Inde : le Kerala, au pays du bien-être

Inde : le Kerala, au pays du bien-être
© byheaven - Fotolia

On dit souvent que le Kerala est une bonne porte d’entrée pour faire, en douceur, la connaissance de l’Inde, ce pays des extrêmes. Il est vrai que la qualité de vie y est bien meilleure que dans les autres États, et la pauvreté moins visible.

La nature elle-même est apaisante pour le voyageur qui découvre cette région verte et luxuriante du sud-ouest de l’Inde, bordée de longues plages de sable blond. Dans ce cadre idyllique, rien d’étonnant à ce que le Kerala cultive l’art du bien-être, entre massages ayurvédiques, yoga, balades sur l’eau, farniente en bord de mer, et une gastronomie réjouissante pour les papilles.

Petite revue des plaisirs glanés le long de la côte de Malabar.

Massages : on s’initie à l’ayurvéda

Massages : on s’initie à l’ayurvéda
Massage Sirodhara © gilitukha - Fotolia

Datant de l’époque védique, la médecine traditionnelle indienne, l’ayurvéda (littéralement « science de la vie »), a trouvé une terre d’élection au Kerala, dont l’environnement humide et chaud convient très bien aux plantes utilisées dans sa pharmacopée. L’engouement des touristes pour ces soins ne se dément pas, et les cliniques ayurvédiques ont fleuri un peu partout, chaque hôtel haut de gamme possédant désormais son propre centre.

Pour réellement tirer tout le bénéfice de la médecine ayurvédique, il convient de suivre pendant au moins deux semaines une cure complète associant les massages à un régime et des compléments alimentaires, l’ensemble des traitements étant déterminé par un médecin lors d’une consultation.

Mais si, comme bien des visiteurs, vous ne disposez pas de suffisamment de temps, ne vous privez pas pour autant du plaisir de quelques massages. Vous pourrez, par exemple, opter pour le Sirodhara, qui favorise le sommeil.

Vêtu d’un simple pagne, après un massage de la tête à l’huile de coco, puis de tout le corps, à quatre mains, on vous versera de l’huile en continu sur le front, jusqu’à ce que vous soyez complètement relaxé (voire endormi !).

Pour info, les hommes et les femmes sont séparés pendant les soins, les traitements étant prodigués par des personnes du même sexe que celle qui les reçoit. Après le massage, encore dans un état second, vous dégusterez un « herbal coffee », un mélange d’herbes, d’épices (cardamome, gingembre…) et de café.

Pour éviter les mauvaises surprises (ça peut arriver…), vous pouvez consulter la liste de centres ayurvédiques agréés par l’office du tourisme du Kerala. Cela vous aidera à faire votre choix, notamment dans la région de Kovalam, où l’ayurvéda est partout.

Yoga : on ouvre ses chakras

Yoga : on ouvre ses chakras
© f9photos - Fotolia

Dans notre quête du bien-être, on n’hésitera pas à compléter les soins ayurvédiques par des séances de yoga. Ces deux pratiques sont, en effet, traditionnellement associées depuis des millénaires, étant fondées sur l’idée que, pour être en bonne santé, il faut faire circuler l’énergie vitale (Prana) dans le corps via les chakras, qui doivent être harmonisés.

De nombreux voyageurs se rendent au Kerala dans le but de faire une retraite dans un ashram, associant yoga, méditation et ayurvéda. Mais même si on n’opte pas pour ce type de séjour, on peut suivre des cours de yoga dans de nombreux hôtels, comme au Marari Beach Resort, où ils sont assurés par un maître yogi réputé, le Dr. Krishna Kurup.

Tôt le matin (vers 7 h), avant que le soleil ne darde ses puissants rayons, on commence la journée par une heure d’exercice. Plus tard, en fin d’après-midi, la séance de yoga se tournera davantage vers la méditation, pour préparer le corps à une nuit de sommeil réparateur.

Partant du principe que la nourriture a une grande influence sur l’esprit, les yogis s’astreignent à une diète particulière : végétariens, ils ne prennent qu’un seul repas au milieu de la journée. On n’est, bien sûr, pas obligé de suivre leur exemple, mais il est quand même préférable d’être à jeun, ou d’attendre au moins 2 ou 3 heures après un repas, pour pratiquer le yoga dans les meilleures conditions possibles.

Gastronomie : on déguste !

Gastronomie : on déguste !
© Olivia Le Sidaner

Au Kerala, la gastronomie locale est aussi inspirée par l’ayurvéda. Selon ses principes, chacun doit s’alimenter en fonction de sa constitution, déterminée par les trois doshas (Vata, Pitta ou Kapha), des principes actifs qui doivent être en équilibre dans notre corps. Mais, au-delà de l’aspect médical, il faut bien dire que la cuisine keralaise est vraiment délicieuse !

