Forum Norvège

Svalbard (Norvège) : Un ours polaire abattu après avoir attaqué un homme

Avis non contrôlés
Signaler
Georges3110
Le 05 août 2018

Je ne voulais pas prendre la plume, a quoi bon…


mais si je peux non pas dissuader mais éveiller la conscience ne serait ce que d’une personne voulant entreprendre un voyage dans le grand nord, ce sera déjà ça. Loin de moi l’idée de dicter des conduites ou d’interdire de faire ce type de voyage. Je veux juste sensibiliser.


Fait divers en été donc… Fin juillet, un Norvégien est grièvement blessé lors de attaque d’un ours polaire sur l’archipel du Svalbard, l’ours, lui, a été abattu :


« La personne se trouvait à bord d'une embarcation avec un groupe de touristes pour rejoindre les côtes, quand, peu après avoir accosté, un ours polaire l'a attaqué "de façon inattendue", explique la compagnie, au niveau de la tête.


"L'ours a été abattu par un autre employé présent sur le bateau", a expliqué à l'AFP le commissaire Ole Jakob Malmo, sur l'île de Spitzberg, où s'est produit l'incident.


La compagnie Hapag-Lloyd Cruises parle d'un acte "d'autodéfense". "Nous regrettons beaucoup cet incident", a déploré Moritz Krause, porte-parole de la compagnie.


La victime a "été prise en charge et héliportée vers Longyearbyen. Son état de santé est stable et ses jours ne sont pas en danger, a indiqué l'hôpital de Tromsø joint par l'AFP »


Ouf on est rassuré !


Aucune misanthropie dans mes propos, je ne me réjouis en aucune manière de la détresse ou de la mort de quelqu’un. Simplement je me dis : de quel droit ? La légitime défense évoquée ? De quelle légitimité parle-t-on ?


Et l’ours qui a attaqué de ‘façon inattendue’ ? Et bien, au tapis, descente de lit.                                                                       On lui reproche de ne pas avoir fait de sommation, de ne pas prévenir. C’est le monde à l’envers !


 


Maintenant une simple recherche sur internet : tourisme au Svalbard 


« le Svalbard fascine de nombreux voyageurs... la faune exceptionnelle, la nature arctique et les anciennes villes minières des îles sont d’une beauté austère et étrange, qu’on ne trouve nulle part ailleurs. Aujourd'hui, l'archipel est certifié Destination de tourisme durable. »


Ben voyons, tourisme durable, ça ne s’invente pas… durable pour qui ? pas pour les ours en tout cas !


Bien sur ce cas reste encore isolé, et la plupart des agences sérieuses prennent toutes les précautions pour éviter toute rencontre accidentelle avec l’ours, connaissant bien les risques encourus.


 


Profitons néanmoins de cette dramatique histoire pour remettre les choses au point. Le tourisme gagne maintenant les hautes latitudes. Et que cela soit un tourisme de luxe n’y change rien, n’excuse ou n’aggrave rien. Il faut aller voir les ours polaires. Ce n’est pas encore un tourisme de masse, les prix et la meteo « refroidissent » les ardeurs. D’ailleurs, l’ours n’a pas besoin de tourisme de masse pour se sentir écrasé, car il vit déjà de plus en plus à l’étroit.


Son territoire, déjà grignoté par l’expansion humaine, voit son étendue fondre encore du fait du réchauffement climatique. La banquise, zone privilégiée de chasse au phoque pour l’ours, recule de plus en plus en été. Il se rapproche donc, par voie de conséquence du territoire des hommes. A cela se rajoute désormais et chaque année de manière plus forte, la pression touristique.  On peut s’attendre a des interactions de plus en plus fréquentes, car contrairement aux habitants de ces régions désolés qui évitent la rencontre avec le prédateur, les voyageurs veulent aller au contact.


 


Mais approcher l’ours polaire, le plus grand prédateur terrestre de la planète, cela nécessite des précautions. Pour toute sortie en dehors des zones habitées, la réglementation locale impose d’ailleurs d'être accompagné d'un guide local ou de s'équiper soi-même d'un fusil. Un fusil à ours.   


Dans le monde de plus en plus aseptisé dans lequel nous vivons, il peut être grisant de se retrouver armé, de se mettre ‘ en danger’.  Mais avoir un fusil n’est que la première étape, il va falloir peut-être s’en servir. On ne l’emmène pas «au cas où », pour être en règle. Car le danger est bien réel.


