Trois parcs au Costa Rica : Monteverde, Tenorio, Palo Verde

Trois parcs au Costa Rica : Monteverde, Tenorio, Palo Verde
© Simon Dannhauer - Fotolia

Du Pacifique aux Caraïbes en passant par la Vallée centrale, le Costa Rica est parsemé de parcs et réserves naturelles. Et ce qu’il y a de fabuleux, c’est qu’ils sont tous singuliers. Chacun d’eux a un secret à révéler : d’impressionnants volcans (Poàs, Arenal, Irazú) et sommets (Chirripó), des tortues (Tortuguero), des aras rouges (Carara) ou encore des quetzals resplendissants (Los Quetzales). Même le plus petit d’entre eux, Manuel Antonio, reste un bijou, de forêts et de plages idylliques. Aujourd’hui, cap sur trois parcs qui sont autant d’univers : Monteverde et ses ponts de singes, Palo Verde et ses marécages et le volcan Tenorio et sa rivière bleu azur.

Monteverde : au cœur de la forêt de nuages

Monteverde : au cœur de la forêt de nuages
© B. Piccoli - Fotolia

Où ? Le « cœur vert » du nord-ouest du Costa Rica se trouve dans la cordillère de Tilaran, au sud du volcan Arenal. Accès depuis Santa Elena, à 4h30 de bus de San José.

Oiseaux exotiques, singes, végétation luxuriante : la réserve de nuages du Monteverde nous plonge dans un monde parallèle.

Les sentiers ont beau être bien aménagés et les visiteurs au rendez-vous, l’immersion dans la nature est totale. Bien sûr, il faut faire preuve de patience pour apercevoir des animaux dans cette épaisse forêt. Beaucoup d’oiseaux peuplent les lieux, comme le toucanet émeraude ou les colibris, aux nids microscopiques. Le plus recherché d’entre eux ? Le quetzal resplendissant. Cet oiseau magnifique, au plumage bleu et rouge et à longue queue chez le mâle, était sacré chez les Mayas et les Aztèques. Il ne se montre pas à qui veut... ce qui rend la rencontre d’autant plus magique. Et puis s’en va...

Il est alors temps de continuer son chemin, qui débouche sur l’un de ces fameux ponts de singe, ces impressionnants ponts suspendus au-dessus du vide. À chacun de nos pas, ils semblent vaciller. Tout autour et sous nos pieds : une végétation vertigineuse, presque étourdissante.

Les points de vue panoramiques nous rappellent vite pourquoi Monteverde est surnommée la « forêt de nuages ». La brume, qui va et vient à la cime des arbres, nous dévoile bientôt un panorama spectaculaire sur la forêt vierge. Les amateurs de sensations fortes pourront d’ailleurs voler au-dessus de la canopée à proximité du parc, en enfourchant une des nombreuses tyroliennes.

Enfin, il faut savoir que Monteverde se mérite : les routes accidentées pour y parvenir laissent un souvenir pour le moins impérissable. Cette absence de goudron, on la doit aux quakers. Ces Américains, opposés à la conscription (service militaire obligatoire) durant la guerre de Corée, sont  venus s’installer ici en 1950. Depuis, ils s’attachent à préserver ces 105 km2 de forêt vierge.

Attention : il existe un certain quota de visiteurs. Venir dès l’ouverture et en semaine de préférence... il se pourrait même que vous soyez seul. Carte des randonnées gratuite à la caisse.

Une adresse :

Le Café Colibri, juste avant l’entrée du parc. Non seulement le café et les collations (gâteaux, empanadas...) sont délicieux, mais on y aperçoit toutes sortes de colibris venus se rafraîchir dans les abreuvoirs suspendus. A  l’entrée, le restaurant du parc abrite aussi, à l’arrière, une jolie terrasse.

Parque Nacional Volcán Tenorio : féérie en pleine jungle

Parque Nacional Volcán Tenorio : féérie en pleine jungle
© freshphotoz24 - Fotolia

Où ? Le parc du volcan Tenorio se trouve au nord de la laguna Arenal, dans le nord du Costa Rica. Voir aussi notre article sur la région de l’Arenal.

A première vue, le volcan Tenorio (1 916m), éteint et recouvert d’une épaisse forêt, ne paie pas de mine. Mais, bientôt, il nous révèlera des eaux d’un turquoise incroyable.

La randonnée de 7 km aller-retour commence dans la forêt tropicale humide. La sonorité y est quasi assourdissante : insectes et oiseaux semblent rivaliser d’imagination. À notre passage, les singes capucins à tête blanche, occupés à grignoter en haut des arbres, nous regardent du coin de l’œil.

