Forum Cuba

30 jours à Cuba : notre retour

69 réponses

Dernière activité le 12/09/2019 à 19:22 (consulter)

Avis non contrôlés
Signaler
termi69
Le 26 août 2017

Che, Fidel Castro, la Révolution, la Baie des Cochons, La Havane, les voitures américaines des années 50, les cigares Cohiba, le rhum, la salsa, les plages, ... Autant de symboles et d'images qui ont construit une icône mondiale d'un monde possible anti capitaliste et romantisé à l'extrême.


 


58 après la prise de la Havane par Fidel, que reste-t-il de cet immense espoir ?


 


Pour le savoir, durant 30 jours de Juillet et Aout, nous avons sillonné Cuba, de Viñales à Santiago de Cuba en faisant halte dans une dizaine de villes.


 


Et bien, il faut être allé à Cuba pour le voir ... et le croire !


 


1°/ C'est un peuple dont le salaire mensuel d'Etat s'étale entre 8.50 € pour un employé et 25 €/mois pour un médecin, obligeant ces derniers, tout comme des milliers d’avocats, ingénieurs, radiologues, professeurs ou géologues à abandonner leur profession pour conduire les touristes, sous un soleil d'enfer, en pédalant sur un vélo - taxi, en faisant le ménage ou en louant une chambre ou deux de leur "casa" !


Nombre d'entre eux sont désespérés, et nourrissent un sentiment d'impuissance face à l'absurdité de la situation conduisant les "cerveaux" du pays à accomplir des tâches sans aucun rapport avec leurs études.


 


Les taxes et prélèvements peuvent atteindre 90% et les amendes aux motifs totalement ubuesques relèvent tout simplement d'un racket d'Etat accentuant encore le marché noir et autres magouilles pour s'en sortir.


 


Un système où les plus anciens renoncent à toucher leur maigre retraite insuffisante pour survivre et tentent d'avoir une petite activité, synonyme d'un quotidien un peu amélioré.


 


Certains quartiers de la Havane sont identiques à des zones qui auraient subi un bombardement tant ce qu'il reste des bâtiments s'apparente plus à un amas de gravats qu'à des constructions...


Certains sont d'ailleurs habités.


 


Des rues où des hommes et femmes par dizaines tuent le temps, assis devant le perron de leur maison, en regardant passer les voyageurs.


 


2°/ Dans de nombreux domaines, le comportement des cubains atteint une ... bêtise abyssale :


Un peuple sans aucune conscience écologique, jetant leurs déchets à même la rue, la plage ou la mer des Caraïbes !


 


- Jamais nous n'aurons vu de telles plages-poubelles, jonchée de détritus par milliers.


Au point que trouver une plage "praticable" relève de la gageure.


 


Déchets alimentaires, gobelets, assiettes en plastique, bouteilles de bières brisées à même les rochers, et ce sur des centaines des mètres ...


 


- A cela, il faut encore ajouter un manque de respect vis à vis des autres qui laisse pantois : les cubains n'hésiteront pas à mettre de la musique "à fond", à l'aide de baffles dignes d'une soirée en discothèque, sans jamais se soucier si le volume assourdissant peut gêner les personnes assises à moins de 2 mètres.


 


Ils n'hésiteront pas' non plus, à jeter à la mer la bouteille de rhum qu’ils auront bue en se baignant...


Que dire du harcèlement verbal dont sont victimes quotidiennement les touristes européennes avec des propositions sans équivoque ...


 


- Le surpoids et l'obésité qui touchent près des 43 % de la population, l'envie de consommer et la perte du respect de son compañero ont remplacé dans les ventres et les cerveaux les idéaux qui les nourrissaient il y a encore 20 ans.


 


(A ce sujet, la cuisine est très décevante : intoxication alimentaire (oui ! Et d'autres voyageurs rencontrés en ont été victimes également), plats pratiquement inmangeables tant le poisson ou le blanc de poulet manquaient de fraîcheur au point de ne pouvoir les couper, légumes ayant de toute évidence traînés dans le frigidaire, ou assiette de quelques fruits à un prix exorbitant ont accompagné notre périple de bout en bout.


 


On ne peut que trop vous inviter à vous méfier des langoustes dont la fraîcheur de la plupart d'entre elles restent à démontrer. Autant dans les casas que dans les restaurants).


 


- Rarement, nous n'avions été reçus avec autant de visages fermés et sans sourire. Marquant souvent une réelle antipathie, et parfois même de l'agressivité.


 


- Là encore, jamais nous n'aurons vécu de tentatives quasi systématiques d'arnaques, accompagnées de mensonges ou d'histoires à dormir debout.


 


Au restaurant, en prenant un taxi, en achetant une bouteille d'eau dans une "supérette" ou bien même un billet de bus.


 


Même la compagnie nationale de cars "Viazul" se livre à des stratagèmes incroyables pour obliger les touristes à prendre des taxis collectifs aux pratiques encore plus scandaleuses, à des tarifs souvent supérieurs et avec des temps de parcours.


 


Pour exemple, il nous aura fallu 7 heures pour parcourir 230 kilomètres, entassés à 17 dans un de ces taxis collectifs, après avoir été changés de véhicule, comme du bétail, séparés de nos premiers compagnons de route, sans aucune explication.


Pour finalement tous se retrouver dans le même véhicule lors des derniers kilomètres après que le chauffeur ait prétexté une panne imaginaire d'un autre taxi collectif...


 


Nous pourrions décliner en dizaines d'exemples la manière dont le mensonge est utilisé de manière récurrente par une large majorité de cubains qui ne voient dans le touriste qu'une bourse à vider.


 


3°/ 


- Que penser de la prostitution où de jeunes hommes et des femmes de tout âge se vendent pour une bière, et où des hommes n'hésitent pas à offrir leur épouse ou leur fille pour quelques Cuc, l'équivalent de quelques euros ?


 


Quand on pense que le Che parlait de l'Homme nouveau ...


 


- La corruption a gangrené toute la société obligeant les cubains à se livrer à "un negocio" plus ou moins illégal dans l'angoisse permanente d'être contrôlé et pris en flagrant délit.


 


Apprendre au détour d’une conversation qu'un cubain est mort, il y a quelques années, d'un infarctus lors un contrôle inopiné alors qu'il préparait "illégalement" une langouste à un touriste qu'il avait reçu dans sa "casa" laisse sans voix...


 


Enfin, entendre les mêmes témoignages dans toute l'île sur le sentiment d'impuissance, le désarroi ou la désillusion des cubains ne fait que renforcer l'idée que le romantisme révolutionnaire cubain est un mirage savamment entretenu.


 


Non, Cuba n'est pas le pays, ni le peuple que l'on pensait découvrir ou redécouvrir.


Le choc entre le fantasme et la réalité est rude et mettra vos certitudes en pièces si vos yeux et votre cerveau daignent en accepter l'existence.


 


Bien entendu, certains s'horrifieront à la lecture de ces lignes jurant qu'ils n'ont jamais rien vu de tel.


Et pour cause !


 


Certains voyageurs y seront allés dans des périodes de faible affluence ou hors vacances cubaines.


D'autres auront voyagé par l'intermédiaire de tour - opérateurs qui prennent grand soin de débarquer leurs clients dans les zones les plus touristiques de chaque ville en évitant soigneusement les quartiers dont l'image et les odeurs pestilentielles relèvent plus du tiers monde que de ce qu'en attendent des touristes avides d'entendre de la musique cubaine ou de boire un daikiri dans un des bars fréquenté par Ernest Hemingway !