Au « pays des cocotiers » (le sens du nom Kerala, en malayalam), la noix de coco est utilisée aussi bien dans les plats salés que sucrés. Et les épices tiennent également une place de choix, avec une grande variété de currys.

Les plats végétariens prédominent. On y retrouve des courges, des aubergines, des haricots mungo (ou soja vert), des pois chiches, des bananes plantains, et plusieurs versions du classique dal, cette soupe épaisse aux lentilles épicées. À déguster avec l’une des multiples sortes de pains indiens : nan, chapati, paratha ou dosa, une crêpe croustillante à base de farine de lentilles et de riz.

Sur la côte de Malabar, contrée de pêcheurs, les poissons et les crevettes sont aussi au menu. Parmi les spécialités, le Kudampuliittameen est un poisson au lait de coco pimenté aux épices, servi avec du riz rond du Kerala. Dans le Chemmeen manga curry, les crevettes sont cuisinées avec de la mangue, du lait de coco et du riz blanc.

Enfin, côté desserts, mention spéciale pour le vattelappam, une sorte de flan à la noix de coco. Pour finir un repas copieux et épicé, les fruits frais (ananas, bananes, pastèques…) font aussi très bien l’affaire.

Enfin, pour la soif, on ne résiste pas aux boissons à base de gingembre, comme le ginger lassi (lassi au gingembre) ou le ginger lime soda, de l’eau gazeuse au gingembre et au jus de citron.

Plage : on farniente sur le sable

Plage : on farniente sur le sable
Marari Beach © Olivia Le Sidaner

Impossible de parler de bien-être sans évoquer l’art du farniente, à pratiquer sur l’une des nombreuses plages qui s’étirent le long du littoral keralais. Celle de Kovalam serait, dit-on, la plus belle de l’Inde toute entière. Installée dans le sud du Kerala, à 16 km de la capitale, Thiruvananthapuram (Trivandrum), elle est certes très belle, mais un peu trop touristique, avec son cortège de restos, bars et vendeurs, pour qu’on puisse y être totalement zen.

Beaucoup plus calme et tout aussi splendide, la plage de Marari (Marari Beach), à 15 km au nord d’Alappuzha, offre sa longue langue de sable blond clair, ombragée sur l’arrière par de hauts cocotiers dont les palmes peuvent servir de parasols, à l’occasion.

Les gros rouleaux qui viennent s’y échouer pourraient évoquer ceux que l’on trouve sur la côte atlantique, si l’on ne constatait une nette différence de température dès qu’on y trempe le pied : ici, la mer d’Arabie (ou mer d’Oman) flirte régulièrement avec les 30 °C.

C’est le matin ou en fin de journée que l’on profite au mieux des bienfaits de la plage (en évitant l’insolation !). Même le dimanche, lorsque les familles keralaises viennent se balader sur le rivage, il n’y a pas foule, et il arrive qu’on se retrouve presque seul sur le sable.

Ne pas manquer le moment du coucher de soleil, quand le ciel se pare de couleurs allant de l’orange au rose vif. Baigné dans cette lumière extraordinaire, on touche alors au sublime.

Backwaters : on se laisse bercer par les flots

Backwaters : on se laisse bercer par les flots
Backwaters © Olivia Le Sidaner

Enfin, pour une balade pleine de sérénité, pourquoi ne pas se laisser glisser sur l’eau des backwaters ? Ce réseau de canaux servait autrefois à transporter les épices et le riz. Aujourd’hui, ce sont les touristes qui empruntent ces voies navigables, friands des houseboats (kettuvallam, en malayalam), ces beaux bateaux traditionnels aménagés en maisons flottantes qui permettent de découvrir des paysages de toute beauté sur le mode de la lenteur.

On peut aussi se contenter d’une balade plus courte mais néanmoins plaisante, le temps d’avoir un aperçu du mode de vie des Keralais qui vivent au bord de l’eau, par exemple du côté de Kumarakom.

Pour être sûr d’éviter les éventuels embouteillages (à certains endroits, les backwaters sont un peu trop fréquentés, victimes de leur succès), allez donc vous promener sur le lac Vembanad, étendu sur plus de 2 000 km2. Installé sur un îlot, uniquement accessible par bateau, le luxueux hôtel Coconut Lagoon propose tous les soirs (à 17 h 30) à ses résidents une croisière (sunset cruise) pour assister au coucher du soleil sur une jolie embarcation traditionnelle rénovée.

