcément les meilleurs, mais en 10 jours, nous n’avions pas trop le choix…


 


Pour information, nous avons calculé le coût global du voyage : A 4 personnes (2 adultes, et 2 ados), le voyage nous est revenu à 6000€ pour 10 jours, soit 1500€ par personne, soit 150€ par jour et par personne (ce prix comprend TOUT : vols, transports, location de voiture, restos, hôtels, visites, cadeaux (limités)…).


 


J’espère, malgré le temps que j’ai mis pour poster ce récit de voyages, qu’il pourra aider ou donner des idées…


 


Je remercie également tous ceux qui ont fait des blogs, articles, et autres, et qui m’ont permis d’organiser ce voyage (mon premier voyage hors Europe… à 49 ans !... mais pas le dernier !)


 


Date de l'expérience : 14/04/2019

Bons Plans Voyage Costa Rica

Voyage Costa Rica

Services voyage