 


Quant aux plages, ils préféreront réserver des chambres dans un des hôtels 5 étoiles de Varanero aux plages parfaitement propres et fréquentées exclusivement par des étrangers et sous bonne surveillance.


Sur ces plages-là, point de cubains ! Et pour cause ...


 


D'autres soutiendront avoir fréquenté des plages "cubaines".


C'est fort probable mais certainement pas pendant les mois de vacances de Juillet et Août !


 


Heureusement, dans ce pays en lente désagrégation politique, morale et sociétale, une petite minorité de cubains, très cultivée pour l'essentiel, tente de survivre dans ce qui était pour eux aussi un espoir. Celui de voir surgir de Cuba un monde équitable, juste et moderne.


 


Ce sont eux qui nous confié le plus souvent et le plus sincèrement leurs désillusions ...


Eux aussi qui nous ont accueilli avec cœur, sincérité et envie d'expliquer la situation politique, économique et morale passée et actuelle.


 


(Ce sont d'ailleurs ces « casa particulares » là qui vous aideront dans l'organisation de votre périple et vous éviteront souvent de très nombreuses arnaques de taxis et restaurateurs sans scrupules.


De plus, ils vous proposeront une cuisine souvent authentique, fraîche et traditionnelle à des prix défiants toute concurrence.


Vous tiendrez là vos véritables anges gardiens même si les problèmes d'eau, électricité, climatisations plus ou moins défaillantes, literies ou tout simplement confort de base sont légions !


Et même si sur la douzaine de casas que nous avons habitées, très peu nous ont accueilli chaleureusement.


Souvent, la très bonne première impression se transforme rapidement en absence d'un réel intérêt pour leurs hôtes ou de manière plus pragmatique en relation exclusivement commerciale).


 


En résumé, celles et ceux d'entre vous qui viendront chercher ou ramener de Cuba les repères historiques et traditionnels de l'île y trouveront leur compte : images éternelles ou phrases célèbres de Fidel et du Che sur les murs, cigares authentiques ou non à gogo, musique cubaine dans presque tous les bars, rhum à volonté, ...


 


Pour les autres, vous voilà prévenus ...


 


Le Che avait en horreur le mensonge :


 


Hasta la verdad ( vérité )... Siempre ?

Re: 30 jours à CUBA : TOTALE désillusion !

Signaler
chavitomiamor
Il y a 2 années
Bonjour,

Un avis tranché et sans concession que je respecte. Cuba reste un pays à part du fait de sa situation politique. Faire du tourisme à Cuba est un exercice compliqué pour sa conscience.

Je voudrais faire deux remarques:
  • Il est vrai que Cuba est de plus en plus sale. Pas seulement les plages, les cubains jettent les déchets n'importe où. Plusiseurs fois j'ai fais la remarque aux cubains. La réponse est toujours la même: "Le pays me traîte sans condiréation, alors je ne respecte pas le pays."
  • Le volume de la musique. Il ne s'agit pas d'un manque de respect pour l'entourage mais plutôt d'une habitude culturelle. Seul les touristes peuvent être incommodés. Les cubains sont très tolérants. Pas de conflit de voisinage pour un reggaeton un peu alto. Inconcevable en France. Au contraire, ils vont s'inviter à la fête. La musique est dans les gènes à Cuba.
Hasta pronto.
chavitomiamor

Re: 30 jours à CUBA : TOTALE désillusion !

Signaler
termi69
Il y a 2 années
Bonjour Chavitomiamor,

Merci pour votre réponse et surtout l'explication concernant le comportement des cubains vis à vis des déchets.

Nous l'avions envisagé sans en avoir la confirmation.
C'est triste, totalement  inutile d'un point de vue de l'efficacité "politique" de cette attitude et surtout catastrophique d'un point de vue écologique.

Concernant la musique, 100% d'accord avec vous sur le fait que ce serait inconcevable en France et ... dans beaucoup d'autres pays.

Je conçois cette façon de voir sans la comprendre.


Bonne continuation.

Cordialement
Bernard

Re: 30 jours à CUBA : TOTALE désillusion !

Signaler
IsabelleCuba
Il y a 2 années
Bonjour, 
C'est le propre des différences de culture,une chose inconcevable pour nous est tout à fait naturelle à Cuba.

Les cubains sont bruyants,quand un cubain  à de la chance de pouvoir mettre la musique à fond il en fait profiter ses voisins qui ne demandent pas mieux. Il m est arrivé de me retrouver a la piscine d'un hôtel avec 4 familles de cubains qui chacun avaient leur propre musique.

C'est aussi à mes yeux un des peuple les moins élégants du monde,ils sont habillés vulgairement le plus flashy possible mais chez eux c'est vu comme un signe extérieur de richesse alors que chez nous c'est le sommet de la vulgarité. 

Ils mangent aussi des plats immondes, bourratif,sans saveur,sans epices et gras mais le plus important  chez eux c'est non pas ce qu'il y a dans l'assiette mais la quantité de nourriture.Je pense aussi que la cuisine cubaine doit être une des pire du monde aucun intérêt gustatif.

Mais ils pensent exactement la même  chose de nous les occidentaux, nous sommes trop calmes,habillés tristement et mangeons quasi rien dans nos assiettes. 

Tout est une question de point de vue et de culture.


Re: 30 jours à CUBA : TOTALE désillusion !

Signaler
chavitomiamor
Il y a 2 années
Bonjour,

Il y a un fossé culturel, c'est clair. C'est pour celà aussi que beaucoup de touristes reviennent déçu. Vous rajouter la double monnaie et les embrouilles en tout genre, ils auront visité un pays qu'ils n'ont pas compris.
Il est certain que si vous n'aimez pas la musique et la danse.C'est une destination à éviter.
Et aujourd'hui, c'est le reggaeton qui fait vibrer les tympans, plus que la salsa.

Quant au culinaire. Ce n'est pas la faute des cubains. Beaucoup savent très bien cuisiner. Le problème ce sont les ingrédients et le pouvoir d'achat. 
Essayez juste de faire une sauce à salade. Il vous manque toujours quelque chose...
Le vinaigre ou la moutarde en devises sont innaccessibles pour les cubains.
Alors ils font avec ce qu'ils ont ou peuvent s'acheter bon marché en CUP. Leur quotidien c'est riz, haricots noirs, oeufs. Quand le porte monnaie est un peu plus étoffé, c'est poulet, porc, poisson. Accompagnés de yuca, boniatos, malangas...
Il y a quelques spécialités qui sont excellentes comme la caldosa. Mais là encore, il faut l'argent pour les ingrédients .
Pour les assaisonnements, c'est compliqué aussi.

Pour l'anecdote, il y avait une émisson culinaire à la télé cubaine. Mais elle a dû être arrêté, ils se sont rendu compte que les cubains ne trouvaient pas les ingrédients pour faire les recettes enseignées. Ou n'avaient pas les moyens de les acheter...

Hasta pronto.
chavitomiamor

CALDOSA

Re: 30 jours à CUBA : TOTALE désillusion ! - chavitomiamor

Re: 30 jours à CUBA : TOTALE désillusion !

Signaler
Jacques JDSDF à CUBA
Il y a 2 années


Bonjour termi69 !

Il n'y a pas à respecter ce que vous décrivez, une façon de dire...ouais respect ! respect mec ! Mais tu ne sais pas ... alors .....et bien Non !

Ce que vous dites, ce que vous décrivez c'est la stricte réalité, c'est le vrai Cuba.
Ceux qui nous racontent autre chose, c'est faux.

