Spots de surf dans le monde

Spots de surf : Amériques

Hawaii,  Californie, côte pacifique du Mexique…  C’est ici qu’est né le surf, sa pratique, sa légende et ses mythes. Il faut dire que les bons spots sont légion par ici.

Waikiki Beach (Hawaii)

Waikiki Beach (Hawaii)
Waikiki © eddygaleotti - Fotolia

On glisse sur un mythe. Oahu, la troisième île la plus grande en taille de l'archipel d'Hawaii, abrite un célèbre spot de surf, bercé par des eaux chaudes et transparentes. Waikiki Beach, à Honolulu, s'étend sur plus de trois kilomètres de sable blanc. En raison de ses longues vagues, c'est le lieu idéal pour faire ses débuts dans la discipline. C'est d'ailleurs à Waikiki que s'est entraîné Duke Kahanamoku (1890-1968), un nageur médaillé olympique mais aussi un pionnier du surf. Vu la renommée de l'endroit, de nombreuses autres activités sont proposées : location de vélo, des skates ou cours de hula !

Consultez notre guide sur Hawaii

Banzai Pipeline (Hawaii)

Banzai Pipeline (Hawaii)
Banzai Pipeline © Joshua Rainey - Fotolia

C'est l'un des plus beaux spots du monde, mais aussi l'un des plus périlleux. Sur la côte nord de l'île d'Oahu, Banzai Pipeline voit des vagues parfois hautes de plus de six mètres se créer au-dessus d'un récif corallien. Son nom a été popularisé dès 1961 par Bruce Brown, réalisateur de documentaires sur le surf, dans son film Surfing Hollow Days. En novembre se tient à Pipeline le championnat du Vans Triple Crown, «le Super Bowl du surf», selon le Los Angeles Times. En hiver, difficile de trouver une place sur le parking qui surplombe la plage. Durant l'été, le lieu est beaucoup plus tranquille et tout aussi photogénique.

Peahi (Hawaii)

Peahi (Hawaii)
Peahi © EpicStockMedia - Fotolia

Sur l'île de Maui, le spot de Peahi possède un surnom à faire frémir : « Jaws », qui signifie « mâchoires » en anglais. L'endroit a été baptisé ainsi en référence au film de Steven Spielberg (Jaws ou « Les Dents de la mer »), ses vagues étant aussi imprédictibles que les attaques de requins. Il faut admettre qu'elles sont redoutables, atteignant parfois la vitesse de 48 km/h et créant d'impressionnants murs d'eau. Maui offre toutefois des activités de glisse plus paisibles : Kanaha Beach Park est ainsi devenu le paradis des adeptes de planche à voile et de kitesurf.

Malibu (Los Angeles, Californie)

Malibu (Los Angeles, Californie)
Malibu Beach © trekandphoto - Fotolia

C'est un cocktail paradisiaque pour les surfeurs, dont c'est la capitale en Californie. Malibu tient d'ailleurs son nom des améridiens Chumash. Ils avaient baptisé l'endroit «Humaliwo», soit «les déferlantes résonnent fortement». Située à Los Angeles, la longue bande de plage de Malibu, d'une quarantaine de kilomètres, est idéale pour apprendre à surfer, notamment à «First Point», près des quais. Les plus chevronnés préfèrent se rendre à Little Dume Beach, en contrebas de superbes villas. Malibu ayant pour voisin Hollywood, il ne faut pas s'étonner de poser sa planche à côté d'une star de la chanson ou du cinéma.

Rincón (Californie)

Son nom, qui provient de l'espagnol, signifie angle ou coin. Mais Rincon, située en Californie du Sud, près de Santa Barbara, est aussi appelée «Reine de la Côte», ce qui est bien plus glamour. Ses vagues majestueuses et ses droites tubulaires se manifestent surtout à marée basse durant les mois d'hiver. C'est d'ailleurs en janvier que se tient le championnat du Rincon Classic, qui fait le plein de spectateurs chaque année. Le lieu a été chanté par les Beach Boys dans leur tube de 1962, Surfin' Safari. N’oubliez pas les paroles.

