Forum Sao Tomé et Principe

2 semaines à Sao Tome en mars

618 réponses

Dernière activité le 20/09/2020 à 21:07 (consulter)

Avis non contrôlés
Signaler
beatrice R
Le 20 mai 2015
Pour m'être largement aidée des témoignages que j'ai pu lire, je vous livre ma contribution de retour de voyage. Quels voyageurs sommes-nous ? La bonne cinquantaine, nous sommes trop indépendants pour les voyages organisés avec prise en charge collective et apprécions un confort de bon aloi.

Pour ce séjour de 2 semaines nous avons contacté Adilson, guide très largement recommandé sur ce forum. C’est mérité et ça nous a bien facilité la vie.

- JOUR 1 - Samedi:

Arrivée de l’avion TAP à Sao Tome à 17H, un peu en avance. La sortie de l'aéroport est rapide, Adilson nous attend.

- JOUR 2 - Dimanche:

Départ par la route de Guadalupe explorer les exploitations de cacao et la côte nord.
1er arrêt à la roça Bela Vista avec la découverte des installations de production: gigantesques fours de séchage alimentés au bois jour et nuit et plateaux de séchage à l'air libre sur lesquelles les fèves étalées sont ratissées pour faciliter l'évaporation de l'eau.

Le fait d'être accompagnés par notre guide nous permet de faire le tour des habitations. C'est un choc.
Les cases construites par les colons n’ont connu aucune amélioration, les habitants vivent dans une très grande précarité, sans eau courante ni aucune installation sanitaire, même rudimentaire.

Nous poursuivons notre route avec un arrêt à la roça Agostinho Netto, à l’abandon, les constructions tombent en ruine. C'est la vision effarante de ce pays où la population manque de logements mais à qui le gouvernement interdit l'occupation des bâtiments coloniaux, excepté les cases d'esclaves.

Passé Guadalupe, nous bifurquons vers Morro Peixe, petit village de pêcheurs au bord de la plage, lieu d'installation du poste de sauvegarde des tortues marines. Hipolito est l'aimable personnage qui voue sa vie à la protection des tortues et fait un travail remarquable.

Poursuite par la praia Tamarinos. C'est dimanche, jour de pique nique sur la plage, avec musique à fond, chacun la sienne...avant un déjeuner copieux et délicieux au resto Celvas, à Guadalupe.

Poursuite de notre périple en passant par praia das conchas puis on file vers praia Lagoa Azul, sa petite plage dans une petite crique et ses gros baobabs.

- JOUR 3 - Lundi

En route vers Ponta Figo et Manuel Morales par la route de Guadalupe pour faire la balade des tunnels. La route coupe le Rio Provaz. Les draps qui sèchent sur les berges caillouteuses de la rivière constituent un magnifique tableau de grands aplats colorés.

A 20 minutes de voiture de Ponta Figo sur un chemin montagneux, c'est le départ pour la balade vers la plus haute chute de l'ile. Le chemin traverse des champs de légumes, des cacaoyers et une foret secondaire, puis suit le petit canal d’alimentation du barrage.

Dans la foret, des tas de grosses coquilles jonchent le sol: les escargots locaux sont géants !
Une fontaine improvisée en bambou permet de se rafraichir avant de franchir le premier tunnel. Le canal en pierre passe sous une voute de 200 mètres de long. Courage! L'eau fraiche et arrive au genou.

Au bout du tunnel, une belle cascade....et un 2eme tunnel, il y en a ainsi 5 autres à franchir pour atteindre la grande cascade. On décide de s'arrêter là, il faut refaire le chemin inverse, jouer les taupes sous terre avec au bout du tunnel une petite halte de nettoyage à la fontaine. On retrouve la voiture, l'expédition nous a pris 2 heures, aller-retour.

Pour nous remettre, déjeuner à Neves au Santola, l'endroit le plus improbable qui soit pour déjeuner L'auberge ne paye vraiment pas de mine et pourtant c'est là qu'on mange le plus délicieux des crabes, avec une belle chair ferme et gouteuse, servis sur une planche en bois avec un marteau, plaf! Un grand coup sur les pinces, un régal.

Nous poussons ensuite la découverte de la cote ouest jusqu'à Sainte Catherine et le Rio Binda, qui signe la fin de la route. Après c'est une piste impraticable. La route qui longe la cote au plus près est magnifique, sauvage, avec des petites cascades qui arrachent la route par endroits.

- JOUR 4 - Mardi:

Départ pour jardin botanique à Bom Sucesso, point de départ de la randonnée au lac Amalia à 1 465 m d'altitude, 4H1/4 de marche Aller-retour. Pour y accéder, il faut pénétrer dans l'enceinte du parc OBO. Le chemin n'est pas tracé, c’est physique, parfois escarpé, constamment glissant du fait des pluies quotidiennes, avec des racines et des embuches partout, c'est la jungle!

Le lac se dévoile enfin, étendue verte bordée par des pétunias géants fleuris à plus de 2 mètres haut!
A nous l'expérience du sol mou: ancien cratère, le lac s'est rempli d'une couche végétale spongieuse, irrégulière et très épaisse qui affleure la surface de l'eau... C'est pas des sables mouvants, quoique...
Retour à Sao Tome en passant par la cascade Nicolau.

- JOUR 5 - Mercredi:

Le temps est couvert, il a plu l’après-midi, alors shopping et visites à la capitale. Le temps d’une éclaircie,
déjeuner à la roça Bombaim en passant par la cascade Bombaim. Le trajet est absolument magnifique, la route serpente à flan de coteaux dans les plantations de cacaoyers.

Puis visite de l'atelier de Claudio Corallo, pour une leçon de chocolat. C'est la première fois que je vois une visite d'atelier payante! et en plus c'est pas donné, 100 000 dobras par visiteur, 25 visiteurs en troupeau, ça fait quand même 100 euros de recette quand il paye ses salariés moins de 50 euros par mois.

Je pensais qu'à ce prix on verrait des fèves, des machines, du chocolat partout et sous toutes ses formes, mais que nenni! Rien à regarder, rien à toucher, c'est modeste et aseptisé. L'atelier ne fonctionne pas, Claudio Corallo se met en scène, comme au théâtre, dans un speech à sa gloire. Tout n'est pas faux heureusement, mais pour goutter 3 microscopiques bouts de chocolat, autant acheter directement le produit au super marché juste en face, c’est moins cher ! Il faut prendre l'argent là où il est, certes, mais dans ce cas c'est vraiment sans vergogne.

- JOUR 6 - Jeudi:

Aujourd’hui descente de la cote est jusqu'à Sao Joao de Angolares, avec visite de la roça Agua Ize encore en activité. Dans d'immenses hangars, des fours cylindriques en acier gros comme des wagons SNCF s'alignent... Un peu plus loin, une odeur de vinaigre pique le nez: nous arrivons dans les immenses cases de fermentation pour les fèves fraiches. Remuées à la pelle de case en case pendant 8 jours, elles sont prêtes pour le séchage, puis la mise en sac et enfin l'exportation.