Cuba, se veut le reflet d'une vitrine imaginaire.... il suffit de regarder la télévision et écouter la radio là bas, pour voir et entendre le décalage entre les mensonges distribués et la réalité.

Les propos que vous ramenez n'ont rien d'excessifs. Il ne sont que la réalité brut et bien servie, c'est triste mais c'est comme cela.
Un lien pour confirmer l'état des choses:
Immeubles en périls. 

Maintenant il y en a qui vont las bas juste pour se défoncer dans le brouhaha des décibels poubelles adossés au rhum et la prostitution. Eh bien à travers ce que vous dites, on comprend mieux le pourquoi de la destination hors vacances club et tourisme individuel réel.


Autre chose, il est claire, comme vous le soulignez,  qu'il ne faut pas croire que les Cubains acceptent le bruit permanent des assoiffés de musiques démesurément fortes des malades de l'alcool, ces fêtards de la salsa ou du reggaeton, qui emmer..... tout le monde, alors que les autres ont besoin de dormir. 

Merci à vous.

Jacques DEPOLLIER du JD SDF a Cuba.
21 ans de Cuba / 79 voyages.



Re: 30 jours à CUBA : TOTALE désillusion !

Signaler
termi69
Il y a 2 années
Bonjour IsabelleCuba,


Vos observations renforcent encore la diversité des sentiments que l'on ressent les uns et les autres dans ce pays.

La discussion aura eu le mérite, je crois, d'ouvrir le débat et d'avertir les futurs touristes tentés par Cuba sur la réalité moins flatteuse de Cuba que l'on nous "vend" en France au travers des clichés attractifs.

Cordialement
Bernard

Re: 30 jours à CUBA : TOTALE désillusion !

Signaler
J.M.
Il y a 2 années
Il faut comprendre que Fidel et le Che ont transformé Cuba en une prison à ciel ouvert (et fermé pour certains). Avec le régime qu'ils ont mis en place Cuba n'a toujours été qu'un enfer, soit aux yeux des communistes bornés. Mais le pire c'est qu'en interdisant toute activité privée les Cubains ont été condamnés à l'inaction, en n'ayant même pas la possibilité d'entreprendre quoi que ce soit pour s'en sortir matériellement. Même aujourd'hui sachez que les Euros que vous laissez là bas en tant que touriste vont pour l'essentiel dans les poches de Raul et sa clique.
Dans un tel contexte il n'est pas étonnant que le peuple cubain fasse preuve d'un certain laisser aller ! et essaie de survivre via la débrouille.
Mais quand on connaît des Cubains vivant à l'étranger on est convaincu que ce comportement n'est pas génétique, car une fois libérés du carcan d'une idéologie absurde ils savent se montrer entreprenants pour aller de l'avant.

Re: 30 jours à CUBA : TOTALE désillusion !

Signaler
termi69
Il y a 2 années
Bonjour JM,


Oui l'aspect politique de Cuba est évidemment très important et explique bien sûr la situation économique du pays.

Merci pour analyse.

Nous avons aussi rencontré des cubains ayant quitté l'île, qui ont réussi et sont entrepreneurs.

Cordialement
Bernard

Re: 30 jours à CUBA : TOTALE désillusion !

Signaler
megataz
Il y a 2 années
Bonjour, 

Je te rejoints quasiment sur toutes tes impressions , mais je n'arrive pas à être déçu de la destination et je leur trouve beaucoup de circonstances atténuantes avec ce lavage de cerveau permanent en place depuis plus de 50 ans.
Cdt.

Re: 30 jours à CUBA : TOTALE désillusion !

Signaler
bawweb
Il y a 2 années
,, Il faut comprendre que Fidel et le Che ont transformé Cuba en une prison à ciel ouvert (et fermé pour certains). Avec le régime qu'ils ont mis en place Cuba n'a toujours été qu'un enfer, soit aux yeux des communistes bornés. Mais le pire c'est qu'en interdisant toute activité privée les Cubains ont été condamnés à l'inaction, en n'ayant même pas la possibilité d'entreprendre quoi que ce soit pour s'en sortir matériellement. Même aujourd'hui sachez que les Euros que vous laissez là bas en tant que touriste vont pour l'essentiel dans les poches de Raul et sa clique.
Dans un tel contexte il n'est pas étonnant que le peuple cubain fasse preuve d'un certain laisser aller ! et essaie de survivre via la débrouille.
Mais quand on connaît des Cubains vivant à l'étranger on est convaincu que ce comportement n'est pas génétique, car une fois libérés du carcan d'une idéologie absurde ils savent se montrer entreprenants pour aller de l'avant.


Bonsoir ! J'espère pour vous que vous avez pû aller vous éclater à Cuba avant la révolution . 
Les esclaves à cette époque n'étaient pas auusi entreprenant que maintenant . Il n'avaient pas le droit de mettre la musique fort ni d'être gros ... C'était le bon temps ... A cette époque ; ils ne pouvaient ni lire ni écrire . Pourquoi les soigner s'ils étaient malade , il y a toujours eu la sélection naturelle ... Et puis il n'y avait pas non plus les cartes de rationnement pour qu'ils ne meurent pas de faim ... J'espère que vous avez pû profiter de cette époque !!!  
Au moins , avant Fidel et Le Che , ils n'étaient pas en prison ; ils étaient bien . C'était pas l'enfer comme maintenant ...

Re: 30 jours à CUBA : TOTALE désillusion !

Signaler
termi69
Il y a 2 années
Bonsoir Megataz,

Au delà de la description que j'ai essayé de faire, c'est ensuite à chacun de trouver à Cuba certaines choses qui leur plaisent.

Et c'est bien là l'essentiel, je trouve.
En toute conscience de la réalité d'un pays, apprécier ou non ce qu'il est.


Bonne continuation !

Cordialement
Bernard

Re: 30 jours à CUBA : TOTALE désillusion !

Signaler
chavitomiamor
Il y a 2 années
Bonjour,

Pour les aficionados du régime politique, toujours les 2 mêmes arguments:

1- L'éducation. Les enseignants gagnent entre 10 et 15€/mensuel. Inutile de vous faire un dessin sur la qualité de l'enseignement dispensé. Quand l'enseignant(e) ne cherche pas une place de femme de ménage dans une casa comme j'e l'ai vu lors de mon dernier séjour...Dans beaucoup de provinces des postes ne sont pas pourvus. On pourrait parler de l'assiduité aussi. Une catastrophe. 8 jeunes sur 10 sortent du système scolaire sans formation et avec un niveau d'enseignement général faible. Bein oui, garder la voiture d'un yuma rapporte bien plus qu'un salaire d'ingénieur. Il y a un test qui est fait par l'EN en France pour évaluer le niveau quand un enfant immigre. Demandez à ceux qui ont les résultats. Environ deux ans de retards par rapport à un petit français (déjà pas des foudres de guerre..)

2- La santé.Là encore du personnel très motivé à 15€/mensuel. Comme l'enseignement, mêmes causes, mêmes effets. Je vous invite à visiter un hôpital de province ou un dispensaire de proximité. Ame sensible s'abstenir. Beaucoup de medecins en mission. C'est une source de revenu pour l'Etat. Beaucoup en profitent pour s'exiler aux USA ou ailleurs. Désormais, leurs salaires sont versés à leur retour dans l'île. Le secteur de la santé est victime des nombreux vols aussi, comme de nombreux secteurs de l'economie. Un scanner offert, aussitôt démonté pour vendre en pièces détachées. De nombreux exemples semblables. On vole le coton, les aiguilles, l'alcool...L'ambulance qui sert de taxi. Enfin bref, le resolver au quotidien.