Rincón (Porto Rico)

Rincón (Porto Rico)
Punta Higuera Beach © NoraDoa - Fotolia

En accueillant en 1968 le quatrième championnat du monde de surf, la renommée de Rincón a dépassé le cadre de Porto Rico. Cela dit, à l’époque, il a fallu attendre le septième et dernier jour de la compétition pour voir déferler des vagues dignes des surfeurs de haut niveau. Mais le charme tropical de la côte ouest de Puerto Rico avait enchanté tous les esprits. Sandy Beach, Pools Beach, Marias, Rincon Town Beach Plaza, Tres Palma... Les noms des plages de ce «Hawaii des Caraïbes» attisent les rêves des surfeurs. Le meilleur moment pour prendre la planche, c'est de novembre à mars, lorsque les vagues peuvent atteindre plus de 6 mètres de hauteur.

Tofino, Vancouver Island (Canada)

Tofino, Vancouver Island (Canada)
Tofino © joerosstock - Fotolia

On se croirait au bout du monde. Tofino, la capitale canadienne du surf, est bordée par 35 kilomètres de plage, avec une eau à 10°C tout au long de l'année. Sur l’île de Vancouver, la combinaison s'avère donc indispensable. Les lieux les plus courus par les surfeurs s'appellent Chesterman Beach, Cox Bay et Long Beach. En octobre, Tofino accueille «Queen of Peak», la seule compétition canadienne réservée aux surfeuses. En été, il est recommandé de partir du petit village de pécheurs de Tofino pour des randonnées à travers ses forêts dotées d'arbres gigantesques.

Puerto Escondido (Mexique)

Puerto Escondido (Mexique)
Zicatela © VincentG - Fotolia

Son nom signifie «Port caché » en espagnol. Mais pour les surfeurs, c’est loin d’être un secret bien gardé. Sur la Côte Pacifique du Mexique, dans l'Etat de Oaxaca, Puerto Escondido offre plusieurs sites de surf : The Point, Kiddie Break et surtout Zicatela. Le moment où les vagues sont les plus hautes correspond au début de la saison des pluies, en mai. Et quand le vent s'y mêle le soir, les conditions sont optimales, les vagues se hissent parfois jusqu’à 6 mètres de haut. Les amoureux des tortues ne manquent pas de se rendre à Mazunte, à 65 kilomètres à l'est de Puerto Escondido : ce lieu de ponte accueille aussi un centre dédié à ces reptiles.

Tamarindo (Costa Rica)

Tamarindo (Costa Rica)
Tamarindo © Antonio Jorge Nunes - Fotolia

Sur la côte pacifique du Costa Rica, la plage tranquille de Tamarindo propose deux spots incontournables. D'abord, Pico Pequeno, où les vagues se créent près d'une formation rocheuse, indiquée par un pic qui jaillit au-dessus de l'océan. L’autre spot est à proximité de l'estuaire de Playa Grande. Ce splendide estuaire bordé par des mangroves peut être visité lors de tours en bateau. Avec un peu de chance, on peut y voir se prélasser des crocodiles. La plage de Tamarindo est également le lieu de ponte des tortues luth, une espèce en voie de disparition.

Fernando de Noronha (Brésil)

Fernando de Noronha (Brésil)
Fernando de Noronha © CPJ Photography - Fotolia

Sur cet archipel perdu dans l'Océan atlantique, à 525 kilomètres de Recife, on surfe sur des vagues de deux mètres aux abords d'un ancien volcan qui s'extrait paresseusement des eaux. Si le sud-est est trop montagneux pour s'adonner au surf, le nord-ouest est en revanche idéal avec ses plages en pente et ses tubes d'eau transparente. Quand la mer est plate, on peut changer de perspective en faisant de la plongée sous-marine. L'archipel de Fernando de Noronha possède un parc national marin où l'on peut observer le ballet des dauphins et des baleines.

Consultez notre guid esur le Brésil

Barbade

Barbade
Soup Bowl © willcop - Fotolia

Dans les Caraïbes, la Barbade est devenu un lieu de prédilection pour les surfeurs. Leur spot préféré? Le Soup Bowl, sur la côte est près de Bathsheba, avec ses vagues vigoureuses. En novembre, les champions s'y affrontent et boivent la tasse lors du Barbados Independence Surf Festival. Mais les spots plus tranquilles de la côte ouest permettent aux surfeurs de tous niveaux de se retrouver en toute sécurité. Et pour se reposer de ses émotions, rien ne vaut la farniente sur la grande plage de sable fin de Carlisle Bay, au sud de Bridgetown.

Texte : Joël Métreau

Bons Plans Voyage

Plongée - Les articles à lire