En haut de la roça, le petit hôpital est une charmante maison en pierre avec rotonde et escalier à double révolution, en ruine... En bas de la roça, dans le jardin de l'habitation des maitres abandonnée, on devine le vestige de ce qui a été une petite piscine d'eau douce....

Un peu plus loin nous arrivons à la "bouche d'enfer", un curieux phénomène de reflux de la mer dans une coulée volcanique qui offre un beau spectacle d'eau. Nous poursuivons en direction de praia Micondo, une jolie plage, assez longue, accessible par un chemin le long d'une petite rivière.

Dans un virage, un sculpteur expose sur un mur, à l'air libre, des œuvres en bois vraiment belles...Personne pour les garder, ni pour les vendre. Le sculpteur a du vaquer à d'autres occupations.

Nous arrivons à Sao Jao dos Angolares pour déjeuner à la roça San Joao, une magnifique maison d'hôtes propriété du peintre Carlos Silva. Un personnage! Ce passionné de cuisine tient les casseroles et les farandoles de saveurs se bousculent dans les assiettes.

Au retour, nouvel essai pour le mur des sculptures. Pas mieux!


JOUR 7 - Vendredi:

En route en direction des plages du sud jusqu'à Porto Alegre (3 heures de route) pour un tour de pirogue dans la mangrove. Une famille singe passe d'arbres en arbres, hop hop hop, pendus par la queue.

Nous poursuivons vers praia piscina, une curiosité basaltique: la mer passe dans une première "piscine" pour remplir une autre, plus petite et sableuse. Le cadre est beau, mais la baignade nous tente peu: sentier glissant, vagues, oursins, quelques déchets coupants ou métalliques sur la plage.

Déjeuner au jale éco-lodge à Porto Alegre. Pour l'observation de la ponte des tortues, c'est l'endroit au top, on ne peut faire mieux. Manuel le restaurateur, vraiment un chic type, pratique la pêche sous marine pour fournir le déjeuner du jour!

En fin d’après-midi, bateau navette de l’ile Rolas pour une traversée de 20 minutes. Nous abandonnons Adilson.


- JOUR 8 à JOUR 11- Ila Rolas, samedi à mardi

Pour déjeuner correctement sur l’ile sans se ruiner, il faut s'adresser à Rinaldo, un habitant débrouillard qui a parfaitement compris que la nourriture épouvantable du Pestana peut lui fournir une petite clientèle à la recherche de poisson frais grillé, servi sur la plage.

Faire le tour de l'ile à pieds demande 2 heures environ, avec des curiosités géologiques spectaculaires et des plages paradisiaques, sable fin et blanc, eau turquoise.

Au retour nous récupérons une voiture en fin d’après-midi, pour rejoindre Santana.

JOUR 12 - JOUR 13 - Club Santana
La voiture nous permet une liberté de déplacement appréciable, même si nous prenons le rythme local « leve-leve », c’est-à-dire tranquille tranquille….


- JOUR 14 - Vendredi:

Nous quittons le Santana à regrets pour rejoindre Mucumbli, sur la côte ouest. Puisqu'on passe devant, une petite visite au CKado nous permet de faire une ample provision de chocolat Claudio Corallo. Puis on file à Mucumbli. Cet hébergement est notre coup de cœur du séjour.


- JOUR 15 -

Dernier jour, le paiement de la taxe de sortie est rapide, l'entrée dans l'aéroport l'est moins: le contrôle sécurité des bagages est manuel et c'est seulement après qu'on entre et qu'on peut accéder aux guichets. Reste plus qu’à attendre l’embarquement.


Rétrospectivement, les bonnes et les moins bonnes options de notre voyage:

A retenir :
- Adilson, un guide qui mérite largement sa bonne réputation
- notre séjour à Santana

Ce que nous regrettons :
- 4 jours à Ila Rolas, c'est LA journée de trop!
- ne pas avoir commencé le séjour par Mucumbli, un hébergement d'un charme infini, idéalement situé pour l'exploration de la cote ouest et la randonnée au lac Amalia.

Ce qui peut se discuter:
- ne pas avoir été à Principe, découvrir ses plages et ses perroquets

Si vous souhaitez avoir le trajet complet, avec tous les détails, les cartes et tous les liens internet des lieux visités et des hôtels, les contacts téléphoniques divers, les prix payés, et le pdf de mon guide papier, répondez à ce message en mettant en CLAIR dans le texte de votre REPONSE votre ADRESSE EMAIL, mais pas free qui n’accepte pas les gros envois !

Je vous adresserai en retour le fichier qui fait 20 pages.

Vous pouvez aussi avoir accès à toutes mes contributions en cliquant sur mon nom.

Re: 2 semaines à Sao Tome en mars

Signaler
patochedu05
Il y a 8 mois
,, Pour m'être largement aidée des témoignages que j'ai pu lire, je vous livre ma contribution de retour de voyage. Quels voyageurs sommes-nous ? La bonne cinquantaine, nous sommes trop indépendants pour les voyages organisés avec prise en charge collective et apprécions un confort de bon aloi.

Pour ce séjour de 2 semaines nous avons contacté Adilson, guide très largement recommandé sur ce forum. C’est mérité et ça nous a bien facilité la vie.

- JOUR 1 - Samedi:

Arrivée de l’avion TAP à Sao Tome à 17H, un peu en avance. La sortie de l'aéroport est rapide, Adilson nous attend.

- JOUR 2 - Dimanche:

Départ par la route de Guadalupe explorer les exploitations de cacao et la côte nord.
1er arrêt à la roça Bela Vista avec la découverte des installations de production: gigantesques fours de séchage alimentés au bois jour et nuit et plateaux de séchage à l'air libre sur lesquelles les fèves étalées sont ratissées pour faciliter l'évaporation de l'eau.

Le fait d'être accompagnés par notre guide nous permet de faire le tour des habitations. C'est un choc.
Les cases construites par les colons n’ont connu aucune amélioration, les habitants vivent dans une très grande précarité, sans eau courante ni aucune installation sanitaire, même rudimentaire.

Nous poursuivons notre route avec un arrêt à la roça Agostinho Netto, à l’abandon, les constructions tombent en ruine. C'est la vision effarante de ce pays où la population manque de logements mais à qui le gouvernement interdit l'occupation des bâtiments coloniaux, excepté les cases d'esclaves.

Passé Guadalupe, nous bifurquons vers Morro Peixe, petit village de pêcheurs au bord de la plage, lieu d'installation du poste de sauvegarde des tortues marines. Hipolito est l'aimable personnage qui voue sa vie à la protection des tortues et fait un travail remarquable.

