Le meilleur de la Crète

Le meilleur de la Crète : les monastères

Au creux des vallées et sur les collines ont été érigés des monastères et des chapelles orthodoxes. Certains furent le théâtre d’insurrections contre l’occupation ottomane, et sont devenus des symboles de résistance. Leur enclavement comme la mémoire de leur histoire en font des havres de sérénité.

Monastère de Toplou

Monastère de Toplou
Monastère de Toplou © dziewul - stock.adobe.com

Derrière d’austères murailles, le monastère fortifié de Toplou protège un petit patio bordé de galeries à arcades. Suspendues aux galeries supérieures, des bougainvillées dégringolent le long des façades. Le sol du patio est recouvert d’une mosaïque de galets. Incrustée dans la façade de l’église, une pierre rapporte les termes d’un contrat passé entre deux villes antiques.

Le monastère recèle un musée de l’histoire monastique de la Crète : art byzantin, vêtements liturgiques, armes, et une bannière du monastère datant de la guerre d’indépendance contre les Turcs. Une collection d’icônes représente les écoles crétoise et russe, aux côtés d’une iconostase du 18e siècle.

Clou de la visite et joyau de l’art sacré en Crète, l’icône peinte par Ioannis Kornaros représente en 61 saynètes la prière de la bénédiction des eaux. On passerait des heures à scruter les détails des tableaux dans le tableau, qui fourmillent de références à des épisodes de la Bible.

Monastère d’Arkadi

Monastère d’Arkadi
Monastère d'Arkadi © Jaroslav Moravcik - stock.adobe.com

Voici certainement le plus émouvant des monastères de Crète, qui occupe une place particulière dans le cœur des Crétois. Perché sur le plateau d’Arkadi, il fut le théâtre de l’insurrection de 1866, un épisode marquant de l’histoire de l’île.

Au cœur de la guerre contre les Turcs, près d’un millier de révolutionnaires se réfugièrent dans l’enceinte du monastère, et se soulevèrent contre la domination ottomane. Cet épisode est resté un exemple sans pareil de résistance crétoise contre l’oppression. Élevé au rang un sanctuaire, le monastère d’Arkadi est devenu un symbole national de la résistance crétoise.

Au milieu des bâtiments conventuels, derrière une magnifique façade Renaissance surmontée de trois cloches, l’église mêle architecture romane et décors baroques. Un petit musée expose armes et objets liturgiques.

Monastères de Prévéli

Monastères de Prévéli
Piso Moni Prévéli © Fotolyse - stock.adobe.com

Face à la mer de Libye, le duo de monastères de Prévéli s’est lui aussi illustré pour sa résistance contre les Ottomans en 1866 et pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le premier monastère, Kato Moni Prévéli (« monastère d’en bas »), est encore partiellement en ruines après les destructions de 1941. Un petit musée retrace les guerres de libération contre les Turcs et la bataille de Crète en 1942. Il présente aussi quelques pièces liturgiques et objets d’artisanat.

Dans un environnement aride, Piso Moni Prévéli (« monastère de derrière ») a été édifié sur un promontoire rocheux. Outre des objets liturgiques, des icônes et manuscrits, son petit musée présente des armes utilisées par les popes pour la libération de la Crète. Le retable de la petite église est richement décoré.

Texte : Marie Borgers

Crète Les articles à lire

Voyage Crète

Bons Plans Voyage

Services voyage