Thaïlande : quelle île choisir ?

Andaman Sud, îles de Trang et parc de Ko Tarutao : quelle île choisir ?

Situés à quelque 800 km au sud de Bangkok, juste avant la Malaisie et au large des provinces de Trang et de Satun, les petits paradis tropicaux du sud de la mer d’Andaman se méritent. Pour y aller, il faut prendre un vol intérieur depuis Bangkok jusqu’à Trang ou Hat Yai, puis faire environ 2 h de route jusqu’aux embarcadères de Pak Meng ou Pakbara et au moins 1 h de bateau jusqu’à destination.

Au large, la mer d’Andaman est constellée de dizaines d’îles, la majorité étant des îlots vierges de toute habitation. Seules quelques-unes sont habitées et/ou disposent d’infrastructures hôtelières qui demeurent, sur certaines îles, sommaires. Les prix sont plus élevés qu’ailleurs en raison de l’éloignement.

Meilleure saison : de novembre à mars ; éviter juillet-octobre (période de mousson), même si les prix baissent fortement.

Lire notre reportage Thaïlande : îles de rêve en mer d’Andaman

Ko Ngai (Ko Hai)

Ko Ngai (Ko Hai)
© Jean-Philippe Damiani

Proche de la côte, Ko Ngai est l’île la plus accessible depuis la ville et l’aéroport de Trang. Son point fort ? Une plage de 2,5 km sur sa façade est, où se trouvent quelques hôtels bien tranquilles. Magnifique panorama sur les îles voisines (dont Ko Muk), la mer et le continent.

Recouverte de jungle, bordée sur son flanc ouest par une falaise, Ko Ngai est encore peu développée. Aucun village, ni route, sur cette île étroite et longue qui forme une sorte de mini-station balnéaire. L’île, qui peut se découvrir à la journée depuis Ko Lanta, reste une bonne base pour explorer les environs.

Types de séjour : repos, plage, excursions sur îlots voisins, snorkelling, balades.

Comment y aller : en bateau depuis Pak Meng, 1 h de route de Trang.

Ko Muk

Ko Muk
Had Farang Beach © Jean-Philippe Damiani

Un petit bout de paradis, réputé pour ses coraux intacts et somptueux. Ko Muk est la plus connue des îles de Trang, en raison d’une curiosité naturelle : la grotte d’Émeraude (Tham Morakhot), un tunnel de 80 m de long creusé dans la roche par l’érosion qui conduit, à marée basse et à la nage, à une sorte de lagon intérieur. Y aller tôt de préférence pour éviter la cohue.

Plages ravissantes sur la côte ouest comme Had Farang Beach, qui offre le plus d’hébergements. Le port se trouve à l’est de l’île, ainsi que le petit village de pêcheurs Chao Lays. Tout un réseau de chemins sillonne l’île, du moins la zone sud, une bonne partie du nord de Ko Muk étant classé parc naturel.

Types de séjour : plages, repos, vie de village, snorkelling, excursions dans les îles environnantes.

Comment s’y rendre : en bateau depuis embarcadère de Kuan Thung ku ou Pak Meng.

Ko Kradan

Ko Kradan
Ko Kradan © Jean-Philippe Damiani

Ko Kradan signifie « l’île planche » en thaï. Et pour cause : elle est toute plate ! Pas de village, juste quelques petits hôtels, des bungalows et un calme absolu, lorsque les excursionnistes venus y déjeuner (11 h – 15 h) sont repartis…

Seule la côte est, dans sa partie nord essentiellement, propose des hébergements. Cocotiers et hévéas sur la terre ferme, et magnifiques coraux sous la mer.

Types de séjour : plage, farniente, snorkelling.

Comment s’y rendre : traversée depuis Pak Meng avec escale à Ko Muk. Long-tail boat de Ko Ngai ou Ko Muk pour y aller en solo ; excursions à la journée depuis Ko Lanta.

Ko Libong

Ko Libong
Ko Libong © Alexandre - stock.adobe.com

La plus grande des îles de Trang est peuplée par une communauté de pêcheurs musulmans.

Ko Libong abrite une épaisse mangrove où d’importantes colonies d’oiseaux viennent trouver refuge. Quelques tortues vertes signalées de temps en temps et, plus rarement encore, des lamantins (dugong) débonnaires attirés par les champs d’algues alentour. L’intérieur de l’île, qui culmine à 315 m, est recouvert par la jungle, tandis que les hôtels se trouvent sur la plage ombragée de Hat Lang.

Types de séjour : plage, repos, observation de la faune.

Comment y aller : bateau depuis l’embarcadère de Ban Hat Yoa (au sud de Trang ; accès en train, bus ou songthaew).

Ko Lao Liang

Ko Lao Liang
© Jean-Philippe Damiani

Les deux îles du micro archipel de Ko Lao Liang, totalement sauvages, sont précédées par l’étrange vertèbre crénelée de Ko Phetra, « l’île jonque » réservée à la production de nids d’hirondelles.

Seule l’une de deux îles – celle du nord (Nuea) – accueille les quelques touristes qui peuvent y passer la nuit dans des tentes. La majorité des visiteurs se contente d’y faire une halte de quelques heures, le temps d’admirer la puissante et étroite falaise karstique de moins de 2 km de long, ornée de stalactites, surgissant de la mer couleur d’émeraude surplombant l’île.