Poursuite par la praia Tamarinos. C'est dimanche, jour de pique nique sur la plage, avec musique à fond, chacun la sienne...avant un déjeuner copieux et délicieux au resto Celvas, à Guadalupe.

Poursuite de notre périple en passant par praia das conchas puis on file vers praia Lagoa Azul, sa petite plage dans une petite crique et ses gros baobabs.

- JOUR 3 - Lundi

En route vers Ponta Figo et Manuel Morales par la route de Guadalupe pour faire la balade des tunnels. La route coupe le Rio Provaz. Les draps qui sèchent sur les berges caillouteuses de la rivière constituent un magnifique tableau de grands aplats colorés.

A 20 minutes de voiture de Ponta Figo sur un chemin montagneux, c'est le départ pour la balade vers la plus haute chute de l'ile. Le chemin traverse des champs de légumes, des cacaoyers et une foret secondaire, puis suit le petit canal d’alimentation du barrage.

Dans la foret, des tas de grosses coquilles jonchent le sol: les escargots locaux sont géants !
Une fontaine improvisée en bambou permet de se rafraichir avant de franchir le premier tunnel. Le canal en pierre passe sous une voute de 200 mètres de long. Courage! L'eau fraiche et arrive au genou.

Au bout du tunnel, une belle cascade....et un 2eme tunnel, il y en a ainsi 5 autres à franchir pour atteindre la grande cascade. On décide de s'arrêter là, il faut refaire le chemin inverse, jouer les taupes sous terre avec au bout du tunnel une petite halte de nettoyage à la fontaine. On retrouve la voiture, l'expédition nous a pris 2 heures, aller-retour.

Pour nous remettre, déjeuner à Neves au Santola, l'endroit le plus improbable qui soit pour déjeuner L'auberge ne paye vraiment pas de mine et pourtant c'est là qu'on mange le plus délicieux des crabes, avec une belle chair ferme et gouteuse, servis sur une planche en bois avec un marteau, plaf! Un grand coup sur les pinces, un régal.

Nous poussons ensuite la découverte de la cote ouest jusqu'à Sainte Catherine et le Rio Binda, qui signe la fin de la route. Après c'est une piste impraticable. La route qui longe la cote au plus près est magnifique, sauvage, avec des petites cascades qui arrachent la route par endroits.

- JOUR 4 - Mardi:

Départ pour jardin botanique à Bom Sucesso, point de départ de la randonnée au lac Amalia à 1 465 m d'altitude, 4H1/4 de marche Aller-retour. Pour y accéder, il faut pénétrer dans l'enceinte du parc OBO. Le chemin n'est pas tracé, c’est physique, parfois escarpé, constamment glissant du fait des pluies quotidiennes, avec des racines et des embuches partout, c'est la jungle!

Le lac se dévoile enfin, étendue verte bordée par des pétunias géants fleuris à plus de 2 mètres haut!
A nous l'expérience du sol mou: ancien cratère, le lac s'est rempli d'une couche végétale spongieuse, irrégulière et très épaisse qui affleure la surface de l'eau... C'est pas des sables mouvants, quoique...
Retour à Sao Tome en passant par la cascade Nicolau.

- JOUR 5 - Mercredi:

Le temps est couvert, il a plu l’après-midi, alors shopping et visites à la capitale. Le temps d’une éclaircie,
déjeuner à la roça Bombaim en passant par la cascade Bombaim. Le trajet est absolument magnifique, la route serpente à flan de coteaux dans les plantations de cacaoyers.

Puis visite de l'atelier de Claudio Corallo, pour une leçon de chocolat. C'est la première fois que je vois une visite d'atelier payante! et en plus c'est pas donné, 100 000 dobras par visiteur, 25 visiteurs en troupeau, ça fait quand même 100 euros de recette quand il paye ses salariés moins de 50 euros par mois.

Je pensais qu'à ce prix on verrait des fèves, des machines, du chocolat partout et sous toutes ses formes, mais que nenni! Rien à regarder, rien à toucher, c'est modeste et aseptisé. L'atelier ne fonctionne pas, Claudio Corallo se met en scène, comme au théâtre, dans un speech à sa gloire. Tout n'est pas faux heureusement, mais pour goutter 3 microscopiques bouts de chocolat, autant acheter directement le produit au super marché juste en face, c’est moins cher ! Il faut prendre l'argent là où il est, certes, mais dans ce cas c'est vraiment sans vergogne.

- JOUR 6 - Jeudi:

Aujourd’hui descente de la cote est jusqu'à Sao Joao de Angolares, avec visite de la roça Agua Ize encore en activité. Dans d'immenses hangars, des fours cylindriques en acier gros comme des wagons SNCF s'alignent... Un peu plus loin, une odeur de vinaigre pique le nez: nous arrivons dans les immenses cases de fermentation pour les fèves fraiches. Remuées à la pelle de case en case pendant 8 jours, elles sont prêtes pour le séchage, puis la mise en sac et enfin l'exportation.

En haut de la roça, le petit hôpital est une charmante maison en pierre avec rotonde et escalier à double révolution, en ruine... En bas de la roça, dans le jardin de l'habitation des maitres abandonnée, on devine le vestige de ce qui a été une petite piscine d'eau douce....

Un peu plus loin nous arrivons à la "bouche d'enfer", un curieux phénomène de reflux de la mer dans une coulée volcanique qui offre un beau spectacle d'eau. Nous poursuivons en direction de praia Micondo, une jolie plage, assez longue, accessible par un chemin le long d'une petite rivière.

Dans un virage, un sculpteur expose sur un mur, à l'air libre, des œuvres en bois vraiment belles...Personne pour les garder, ni pour les vendre. Le sculpteur a du vaquer à d'autres occupations.

Nous arrivons à Sao Jao dos Angolares pour déjeuner à la roça San Joao, une magnifique maison d'hôtes propriété du peintre Carlos Silva. Un personnage! Ce passionné de cuisine tient les casseroles et les farandoles de saveurs se bousculent dans les assiettes.

Au retour, nouvel essai pour le mur des sculptures. Pas mieux!


JOUR 7 - Vendredi:

En route en direction des plages du sud jusqu'à Porto Alegre (3 heures de route) pour un tour de pirogue dans la mangrove. Une famille singe passe d'arbres en arbres, hop hop hop, pendus par la queue.

Nous poursuivons vers praia piscina, une curiosité basaltique: la mer passe dans une première "piscine" pour remplir une autre, plus petite et sableuse. Le cadre est beau, mais la baignade nous tente peu: sentier glissant, vagues, oursins, quelques déchets coupants ou métalliques sur la plage.

Déjeuner au jale éco-lodge à Porto Alegre. Pour l'observation de la ponte des tortues, c'est l'endroit au top, on ne peut faire mieux. Manuel le restaurateur, vraiment un chic type, pratique la pêche sous marine pour fournir le déjeuner du jour!

