Où partir en voyage en 2020 ?

Où partir en juin 2020 ?

Faire un city break nordique sur la Baltique, se sentir tout petit devant les grands espaces de l’île de Vancouver, vivre le printemps dans les jardins de France…

Île de Vancouver : le Canada sauvage et Pacifique

Île de Vancouver : le Canada sauvage et Pacifique
Long Beach, Tofino © kate_n - stock.adobe.com

Vancouver, c’est la fameuse ville chantée par Véronique Sanson, mais c’est aussi une île… de taille ! Vancouver Island  est même une destination de voyage en soi, hors des sentiers battus et loin des foules si on la parcourt en juin et en septembre. Elle est plus grande que la Belgique, avec une superficie de 32 134 km2, mais nettement moins peuplée : la majeure partie de l'île de Vancouver reste inhabitée. Compter au moins une semaine de voyage.

L’île de Vancouver déploie des paysages sauvages, une végétation impénétrable, d’immenses plages de sable et une incroyable faune (ours, pumas, baleines, orques…). Les forêts évoquent des cathédrales végétales et, d’ailleurs, l’une d’entre elles se nomme Cathedral Grove : ses arbres presque millénaires ont l’âge de nos églises.

La population de l’île se concentre dans sa partie sud, autour de Victoria, à l’atmosphère british. À quelques dizaines de kilomètres plus au nord, la nature reprend tous ses droits. Deux routes seulement traversent l’île, l’une vers Tofinohot spot mondial du surf à l’ouest, l’autre vers Port Hardy, au nord. Une île hors normes pour un voyage à nul autre pareil !

La France, côté jardins

La France, côté jardins
Maulévrier © photlook - Fotolia

Le 1er week-end de juin, la France donne Rendez-vous aux Jardins : une manifestation qui propose de (re)découvrir près de 2 300 jardins ouverts partout en France, dont 500 à titre exceptionnel. Lectures, animations théâtrales, conférences, expositions, rencontres, jeux, concerts, bourses aux plantes sont organisés.

Juin est la période idéale pour explorer les jardins de l’Hexagone. Parmi les plus beaux de jardins de France à ne pas manquer : ceux de la villa Ephrussi de Rothschild à Saint-Jean-Cap-Ferrat (Alpes-Martimes), du manoir d’Eyrignac dans le Périgord, de Claude Monet à Giverny (Eure), le parc floral du Bois des Moutiers à Varengeville (Seine-Maritime), le parc oriental de Maulévrier (Maine-et-Loire), sans oublier le château de Chaumont avec son « festival des jardins » !

Lire notre dossier sur les plus beaux jardins de France

Saint-Pétersbourg et capitales baltes : city breaks nordiques

Saint-Pétersbourg et capitales baltes : city breaks nordiques
Saint Petersbourg © watman - stock.adobe.com

Désormais accessible avec un simple visa électronique gratuit (pour 8 jours maximum), Saint-Pétersbourg rejoint le club des city breaks de premier plan en Europe (compter 4 jours au minimum). C’est donc plus que jamais le moment de la (re)découvrir à l’occasion, par exemple, des Nuits blanches autour du solstice d’été.

Au menu : des palais du 18e s, des églises byzantines, des places, des colonnades, des monuments, des statues, et surtout des musées, dont celui de l’Ermitage, l’un des plus riches au monde ! Mais il ne faut pas oublier les quartiers non touristiques, peut-être moins tape-à-l’œil, mais plus authentiques, qui évoquent la Russie de Dostoïevski.

Pour un voyage plus long, jouez à saute-mouton dans les capitales baltes RigaVilnius, Tallinn (Lettonie, Lituanie, Estonie) qui possèdent de très beaux centres historiques, où splendeurs baroques et audaces Art nouveau enchantent le regard. La Saint-Jean est dignement fêtée par les Baltes, avec des feux de joie, des fêtes entre amis ou en famille, le plus souvent dans les campagnes. L’un des moments forts de l’année.

Texte : Routard.com

Bons Plans Voyage

Articles à lire