Argument ultime: c'est la faute de l'embargo américain !
Une Amérique que la propagande vilipende à grand coup de slogan mais dont on utilise sa monnaie. C'est l'ennemi jalousé par tout le peuple cubain.
Cuba tiene picason con Estados Unidos. 

Que retiendra l'Histoire du castrisme ? Le changement dans la continuité...

Hasta pronto.
chavitomiamor



Re: 30 jours à Cuba : notre retour

Signaler
Paqui38
Il y a 2 années
Bonjour,

Je valide et confirme chaque parole évoquée, nous avons été tant déçu de ce pays et y avons laissé une fortune en taxi, maisons (5 cuc par personne pour le petit déjeuner non annoncé sur les sites. Le petit déjeuner compris dans le prix de la chambre n'est qu'un café seul) et les accès au moindre site touristique est payant.
Très déçu par la froideur du cubain et l'impolitesse des gens (à l'aéroport on ne vous répond même pas après un "bonjour").
Les arnaques de tous, les prix spéciaux pour les touristes, la pollution des voitures, les déchets sur les plages, sous les eaux et dans les villes.

Attention si vous essayez de louer un véhicule depuis la france, nous nous sommes fait arnaquer par une pseudo entreprise "E TRAVEL CUBA" qui n'existe pas et qui vous loue facilement un véhicule pour votre séjour. Cette dernière vous prévient 2 jours avant qu'elle n'a plus de véhicule de disponible et vous propose soit le remboursement soit de poursuivre l'arnaque en vous proposant un véhicule d'une gamme plus importante. Bien évidemment vous n'avez plus de nouvelle ensuite et avez perdu votre argent. On ne peut rien faire pour arrêter ce site alors soyez prudent.

Si comme nous vous évitez les sites touristiques, vous risquez fortement d'être déçu de Cuba.

Re: 30 jours à Cuba : notre retour

Signaler
termi69
Il y a 2 années
Bonsoir Paqui38,


Merci pour votre témoignage et les précisions sur les arnaques de location de voiture que nous ne connaissions pas.

Elles permettront à d'autres voyageurs de ne pas tomber dans le piège.



Cordialement
Bernard

Re: 30 jours à CUBA : TOTALE désillusion !

Signaler
VIVA-CUBA
Il y a 2 années
[citation msg="4367694"] Bonjour, 
C'est le propre des différences de culture,une chose inconcevable pour nous est tout à fait naturelle à Cuba.

Les cubains sont bruyants,quand un cubain  à de la chance de pouvoir mettre la musique à fond il en fait profiter ses voisins qui ne demandent pas mieux. Il m est arrivé de me retrouver a la piscine d'un hôtel avec 4 familles de cubains qui chacun avaient leur propre musique.

C'est aussi à mes yeux un des peuple les moins élégants du monde,ils sont habillés vulgairement le plus flashy possible mais chez eux c'est vu comme un signe extérieur de richesse alors que chez nous c'est le sommet de la vulgarité. 

Ils mangent aussi des plats immondes, bourratif,sans saveur,sans epices et gras mais le plus important  chez eux c'est non pas ce qu'il y a dans l'assiette mais la quantité de nourriture.Je pense aussi que la cuisine cubaine doit être une des pire du monde aucun intérêt gustatif.

Mais ils pensent exactement la même  chose de nous les occidentaux, nous sommes trop calmes,habillés tristement et mangeons quasi rien dans nos assiettes. 

Tout est une question de point de vue et de culture.


Se cacher derrière : "la différence des cultures" pour cracher son venin : excellent ! pas très fin quand même ? Si je résume : le cubain est un porc glouton qui mange des plats immondes, bruyant, mal habillé et vulgaire ?Bon, bon bon que puis-je dire ? j'avoue je suis un peu dubitatif.

Re: 30 jours à CUBA : TOTALE désillusion !

Signaler
termi69
Il y a 2 années
Bonjour Chavitomiamor,


Merci encore pour ces informations qui permettent aussi de mieux se rendre compte de la situation du pays et des comportements induis par l'absurdité du système politique.

Nous n'imaginions , ni ne savions que ça en était à ce point là dans ces 2 domaines dits "privilégiés"...


Cordialement
Bernard

Re: 30 jours à CUBA : TOTALE désillusion !

Signaler
Revenant
Il y a 2 années
,, C'est aussi à mes yeux un des peuple les moins élégants du monde,ils sont habillés vulgairement le plus flashy possible mais chez eux c'est vu comme un signe extérieur de richesse alors que chez nous c'est le sommet de la vulgarité. 


Faux dire que nous, on s'habille selon la mode, pour plaire à Fulano, pour rendre jalouse Fulana, et on a un sacré choix en fringues. Eux, à part les "fortunés" qui se permettront des folies, la plupart gardent leurs fringues plusieurs décennies car pas trop les moyens d'en changer. Beaucoup se fichent du regard des autres, que cela les boudine ou pas, que ce soit voyant ou pas. Ils s'habillent pour ne pas sortir à poil, pas pour plaire aux autres.

,,
Ils mangent aussi des plats immondes, bourratif,sans saveur,sans epices et gras mais le plus important  chez eux c'est non pas ce qu'il y a dans l'assiette mais la quantité de nourriture.Je pense aussi que la cuisine cubaine doit être une des pire du monde aucun intérêt gustatif.


J'ai la chance de ne pas être difficile, sauf le riz sec. Chez n'importe qui que j'ai mangé, j'ai toujours bien mangé. Et si, ils mettent des épices, et des bonnes. J'ai souvent mangé des ragouts de porc (et même d'agneau) à rendre des cuisinières françaises jalouses. Mais bien sûr, ils n'ont pas tous les moyens de s'acheter des produits en quantité, de bonne qualité, ou ne serait-ce que certains produits.

,,
Mais ils pensent exactement la même  chose de nous les occidentaux, nous sommes trop calmes,habillés tristement et mangeons quasi rien dans nos assiettes. 


Trop calmes, nous, ça je n'ai jamais entendu, surtout de la part d'un Cubain.
Pour la bouffe, oui, on mange bien moins qu'eux, enfin, surtout moi.
Pour les fringues, en effet, ils disent qu'on s'habille tous pareil, comme si on nous offrait des costumes d'écoliers. Mais ça c'est une image générale. Peut-être que vos goûts ne sont tous simplement les leurs. Eux s'habillent pour eux, vous pour les autres. Qui a raison ? Peut-être celui qui n'a aucun complexe à sortir comme il veut !


Re: 30 jours à Cuba : notre retour

Signaler
Revenant
Il y a 2 années
Il y aurait à dire sur l'éduication.

Education gratuite, mais à quel prix ? Oui, chacun fait les études qu'il veut, à condition qu'il soit un "fidèle petit révolutionnaire", qu'il ne soit jamais malade, etc.

Je reprends l'histoire de la cousine de mon épouse. Sa fille, douée en informatique et électronique (grâce à son père), voulait continuer ses études dans ce domaine. Hélas, elle faisait beaucoup d'allergies à certains produits allimentaires, et avait de l'asthme. Elle ne pouvait donc pas faire les "escuelas en el campo" et autres sorties obligatoires, telles que les travaux volontaires, les marches du Premier Mai ou autres manifestations "politiques" où l'état sait plusieurs semaines à l'avance le nombre précis de participants (les seuls vrais volontaires de ses marches du Premier Mai et des Travaux Volontaires sont les étrangers qui payent pour).
Au moment où elle pouvait choisir sa branche pré-universitaire, on lui a clairement dit qu'à cause de cela, elle n'avait que le choix d'être dans l'éducation (institutrice).