En fin d’après-midi, bateau navette de l’ile Rolas pour une traversée de 20 minutes. Nous abandonnons Adilson.


- JOUR 8 à JOUR 11- Ila Rolas, samedi à mardi

Pour déjeuner correctement sur l’ile sans se ruiner, il faut s'adresser à Rinaldo, un habitant débrouillard qui a parfaitement compris que la nourriture épouvantable du Pestana peut lui fournir une petite clientèle à la recherche de poisson frais grillé, servi sur la plage.

Faire le tour de l'ile à pieds demande 2 heures environ, avec des curiosités géologiques spectaculaires et des plages paradisiaques, sable fin et blanc, eau turquoise.

Au retour nous récupérons une voiture en fin d’après-midi, pour rejoindre Santana.

JOUR 12 - JOUR 13 - Club Santana
La voiture nous permet une liberté de déplacement appréciable, même si nous prenons le rythme local « leve-leve », c’est-à-dire tranquille tranquille….


- JOUR 14 - Vendredi:

Nous quittons le Santana à regrets pour rejoindre Mucumbli, sur la côte ouest. Puisqu'on passe devant, une petite visite au CKado nous permet de faire une ample provision de chocolat Claudio Corallo. Puis on file à Mucumbli. Cet hébergement est notre coup de cœur du séjour.


- JOUR 15 -

Dernier jour, le paiement de la taxe de sortie est rapide, l'entrée dans l'aéroport l'est moins: le contrôle sécurité des bagages est manuel et c'est seulement après qu'on entre et qu'on peut accéder aux guichets. Reste plus qu’à attendre l’embarquement.


Rétrospectivement, les bonnes et les moins bonnes options de notre voyage:

A retenir :
- Adilson, un guide qui mérite largement sa bonne réputation
- notre séjour à Santana

Ce que nous regrettons :
- 4 jours à Ila Rolas, c'est LA journée de trop!
- ne pas avoir commencé le séjour par Mucumbli, un hébergement d'un charme infini, idéalement situé pour l'exploration de la cote ouest et la randonnée au lac Amalia.

Ce qui peut se discuter:
- ne pas avoir été à Principe, découvrir ses plages et ses perroquets

Si vous souhaitez avoir le trajet complet, avec tous les détails, les cartes et tous les liens internet des lieux visités et des hôtels, les contacts téléphoniques divers, les prix payés, et le pdf de mon guide papier, répondez à ce message en mettant en CLAIR dans le texte de votre REPONSE votre ADRESSE EMAIL, mais pas free qui n’accepte pas les gros envois !

Je vous adresserai en retour le fichier qui fait 20 pages.

Vous pouvez aussi avoir accès à toutes mes contributions en cliquant sur mon nom.


Bonjour , nous partons sur saotomé le 24 janvier et votre  dossier m'intéresse .
Mon adresse email : patrice.estachy@gmail.com.
Merci d'avance 
Patrice

Merci de nous avoir fait partager votre expérience qui nous sera fort utile pour notre voyage prévu en mars

Signaler
Chantal222
Il y a 7 mois
,, Pour m'être largement aidée des témoignages que j'ai pu lire, je vous livre ma contribution de retour de voyage. Quels voyageurs sommes-nous ? La bonne cinquantaine, nous sommes trop indépendants pour les voyages organisés avec prise en charge collective et apprécions un confort de bon aloi.

Pour ce séjour de 2 semaines nous avons contacté Adilson, guide très largement recommandé sur ce forum. C’est mérité et ça nous a bien facilité la vie.

- JOUR 1 - Samedi:

Arrivée de l’avion TAP à Sao Tome à 17H, un peu en avance. La sortie de l'aéroport est rapide, Adilson nous attend.

- JOUR 2 - Dimanche:

Départ par la route de Guadalupe explorer les exploitations de cacao et la côte nord.
1er arrêt à la roça Bela Vista avec la découverte des installations de production: gigantesques fours de séchage alimentés au bois jour et nuit et plateaux de séchage à l'air libre sur lesquelles les fèves étalées sont ratissées pour faciliter l'évaporation de l'eau.

Le fait d'être accompagnés par notre guide nous permet de faire le tour des habitations. C'est un choc.
Les cases construites par les colons n’ont connu aucune amélioration, les habitants vivent dans une très grande précarité, sans eau courante ni aucune installation sanitaire, même rudimentaire.

Nous poursuivons notre route avec un arrêt à la roça Agostinho Netto, à l’abandon, les constructions tombent en ruine. C'est la vision effarante de ce pays où la population manque de logements mais à qui le gouvernement interdit l'occupation des bâtiments coloniaux, excepté les cases d'esclaves.

Passé Guadalupe, nous bifurquons vers Morro Peixe, petit village de pêcheurs au bord de la plage, lieu d'installation du poste de sauvegarde des tortues marines. Hipolito est l'aimable personnage qui voue sa vie à la protection des tortues et fait un travail remarquable.

Poursuite par la praia Tamarinos. C'est dimanche, jour de pique nique sur la plage, avec musique à fond, chacun la sienne...avant un déjeuner copieux et délicieux au resto Celvas, à Guadalupe.

Poursuite de notre périple en passant par praia das conchas puis on file vers praia Lagoa Azul, sa petite plage dans une petite crique et ses gros baobabs.

- JOUR 3 - Lundi

En route vers Ponta Figo et Manuel Morales par la route de Guadalupe pour faire la balade des tunnels. La route coupe le Rio Provaz. Les draps qui sèchent sur les berges caillouteuses de la rivière constituent un magnifique tableau de grands aplats colorés.

A 20 minutes de voiture de Ponta Figo sur un chemin montagneux, c'est le départ pour la balade vers la plus haute chute de l'ile. Le chemin traverse des champs de légumes, des cacaoyers et une foret secondaire, puis suit le petit canal d’alimentation du barrage.

Dans la foret, des tas de grosses coquilles jonchent le sol: les escargots locaux sont géants !
Une fontaine improvisée en bambou permet de se rafraichir avant de franchir le premier tunnel. Le canal en pierre passe sous une voute de 200 mètres de long. Courage! L'eau fraiche et arrive au genou.

Au bout du tunnel, une belle cascade....et un 2eme tunnel, il y en a ainsi 5 autres à franchir pour atteindre la grande cascade. On décide de s'arrêter là, il faut refaire le chemin inverse, jouer les taupes sous terre avec au bout du tunnel une petite halte de nettoyage à la fontaine. On retrouve la voiture, l'expédition nous a pris 2 heures, aller-retour.

Pour nous remettre, déjeuner à Neves au Santola, l'endroit le plus improbable qui soit pour déjeuner L'auberge ne paye vraiment pas de mine et pourtant c'est là qu'on mange le plus délicieux des crabes, avec une belle chair ferme et gouteuse, servis sur une planche en bois avec un marteau, plaf! Un grand coup sur les pinces, un régal.

