Johannesburg, au cœur de la nation arc-en-ciel

Maboneng Precinct, un quartier renaissant

Maboneng Precinct, un quartier renaissant
Maboneng © Olivier Page

Maboneng signifie « Lieu de lumière » en langue sotho, et precinct, enceinte, enclos, en anglais. Situé à l’est du Central Business District (CBD) de Johannesburg, ce quartier est aujourd’hui un enclos privilégié, un îlot sécurisé en bordure de Jeppestown.

Ce mini-territoire de 7 rues parallèles s’est remis à vivre après une longue période de nécrose urbaine. Longtemps abandonné, exclu du développement, Maboneng offrait l’image d’un paysage urbain dégradé : immeubles délabrés, entrepôts industriels en friche, population paupérisée. C’était un secteur déserté, infréquentable (gangs, dealers), invivable.

Un beau jour, Jonathan Liebmann, un jeune visionnaire sud-africain, riche et ambitieux, décida de faire revivre cette misérable enclave urbaine. Il racheta des immeubles entiers pour une somme symbolique, les rénova, les revendit à prix fort.

La revitalisation du quartier commença. Des investisseurs crurent au projet de Liebmann et se lancèrent dans la reconstruction. Des locataires vinrent s’installer dans les lofts, des artistes, des créateurs, des hipsters anticonformistes tentèrent l’aventure. Des cafés alternatifs, des restaurants bio et ethniques ouvrirent leurs portes ainsi que des boutiques de mode, des galeries d’art, un musée du Design africain, une auberge de jeunesse, un boutique-hôtel.

Désormais, les rues de Maboneng ressemblent un peu à Brooklyn. Le lieu le plus emblématique de cette renaissance n’est-il pas le marché multi-ethnique Arts on Main ? Il abrite une ribambelle d’éventaires de cuisines du monde. Naguère dans les ténèbres, l’enclos oublié de Maboneng a retrouvé la lumière.

Texte : Olivier Page

Mise en ligne :

Afrique du Sud Les articles à lire

Services voyage