L'éducation est gratuite, mais si tu n'as pas les moyens de faire un cadeau à ton instituteur et au directeur pour Noël ou son anniversaire, je peux t'assurer que la moindre demande te sera refusée, comme par exemple ton carnet scolaire si tu changes d'école ou part à l'étranger.

La santé, c'est pire, et ce n'est pas gratuit. Un jour, à l'hopital, ma belle-mère attendait avec son père un RDV. Le grand-père lui dit : "mira, es la cola de los trajes"... enfin, c'est ce qu'elle a compris. Elle lui fit remarquer qu'il n'y avait personne en costume (traje). Il lui répondit que non, pas "los trajes" (les costumes), mais "los traes", de "traer" (apporter). Il faisait remarquer que tous avaient un sac ou autre chose à "offrir" pour obtenir un rendez-vous ; une semaine ou deux plutôt que 1 mois ou deux.

Un jour, ma belle-mère s'est cassé le genoux dans des escaliers. On lui a mis juste une bande, puis un platre presque un mois après. Elle avait droit à des séances de kiné, et on lui a donc attribué un kiné. Lorsqu'elle y est allée à la date précisée, le kiné était en mission à l'étranger. On lui a dit que si elle en voulait un autre, il fallait payer, sinon, fallait attendre le retour de mission, trois ou 6 mois. Ca doit faire 12-13 ans... elle boite toujours depuis.

Si t'es malade, tu vas voir ton médecin de quartier, c'est gratuit. Il te fait une ordonnance pour aller ACHETER les médicaments à la pharmacie, certes pas cher, mais comme la plupârt du temps, il n'y en a pas, il te faut aller dans une pharmacie dite pour touristes, fréquentée à 99,5 pourcent par des Cubains, où on y trouve tout, très cher (même pour nous), et bien-sûr pas remboursés même avec ordonnance. Autre possibilité, tu vas voir le chef de clinique ou du dispensaire, il a souvent des médicaments que lui remettent des touristes crédules, et qu'il revend un peu moins cher qu'à la pharmacie pour touristes.

Ca c'est la réalité de 2 réussites de la révolution, complétant les écrits de Chavito. Je rajoute un truc à ses écrits. A part quelques hôpitaux de Santiago ou la Havane, je n'en ai pas visité d'autres... et ce que j'ai vu dans ces 2 villes ne me donne franchement pas envie d'aller voir ailleurs. Le grand-père de mon épouse est décédé de la tuberculose dans un hôpital ou il était rentré pour un hématome suite à une chute. Décédé juste après (le lendemain) avoir connu son unique arrière petit-enfant garçon (mon fils), comme s'il avait attendu. La veille, nous étions dehors avec lui (on ne voulait pas que le petit rentre dans l'hôpital), où on discutait et on l'avait rasé avec un rasoir électrique neuf qu'il m'avait demandé. 

Re: 30 jours à Cuba : notre retour

Signaler
chavitomiamor
Il y a 2 années
Bonjour,

Un article 14ymedio daté du 31 août 2017 concernant l'éducation nationale à Cuba:

La Educacion ha perdido maestros y presupuesto
(L'Enseignement a perdu enseignants et budget) 

Avec une phrase qui résume bien les maux de Cuba :
"El problema es que nadie quiere ser maestro porque pagan muy poco y explotan mucho", dice Yanelys.
(Le problème c'est que personne ne veut faire enseignant parece qu'ils rémunèrent peu et exploitent beaucoup) dit Yaneylys.

Bonne lecture !
chavitomiamor

Re: 30 jours à Cuba : notre retour

Signaler
termi69
Il y a 2 années
Bonsoir Revenant,


Un grand Merci pour cette foultitude d'informations qui rend mieux compte du quotidien à Cuba.


Cordialement
Bernard

Re: 30 jours à Cuba : notre retour

Signaler
zerta2005
Il y a 2 années
,, Il y aurait à dire sur l'éduication.

Education gratuite, mais à quel prix ? Oui, chacun fait les études qu'il veut, à condition qu'il soit un "fidèle petit révolutionnaire", qu'il ne soit jamais malade, etc.

Je reprends l'histoire de la cousine de mon épouse. Sa fille, douée en informatique et électronique (grâce à son père), voulait continuer ses études dans ce domaine. Hélas, elle faisait beaucoup d'allergies à certains produits allimentaires, et avait de l'asthme. Elle ne pouvait donc pas faire les "escuelas en el campo" et autres sorties obligatoires, telles que les travaux volontaires, les marches du Premier Mai ou autres manifestations "politiques" où l'état sait plusieurs semaines à l'avance le nombre précis de participants (les seuls vrais volontaires de ses marches du Premier Mai et des Travaux Volontaires sont les étrangers qui payent pour).
Au moment où elle pouvait choisir sa branche pré-universitaire, on lui a clairement dit qu'à cause de cela, elle n'avait que le choix d'être dans l'éducation (institutrice).

L'éducation est gratuite, mais si tu n'as pas les moyens de faire un cadeau à ton instituteur et au directeur pour Noël ou son anniversaire, je peux t'assurer que la moindre demande te sera refusée, comme par exemple ton carnet scolaire si tu changes d'école ou part à l'étranger.

La santé, c'est pire, et ce n'est pas gratuit. Un jour, à l'hopital, ma belle-mère attendait avec son père un RDV. Le grand-père lui dit : "mira, es la cola de los trajes"... enfin, c'est ce qu'elle a compris. Elle lui fit remarquer qu'il n'y avait personne en costume (traje). Il lui répondit que non, pas "los trajes" (les costumes), mais "los traes", de "traer" (apporter). Il faisait remarquer que tous avaient un sac ou autre chose à "offrir" pour obtenir un rendez-vous ; une semaine ou deux plutôt que 1 mois ou deux.

Un jour, ma belle-mère s'est cassé le genoux dans des escaliers. On lui a mis juste une bande, puis un platre presque un mois après. Elle avait droit à des séances de kiné, et on lui a donc attribué un kiné. Lorsqu'elle y est allée à la date précisée, le kiné était en mission à l'étranger. On lui a dit que si elle en voulait un autre, il fallait payer, sinon, fallait attendre le retour de mission, trois ou 6 mois. Ca doit faire 12-13 ans... elle boite toujours depuis.

Si t'es malade, tu vas voir ton médecin de quartier, c'est gratuit. Il te fait une ordonnance pour aller ACHETER les médicaments à la pharmacie, certes pas cher, mais comme la plupârt du temps, il n'y en a pas, il te faut aller dans une pharmacie dite pour touristes, fréquentée à 99,5 pourcent par des Cubains, où on y trouve tout, très cher (même pour nous), et bien-sûr pas remboursés même avec ordonnance. Autre possibilité, tu vas voir le chef de clinique ou du dispensaire, il a souvent des médicaments que lui remettent des touristes crédules, et qu'il revend un peu moins cher qu'à la pharmacie pour touristes.