Nous poussons ensuite la découverte de la cote ouest jusqu'à Sainte Catherine et le Rio Binda, qui signe la fin de la route. Après c'est une piste impraticable. La route qui longe la cote au plus près est magnifique, sauvage, avec des petites cascades qui arrachent la route par endroits.

- JOUR 4 - Mardi:

Départ pour jardin botanique à Bom Sucesso, point de départ de la randonnée au lac Amalia à 1 465 m d'altitude, 4H1/4 de marche Aller-retour. Pour y accéder, il faut pénétrer dans l'enceinte du parc OBO. Le chemin n'est pas tracé, c’est physique, parfois escarpé, constamment glissant du fait des pluies quotidiennes, avec des racines et des embuches partout, c'est la jungle!

Le lac se dévoile enfin, étendue verte bordée par des pétunias géants fleuris à plus de 2 mètres haut!
A nous l'expérience du sol mou: ancien cratère, le lac s'est rempli d'une couche végétale spongieuse, irrégulière et très épaisse qui affleure la surface de l'eau... C'est pas des sables mouvants, quoique...
Retour à Sao Tome en passant par la cascade Nicolau.

- JOUR 5 - Mercredi:

Le temps est couvert, il a plu l’après-midi, alors shopping et visites à la capitale. Le temps d’une éclaircie,
déjeuner à la roça Bombaim en passant par la cascade Bombaim. Le trajet est absolument magnifique, la route serpente à flan de coteaux dans les plantations de cacaoyers.

Puis visite de l'atelier de Claudio Corallo, pour une leçon de chocolat. C'est la première fois que je vois une visite d'atelier payante! et en plus c'est pas donné, 100 000 dobras par visiteur, 25 visiteurs en troupeau, ça fait quand même 100 euros de recette quand il paye ses salariés moins de 50 euros par mois.

Je pensais qu'à ce prix on verrait des fèves, des machines, du chocolat partout et sous toutes ses formes, mais que nenni! Rien à regarder, rien à toucher, c'est modeste et aseptisé. L'atelier ne fonctionne pas, Claudio Corallo se met en scène, comme au théâtre, dans un speech à sa gloire. Tout n'est pas faux heureusement, mais pour goutter 3 microscopiques bouts de chocolat, autant acheter directement le produit au super marché juste en face, c’est moins cher ! Il faut prendre l'argent là où il est, certes, mais dans ce cas c'est vraiment sans vergogne.

- JOUR 6 - Jeudi:

Aujourd’hui descente de la cote est jusqu'à Sao Joao de Angolares, avec visite de la roça Agua Ize encore en activité. Dans d'immenses hangars, des fours cylindriques en acier gros comme des wagons SNCF s'alignent... Un peu plus loin, une odeur de vinaigre pique le nez: nous arrivons dans les immenses cases de fermentation pour les fèves fraiches. Remuées à la pelle de case en case pendant 8 jours, elles sont prêtes pour le séchage, puis la mise en sac et enfin l'exportation.

En haut de la roça, le petit hôpital est une charmante maison en pierre avec rotonde et escalier à double révolution, en ruine... En bas de la roça, dans le jardin de l'habitation des maitres abandonnée, on devine le vestige de ce qui a été une petite piscine d'eau douce....

Un peu plus loin nous arrivons à la "bouche d'enfer", un curieux phénomène de reflux de la mer dans une coulée volcanique qui offre un beau spectacle d'eau. Nous poursuivons en direction de praia Micondo, une jolie plage, assez longue, accessible par un chemin le long d'une petite rivière.

Dans un virage, un sculpteur expose sur un mur, à l'air libre, des œuvres en bois vraiment belles...Personne pour les garder, ni pour les vendre. Le sculpteur a du vaquer à d'autres occupations.

Nous arrivons à Sao Jao dos Angolares pour déjeuner à la roça San Joao, une magnifique maison d'hôtes propriété du peintre Carlos Silva. Un personnage! Ce passionné de cuisine tient les casseroles et les farandoles de saveurs se bousculent dans les assiettes.

Au retour, nouvel essai pour le mur des sculptures. Pas mieux!


JOUR 7 - Vendredi:

En route en direction des plages du sud jusqu'à Porto Alegre (3 heures de route) pour un tour de pirogue dans la mangrove. Une famille singe passe d'arbres en arbres, hop hop hop, pendus par la queue.

Nous poursuivons vers praia piscina, une curiosité basaltique: la mer passe dans une première "piscine" pour remplir une autre, plus petite et sableuse. Le cadre est beau, mais la baignade nous tente peu: sentier glissant, vagues, oursins, quelques déchets coupants ou métalliques sur la plage.

Déjeuner au jale éco-lodge à Porto Alegre. Pour l'observation de la ponte des tortues, c'est l'endroit au top, on ne peut faire mieux. Manuel le restaurateur, vraiment un chic type, pratique la pêche sous marine pour fournir le déjeuner du jour!

En fin d’après-midi, bateau navette de l’ile Rolas pour une traversée de 20 minutes. Nous abandonnons Adilson.


- JOUR 8 à JOUR 11- Ila Rolas, samedi à mardi

Pour déjeuner correctement sur l’ile sans se ruiner, il faut s'adresser à Rinaldo, un habitant débrouillard qui a parfaitement compris que la nourriture épouvantable du Pestana peut lui fournir une petite clientèle à la recherche de poisson frais grillé, servi sur la plage.

Faire le tour de l'ile à pieds demande 2 heures environ, avec des curiosités géologiques spectaculaires et des plages paradisiaques, sable fin et blanc, eau turquoise.

Au retour nous récupérons une voiture en fin d’après-midi, pour rejoindre Santana.

JOUR 12 - JOUR 13 - Club Santana
La voiture nous permet une liberté de déplacement appréciable, même si nous prenons le rythme local « leve-leve », c’est-à-dire tranquille tranquille….


- JOUR 14 - Vendredi:

Nous quittons le Santana à regrets pour rejoindre Mucumbli, sur la côte ouest. Puisqu'on passe devant, une petite visite au CKado nous permet de faire une ample provision de chocolat Claudio Corallo. Puis on file à Mucumbli. Cet hébergement est notre coup de cœur du séjour.


- JOUR 15 -

Dernier jour, le paiement de la taxe de sortie est rapide, l'entrée dans l'aéroport l'est moins: le contrôle sécurité des bagages est manuel et c'est seulement après qu'on entre et qu'on peut accéder aux guichets. Reste plus qu’à attendre l’embarquement.


Rétrospectivement, les bonnes et les moins bonnes options de notre voyage:

A retenir :
- Adilson, un guide qui mérite largement sa bonne réputation
- notre séjour à Santana

Ce que nous regrettons :
- 4 jours à Ila Rolas, c'est LA journée de trop!
- ne pas avoir commencé le séjour par Mucumbli, un hébergement d'un charme infini, idéalement situé pour l'exploration de la cote ouest et la randonnée au lac Amalia.

