Indonésie : au sud de Lombok, l'autre Kuta

Indonésie : au sud de Lombok, l'autre Kuta
© Maygutyak - Fotolia

Située au sud de Lombok, Kuta n’a rien à voir avec la station balnéaire homonyme de Bali. Ici, pas d’hôtels ou de bars branchés, mais une ambiance plutôt roots où se côtoient surfers, routards et habitants du coin. Plutôt isolée, à 70 km de Mataram, Kuta reste une destination encore confidentielle à l’abri du tourisme de masse. Et pourtant, à ses portes, se déploie une série de plages paradisiaques au sein d’une nature majestueuse. Un secret (relativement) bien gardé, à savourer avant qu’il ne soit trop tard…

Kuta, ce n'est pas qu'à Bali...

Kuta, ce n'est pas qu'à Bali...
Pêche aux coquillages © Jean-Philippe Damiani

L’isolement a parfois du bon. Située au sud de Lombok, la petite ville de Kuta n’est reliée à Bali par aucun ferry. Pour s’y rendre, il faut passer par le port de Lembar puis sauter dans un van. Ceux qui arrivent à Lombok par avion ont plus de chance, l’aéroport se trouvant à une trentaine de kilomètres de la ville. Mataram, la capitale, est distante de 70 km, et Senggigi, cœur touristique de Lombok, de 100 km environ.

De fait, la région de Kuta, très préservée, a développé peu d’infrastructures hôtelières. La crise asiatique de la fin des années 90 a remisé aux oubliettes un projet de mega resort immobilier sur la côte, dont il ne reste qu’un Novotel. Kuta a donc conservé son authenticité, la côte Sud de Lombok est demeurée sauvage, avec des plages de rêve. Pour combien de temps encore ? Nul ne le sait, mais le temps semble compté. En ville, des panneaux publicitaires annoncent désormais plusieurs projets immobiliers.

Pour le touriste, Kuta se résume grosso modo à deux rues, l’une perpendiculaire et l’autre parallèle à la plage, longue de 3 km. La localité possède son lot de petits restos et d’hôtels à l’ambiance plutôt routarde, tout en restant un village de pêcheurs et d’agriculteurs paisible, avec ses cabanons et ses paillotes.

En fin d’après-midi, à marée basse, les familles viennent arpenter l’estran pour recueillir des coquillages, dans la vapeur des embruns et la lueur sereine du couchant. Bordant la superbe plage de Kuta, deux rochers imposants donnent  à la scène des airs d’estampe. Au fond, les vagues battent inlassablement la barrière de corail.

En soirée, l’animation se résume aux braseros des warungs et à un bar où joue un groupe de rock local. Et puis, rien d’autre… Ici, ce n’est pas Bali.

Mawun, Mawi, Selong Blanak : des plages de rêve

Mawun, Mawi, Selong Blanak : des plages de rêve
Selong Blanak © Jean-Philippe Damiani

Une fois votre sac de voyage posé à Kuta, il faut partir à la découverte de la région et de ses sublimes plages. Les plus intrépides loueront un scooter (n’oubliez pas votre permis international et une assurance), les autres feront appel à une agence. Les routes ne sont pas partout optimales et il vaut mieux être prudent. Eviter de partir seul et, surtout, de rouler de nuit.

Et c’est parti pour un festival de plages de rêve ! Juste à la sortie de Kuta, la route s’élève rapidement, offrant un magnifique panorama sur la ville et la baie, ponctuée des pains de sucre.

Ensuite, le long de la côte, de vastes criques ourlées de sable blanc sont enserrées d’énormes promontoires rocheux. D’impétueux et imposants rouleaux font les délices de rares surfeurs. Côté terre, seuls quelques hameaux ponctuent le parcours filant vers l’ouest, bordé de cocoteraies ou de plantations de tabac.

Première halte à la plage de Mawun, aux eaux relativement calmes, puisqu’elle se trouve au fond d’une baie en arc de cercle fermée par deux gigantesques rochers. Un site idéal pour la baignade.

Deuxième endroit magique : Mawi, au bout d’une route  cahoteuse qui descend  vers la mer. À la différence de Mawun, la baignade y est déconseillée, étant donné la puissance des vagues et du courant. Les surfeurs expérimentés seront, quant à eux, comblés.