Ca c'est la réalité de 2 réussites de la révolution, complétant les écrits de Chavito. Je rajoute un truc à ses écrits. A part quelques hôpitaux de Santiago ou la Havane, je n'en ai pas visité d'autres... et ce que j'ai vu dans ces 2 villes ne me donne franchement pas envie d'aller voir ailleurs. Le grand-père de mon épouse est décédé de la tuberculose dans un hôpital ou il était rentré pour un hématome suite à une chute. Décédé juste après (le lendemain) avoir connu son unique arrière petit-enfant garçon (mon fils), comme s'il avait attendu. La veille, nous étions dehors avec lui (on ne voulait pas que le petit rentre dans l'hôpital), où on discutait et on l'avait rasé avec un rasoir électrique neuf qu'il m'avait demandé. 



A cet ensemble, je peux rajouter que ma femme faisait petite des otites à répétition jamais soignées.
Elle avait des soucis d'audition et des mots de têtes très forts, ne pouvait quasiment pas passer la tête sous l'eau sans douleur.
Cuba n'a jamais rien fait, jamais rien vu réellement.
Je suis une fois allé à l'hôpital nNetto de Guantanamo : des branquards rouillés, des portes qui s'ouvrent à grand coup de pied, des malades en grand nombre dans des chambres pourries, .. .je pourrais en sortir plein encore.
Grace à une petite poche "magique" avec du dolipranne et quelques autres médocs, je suis passé très vite et la docteur a reçu mon "cadeau" avec un grand sourire.
Tout cela gratuit au nom de ma bele mère. J'ai eu la chance de pouvoir avoir les injections à son nom.
Ma belle mère avait besoin de lunettes. J'ai récupéreé l'ordonance pour avoir les verres en France. A l'ophtalmo à qui je les aui montré, sa réaction a été celle ci "oh, mais c'est quelqu'un qui doit y voir très très mal".
Et quand je lui ai expliqué l'histoire (verres disponibles que dans 6 mois) il a halluciné sur la santé à Cuba.

En lien avec cela, un extrait de Chiavitomiamor:
"Argument ultime: c'est la faute de l'embargo américain !
Une Amérique que la propagande vilipende à grand coup de slogan mais dont on utilise sa monnaie. C'est l'ennemi jalousé par tout le peuple cubain.
Cuba tiene picason con Estados Unidos. "

Quelle vérité !
J'aurai ajouté - il y a 2-3 ans - "et les 5 soit disant héros". Ces espions qui se sont fait crocher aux USA.
La propagande tournait autour de ces deux faits.
"Volveran" et l'embargo. Que cela à lancer. Mais sans les USA et la bouffe qu'ils importent, que deviendait le pays ?
L'embargo, je l'ai déja dit ici, est pour moi une excuse pour masquer l'incompétence de dirigeants en place et leur enrichissement personnel ... et ce n'est plus le Vénézuela, enfin devenu un "pays frère" (dans la dèche et la crise) qui va les aider ..
D'où le rapprochement avec l'ancien ennemi .. tant recherché par grand nombre de cubains fuyant le pays.

Le gouvernement en place est efficace ? bonne blague : où en est par exemple le retour à une simple monnaie évoquée il y a bien longtemps ... certainement lancé sans penser aux conséquences ett soucis que cela entrainerait.

Re: 30 jours à CUBA : TOTALE désillusion !

Signaler
Revenant
Il y a 2 années
,, 
Mais quand on connaît des Cubains vivant à l'étranger on est convaincu que ce comportement n'est pas génétique, car une fois libérés du carcan d'une idéologie absurde ils savent se montrer entreprenants pour aller de l'avant.


Je ne crois vraiment pas que ceci soit également une généralité. Oui, j'en connais qui vont vraiment de l'avant, qui ont deux métiers, un pour le plaisir de faire ce qu'ils aiment mais pas assez rémunérateur pour vivre, et un autre où ils bossent dur pour faire vivre leur famille, et ce à 30 ans.

J'en connais d'autres, même s'ils bossent, ont toujoiurs ce sens dans le sang de tromper son prochain pour en tirer des bénéfices pécuniers. Pour eux, c'est comme une obligation, même s'ils n'en ont pas besoin. Et le pire, c'est qu'ils impliquent leur famille comme si c'était normal.

Quant tu as passé beaucoup de ton temps à Cuba pour tromper le touriste ou le Cubain pour trouver une porte vers la sortie, tu gardes souvent cela dans ton esprit et ta façon de vivre. Quand au contraire, tu arrives à sortir de Cuba en toute honnêteté, par amour véritable, par la famille, ou autre, tu cherches vraiment à t'en sortir dans les mêmes conditions, honnêtement, et souvent durement.

Re: 30 jours à Cuba : notre retour

Signaler
amelie150
Il y a 2 années
Merci pour ce super tableau qui donne froid dans le dos.
Et qu'est ce que vous pensez de la France? que disent ils de nous?

Après tous ces commentaires, Cuba est il une destination à faire ou pas?

Je suis en plein doute

Re: 30 jours à Cuba : notre retour

Signaler
Revenant
Il y a 2 années
,, Merci pour ce super tableau qui donne froid dans le dos.
Et qu'est ce que vous pensez de la France? que disent ils de nous?

Après tous ces commentaires, Cuba est il une destination à faire ou pas?

Je suis en plein doute


Perso, jamais je ne déconseillerai Cuba. La majorité en reviennent enchantés, ceci est suffisant. Dans toutes les destinations, les avis divergent. Cela dépend de ce qu'on aime, de ce qu'on veut voir, de la façon de voyager, mais surtout de ce qu'on attend. Partir avec uniquement en tête l'image de la carte postale vous fera revenir deçue, à moins que vous ne restiez 7 jours sur 7 à Varadero ou sur un Cayo sans être difficile pour la nourriture.
Partir avertir vous fera avoir un regard différent. Vous éviterez les pièges et arnaques, vous saurez où manger à moindre frais, et c'est dans cet esprit que vous reviendrez enchantée !

Re: 30 jours à Cuba : notre retour

Signaler
amelie150
Il y a 2 années
Merci ;)

Je pense aussi qu'il faut en prendre et en laisser. C'est comme chez nous, il y a des arnaques tous les jours, des endroits très beaux et d'autre où il y a tt à refaire, des bons restaurants comme des attrapes touristes
la vie n'est pas rose :)


Re: 30 jours à Cuba : notre retour

Signaler
Revenant
Il y a 2 années
,, Merci ;)

Je pense aussi qu'il faut en prendre et en laisser. C'est comme chez nous, il y a des arnaques tous les jours, des endroits très beaux et d'autre où il y a tt à refaire, des bons restaurants comme des attrapes touristes
la vie n'est pas rose :)


Tout à fait, à la différence qu'ici, nous sommes sur un forum sur Cuba, et que les gens qui cherchent à s'informer veulent en savoir plus sur Cuba. On ne va pas leur dire "vous pouvez aller manger à tel endroit, car c'est un attrape touristes comme sur la Côte d'Azur".

Beaucoup voient Cuba aussi beau qu'une carte postale, et beaucoup embellissent un peu trop Cuba. Après, on s'étonne des retours négatifs, mais véridiques, comme on peut le voir sur ce post. Pour eux, c'est une "totale désillusion", comme quelqu'un l'a écrit ailleurs.

Alors oui, il y a à prendre, et peut-être à jeter. Moi, je dis qu'il ne faut pas tomber dans la parano, mais rester averti !

Re: 30 jours à Cuba : notre retour

Signaler
termi69
Il y a 1 année
Bonjour Amélie,

Comme vous avez pu le lire, la réalité n'est en aucun point comparable à l'image de notre inconscient populaire au sujet de Cuba.