Ce qui peut se discuter:
- ne pas avoir été à Principe, découvrir ses plages et ses perroquets

Si vous souhaitez avoir le trajet complet, avec tous les détails, les cartes et tous les liens internet des lieux visités et des hôtels, les contacts téléphoniques divers, les prix payés, et le pdf de mon guide papier, répondez à ce message en mettant en CLAIR dans le texte de votre REPONSE votre ADRESSE EMAIL, mais pas free qui n’accepte pas les gros envois !

Je vous adresserai en retour le fichier qui fait 20 pages.

Vous pouvez aussi avoir accès à toutes mes contributions en cliquant sur mon nom.

Mer

Re: 2 semaines à Sao Tome en mars

Signaler
Jacques-Do-B
Il y a 7 mois
Bonjour à tous !
Je confirme que le guide Sao Tomé Trekking ne sera sans doute pas ré-édité, mais qu'il est remplacé par le site saotome-principe-trekking.com . Pour ceux qui voudraient absolument la version papier, je pense qu'il en reste encore quelques exemplaires à la librairie L'Harmattan à Paris (rue des Ecoles, 75005), à la Librairie Portugaise et Brésilienne (rue des Fossés St Jacques, 75005) et à Genève à la librairie Le vent des routes (rue des Bains).
Le guide "Partagez Sao Tomé, vivez leve-leve" est lui aussi épuisé à la vente par correspondance depuis fin janvier (vous pouvez toutefois tenter de l'acheter aux 3 librairies ci-dessus). Lui va être ré-édité (en principe, fin mars ou début avril) en version augmentée et actualisée.
Ceux qui ne pourraient pas attendre cette date et trépignent d'impatience, peuvent me contacter : je leur enverrai la plus grande partie du texte par email, en tout cas les informations pratiques les plus utiles, de la nouvelle version (dont je viens de terminer la rédaction avant-hier) ; mais pas les photos et cartes, trop lourdes pour passer. Mon adresse : jacquesdobenoist@gmail.com 
Bises à tous. et bienvenue à Sao Tomé.
Jacques
Date de l'expérience : 30/01/2020

Re: 2 semaines à Sao Tome en mars

Signaler
greffonne
Il y a 7 mois
Bonsoir Béatrice ,
Nous partons à Sao Tomédans un peu moins de 2 semaines- Nous avons contacté Adilson qui devrait nous "guider"...mais on n'a pas fixé dates et limites...ayant l'habitude de voyager solo ,on hésite à s'engager trop longtemps avec un "chauffeur-guide"!
Où avez-vous loué une voiture ,quand vous avez "remonté" du sud de l'ile (nous logerons à Jalé-écolodge)? et avez-vous entendu parlé de gens qui "remontent" par bateau jusqu'à Monteforte (nous logeons ensuite au Mucumbli)
Accepteriez vous de me faire parvenir votre contribution/pdf comme vous le proposiez???
Par avance,je vous remercie!
Annette
annettelecoeur@orange.fr

Re: 2 semaines à Sao Tome en mars

Signaler
PATOUTAILLE
Il y a 7 mois
Béatrice, vous êtes formidable!

Je vous ai envoyé un MP hier, et aujourd'hui, je reçois votre réponse, adorable et détaillée, et LE précieux fichier, que nous allons dévorer.

Un grand, grand, grand merci, et bonne suite dans tous vos futurs voyages,
Et encore bravo!

Avec mes amitiés,

Patou 

Re: Merci de nous avoir fait partager votre expérience qui nous sera fort utile pour notre voyage prévu en mars

Signaler
Sabine-Pascal2
Il y a 7 mois
Bonjour
Nous envigeasons de nous rendre sur Sao Tomé en 2021 votre experience m'interresse.
Pouvez vous m'envoyer vos infos sur " fleurs.et.jardins@wanadoo.fr "
Savez vous s'il y a une possibité de pêche au gros sur l'île ?
Cordialement
Sabine

infos 07/02/2020. Re: Merci de nous avoir fait partager votre expérience qui nous sera fort utile pour notre voyage prévu en mars

Signaler
Mcd33
Il y a 7 mois
Mcd33
Le 07 février 2020
Quelques infos de notre sejour:
couple 60 ans-reservations hebergements faites avant de partir pour pouvoir effectuer virements bancaires-location voiture idem avec AVIS sao tome et teresa brilha 19j 580€ suzuki jimmy en parfait etat papiers corrects livraison a notre guest house d arrivee et depot aeroport le jour du depart interlocuteurs parlent francais--sinon aucune resa de guide ou autre sur nos 3semaines sur Sao Tome--
periode de mi janv a mi fev avec alternance de temps nuageux ensoleille et pluies abondantes
peu de touristes en solo du coup contents d avoir reserver 4 points de chutes tous conformes aux infos booking
sao tome la ville : guesthouse sao pedro, cote est : jao dos  angolares, sud ecolodge praia inhame, cote ouest mucumbli  (voir tripadvisor pour mes avis)
il n est pas toujours facile de trouver des restaus en dehors des hebergements. par contre on trouve a peu pres partout de l eau en bouteille. une bouteille d eau dans hebergement 2€ en dehors entre 60 centimes et   1,5€.
a la ville de sao tome le supermarche permet d acheter de l eau des gâteaux etc... qui pourront depanner les jours de ballade
la route cote est est en tres bon etat jusqu a porto allegre apres pistes avec cailloux trous ornieres ruisseaux aucun soucis ave le suzuki
la route qui part au nord est elle en tres mauvais etat surtout de guadaloupe a mucumbli puis a santa catarina
pour les plages : il n y en a pas cote ouest quelques petites au nord a partir de morro peixe tres jolies avec des pistes defoncees pour les atteindre. mais les plus belles commencent avec micondo a l ouest jusqu a praia jale. 
pour les tortues on en a vu beaucoup sur le sud praia ihname et jale pour le nord avec Hippolito a morro peixe nous n avons pas eu de chance. mais il nous a aussi semble que morro peixe devenait la cible d agence de tourisme en perdant le cote authentique du sud... une histoire de changement d ong....
nous avons ete oblige comme tous d avoir un guide pour entrer dans le parc Obo cote ouest depuis mucumbli marche sublime dans la foret et dans le tunnel d acces a la cascade angolar. 
aucune insecurite ressentie meme sur la route-il faut accepter de rouler tres lentement car enfants chiens porcs chevres surgissent a tout moment--la population est tres gentille et serviable-- les enfants cote
nord et ouest ont tendance a reclamer argent/bonbons et c est surprenant car il n y a pas cette sollicitation sur le sud est---
un inconvenient est de prevoir l argent liquide pour le sejour mais le retrait par visa a la banque internationale de la capitale est facile (10% de commission!)
pas eu de moustiques mais puces de sable, taon. pharmacie a prevoir avec antibios 
Leve leve (tranquille doucement) est la maxime de l ile qu il faut appliquer a tous niveaux pour decouvrir ici un village ici une piste ici un coin de plage isole et la des anciennes roca des gens motives sur des plantations de cacao (merci clement a diego vaz) si on cherche on ttouve son coin de paradis sur cette ile
qui est encore authentique mais cela ne va prut etre pas durer .... bon voyage!
Date de l'expérience : 05/02/2020 EN CITANT
Date de l'expérience : 07/02/2020