Enfin, à une trentaine de kilomètres de Kuta, surgit, en guise d'apothéose, la sublime plage de Selong Blanak, l’une des plus belles d’Indonésie. Elle étend son ruban de sable blanc entre deux promontoires rocheux sur plus d’un kilomètre, au bord d’un lagon bleuté.

Un village de pêcheurs, avec ses maisons en bambou, se trouve à proximité, des prahus (barques traditionnelles) apportent leurs touches de couleur au sable immaculé, bordé de quelques paillottes et d’un restaurant appartenant à l’unique (et bel) hôtel de Selong Blanak. Un endroit de rêve.

À l’est de Kuta, des paysages sauvages

À l’est de Kuta, des paysages sauvages
Plage de Tanjung Aan - alex hanoko - Flickr - CC BY-ND 2.0

En allant vers l’est, les plages ne sont peut-être pas aussi belles qu’à l’ouest, mais la région demeure tout aussi sauvage. De quoi ravir les aventuriers… Située à proximité de Kuta, la ravissante plage de Tanjung Aan se déploie en deux arcs de cercle autour d’un promontoire rocheux. Elle est un peu plus fréquentée que ses consœurs occidentales.

Réputé auprès des surfeurs, Gerupuk (à 10 km de Kuta) est un village vivant de la pêche et de la culture d’algues, exportées pour alimenter l’industrie cosmétique. Les spots de surf – le plus connu étant Inside Gerupuk – sont pour la plupart accessibles par bateau.

Encore plus à l’est, la route, par moments difficile, relie d’autres sites enchanteurs et pratiquement déserts comme Bumbang Bay et Ekas (autre spot de surf), que l’on rejoint par bateau depuis Awang (beaucoup plus long par la route). L’un des rares hôtels du coin, perché sur une falaise dominant la baie, s’appelle « Heaven on the Planet » : tout est dit !

Fiche pratique

Consulter notre guide en ligne Indonésie

Comment y aller ?

Kuta se trouve à 30-45 min de l’aéroport international de Praya, relié à Denpasar par Garuda et Lion Air et à 2 h de route du port de Lembar. Liaison en van et taxi (50 000 roupies), depuis Bali, on peut prendre un combiné ferry + taxi : compter 200 000 roupies en négociant.

Où dormir ? Où manger ?

Peu d’adresses de charme à Kuta, certaines situées au bord de la route peuvent être bruyantes. On vous conseille le Puri Rinjani, situé dans un agréable jardin face à la plage.

Côté restauration, on trouve des warungs servant de la cuisine traditionnelle bon marché dans le centre. Sur la plage, le resto Ketapang propose cuisine indonésienne et italienne. Dans les hauteurs de Kuta, sur la route de l’ouest, ambiance branchée et panorama sublime à l’Ashtari Café, dont le patron est français !

Enfin, à Selong Blanak, un lieu exceptionnel sur les hauteurs de la plage, dominant la baie et les rizières : Sempiak Villas, dans la catégorie luxe (réservation à l’avance conseillée). Le resto, ouvert à tous, est très bon.

Excursion au départ de Kuta : les villages sasak

À une vingtaine de kilomètres au nord de Kuta, on peut visiter les deux villages traditionnels de Rembitan et Sade (rien à voir avec le marquis !). Vivant de l’agriculture et du tissage, les Sasak, qui représentent 85 % des trois millions d’habitants de Lombok, pratiquent un islam modéré. À l’origine, ce sont des agriculteurs animistes, fidèles au culte des ancêtres, venus de Birmanie et d’Inde.

 Pour en savoir plus, lire notre reportage Lombok, la discrète.

Équipez-vous pour votre voyage

Consultez la boutique du voyageur pour bien préparer vos vacances, vos week-ends, vos séjours : Tous les Guides du Routard, les produits santé & hygiène pour le voyage, le matériel Rando & Trek, les bagages et sacs à dos, Équipement & Vêtements voyage, Accessoires de voyage, mais aussi les produits Insolite & idées cadeaux pour voyageurs...

Texte : Jean-Philippe Damiani

Mise en ligne :

Bali Les articles à lire

Les temples, les rizières, les volcans, les plages, les danses… Bali éveille toute une...

Bali est-elle encore un paradis ? Voici quelques pistes pour composer un itinéraire...

Lombok la discrète joue sur son image de « Bali intact », « Bali il y a vingt ans »......

Services voyage