Nouvelle-Zélande, le pays du bout du monde

La liberté en camping-car : mythe ou réalité ?

La liberté en camping-car : mythe ou réalité ?
Camilla Stodart / Tourism New Zealand

Le camping-car est sans conteste la meilleure façon de se régaler des superbes routes de Nouvelle-Zélande. À l’origine de cet engouement, une règlementation souple en termes d’accueil des campeurs, le camping sauvage (freedom camping) étant jadis admis presque partout.

Pour le coup, les loueurs font preuve d’une belle inventivité pour trouver carrosse à votre pied : du monospace compact aménagé au cordeau jusqu’au camping-car tout confort. Le must étant un mini-van Volkswagen, façon années Katmandou, qui se la joue hippie des temps modernes…

Or, cette liberté s’étiole. Des lois limitatives fleurissent dans les provinces. Les offices de tourisme précisent au badaud de passage la réglementation, propre à chaque district. Des panonceaux signalent aussi certains lieux non autorisés.

Les véhicules sans w-c chimiques (non self contained) doivent désormais souvent se parquer dans les campings officiels… sauf à braver l’interdit dans un recoin discret : une amende salée de 200 dollars attendant les contrevenants… et la maréchaussée locale est bigrement matutinale !

Au demeurant, on se ménage quand même des moments inoubliables face à des paysages qui ne le sont pas moins : les haltes en pleine nature sauvage sont hautement recommandées. Le tout, au gré de parkings joliment aménagés et entretenus : tables de pique-nique, toilettes, barbecue électrique…

Quant à la sécurité, il semble que la Nouvelle-Zélande soit un lieu sans mauvaises histoires. Certes, votre chemin peut croiser celui de quelque maraudeur. Même si les cas sont rares, fermez les portières avant de fermer les paupières !

Texte : Fabrice Doumergue

Mise en ligne :

Nouvelle-Zélande Les articles à lire

Voyage Nouvelle-Zélande

Bons Plans Voyage

Services voyage