Re: 2 semaines à Sao Tome en mars

Signaler
carocaro1492
Il y a 6 mois
Bonjour Béatrice,

Je suis allée à SAo Tome lorsque j'avais 24 ans... j'en aurai 50 dans peu de temps!
J'imagine que certaines choses ont changé... d'autres non.
Je projette d'y retourner cet été, avec mes enfants et mon mari.
Tes infos m'intéresse pour organiser un peu les choses, notamment les coordonnées d'Adilson dont beaucoup de gens disent du bien (pour les randos, ça me paraît nécessaire de se faire accompagner). 
Mon mail: carolegruner@orange.fr

Merci beaucoup!

Carole 

Re: 2 semaines à Sao Tome en mars

Signaler
BlueBlueBlue
Il y a 6 mois
Bonjour,

On m'a conseillé ce voyage, c'est encore plus tentant à vous lire, j'aimerais bien recevoir votre dossier complet pour m'aider à préparer mon voyage... merci !

BlueBlueBlue
bluemount10@me.com

Re: 3 semaines à Sao Tome en janvier 2020

Signaler
louki555
Il y a 5 mois
Sao Tomé 14/01 au 04/02/2020.

Affichant les 65 ans au compteur, nous avons visité Sao Tomé en nous fixant comme préalable de vivre au plus près de l'habitant, de se déplacer le plus souvent avec les moyens de transport locaux, de ne pas prendre de guide, de limiter notre budget pour deux sans l'avion à 2 000€ pour trois semaines.
Avec peu de guides imprimés en français, le forum du routard et notamment le fichier pdf de Béatrice nous a permis de construire un programme de visite. Mais compte tenu de nos préalables, nous ne serions pas partis sans l'aide de l'association PTP Santola (plateforme pour un tourisme de proximité PTP.SANTOLA.contact@gmail.com  ). Elle est composée de familles Santoméennes qui acceptent de partager leur quotidien avec des visiteurs en leur proposant des logements variés (camping, chambres et maisons d'hôtes, hébergements hôteliers). Beaucoup de propriétaires parlent le français, ils font une excellence cuisine et font tout pour faire découvrir leur pays. Il est préférable de réserver la veille ou quelques jours avant votre arrivée car malgré le nombre très limité de touristes, ils n'ont parfois qu'une chambre à proposer. Le guide édité par l'association "Partagez Sao Tomé, vivez Leve leve" est en réimpression. Hormis les deux premières nuits, nous avons séjourné que dans les hébergements proposés par l'association.
Jacques-Dominique Benoist santoméen de coeur, auteur de nombreux ouvrages sur l'île est aussi le créateur du site http://saotome-principe-trekking.com . Il a été pour nous le guide de référence. Il est indispensable et suffisant pour partir à la découvert de l'île.

Résumé de notre périple :

J1 à J3 : Sao Tomé ville avec le marché, le musée, l'alliance française, le port, le centre culturel Cacau (expo, arts, resto), l'Hôtel Central pour son petit-déjeuner, le César Café, les restos Xicos, Camoes... N1 à N3 : Casa de Ferias (28 € la nuit sans petit-déjeuner) mais avec une salle équipée d'une cuisine.

J4 à J5 : Nord de l'île en moto-remorque de l'association La Santola de Pajo. Découverte des Roças (Bella Vista, Agostinho Netto), du village de pêcheurs Morro Peixe avec son musée de la pêche et des tortues, des plages Tamarinos, Conchas, Lagoa Azul et ses baobabs. Restaurant sur la plage des Conchas chez Pajo (menu de poulpes ou poissons à 6 €).
N4 et N5 : chez Hipolito à Morro Peixe  (15 € la nuit avec petit-déjeuner et repas à 6 €). Dépaysement total avec possibilité d'aller à la rencontre des tortues et des dauphins.

J6 à J7 : Nord-Ouest de l'île en moto-remorque (Pajo) jusqu'à Nevès. Location de vélos au resort Mucumbi et découverte de la route du bord de mer jusqu'à Santa Catarina. Paysages fabuleux dans les cacaoyers, belles plages, Roça Diogo Vaz et arrivée dans le bout du monde qu'est Santa Catarina. N6 et N7 : Roça Monte Forte, le coup de coeur pour l'hébergement (36 € la nuit avec petit-déjeuner et repas gastronomiques à 10 €). Vsite de la Roça et de la coopérative de cacao.

J8 à J10 : Centre de l'île. Monte Café : musée du café, bar Efraïm, resto A Frigideira (escargots aux épinards), marche jusqu'au jardin botanique à Bom Sucesso dans les plantations de caféiers. Marche à Bemposta (coopérative de café), Nova Destino (élevage d'escargots), Casa Formosa, cascade des Deux Têtes. N8 à N10 : chez Brice (20 € la nuit, petit-déjeuner à 2.50 € et repas très copieux à 8 €).

J11 à J14 : Centre : Belem. Visite de Trindade et son marché, marche sur la route des vins de palme, moto taxi jusqu'au resto gastronomique Casa Almada Negreiros puis descente à pied par Quinta das Flores, Roça Milagrosa, Roça Santi, Piedade, Belem (3 h dans la forêt et les cultures maraîchères). Marche jusqu'au resto Quinta Nunès25 (très bien) par Batepa et la roça Molemba (palmiers, cacaoyers). Dégustation le long des routes de gâteaux, vins de palme, avocats, ananas, bananes. N11 à N14 : Casa Ediana, gîte dans un magnifique jardin, de 4 couchages, tout confort avec cuisine pour 40 € la nuit.

J15 à J17 : Sud : Porto Alègre. Location d'un Duster à 30 € par jour pour la dernière semaine. Visite en descendant de Santana, roça Agua Izé avec son hôpital et l'exploitation du cacao et du coprah, la Bouche de l'Enfer, la plage Micondo et son artiste sculpteur. A Porto Alègre, le village, le port, la roça et les plages toutes magnifiques (Praias Cabana, Inhame, Piscina), Praia Jalé avec observation de la ponte des tortues la nuit. Les mangroves en barque(époustouflant).  Visite de l'île de Rolas (faire le tour à pied). N15 à N17 : Hébergement chez Salutar Manuel (coup de coeur pour les repas), 20 € la nuit, 5 € le petit-déjeuner, 8 € le repas.