C'est bien là l'objet du post. A savoir prévenir les éventuels voyageurs d'une possible désillusion s'ils attendent de ce voyage de vivre l'image romantique révolutionnaire que l'on y rattache.

Les agences de voyages font le "job" : Ils amènent leurs clients dans les lieux tourisitiques et logements les plus présentables, au vue des normes occidentales.

Dans ces conditions, découvrir Cuba et sa réalité est une autre affaire ...

Cordialement
Bernard

Re: 30 jours à Cuba : notre retour

Signaler
amelie150
Il y a 1 année
Merci pour votre retour,
C'est vrai que cela m'a fait posé des questions en lisant votre post :)
Mais nous avons les idées claires et nous sommes convaincus qu'il y a de grosses différences entre le passé et aujourd'hui ainsi que les messages que donnent les agences de voyages ou site internet par rapport à Cuba. Nous allons qd mm partir pour Cuba en Novembre :)

Re: 30 jours à Cuba : notre retour

Signaler
Revenant
Il y a 1 année
Oui, il ne faut pas changer de destination. Comme je le dis, beaucoup, et qui est encore une majorité, reviennent de Cuba enchantés. Critiquer un pays n'est en aucun cas un désir de le déconseiller ou de le fuir, mais comme le dit Termi69, celui de prévenir.

Re: 30 jours à Cuba : notre retour

Signaler
chavitomiamor
Il y a 1 année
Bonjour,

amelie150 a écrit : "Après tous ces commentaires, Cuba est il une destination à faire ou pas?"

Pour faire sa propre opinion, il faut y aller.

J'ai toujours pensé qu'il était comlexe de faire du tourisme dans des pays non démocratiques. Cuba ne fait pas exception.
90% des touristes repartent sans avoir rien vu ni compris au fonctionnement de la société cubaine. 100% de la clientèle de Varadero...
Les touristes vivent en CUC (ou us-dollars), les cubains en CUP. Un apartheid monétaire de fait qui perturbe la relation au peuple.

Hasta pronto.
chavitomiamor

Re: 30 jours à Cuba : notre retour

Signaler
chavitomiamor
Il y a 11 mois
Bonjour,

Disons que le dos de la carte postale n'est pas très reluisant.

La sécurité est toute relative. La sécurité dans les lieux que fréquentent les touristes est assurée. Dans le Cuba un peu plus authentique, le rhum aidant, il y a des soirées agîtées et pas mal de violence croyez moi. Dans le quotidien et le cercle familiale aussi. Les femmes ne sont pas à la fête à Cuba.
Pour les touristes, c'est le vol par ruse, omniprésent. La plupart du temps c'est indolore.

On croise beaucoup de yumas avec une vision romantique de la Révolution cubaine. Alors ils essaient d'entrapercevoir leurs idéaux dans la réalité cubaine. Mais ils sont complètement à côté de la plaque...

Si les cubains cherchent à fuir leur île. Ce n'est pas par plaisir.

Hasta pronto.
chavitomiamor


Re: 30 jours à Cuba : notre retour

Signaler
LOIRET45
Il y a 11 mois
Bonjour à tous,
Je viens de parcourir ce forum et comme nous partons avec mon épouse pour 3 semaines en novembre je vous remercie pour cette "mise en condition" . J'ai parcouru pas mal de pays et je retrouve quelques réactions que j'ai connu ailleurs notemment le bruit. Notre dernier voyage date de décembre dernier 1 mois au Cambodge et allez faire un tour sur une plage le week end et quand vous aurez entendu la musique sortir des enceintes d'un m de haut sur la plage vous saurez ce qu'est le bruit .... sans compter les petites dames qui font frire leurs calamars sur la plage et que vous devez dégager du boût de la tong un petit périmêtre pour poser votre serviette . . . Mais nous avons pour habitude de nous défaire de nos conditions de vie Françaises dès que nous montons dans l'avion et nous gardons bien de critiquer quoi que ce soit dans le pays qui nous acceuille même si quelques situations sont quelques fois exaspérantes vis à vis de nos petites habitudes . . Pour l'alimentation, je serai un peu plus modeste je connais l'alimentation en Afrique, Asie, Maghreb mais pas trop amérique et en particulier Cuba. La seule chose qui me fait me poser quelques questions ce sont les transports . .  A part celà, en lisant certains posts j'ai l'impression que certains n'ont pas du beaucoup voyager pour s'offusquer de petits désagrément en voyageant "routard" des gens qui vous demandent un peu d'argent c'est dans tous les pays, les petites arnaques c'est dans tous les pays, le bruit c'est dans tous les pays et si on est pas prêt à passer outre celà il vaut mieux rester en France et aller arroser les plagistes méditéranéens à 40 euros la salade et 30 euros le relax  . . . Bon, j'espère ne pas me faire trop taper sur la tête après ces propos . . .
Jacky

Re: 30 jours à Cuba : notre retour

Signaler
zerta2005
Il y a 11 mois
,, [citation msg="4613366"] ... que la levée de l'embargo sur le papier ne change rien à leur situation..]

Quelle levée d'embargo ? Il n'y a pas de levée d'embargo, ni en réel, ni sur un papier.
Il y a eu un pseudo allègement, surtout concernant le tourisme américain, balayé en partie par Trump. Cela a eu l'effet craint depuis des décennies, l'engouement pour le tourisme européen (entre autres) vers Cuba avant l'invasion US, mais qui n'a pas duré. Résultat : forte hausse des prix des hôtels, des chauffeurs privés pseudos guides... Le peuple, lui, doit se contenter désormais des miettes bien chères que laissent ces nouveaux riches voire très riches.



Et je rajoute que l'on assiste à l'ouverture d'hôtel de luxe à des prix indescents pour les cubains mais rien pour les touristes comme nous en 2 ou 3 étoiles (réel, pas de pseudo 3 étoiles qui n'en auraient aucune en europe) ... qui dans leur majorité préfèrent certainement aller chez l'habitant.
Tant mieux, comme cela l'argent rentre dans leur poche, pas dans ceux de l'Etat.

L'embargo, certains pays s'en moquent comme la Russie ou la Chine.
Cela se voit avec les marques de voitures ou de bus qui circulent.
D'ailleurs, à ce jour, les cubains des bus parfois plus récents que les Viazuls des touristes qu'il faudrait penser à remplacer pour avoir un service de qualité (je n'ai pas dit ponctuel, c'est un autre problème !).
Ce n'est pas pour autant que le prix des voitures ont baissé. 
Date de l'expérience : 13/08/2018

Re: 30 jours à Cuba : notre retour

Signaler
termi69
Il y a 11 mois
Bonsoir chavitomiamor,
(C'est joli ça ! lol)


Merci pour les précisions que vous apportez.

Il y a eu pas mal de témoignages sur le site voyage.forum du quotidien des cubains et j'ai appris malheureusment qu'il était, par certains aspects, pire que ce que j'avais pu voir et décrire.


Cordialement
Bernard
Date de l'expérience : 11/08/2017

Re: 30 jours à Cuba : notre retour

Signaler
margoulin
Il y a 11 mois
Concernant les déchets, allez faire un rour au pérou et vous verrez ce que c'est! des plages ou l'on trouve des pots de peintures à moitié plein sans le couverte avec le rouleau encore frais à côté, des bouteilles en pagailles, paquets de chips et autres. Même aux alentours du machu picchu c'est immonde.

Nous avons pris un taxi. le chaufeeur mangeait des chips et lorsqu'il a eu terminé il a balancé le paquet vide par la fenêtre. 

