Forum Algérie

Ghardaïa est-elle en danger ?

4 réponses

Dernière activité le 12/08/2007 à 21:59 (consulter)

Avis non contrôlés
Signaler
Sonia-Fatima Chaoui
Le 07 juillet 2007
Hello,

L'Unesco décrit le Mzab en ces termes :
Le paysage de la vallée du M'Zab, créé au Xème siècle par les Ibadites autour de leurs cinq ksour, ou villages fortifiés, semble être resté intact. Simple, fonctionnelle et parfaitement adaptée à l'environnement, l'architecture du M'Zab a été conçue pour la vie en communauté, tout en respectant les structures familiales. C'est une source d'inspiration pour les urbanistes d'aujourd'hui.

==============================

Eh bien moi, je me demande si Ghardaia va rester intacte ! En me baladant, j'ai constaté que des maisons étaient construites de manière "sauvage" sur les collines restées vierges pdt des siècles. Ces maisons enlaidissent la beauté du lieu. Pourquoi les autorités laissent-elles faire ça ? Qui peut m'éclairer ?

Merci. Sonia





Petite tartine

Signaler
marl
Il y a 12 années
Le problème de l’immobilier en Algérie !!!
La construction sauvage est un phénomène nationale en Algérie.
Il a débuté avec les années 80 et s’est intensifié depuis, particulièrement durant les années 90 et ses mouvements migratoires (fuite des zones dangereuses).

Depuis la Libération, le pays est un immense flux migratoire.
Flux entre l’Algérie et la France, mais aussi entre les régions algériennes. A partir des années 70, les ruraux ont massivement investit les villes alors meme que l’Etat ne parvenait à satisfaire une demande en logement croissante due à la natalité.
Plusieurs faits peuvent expliquer le boum de l’immobilier sauvage à partir des année 80 :
- désengagement de l’état et libéralisation des la promotion immobilière
- déliquescence de l’administration de l’état et de ses outils de control.
- Augmentation du pouvoir d’achat de la population : les constructions ne sont plus en « matériaux » traditionnelles (voir bidonville) mais en dur « moderne ».

L’Etat a du mal a lutté contre ce fléau car le droit d’avoir un toit est légitimé par les fondements révolutionnaire algériens.
De plus, le flou profite à tous.
Enfin, l’immobilier est une valeur d’investissement populaire et sur qui ferait pâlir nombre de traders et boursicoteurs.
Et le coût doit être minimum pour un gain maximum. Alors pourquoi se payer un architecte ? Alors même que l’administration décentralisé n’est que peu regardante.

Quant a la dénaturation des sites, voir du milieu urbain algérien, la majorité de la population n’a pas conscience de la laideur. Ces nouvelles constructions sont au contraire source de progrès (toit en dur, electricité …. eau marchante à défaut d’etre courante…). Je compare volontiers cela à la pollution par les sachets plastiques, canettes et autres bouteilles en PVC vu en Algérie: chacun est content de consommer, d’étancher sa soif… Quant au reste…

Soyons optimiste : je me suis toujours demandé si les anciennes villas romaines de l’époque avaient été habitées au départ des romains … avant de devenir ruines.
Car compte tenu des normes, les bidonvillas ont une espérance de vie de 20 ans avant que de gros soucis apparaissent.
Quoi qu’il en soit, la solution ne peut venir que de l’Etat.
Mais des associations et des particuliers tentent de faire vivre une certaine conception urbanistique qui mérite d’etre soutenu.

Ghardaïa est-elle en danger ?

Signaler
Sonia-Fatima Chaoui
Il y a 12 années
Marl,

Merci pour ta réponse qui m'éclairent un peu plus.

En tout cas, j'espère vraiment que les autorités sauront prendre conscience de la beauté des sites qui doivent absolument être protégés.

J'espère...

en danger ?

Signaler
cb93
Il y a 12 années
Bonjour,
Dire que Ghardaia est en danger est un mot un peu fort, parce que Ghardaia a une position stratégique et est un centre économique du sud. Donc, Ghardaia ne mourra pas demain !

Par contre, en ce qui concerne l'authenticité de Ghardaia, le respect de l'environnement et des principes architecturaux, c'est une autre histoire car, comme tu l'as vu il y a des constructions anarchiques, les gens construisent de véritables villas sur les collines (qui étaient préservées) et personne ne fait rien pour stopper ces constructions illicites.

En ce qui concerne la position par rapport à l'Unseco, c'est problématique. L'Unesco n'a aucun moyen pour contraindre un Etat à respecter un site classé Patrimoine Mondial. L'Unesco peut faire des visites sur place et faire un rapport aux administrations locales, aux Etats... leur faire des propositions d'actions à mener et en dernier lieu : enlever le classement "Patrimoine Mondial" au site qui ne respecterait plus les points qui lui ont permis d'être classé.
Et, si ces constructions illicites continuent à dégrader ce qui est resté intact pendant des siècles, le Mzab pourra se voir retirer son classement.

en danger ?

Signaler
Sonia-Fatima Chaoui
Il y a 12 années
Bonsoir,
Merci pour ta réponse. Qd je disais "en danger", je pensais plutôt à son authenticité. Et ta réponse m'éclaire sur le rôle très réduit de l'Unesco, d'où la nécessité que l'Etat algérien prenne ses responsabilités pr préserver son patrimoine. Je l'espère de tout coeur.
A suivre donc...

Bons Plans Voyage Algérie

Voyage Algérie

Services voyage