Les villes musicales dans le monde

Villes musicales d’Asie et d’Océanie

Gangnam Style ou didgeridoo, gamelan ou J-PoP, tout ce qui vibre en musique en Asie-Pacifique.

Séoul (Corée du Sud)

Séoul (Corée du Sud)
Gangnam district © leungchopan - stock.adobe.com

Le monde entier connaît désormais le quartier de Séoul dénommé Gangnam devenu célèbre grâce à la chanson de Psy, « Gangnam Style ».

Ce hit illustre le genre K-pop qui fait fureur largement au-delà des frontières coréennes. Il mélange divers styles internationaux et locaux, souvent très dansants, et a pour interprètes particulièrement remarqués des girl groups et des boys bands.

Il est très présent dans un quartier tel que Hongdae où abondent des bars et clubs dans lesquels se jouent diverses musiques modernes, notamment de type underground.

Les différentes formes de musique traditionnelle coréenne, populaires et savantes, sont également à affiche de salles de spectacle.

Tokyo (Japon)

Tokyo (Japon)
Karaoké © あんみつ姫 - stock.adobe.com

On n’a que l’embarras du choix en ce qui concerne la musique à Tokyo, l’immense capitale du Japon.

Les formes traditionnelles de théâtre accompagnées de musique que sont le kabuki et le , de même que les répertoires gagaku, jōruri ou sōkyoku sont à découvrir.

On en retrouve fréquemment la trace dans les acclimations locales de genres occidentaux comme le rock, l’électro, ou le hip-hop, lesquelles sont souvent réunies sous le terme J-pop.

Diverses musiques du monde font l’objet de mini cultes, ce qui donne l’occasion d’écouter par exemple des interprètes japonais chantant des standards made in France dans des cabarets spécialisés !

Salles de concert, où l’on peut notamment écouter des œuvres classiques occidentales, bars musicaux et clubs sont innombrables, par exemple dans des quartiers comme Kabukichô, Shimokitazawa ou Shibuya.

Bon nombre d’adresses sont bien entendu dédiées au karaoké. Cette pratique consistant pour les amateurs à chanter sur un instrumental est d’ailleurs née au Japon.

Notez encore que des festivals en tous genres sont organisés au cours de l’année à Tokyo.

Lire notre article Où sortir à Tokyo ?

New Delhi (Inde)

New Delhi (Inde)
© JeremyRichards - stock.adobe.com

Démesurée comme l’ensemble du pays dont elle est la capitale, New Delhi offre une multitude de lieux où s’expriment toutes les musiques qui y sont nées, des répertoires classiques aux formes les plus modernes, par exemple du côté de l’expérimentation électronique, en passant des shows à la manière de Bollywood, des cérémonies qawali, sans oublier l’existence de scènes dédiées aux musiques venues d’Occident comme le rock ou le jazz.

À New Delhi et dans le vieux Delhi, des salles de spectacles, des lieux branchés tels que des bars ou des clubs, de même que des festivals déclinent donc des programmes d’une grande richesse.

On cite Delhi, mais en Inde, la musique est  partout. Dans les petites villes ou les villages, de petits groupes de musiciens, souvent amateurs, perpétuent un répertoire de chansons folkloriques et se produisent volontiers à la demande ; ils sont souvent accompagnés de danseurs ou de spectacles divers (marionnettes, par exemple). Également de la musique dans les temples, lors des cérémonies folkloriques, les mariages…

Au nord prédomine la musique « hindoustanie » où se mêlent expression dévotionnelle et danse de cour ; au sud la musique « carnatique » restée plus proches des formes originelles.

Ubud (Bali, Indonésie)

Ubud (Bali, Indonésie)
© rueangrit - stock.adobe.com

Situé à l’écart des plages de rêve de Bali, Ubud est considéré comme le principal centre culturel de cette île superbe.

Des spectacles de danse et de chants sont donnés, accompagnés d’un orchestre gamelan. Celui-ci se compose de gongs, de métallophones et de xylophones, ou encore de divers tambours.

La musique que ce type de formation produit est fascinante. Les œuvres sont plutôt longues, dotées de couleurs changeantes... Notez qu’elles ont inspiré un certain nombre de compositeurs occidentaux comme Claude Debussy, les minimalistes américains Philip Glass et Steve Reich...

Les danses balinaises sont l’expression la plus raffinée et la plus connue de cette vitalité culturelle. On compte quelque 2 000 troupes sur l’île, qui se produisent dans des temples, car la danse, à Bali, est liée au divin et au sacré : de nombreux spectacles s’inspirent, par exemple, de l’épopée hindoue du Ramayana. Ne manquez sous aucun prétexte une représentation de legong ou de kecak (très spectaculaire)

Cela dit, Ubud n’est pas le seul endroit où vous pouvez entendre des gamelans. Partout dans l’île résonnent leurs sons envoûtants, entre autres lors de fêtes ou de crémations.

Alice Springs (Territoire du Nord, Australie)

Alice Springs (Territoire du Nord, Australie)
Didgeridoo © Erich - stock.adobe.com

Les musiques des peuples autochtones d’Australie se constituent de chants accompagnés de rythmes joués avec des bâtons ou des boomerangs, ou encore des sons du didgeridoo, instrument à vent en bois répandu initialement au nord du pays.

Aujourd’hui, d’autres instruments d’origine européenne ou américaine sont utilisés pour créer des chansons d’esprit pop tout en conservant les grandes caractéristiques des répertoires traditionnels.

À priori interprétées lors de cérémonies et associées à des danses, ces musiques sont également audibles lors de concerts et de nombreux festivals. Ainsi Parrtjima, organisé dans les montagnes de la chaîne des MacDonnell, près de Alice Springs.

Vous avez aussi le Laura Dance Festival, qui se tient à Cape York au nord de Cairns, ou bien Yabun à Sydney, ou encore Tjungu près de la montagne magique Uluru !

Pour les autres musiques, l’offre est également très riche à Sydney où s’élève une salle d’opéra mondialement célèbre, Adélaïde, Brisbane, Canberra, Darwin, Melbourne, ou Perth, et même à Hobart, en Tasmanie !

Honolulu (Hawaï, États-Unis)

Honolulu (Hawaï, États-Unis)
Ukulélé © Andrea Izzotti - stock.adobe.com

Archipel situé dans l’océan Pacifique à près de 3 800 km de la Californie, devenu État en 1959, Hawaï est un ensemble de terres où abondent volcans... et plages de rêve, appréciées notamment par les adeptes du surf !

Honolulu, sa capitale, se trouve sur Oahu, où l’on entretient le souvenir de l’attaque japonaise sur Pearl Harbor en 1941.

Les musiques traditionnelles que l’on y joue se rattachent aux cultures polynésienne et maori.

Accompagnées de danse hula, elles sont omniprésentes dans tout l’archipel, au sein de divers lieux et lors de festivals, aux côtés d’autres telles que le rock.

Parmi les instruments employés figurent le ukulélé, sorte de mini guitare héritée de voyageurs portugais de Madère, et la steel guitar, appelée aussi guitare hawaïenne inventée ici au 19e siècle. Elle a été adoptée par les musiciens de country et de blues aux États-Unis.

Texte : Michel Doussot

Les articles à lire

Bons Plans Voyage