Alors moi j'ai trouvé que Cuba à coté c'est des Roses!
Date de l'expérience : 31/08/2017

Re: 30 jours à Cuba : notre retour

Signaler
LOIRET45
Il y a 11 mois
Oui, mais encore une fois, on ne va pas visiter un pays pour faire à postériori des commentaires sur sa situation politique. . .il existe d'autres sites pour ce genre de débat. Ici on est sur un site de voyage, infos de la vie courante, on ne doit pas juger ou alors on reste en France. Les transports, le bruit, l'écologie etc etc ....c'est comme ça on fait avec ce qui existe. Dans chaque pays on va rencontrer ce type de chose et je redis que certains postes me portent à croire que des intervenants n'ont pas du voyager beaucoup pour se formaliser de ces petits inconvénients. Allez faire un tour en Inde et vous allez faire une dépression au retour.

Et puis une fois pour toute on ne va pas faire la révolution à la place des cubains . . . 

Re: 30 jours à Cuba : notre retour

Signaler
chavitomiamor
Il y a 11 mois
Bonjour,

Non, on ne va pas faire la révolution à la place des cubains. Mais on ne doit pas écrire non plus que leur révolution est une réussite.

Hasta pronto.
chavitomiamor

Re: 30 jours à Cuba : notre retour

Signaler
termi69
Il y a 11 mois
Bonjour Loiret,


1°/ Vous écrivez :

"On ne va pas visiter un pays pour faire à postériori des commentaires sur sa situation politique"

Vous aurez sans doute noter que l'essentiel de mon post ne porte pas sur la politique ...

Mais, tout simplement sur le quotidien à Cuba, non ?



2°/ Vous écrivez :

"Ici on est sur un site de voyage, infos de la vie courante, on ne doit pas juger "

Ha bon ?

Pour vous un site de voyage doit se cantonner à donner des infos pratiques et uniquement ?
Quelle curieuse façon d'appréhender un voyage ...

L'intérêt d'un voyage n'est il pas de se rendre mieux compte dans le monde comment les autres humains vivent, pensent et agissent et de faire partager son ressenti ?


3°/ Enfin, vous écrivez :

"Des intervenants n'ont pas du voyager beaucoup pour se formaliser de ces petits inconvénients. Allez faire un tour en Inde et vous allez faire une dépression au retour."

"petis inconvénients" ?

Arnaque quasi systématique, prostitution no limit, plages dignes d'une poubelle, comportements indescriptibles, ...
Et ce dans toutes les villes que nous avons parcourues durant un mois.

"petits inconvénients" ... C'est un gag ou peut être vous êtes une agence de voyages spécialisées sur Cuba comme j'ai pu le voir sur le site voyageforum?!?

Pour info :

Nous sommes allés à 3 reprises en Inde (Benares, Agra, Udaipur, Jodpur, Jaisalmer, Orcha, Mumbay, Pontdichery, Leh, ....) et pourtant.
Malgré un environnement catastrophique sur de très nombreux points de vue, les indiens nous ont bouleversé par leur gentillesse, leur humanité et leur spiritualité.

Je ne m'étendrais pas sur la spiritualité des cubains essentiellement portée sur l'envie frénétique de consommer à l'américaine (soda, fast food, ttshirt et casquettes avec drapeau USA, ...).

Non, la pauvreté n'explique pas tout à Cuba.


Cordialement
Bernard
Date de l'expérience : 10/08/2017

Re: 30 jours à Cuba : notre retour

Signaler
Revenant
Il y a 11 mois
Suis désolé, mais si cela vous déplaît de voir des gens revenir de Cuba déçus, il ne faut pas fréquenter les forums, faut aller dans les agences de voyages qui vont très bien vous vendre la carte postale.

Et oui, il y a des gens qui n'ont pas les moyens de beaucoup voyager. Est-ce un mal ? Certains économisent longtemps pour se payer enfin un voyage loin. Et ce sacrifice fait mal au coeur lorsque la carte postale qu'on leur a vendu ne reflète pas la réalité. Ils ne veulent pas faire la révolution à la place des Cubains, ils écrivent juste, ici, leur ressenti. Est-ce interdit parce qu'il y a pire ailleurs ? Le Cuba de tout est beau, tout est joli, tout le monde il est gentil, vendu par les agences, n'existe pas, vous en déplaise. Laissez les gens s'exprimer.

Moi, j'aime Cuba, j'y retourne régulièrement depuis + de 20 ans, et je comprends tout à fait les gens qui en reviennent déçus, comme je comprends tout à fait les gens qui en reviennent enchantés. Tout le monde n'a pas les mêmes expériences.
- Ils n'ont pas aimé le bruit de la musique à fond chez les voisins, c'est leur droit, même si c'est habituel à Cuba. Ce n'est pas pour cela qu'ils sont allés faire un scandale chez le voisin pour lui dire de baisser le son. Ils n'ont pas aimé, ils ont subis.
- Ils n'ont pas aimé les plages sales, c'est leur droit. D'ailleurs, qui est-ce qui les aiment, à part les grands et éternels voyageurs qui ont souvent vu pire ailleurs ?
- Ils n'ont pas aimé les rabatteurs à chaque coin de rue, c'est leur droit, même s'il y en avait moins dans un pays qu'ils n'ont pas visité.

Personne n'oblige de lire les récits des gens qui reviennent déçus d'un pays. Alors le minimum que les lecteurs et non lecteurs ont à faire, c'est de respecter leur ressenti. Personne ne critique ce que vous aimez. Ne critiquez pas ce que les autres n'aiment pas.

Quant à la situation politique de Cuba, elle a hélas une forte répercution sur les touristes. Bien sûr, si on reste dans son 5 étoiles de Varadero, ou si on fait un voyage organisé hôtel-bus-musée, alors là, on ne voit rien d'autre que la carte postale.

Re: 30 jours à Cuba : notre retour

Signaler
Jacques JDSDF à CUBA
Il y a 11 mois


,,
Che, Fidel Castro, la Révolution, la Baie des Cochons, La Havane, les voitures américaines des années 50, les cigares Cohiba, le rhum, la salsa, les plages, ... Autant de symboles et d'images qui ont construit une icône mondiale d'un monde possible anti capitaliste et romantisé à l'extrême..............................
Le Che avait en horreur le mensonge :
Hasta la verdad ( vérité )... Siempre ?



Bonjour

tout le ressenti de Termi69, est exact, c'est la triste réalité, rien de plus !

A Loiret45: <<<Et puis une fois pour toute on ne va pas faire la révolution à la place des cubains >>>
C'est aussi une réalité logique à se mette dans la tête. 

Mais à mon avis perso, les Cubains se contentent et s’accommodent très bien de leur situation actuelle, en se débrouillant pour récupérer de toutes les façons, les miettes de la percée du touriste. Et en donnant leur filles ou fils en mariage au premier venu .... (des mariages ou concubinages sans amour !) cela rapporte leur la tranquillité économique.

Car rien ne bouge, et avant 200 ans rien ne se passera, rien ! Sauf, s'il y avait un coup d'état militaire "pacifique" après la mort de Raoul. Le PCC a peur de cela ...
Les Espagnols disent des Cubains qu'ils n'ont plus de sang dans les veines....comme vampirisés. 

Jacques DEPOLLIER du JDSDF a Cuba
22 ans de Cuba 


Date de l'expérience : 08/10/2018

Bons Plans Voyage Cuba

Voyage Cuba

Services voyage