Thaïlande : quelle île choisir ?

Mer d'Andaman nord, de Phuket à Ko Lanta : quelle île choisir ?

Phuket attire depuis des décennies les touristes tel un aimant avec ses infrastructures très développées, dont un aéroport international. Non loin de là, le calme règne à Ko Yao Noi et Ko Yao Yai.

Au nord de Phuket, les îles au large de la station balnéaire de Khao Lak sont encore de petits paradis maritimes, notamment Similan et Surin, réputées pour leurs fonds sous-marins. Infrastructures limitées toutefois.

Enfin, plus au sud, Ko Phi Phi constitue l’autre île touristique de la région, très fréquentée à la haute saison pour ses paysages sublimes et ses sites de plongée. Ko Lanta, malgré la célèbre émission de télé, reste plus confidentielle, mais elle offre un cadre moins spectaculaire.

Meilleure période : de novembre à mars ; éviter juillet-octobre (période de mousson), même si les prix baissent fortement.

Phuket

Phuket
Cap Panwa © Shiva3D - stock.adobe.com

Plus grande île de Thaïlande, Phuket, d’une superficie de 570 km2, très proche du continent et reliée à lui par deux ponts, est le berceau du tourisme balnéaire local et l’une des destinations touristiques majeures en Asie. Amateurs de tranquillité, passez votre chemin et évitez des lieux dénaturés comme Patong et Karon Beach ou Kata Yai… qui conviendront à ceux qui veulent faire la fête avec d’autres touristes.

Phuket déploie de jolies plages sur sa façade ouest, tandis que le centre est par endroits couvert de jungle. La côte est, bordée de mangrove et de villages de pêcheurs, est restée plus traditionnelle. Avec son patrimoine sino-thaï, Phuket Town, la capitale de l’île, contraste avec les stations balnéaires de la côte.

Parmi les coins encore préservés, citons, au sud, le cap de Panwa, la baie de Chalong et la baie de Nai Ham ; au nord-ouest, les jolies baies de Surin, Bang Tao, Nai Thon ou encore Nai Yang.

Phuket est le point de départ pour les îles de la mer d’Andaman : Ko Yao, Ko Lanta, Ko Phi Phi ou encore les îles Similan.

Types de séjour : plage, ambiance familiale (sud), fête (Patong), animation, balades, excursions.

Comment y aller : avion depuis Bangkok, Chiang Mai, Ko Samui et la France (avec escale à Dubaï ou Doha) ; bus depuis Bangkok, Krabi, Chiang Mai, Chiang Rai ; en bateau depuis les autres îles de la mer d’Andaman (Ko Lanta, Phi Phi…).

Lire notre reportage Phuket côté ville

Ko Similan

Ko Similan
©яна винникова - stock.adobe.com

Un archipel de neuf îlots granitiques, à 60 km des côtes, bordés d’une mer turquoise et recouverts de végétation tropicale. Magnifiques plages de sable blanc sur certains îlots, formant un paysage idyllique.

Protégé par un parc national, l’archipel des Similan possède une faune d’une grande richesse. Il compte également parmi les meilleurs spots de plongée de Thaïlande, notamment grâce à ses eaux cristallines. Peu d’hébergements sur l’île, la plupart des visites se font via une excursion à la journée depuis Phuket ou Khao Lak.

Types de séjour : plage, plongée, farniente.

Comment y aller : en bateau depuis l'embarcadère de Thap Lamu, près de Khao Lak, ou en bateau depuis Phuket (excursions).

Ko Surin

Ko Surin
Ko Surin © Song_about_summer - stock.adobe.com

Un archipel de cinq îles dans la mer d’Andaman à environ 50 km de la côte. Protégées par un parc et difficilement accessibles, les Surin possèdent une flore et faune très riches, notamment sous-marine, grâce à la barrière de corail.

Les fonds marins, exceptionnels, offrent l’un des plus beaux sites de plongée de la mer d’Andaman. Ko Surin est l’île idéale pour les routards à l’âme de Robinson, où il faut savoir prendre son temps.

Types de séjour : plages, farniente, plongée, snorkelling.

Comment y aller : en bateau depuis Kura Buri, à 3 h de Phuket et 10 h de Bangkok ; excursions depuis Khao Lak.

Ko Kho Khao

Ko Kho Khao
© kwiatek7 - stock.adobe.com

Des plages, dont une de 15 km de long, une mangrove impénétrable, une seule route et des pistes sablonneuses, des plantations de palmiers, des marais, mais aussi des savanes...

Proche du continent, Ko Kho Khao, totalement plate, est encore épargnée par le tourisme de masse. Le village-débarcadère de Baan Pak Ko, au sud, concentre toute l’activité de l’île. Une île à conseiller aux amateurs de tranquillité.

Types de séjour : farniente, plage, balade

Comment s’y rendre :  en bateau depuis Ban Nam Khem, à 20 km de Khao Lak (1 h 30 au nord de Phuket)

Ko Phayam

Ko Phayam
© ksl - stock.adobe.com

Ko Phayam (20 km²) flotte sur la mer d’Andaman à environ 570 km au sud-ouest de Bangkok et 300 km au nord de Phuket, à l’écart des flux touristiques et hors des sentiers battus.

Avec ses plages de sable blanc bordées d’une eau cristalline, ses petites collines couvertes de forêts primaires ou de plantations (hévéas et d’anacardiers), Ko Phayam est l’archétype de l’île paradisiaque, propice au farniente et aux retraites loin de tout.

Pas de voiture, on se déplace en deux-roues ou à pied. Habitée à l’année par environ 500 âmes (Thaïs, Birmans et Chao Leh, les gitans de la mer), Ko Phayam est aussi l’île du grand bouddha doré.