J18 à J21 : Sao Joao dos Angolores. Marche à la cascade Mioba, Praias Peiqueira, Muteca et Engenheino. Marche à la roça Fraternidade et village Rio Grande. Découverte de la plantation de palmiers à huile (Agripalma) à Ribeiro Peixe, approche du Pico Grande. Repas gastronomique à la roça Sao Joao pour 26 € (à ne pas manquer, le chef est mondialement connu). N18 à N21 : à la pension Mionga, le site, l'accueil et la restauration en font pour nous le meilleur hébergement de l'île (35 € la nuit avec petit-déjeuner et 10 € le repas).

J22 : dernière visite de Sao Tomé avec achat de bon café chez Pereira Duarte et de délicieux chocolats chez Diogo Vaz, épices, gâteaux...

En complément, on a presque tout payé en euros que l'on doit emmener de France. Les roças sont les monuments de l'île, les marches sont parfois rendues difficiles par l'humidité de l'air (un vrai sauna) mais l'île étant couverte de forêts, on est souvent à l'ombre. Aves l'application Maps Me et http://saotome-principe-trekking.com, on peut se diriger facilement sans guide, on rencontre toujours quelqu'un qui vous remet si nécessaire sur le bon chemin. Vu les petits-déjeuners très copieux, pas besoin de déjeurner, on trouve partout des petits commerces au bord des routes pour acheter encas et eau minérale.

Que de bons souvenirs, les Santoméens mangent à leur faim, gagnent un peu d'argent pour que la vie continue Leve Leve dans leur jardin  d'Eden.


Re: 3 semaines à Sao Tome en janvier 2020 - louki555



Date de l'expérience : 24/04/2020

Re: 2 semaines à Sao Tome en mars

Signaler
lespone
Il y a 5 mois
Bonsoir Béatrice et merçi pour la rapidité de votre envoi très bien documenté , et qui représente certainement beaucoup de travail de votre part

Bien à vous

Re: 2 semaines à Sao Tome en mars

Signaler
lespone
Il y a 5 mois
Merçi Béatrice pour la rapidité de votre envoi riche en informations qui ont dû susciter beaucoup de travail

Bonne continuation dans la préparation de vos voyages
Bien à vous
Date de l'expérience : 24/04/2020

Re: 2 semaines à Sao Tome en mars

Signaler
Joca
Il y a 3 mois
Bonjour,

Avant tout merci d'avoir partagé votre voyage avec nous. Je suis intéressé par votre dossier de voyage.
Mon email est :

jorgeduarte7@hotmail.com

Encore une fois merci


Re: 2 semaines à Sao Tome en mars

Signaler
Jacques-Do-B
Il y a 3 mois
J’espère que vous allez tousRe: 2 semaines à Sao Tome en mars - Jacques-Do-B bien. On va bientôt pouvoir reprendre des voyages (on ne sait pas encore exactement quand, mais c’est une question de semaines) et retourner à  Sao Tomé et Principe, cette destination dont tombent amoureux tous ceux qui y ont séjourné. En attendant, rien ne nous empêche de rêver à notre futur voyage et de le préparer.Justement, le guide sur Sao Tomé et Principe de l’association PTP SANTOLA « Partagez Sao Tomé, vivez leve-leve » , qui était épuisé depuis le début de cette année, vient de reparaître. Une nouvelle version, actualisée et augmentée : deux fois plus de texte et de photos que l’édition de 2018. Cette fois-ci, notamment, des informations sur l’île de Principe ; et deux nouveaux chapitres : «Les îles du bien manger » et « Connaître un peuple, comprendre la société santoméenne ».   PTP SANTOLA est une association santoméenne qui cherche à promouvoir un tourisme « de proximité », regroupant des hébergeurs qui offrent des chambres d’hôte, ainsi que des propriétaires de gites ruraux et de petites pensions, qui souhaitent que la relation avec leur client ne soit pas seulement une relation marchande, mais de convivialité, pour que les hôtes étrangers rencontrent vraiment et comprennent la société des deux îles. Leur guide décrit les hébergements des membres de l’association et explique ce qu’il est possible de faire durant ses vacances dans les différents coins où se trouvent ces logements lorsque l’on veut s’immerger un peu dans la société locale.La diffusion du guide est assurée (bénévolement) par Laurence Lesaffre. Pour les acheter, il faut, si vous habitez la France, écrire à Laurence Lesaffre, 265 allée Chardin, 59650, VILLENEUVE D'ASCQ. Il suffit de lui adresser votre demande, avec votre adresse postale, et un chèque à son nom, d’une valeur de 13 € (qui inclut les frais de port)..Pour la Suisse et la Belgique, les frais de port sont plus élevés, aussi le coût est-il de 16 €.Bonne lecture et bon voyage !

Re: 2 semaines à Sao Tome en mars

Signaler
Gasta
Il y a 3 mois
Merci beaucoup Beatrice pour votre compte rendu sur Sao Tomé, très bien fait, très utile, cela devrait beaucoup nous aider
merci encore 
armelle

Re: 2 semaines à Sao Tome en mars

Signaler
Flanbart
Il y a 3 mois
Le guide parle t il que le portugais

Flanbart@orange.fr

Re: 2 semaines à Sao Tome en mars

Signaler
Jacques-Do-B
Il y a 2 mois
,, Le guide parle t il que le portugais

Flanbart@orange.fr


Bonjour !
Je n'ai pas compris de quel guide vous parliez.
Mais je vais quand même essayer de répondre.
Bien sûr, le Portugais est la langue officielle du pays. Mais le Français est la langue étrangère la plus apprise (devant l'anglais).
Les guides : il y a des guides de montagne pour les randonnées (accompagnement obligatoire pour les balades dans le Parc National de l'Obô) et des guides touristiques (pour vous accompagner, avec ou sans véhicule) pour la visite des sites. Pour les deux catégories de guide, il y a un certain nombre qui parlent bien français. Si vous voulez des noms, demandez-moi en envoyant votre email en diffusion privée.

Les guides papier : le guide "Partagez Sao Tomé, vivez leve-leve", dont il est parlé plus haut, est en français.
Il y avait un autre guide en français, intitulé Sao Tomé Trekking. La version imprimée est épuisée ; mais vous le retrouverez, augmenté (maintenant, il traite aussi de l'île de Principe) et actualisé, sur le site saotome-principe-trekking.com

Préparez bien votre voyage !

Re: 2 semaines à Sao Tome en mars

Signaler
lerouxb69001
Il y a 6 jours
Bonjour Beatrice 
vous m'avez donné envie de visiter cette ile pouvez vous m'envoyer votre fichier de vacances

Cordialement

Bons Plans Voyage

Voyage Communauté Routard