Chine : Kunming et le Yunnan du fleuve Rouge

Jianshui : « Tigres et Dragons » » au pays des « minorités ethniques »

Jianshui : « Tigres et Dragons » » au pays des « minorités ethniques »
Jianshui - Dominique Roland

Le secret du charme irrésistible de Jianshui ? La combinaison de son patrimoine culturel matériel – temples et demeures de pierre et de bois, aux toitures recourbées – et immatériel, constitué de coutumes locales toujours vivantes.

Mais que fait cette cité si chinoise de 420 000 habitants, située à 214 km au sud de Kunming, sur ces terres où les ethnies « minoritaires » dominent ?

Elle doit sa création, au 8e s, à sa position stratégique sur la route du Vietnam. Le royaume Nanzhao, indépendant de la Chine, y installe une garnison.

 Bien que d’origine mongole, l’empereur Kubilai Khan (dynastie Yuan, 1279-1368) sinise ce poste avancé en y bâtissant le Temple de Confucius et y bannissant des hauts fonctionnaires et membres des dynasties qu’il a renversées.

Il encourage aussi l’installation d’artisans venus de tout l’Empire, tout comme celle de ses compagnons d’armes, les Hui musulmans. Leur quartier actuel se trouve au nord-est de la Porte Face au Soleil.

Le haut niveau d’éducation de la ville s’accompagne d’un sentiment nationaliste. Il s’illustre au début du 20es. Non contente de refuser le train des Français, la cité construit le sien en 1912, sur une voie étroite de 60 cm, entre Mengzi et Shiping.

Et, comme une revanche pour cette terre de bannis, c’est de Jianshui que Zhu De, futur chef de l’Armée Rouge, orchestre en 1911 son soutien à la révolution de Sun Yat-Sen, autrement dit à la fin de l’Empire.

Texte : Dominique Roland et Stéphanie Déro

Mise en ligne :

Chine Les articles à lire

Voyage Chine

Bons Plans Voyage

Services voyage