Les îles grecques par Alain Pallier

Alain Pallier

Alain, rédacteur au Routard, nous livre ses impressions sur les îles grecques où il s’est rendu récemment.

Alain a longtemps été lecteur du Routard, qui l’accompagnait toujours pendant ses vacances d’enseignant. Après un premier contact, à la suite d’un courrier de lecteur, la direction l’a sollicité pour quitter le chemin de l’enseignement. Il a alors trouvé son bonheur sur les routes buissonnières en devenant rédacteur, responsable de titres. Avec, comme terres de prédilection, le pourtour méditerranéen et l’Afrique.

En quoi cette destination est-elle unique ?

En quoi cette destination est-elle unique ?
Rhodes Lindos © pavel068 - stock.adobe.com

La superficie du territoire grec atteint à peine le quart de celle de la France. Et pourtant, il n’existe sans doute aucun autre pays aussi petit qui soit aussi vaste… Le morcellement d’une bonne partie de ce territoire sous la forme d’îles « agrandit » le pays et fait qu’on peut tout à fait passer une partie de sa vie de touriste à explorer ces petits univers (pas moins d’une centaine d’îles habitées, ce qui fait déjà de quoi s’occuper…), des îles majeures où toutes les activités peuvent se pratiquer à celles, absentes des guides,  où l’on se sent presque comme un Robinson. En plus, au-delà de l’image du village cycladique composé de cubes blancs, elles sont vraiment très différentes d’un archipel à l’autre, voire d’une île à sa voisine, d’où cette impression de grande variété des paysages.

Un moment à partager ?

Une soirée dans un panigyri de village. C’est une fête populaire, souvent à l’occasion de la fête du saint à qui l’église locale est consacrée. Les Grecs originaires du village et partis vivre dans les grandes villes reviennent à cette occasion. Sur la place, de grandes tables sont dressées, les broches tournent à plein régime et un grand espace est réservé pour danser, une fois le repas terminé. Le touriste de passage y est souvent invité, dans la grande tradition de l’hospitalité grecque. C’est l’occasion de constater l’extraordinaire endurance des Grecs (et des Grecques) qui, jusqu’à un âge avancé, profitent au mieux de ces moments de bonheur.

Une activité à pratiquer absolument ?

Une activité à pratiquer absolument ?
Amorgos © Freesurf - stock.adobe.com

Plonger dans la mer Egée et pourquoi pas à… Amorgos, bien sûr ! Les fonds marins n’y sont pas plus beaux qu’ailleurs dans la mer Egée, mais tout le monde garde évidemment en tête les images du film de Luc Besson, Le Grand Bleu. Pas étonnant qu’on entretienne la flamme dans cette île des Cyclades qui accueille, en plus des plongeurs avec bouteille, des apnéistes pour des formations. Et si tout le monde ne plonge pas dans la famille, Amorgos offre bien d’autres beautés terrestres à découvrir !

Un livre à emporter avec soi ?

L’Eté grec, de Jacques Lacarrière. Un classique de la littérature de voyage qui ne vieillit pas, même s’il évoque la Grèce d’hier, celle des années 60, une époque où chaque voyageur était accueilli à la maison comme un ami. Il faut dire que le tourisme balbutiait encore… Pour beaucoup d’amoureux de la Grèce, ce livre a été la première « porte d’entrée » dans le pays.

La spécialité locale à goûter absolument ?

La spécialité locale à goûter absolument ?
Café frappé © silalena - stock.adobe.com

Le café frappé. On le prépare avec une dose de café instantané, des glaçons, du lait (facultatif), du sucre ou pas (selon le souhait du client, à qui le serveur demande s’il le veut sucré, fortement ou moyennement, ou bien sans sucre), le tout « frappé » dans un shaker, manuel ou le plus souvent électrique. Ce café se boit donc froid. Les Grecs sont capables de rester très longtemps en terrasse à siroter leur frappé, battant des records de lenteur. Même si beaucoup sont passés au freddocino ou au frappucino, qui tous les deux en dérivent, le frappé reste un marqueur grec.

Mise en ligne :

Îles grecques Les articles à lire

Voyage Îles grecques

Bons Plans Voyage

Services voyage