Tandis que l’on s’avance lentement sur les eaux du lac, un petit vent rafraîchissant se lève. En écoutant le tambour discret du musicien qui nous accompagne, on s’endormirait presque, bercé par les vaguelettes du lac, ce qui serait dommage, tant la lumière du couchant est magnifique sous ces latitudes.

Lire aussi notre article sur le Kerala au fil de l’eau  

Fiche pratique

Retrouvez toutes les infos pratiques, les bons plans et les adresses dans le Routard Inde du Sud en librairie.

Pour préparer votre séjour, consultez notre guide en ligne Kerala

Site officiel du tourisme au Kerala

Comment se déplacer ?

Au Kerala, pour un séjour axé sur le bien-être, on ne fait généralement pas beaucoup de route. Mais si on a tout de même envie de se déplacer pour découvrir les villages, les plages ou les centres ayurvédiques de la côte de Malabar, l’idéal est d’opter pour la voiture avec chauffeur. Un moyen de transport pas si onéreux que cela, eu égard au confort qu’il procure. Bien évidemment, comme partout en Inde, il serait inconscient d’envisager de prendre vous-même le volant…

En savoir plus sur les transports au Kerala

Où dormir ?

Coconut Lagoon à Kumarakom : cet hôtel 5 étoiles est un véritable paradis. Pour le rejoindre, une seul moyen : le bateau, qui trace lentement son sillon sur un canal bordé de cocotiers et d’habitations. Cottages au cœur du paisible parc, planté de plus de 190 espèces de plantes et fréquenté par de nombreux oiseaux. Ici, chaque maison a une histoire, certaines datant du 17e siècle (sauvées de la ruine, elles ont été démontées et remontées ici). Côté bien-être, des cours de yoga sont donnés tous les matins, et l’hôtel a son propre centre ayurvédique (comptez en moyenne 4 000 roupies par soin, soit 53 €), une grande piscine, un jardin aux papillons pour faire une pause méditative. Au restaurant, on sert des produits naturels de la ferme. Bungalow à partir de 125 € la nuit, petit déj inclus.

Marari Beach Resort à Mararikulam : un resort de charme dans une grande cocoteraie pour se relaxer au bord de la mer, sur la belle Marari Beach. Les bungalows sont spacieux et confortables, avec salle de bain en extérieur. Grande piscine, jardin aux papillons et potager bio, où sont cultivés les légumes qui se retrouvent sur la table du très bon restaurant. Des cours de yoga et de méditation sont donnés, et au centre ayurvédique, officient les mêmes médecins qu’au Coconut Lagoon, qui préparent leurs produits, naturels et sans additifs, à base de plantes cultivées localement. Certains compléments alimentaires viennent aussi de Trivandrum. Là encore, les tarifs tournent autour de 4 000 roupies pour une heure de soin.

Santhitheeram Heritage Home : Kumarakom North. Une maison verte familiale au bord d’un charmant chenal. Simple, propre et accueil adorable.

Marari Arapakal Beach Villa : Beach Road, Mararikulam North. Petit bungalow ou hutte en bambou sur la plage, à vous de choisir. Accueil gentil et repas sur demande le soir.

Trouvez votre hôtel au Kerala

Où manger et boire un verre ?

- Malabar House : 1/269, Parade Road, à Fort Cochin. Ambiance chic et cosy dans cet édifice historique organisé autour d’un patio arboré. On y déguste une cuisine créative mettant en valeur les produits locaux, en écoutant des concerts de musique traditionnelle, le soir. À l’étage, on trouve aussi un bar à tapas.

- Pepper House : 11/10A&B, Kalvathi Road, à Fort Cochin. On boit un lassi au gingembre frais dans la cour intérieure de l’ancien entrepôt de poivre, l’épice phare de Kochi, qui était si précieux aux 14e et 15e siècles qu’on le surnommait « l’or noir ».

Adios à l’apéro !

L’alcool est une denrée rare au Kerala, qui en a interdit la vente dans les lieux publics depuis 2014, pour lutter contre l’alcoolisme dans la population. Aujourd’hui, on voit les hommes faire d’interminables queues pour s’approvisionner en alcool dans les magasins d’État. Et seuls les hôtels 5 étoiles ont encore l’autorisation d’en servir, sauf le dimanche. L’occasion rêvée de rester sur le mode healthy en remplaçant la bière de l’apéro par un jus de fruits frais ou une boisson au gingembre.

Texte : Olivia Le Sidaner

Mise en ligne :

Kerala Les articles à lire

Services voyage