Types de séjour : farniente, plage, snorkelling, retour à la nature.

Comment s’y rendre : en bateau depuis Ranong, à 9 h de Bangkok, 5 h de Phuket.

Lire notre reportage Ko Phayam, l’île des initiés

Ko Yao Noi et Ko Yao Yai

Ko Yao Noi et Ko Yao Yai
© Jean-Philippe Damiani

Entre Krabi et Phuket, au milieu de la baie d’Ao Phang Nga, ces deux îles sont relativement à l’écart des flux touristiques, au cœur d’une région très fréquentée.

Ko Yao Noi et Ko Yao Yai font figure, dans la région, de petits paradis tropicaux préservés. Étonnamment, la plus petite des deux (Ko Yao Noi) possède le plus d’infrastructures touristiques. Pas d’inquiétude, l’île reste un havre de paix, tant la communauté locale, de confession musulmane, a conservé son mode de vie tranquille.

Peuplée en majorité de pêcheurs et de cultivateurs, Ko Yao Noi est largement recouverte de forêt primaire luxuriante. Le nord de l’île est, d’ailleurs, plus facilement accessible par la mer que par la route. Sur son flanc est, de belles plages de sable, dont certaines sont flanquées de promontoires rocheux, font face aux massifs karstiques semés au large de Krabi.

Juste au sud, Ko Yao Yai, deux fois plus grande, est peut-être encore plus sauvage, mais, du coup, offre moins de possibilités d’hébergement. Balades en long-tail boat au large de Ko Yao Noi vers les îlots voisins dont Ko Hong (accessible en pirogue) et son lagon fermé bordé de mangrove, digne d’un décor de film de pirates.

Types de séjour : plage, farniente, excursions.

Comment y aller : en bateau depuis Phuket, Krabi, Ko Lanta, Phang Nga.

Lire notre reportage La Thaïlande, côté Andaman : de Phang Nga à Krabi

Ko Phi Phi

Ko Phi Phi
Ko Phi Phi © annaborkum - Fotolia

Au large de Krabi, Ko Phi Phi englobe deux îles, Phi Phi Don et Phi Phi Ley, qui comptent parmi les spots touristiques majeurs de la Thaïlande. Au menu : de magnifiques plages de sable blanc, des falaises plongeant dans la mer, une mer turquoise et de superbes fonds marins.

Sur Phi Phi Don, l’île principale, l’essentiel de l’activité est concentré dans le village ultra fréquenté de Tonsai, où arrivent tous les bateaux. La côte est de l’île, encore préservée, est plutôt réservée à une clientèle aisée.

Inhabitée, Phi Phi Ley est célèbre pour ses coraux (aujourd’hui menacés), Maya Bay (actuellement fermée) popularisée par le film La Plage et pour la grotte Viking cave.

Ko Phi Phi est également réputée pour la richesse et la variété de sa faune sous-marine, couplées à une eau assez limpide. Mais la surfréquentation a son revers…

Types de séjour : plage, plongée, snorkelling, excursions, balades, animation et fête à Ton Sai et Long Beach, plus calme sur la côte est et nord-est.

Comment s’y rendre : en bateau depuis Krabi, Phuket, Ko Lanta, Ko Lipe.

Ko Jum

Ko Jum
© fabian plock/EyeEm - stock.adobe.com

À environ 25 km de Krabi au nord, Lanta au sud et Phi Phi à l’ouest, Ko Jum (10 km sur 6) reste à l’écart des flux touristiques en raison de ses infrastructures encore peu développées. Une seule route parcourt l’île, depuis le village principal Baan Ko Jum au sud-est. Le centre de l’île, couvert de jungle, culmine à 422 m.

Ko Jum n’a qu’une plage exempte de rochers, où l’on peut se baigner à toute heure. La pêche et l’hévéa rythment la vie des 1 500 habitants, majoritairement musulmans. Plus au nord, la plupart des plages sont rocailleuses et manquent de fond. Découpant les falaises de Phi Phi à l’horizon, les couchers de soleil sont magnifiques.

Types de séjour : plage, farniente.

Comment s’y rendre : ferry depuis Ko Lanta ou Krabi.

Lire notre reportage La mer d’Andaman, d’île en île

Ko Lanta

Ko Lanta
Ko Lanta Yai © Joshhh - stock.adobe.com

Lanta désigne un archipel de 52 îles, au large de la province de Krabi, à l’ouest du pays. Seules 12 d’entre elles sont habitées, et 4 sont facilement accessibles (Ko KlangKo BubuKo Lanta Noi et Ko Lanta Yai). Avec ses 27 km de long sur 4 km de large, peuplée de pêcheurs musulmans, Lanta Yai est la plus grande, mais aussi la plus visitée. Nettement moins spectaculaire que Phi Phi, elle possède une atmosphère paisible, malgré sa fréquentation soutenue.

L’ouest de l’île compte de nombreuses plages, tandis qu’en son centre et vers le sud, les terres sont encore recouvertes de forêt primaire. À Lanta, presque tous les hébergements se situent sur la côte ouest. Sur la côte est, pas grand-chose à voir, à part Lanta Town.

Types de séjour : plages, repos, plongée, snorkelling, visites des îles environnantes.

Comment s’y rendre : en bateau depuis Krabi, Ko Phi Phi, Phuket et autres îles de la mer d’Andaman.

Lire notre reportage Ko Lanta, la vraie

Texte : Routard.com

Thaïlande Les articles à lire

Voyage Thaïlande

Bons Plans Voyage

Services voyage