Ils ont choisi le tourisme responsable

Organismes, contacts pour
voyager responsable et solidaire

© www.tdm80.com
© www.tdm80.com

Tout comme le bio, le concept de tourisme responsable ou solidaire peut vite devenir très « marketing ». Certains professionnels du tourisme n’hésitent pas à surfer sur ces valeurs pour proposer des voyages humanitaires au prix fort.

Pour ne pas tomber dans le panneau, quelques associations vous orientent vers des voyagistes certifiés.

– Avec 2 000 adhérents, 10 associations et 19 voyagistes, l’Association des voyageurs et voyagistes éco-responsables (VVE) représente le premier réseau national d’écotourisme.

Preuve du sérieux de l’association, VVE participe à l'élaboration de critères au niveau national et international. Ses missions : informer les voyageurs en totale indépendance, « sans défendre les intérêts de voyagistes », et faire en sorte que le durable ne serve pas de prétexte à des pratiques davantage commerciales qu’éco-responsables.

Vous y trouverez un large choix de séjours (environ 550 !) conçus selon les principes établis par la Charte des Voyagistes éco-responsables, et prenant en compte la notion de « juste prix ».

– L’Association pour le tourisme équitable et solidaire (Ates) regroupe 35 membres, dont 13 voyagistes qui proposent des séjours solidaires et équitables à l’étranger. La formule la plus répandue est le circuit itinérant en petit groupe, accompagné généralement par un guide local.
Créée en 2006, l’Ates est membre-fondateur et administrateur du réseau EARTH (European Alliance for Responsible Tourism & Hospitality). Les organisateurs de voyages doivent respecter une liste de critères pour obtenir le label, valable trois ans.

– Vous pouvez retrouver la liste de la plupart des tour-opérateurs de l’Ates, ainsi que d’autres organismes, sur le site Ritimo, un réseau de documentation pour la solidarité et le développement durable. Une véritable mine d’informations !

– Mis à part l’Ates et VVE, il existe un autre moyen de reconnaître les agences de voyage réellement soucieuses des populations locales. Réunis autour de valeurs éthiques, plusieurs tour-opérateurs fondent en 2004 l’association Agir pour un tourisme responsable. Il en découle un label quatre ans plus tard, reconnu par l’État.

Le label ATR garantit le respect des usages et des coutumes des pays d’accueil, ainsi que la juste répartition des ressources entre les différents acteurs du voyage. En 2015, l’association compte 13 voyagistes membres, dont Terres d’Aventure, Voyageurs du Monde, Nomade ou encore Allibert Trekking.

– L’association française EchoWay répertorie des lieux d’accueil partout dans le monde dédiés au tourisme équitable, solidaire, écologique ou encore à des missions d’écovolontariat. Ce n’est pas un voyagiste mais un espace d’information et d’échange.
EchoWay prône la conservation des lieux visités pour « limiter l’impact négatif des touristes » : déchets, eau, transports… Le site offre tout un tas de conseils éthiques et écolos. Pour chaque pays figure une liste des « lieux à connaître », tous visités par des membres d’EchoWay ou par des associations et voyagistes éco-responsables.

– Vous pouvez aussi consulter les blogs de globe-trotters, qui sont d’excellentes sources de bons plans. Certains vous orientent vers des associations locales, comme le blog « J’ai une ouverture » ou « En piste pour le monde ».

Les articles à lire

Bons Plans Voyage