Arrive une bifurcation : à gauche, des escaliers. À travers les feuillages, on distingue déjà une couleur lumineuse. Le bruit d’une cascade se fait de plus en plus clair... et quelle cascade ! De ses 30 mètres de hauteur, elle se déverse dans un bassin d’un bleu à peine croyable. Un bleu azur qui reste, par la suite, le fil conducteur. On marche au gré de lagons merveilleux, par delà de petits pontons enjambant la rivière...

D’ailleurs, quelle est donc cette rivière magique ? Le Rio Celeste. La légende raconte que Dieu y aurait lavé ses pinceaux après avoir peint le ciel. Pour la vraie explication, rendez-vous tout au bout du sentier. Sous nos yeux, la rivière nait de la confluence de deux cours d’eau, à juste titre surnommés « les teinturiers » (los teñidores).

Si leur mélange donne cette incroyable couleur, c’est grâce à des minéraux volcaniques en suspension qui créent un phénomène optique. Attention : le terrain peut être très boueux (se chausser en conséquence) et après de fortes pluies, l’eau risque d’être bien moins bleue...

Où se baigner ?

La baignade dans ces eaux chaudes azur fait plus qu’envie après la balade, mais elle est ici interdite. Pour piquer une tête, sortir du parc et se rendre à la rivière ou bien dormir sur place : quelques hébergements (comme Cabinas Piuri, La Carolina Lodge...) donnent directement sur le Rio Celeste.

Palo Verde : comme un air d’Amazonie

Palo Verde : comme un air d’Amazonie
© julienxw - Fotolia

Où ? Dans la province de Guanacaste, au nord-ouest du Costa Rica et au nord de la péninsule de Nicoya, à 30 km de Canas.

La longue route poussiéreuse qui nous y mène plante bien vite le décor. De part et d’autre, on aperçoit déjà les zones marécageuses du Palo Verde, une vaste zone humide de 184km2 dans la province la plus sèche du Costa Rica, le Guanacaste.

De toute l’Amérique centrale, c’est ici que l’on retrouve le plus d’échassiers et de gibiers d’eau. C’est aussi le royaume des crocodiles, qui peuvent atteindre les 5 mètres. Pour les apercevoir, l’excursion en bateau avec des guides locaux est une bonne option. Pour cela, rendez-vous à l’embarcadère, tout au bout du parc, à 12 km (gare aux iguanes qui traversent sans prévenir !).

Les eaux vertes et hostiles du Rio Tempisque nous mettent dans la peau d’Indiana Jones. Et la traque (visuelle !) est bien réelle : même les guides, pourtant habitués, s’en donnent à cœur joie. Bien vite, leur index pointe les traces fraîches d’un crocodile. En effet, quelques mètres plus loin, une femelle est posée sur la berge. Puis leur œil  vif distingue un grand iguane vert, au milieu des feuillages de la mangrove. Le Palo Verde doit d’ailleurs son nom à un buisson, ici omniprésent.  

Parmi les quelque 300 espèces d’oiseaux que compte le parc, on aperçoit de nombreux échassiers : hérons, cigognes, spatules, ibis, aigrettes tricolores... Quand, soudain, deux aras rouges (toujours en couple) traversent le ciel en poussant des cris perçants. Les familles de singes hurleurs viennent, elles aussi, perturber le calme de la rivière.

Il existe par ailleurs 4 sentiers de randonnée, où croiser coatis, cerfs, tatous ou encore jaguarondis, un félin de petite taille ici très présent. S’armer de bombe anti-moustique... ce n’est pas une zone humide pour rien !

Un coup de cœur :

Avant ou après la visite, la cascade Catarata Llanos de Cortez vaut le détour (moins d’1h de route, à 3 km au nord de Bagaces). Baignade dans l’eau chaude, passage derrière le rideau d’eau (par la gauche, c’est moins périlleux), petite marche pour surplomber les lieux. Sur la plage, un sympathique Tico propose des brochettes de poulet marinées grillées au barbecue et de délicieux ceviche.

Pour en savoir plus

Consulter notre guide en ligne Costa Rica

Comment y aller ?

Vols directs quotidiens depuis Paris-CDG avec Air France. Vols avec escales avec d’autres compagnies comme Iberia ou American Airlines. Trouvez votre billet d’avion.

Le parc du Corcovado se trouve au sud-ouest du Costa Rica, à environ 400 km de San José. L’aéroport le plus proche est celui du Puerto Jimenez.

Où dormir ?

Réservez votre hôtel au Costa Rica.

Équipez-vous pour votre voyage

Consultez la boutique du voyageur pour bien préparer vos vacances, vos week-ends, vos séjours : Tous les Guides du Routard, les produits santé & hygiène pour le voyage, le matériel Rando & Trek, les bagages et sacs à dos, Équipement & Vêtements voyage, Accessoires de voyage, mais aussi les produits Insolite & idées cadeaux pour voyageurs...

Texte : Aurélie Michel

Mise en ligne :

Costa Rica Les articles à lire

Services voyage