Fonds marins, limpides et très poissonneux, idéaux pour le snorkelling (faible profondeur). On peut également faire du kayak, de l’escalade.

Types de séjour : plage, farniente, snorkelling, escalade.

Comment y aller : long tail boat depuis Ko Sukorn et Ko Libong ; excursions à la journée depuis Ko Muk.

Ko Sukorn

Ko Sukorn
© Jean-Philippe Damiani

Ko Sukorn, l’île la moins balnéaire de la région, est située près de la côte. Pas de plage paradisiaque sur la très tranquille Sukorn où le sable est sombre et la mer plus agitée qu’ailleurs. L’intérieur de l’île, avec ses villages tranquilles, ses rizières et ses champs où paissent les buffles, fait étonnamment penser aux paysages champêtres de l’Isan.

Aucun ferry ne la relie à la côte : cet isolement fait tout le charme de Sukorn, fréquentée majoritairement par des Thaïs et que l’on parcourt volontiers à vélo ou en scooter.

Types de séjour : farniente, balade, vie villageoise.

Comment s’y rendre : en long tail boat privé depuis Baan Ta Seh (résa via agences de Trang).

Ko Rok

Ko Rok
Ko Rok Yai © franzeldr - stock.adobe.com

Située à une trentaine de kilomètres du littoral, Ko Rok – en fait deux îlots séparés par un bras de mer – est la plus éloignée des îles de Trang. Sauvage et inhabitée, Ko Rong forme un paradis tropical, réputé pour ses magnifiques fonds marins aux eaux transparentes et son récif corallien.

L’île de Ko Rok Yai marque l’extrémité occidentale du territoire thaïlandais en mer d’Andaman. Hébergement sommaire dans des tentes et des bungalows à réserver auprès des parcs nationaux de Thaïlande.

Type de séjour : plage, repos, snorkelling, retour à la nature ; excursions à la journée.

Comment s’y rendre : Ko Rok est éloignée, aucun bateau public, accessible uniquement via des tours ou bateaux privatisés depuis Ko Lanta (la plus proche) et certaines îles de Trang, voire Pak Meng sur la côte.

Ko Bulon Lae

Ko Bulon Lae
© Jean-Philippe Damiani

La petite Ko Bulon Lae est un havre de paix qui envoûte dès le débarquement, notamment avec sa plage principale (côte ouest) dont le sable couleur ivoire côtoie le turquoise de la mer, au rythme lancinant des marées. Au large, les îlots de Ko Hin Kao (White Rock) font la joie des plongeurs avec leurs « coraux de 7 couleurs ».

Les petites structures hôtelières (bungalows et guesthouses) s’intègrent harmonieusement au cadre naturel et utilisent l’énergie solaire. Possibilité de planter sa tente ou son hamac sous l’ombre des arbres. Au cœur de l’île, les pêcheurs Chao Lay ont installé leur petit village fait de huttes plus ou moins sommaires.

Types de séjour : plage, farniente, snorkelling, plongée, vie locale.

Comment s’y rendre : en bateau depuis Pakbara (2 h de route de Hat Yai) ou Ko Lanta.

Ko Tarutao

Ko Tarutao
© Jean-Philippe Damiani

À la frontière avec la Malaisie, tout au sud de la Thaïlande, le parc national de Tarutao englobe une cinquantaine d’îles essaimées dans la mer d’Andaman, pour la plupart désertes.

Recouverte de jungle et bordée de plages au sable immaculé, l'île éponyme de Ko Tarutao, placée sous la protection du parc, déploie sur près de 160 km2 des paysages totalement préservés et inhabités. Montagneuse, recouverte à 99 % de jungle et de mangrove et ourlée de sable blanc, Ko Tarutao, qui abrita au siècle dernier un bagne, ne possède ni hôtel, ni resto, ni distributeur de billets, juste une cantine et des bungalows tenus par les gardiens du parc national qui protègent les lieux.

Quelques balades possibles à l’intérieur des terres. Une île au goût de paradis perdu, à conseiller aux routards qui ont une âme de Robinson Crusoé.

Types de séjour : plage, randonnée, farniente.

Comment s’y rendre : en bateau depuis Pakbara, à 2 h de route de Hat Yai, ou depuis Ko Lipe.

Lire notre reportage Ko Tarutao, l’île sauvage

Ko Lipe

Ko Lipe
© Akarat Phasura - Fotolia

Située à l’extrême sud du pays, à quelques kilomètres de la frontière malaise, la petite île de Ko Lipe se trouve au cœur du parc national de Tarutao. 

Dotée d’infrastructures touristiques solides, Lipe peut servir de base pour explorer la région, s’adonner aux joies de la baignade ou du snorkelling, ou tout simplement ne rien faire. 

Entourée de belles plages de sable blanc et d’un récif magnifique, cette petite île plate est devenue essentiellement touristique. Ko Lipe est peuplée par une communauté de pêcheurs, Chao Lay.

Types de séjour : plage, farniente, snorkelling, excursion dans les îles environnantes (Ko Adang, Ko Rawi).

Comment s’y rendre : en bateau depuis Pakbara (2 h de route de Hat Yai) ou Ko Lanta.

Lire notre reportage Ko Lipe, paradis tropical

Texte : Routard.com

Thaïlande Les articles à lire

Voyage Thaïlande

Bons Plans Voyage

Services voyage