 


Donc amis voyageurs, amoureux de la nature sauvage, prenez un temps de réflexion et projetez-vous dans l’instant fatidique ou vous aller devoir tuer ce seigneur de l’Arctique, qui règne sur Son territoire, qui cherche à le défendre, qui cherche pourquoi pas a se nourrir. C’est lui ou vous. Vous êtes un touriste de passage, vous aimez la nature et la vie sauvage, particulièrement les ours polaires, espèce menacée, symbole du réchauffement climatique…vous voulez la voir de près cette nature sauvage donc. De trop près peut être, vous dites-vous à ce moment crucial où vous épaulez et… et où vous vous apprêtez à ôter la vie à la raison même de votre venue sur cette ile, c’est-à-dire à l’ours lui-même…n’y a-t-il pas là un paradoxe ?


 Jean louis Etienne lui-même avait ressenti ce dilemme, s’étant retrouvé dans cette situation lors d’un de ses voyages dans le grand nord canadien. Pensant un ours polaire roder autour de sa tente, il est sorti avec sa carabine, pour une fausse alerte heureusement. Mais il a mis ce jour là en balance sa peur de mourir avec celle de devoir abattre l’ours. Comme il l’a écrit par la suite : « quelle injustice cela aurait été, c’est moi l’intrus ! ».


 


Des gens habitent sur ces terres gelées depuis plusieurs générations. Au Spitzberg, comme de l’autre côté, dans la baie d’Hudson, à Churchill par exemple, ces personnes sont parties intégrantes de l’écosystème. Elles vivent avec l’ours, ont appris à vivre avec lui. A mon sens elles ont plus de légitimité à être armés car des interactions avec les ours sont inévitables et ils doivent se défendre, défendre leur famille, leur village.


La différence avec le « tourisme armé » est que d’un côté deux communautés, humaine et animale, vivent ensemble par force, se croisent, avec parfois des victimes collatérales, mais il y a un respect mutuel. Ils n’ont pas le choix. Et surtout, le plus important, ils s’évitent tant que possible.


De l’autre côté, Le visiteur lui, veut le contact rapproché donc il cherche l’interaction. Il a payé (cher) pour cela. Les actes d’attaque et « d’autodéfense » seront de plus en plus fréquents. Les touristes (ou voyageurs comme on les appelle également) ont le choix, eux… celui de ne pas venir visiter ces terres hostiles.                                             


 


C’est aussi le choix que j’ai fait de mon côté. Je refuse d’aller risquer la peau de l’ours pour le simple plaisir de satisfaire ma curiosité, d’aller gouter à cet exotisme boréal.  
  Et pourtant, je dois l’admettre, il y a eu là de la frustration, qui a été vite compensée quand j’ai réalisé que je préférais les imaginer vivant que les voir abattus. Ne pas nuire.


 


Ou alors la solution est d’y aller ‘à poil’, sans filet. Radical. Mais au delà de la règlementation qui interdit de ne pas être armé (!), rien ne vous garantit que vous aller pouvoir montrer vos diapos au retour, si vous rentrez... Un ours reste un ours !


Des safaris ‘light’ de ce type se pratiquent parfois, notament a l’Okavango on l’on part a la recherche de la faune, à pied, prêt à rencontrer sur son chemin des zèbres des gnous… mais aussi des éléphants et des lions ! Et rien dans les poches on vous dit ! Tout se passe dans la confiance que l’on met dans son guide qui lui a une parfaite connaissance des comportements animaux vis-à-vis de l’homme. Il y a des règles à respecter, il y a une part de risque bien sûr mais calculée. On se rends compte d’ailleurs que le comportement des animaux change si on est « bipède » ou en voiture.  Et puis sans arme pas de bavure, pas de risque de zigouiller le lion qui n’aurait fait d’ailleurs que ce pour quoi il est sur terre. Et si ça se passe mal ?…c’est celui qui joue à domicile qui gagne !


 


Mais sans doute que cela ne s’applique pas aux mœurs des ours polaires qui attaquent « de manière inattendue » !


Il faut peut être accepter que cet animal sauvage reste un animal sauvage.


 


Il y a un prédateur de trop dans l’Arctique. 


 


Maintenant si vous partez quand même, vous partirez en connaissance de cause.


 


Bon voyage

Bons Plans Voyage Norvège

HomeExchange - Echange de maison et d’appartements : inscription gratuite

HomeExchange - Echange de maison et d’appartements : inscription gratuite

Echange de maisons
Aventure arctique : la Norvège en hiver - 9 jours

Aventure arctique : la Norvège en hiver - 9 jours

Voyages sur mesure Dès 2010€
Le plus grand service de réservation de locations de voitures au monde

Le plus grand service de réservation de locations de voitures au monde

Location de voitures

Voyage Norvège

Services voyage