Voyager en camping-car

Choisir son véhicule

Choisir son véhicule
© Stringer Image - Adobe Stock

Capucine, intégrale, profilé, fourgon aménagé… Le choix du modèle est un casse-tête pour les novices ! Tout dépend de l’usage que vous souhaitez faire du véhicule. Réfléchissez-y bien avant de vous lancer et définissez vos priorités. Partir six mois en Amérique Latine ou deux semaines chaque été n’impliquent pas les mêmes besoins, et en couple ou avec deux adolescents, votre mode de vie ne sera pas le même. Outre le prix, regardez la taille, le modèle, la consommation, le kilométrage et la marque. Le choix de la marque n’est pas anodin. Si vous comptez voyager à l’étranger, il peut être intéressant de choisir une marque internationale, pour laquelle vous trouverez des représentants dans le maximum de pays. Les numéros un sur ce plan sont Mercedes et Toyota.

Les différents modèles

Les Capucines s’adaptent parfaitement aux familles. Ces véhicules possèdent une zone de couchage haute, au-dessus de la cabine de conduite.

Les profilés, moins hauts et donc plus aérodynamiques, conviennent bien aux couples : le poste de pilotage est surmonté d’une casquette et le couchage, permanent, se situe à l’arrière. Les profilés présentent l’avantage d’être plus maniables.

L’intégral est le modèle le plus luxueux et spacieux. Sa cabine de conduite est intégrée à l’ensemble du camping-car.

Combiné : une voiture surmontée d’une capucine - très répandu aux USA – permet d’avoir la maniabilité d’une voiture et le confort d’un camping-car.

À chacun sa monture !

Patricia et André Chazel, un couple de routards invétérés, ont sillonné les routes du monde de 2004 à 2010. Après plusieurs années à bord d’un camping-car traditionnel, ils ont opté pour un 4×4 Toyota doublée d’une cellule faite sur mesure. Compact et bien équipé, leur robuste véhicule leur permet d’emprunter les routes les plus escarpées.

Alain Guillard et sa femme voyagent depuis 15 ans au volant d’un modèle profilé, aménagé avec un salon arrière auquel ils tiennent beaucoup. «Lorsque nous sommes à table, nous profitons d’une vue panoramique, tournée vers l’extérieur, vers les gens qui passent».

Retraités, Valérie et Daniel Avard ont longuement hésité avant d’opter pour un modèle intégral. Résultat, ils profitent du confort et de l’espace de leur véhicule et rayonnent où bon leur semble depuis 2005 sur Jim, leur scooter, logé dans un petit garage à l’intérieur de Jules, leur camping-car. Le plus de l’intégral selon eux ? Un lit d’une hauteur respectable qu’ils peuvent agrandir à leur guise jusqu’à la «king size». «Mieux qu’à la maison !», selon Valérie Avard.

Neuf ou occasion ?

Vous trouverez de nombreux véhicules d’occasion ayant très peu roulé. Le marché de l’occasion permet donc de réaliser des bonnes affaires. Contrôlez en priorité l’étanchéité du camping-car et méfiez-vous car les infiltrations ne se voient pas toujours à l’œil nu ! Les concessionnaires utilisent un appareil pour déterminer le taux d’humidité des parois du véhicule. Demandez au vendeur s’il a bien effectué les contrôles annuels nécessaires, ils doivent être inscrits sur son certificat. Pour un véhicule d’occasion, les prix démarrent à 25 000 euros. Concernant le neuf, il faut prévoir 35 000 euros minimum.

L’option location

Si vous souhaitez tenter un premier voyage en camping-car, la location est idéale. Vous devez être en possession de votre permis depuis plus d’un an et avoir plus de 21 ans. En France, comptez en haute saison entre 1 000 et 1 500 euros la semaine pour quatre personnes, en kilométrage illimité. Comparez soigneusement l’assurance, les tarifs et les options (porte-vélo, lingerie, etc). Vous pouvez également louer à l’étranger sans difficulté.

Quelques adresses : 
Avis Car Away
Camping-Car Online (réseau international)
Trois Soleils
Ypoloc
www.motorhomerent.fr

La location de particulier à particulier :
contactngo.com
jelouemoncampingcar.com
wikicampers.fr

Et si vous échangiez votre camping-car ?

Si vous possédez déjà un camping-car en France mais souhaitez traverser les États-Unis cet été, lancez-vous dans l’échange de camping-car ! Sur le même principe que l’échange de maison, cette formule permet d’envisager un voyage à l’autre bout du monde à moindre frais. Richard et Murielle, des camping-caristes québécois, ont tenté l’expérience à trois reprises sans jamais être déçus : « La première fois, ce n’est pas évident de prêter son camping-car car c’est un bien à usage très personnel, mais on se sent vite aussi responsable du véhicule de l’autre que du sien ! » Le couple a d’abord troqué son véhicule contre celui d’une famille hollandaise, ce qui leur a permis de passer un automne entre la Hollande, l’Autriche, l’Allemagne et la Suisse tandis que leurs partenaires visitaient Québec, les chutes du Niagara et le Bas-Saint-Laurent. Richard conseille simplement de contacter les personnes par mail puis par téléphone, « pour vérifier que le courant passe ! ». Dans son cas, les Hollandais sont devenus des amis, qu’il reverrait avec plaisir.

Quelques sites de petites annonces :
www.ukmotorhomes.net/exchange.shtml
http://lsinzelle.free.fr/Echange.htm
www.motorhomeholidayswap.com/ 

Gérer l’autonomie de son camping-car

En moyenne, un camping-car dispose de trois à quatre jours d’autonomie. Il faut donc s’arrêter deux fois par semaine pour vidanger dans des aires appropriées ou des campings (voir la rubrique «En route!»). L’eau demeure la première préoccupation : il faut compter entre 7 et 25 litres par personne et par jour. Quelques aménagements peuvent s’avérer utiles pour améliorer l’autonomie du véhicule. Les panneaux solaires se sont généralisés. Corinne et Luc Tsagalos ont ainsi largement comblé leurs besoins en électricité puisqu’ils ont suivi le soleil dans la mesure du possible. Un réservoir d’eau supplémentaire peut également être pratique, bien qu’il représente un poids non négligeable… Il faut y réfléchir à deux fois. 

Assurance et formalités

Vérifiez au dos de votre carte verte les pays pour lesquels vous êtes assurés. En dehors de cette zone, il est nécessaire de souscrire à des assurances au cas par cas et surtout… de rester le plus prudent possible ! Le carnet de passage en douane est le document douanier international. Obligatoire dans certains pays.

Texte : Virginie de Rocquigny

Articles à lire