Johannesburg, au cœur de la nation arc-en-ciel

Johannesburg : une mosaïque de quartiers

Johannesburg : une mosaïque de quartiers
© demerzel21 - Fotolia

Le cœur de Johannesburg Central Business District (CBD) ressemble à un Downtown américain des années 1960-1970, déserté par les classes moyennes mais fréquenté dans la journée par les employés de bureau.

Sur sa bordure ouest, le secteur de Newtown est en cours de réhabilitation. L’ancien marché aux fruits et légumes abrite désormais le Musée africain et le Market Theatre. Alors que Braamfontein tout comme Maboneng connaissent un étonnant phénomène de renaissance (revival), les quartiers d’Hillbrow et Berea sont à éviter.

Longtemps comparée à un « bidonville vertical », la Ponte Tower naguère haut-lieu du crime, de la drogue et de la prostitution a malgré tout retrouvé un visage plus humain, grâce à la volonté de ses habitants.

Quittons le centre, voici Melville à l’ouest, un quartier verdoyant, vivant et tranquille. Sans doute le meilleur endroit pour loger, avec quelques guest houses agréables, de bons restos et de nombreux bars pour le soir.

Ailleurs, Westcliff et Parktown sont les plus anciens quartiers résidentiels de Jo’burg où s’installèrent ceux qui avaient fait fortune dans les mines d’or et de diamant.

Avec Rosebank, Parkview, Dunkeld, Parkhurst, Melrose, Saxonwold, Norwood, on aborde les grands quartiers résidentiels hyper sécurisés aux luxueuses résidences gardées comme des forteresses (portails blindés, murs hérissés de barbelés, et alarmes…) au milieu de vastes jardins, dans des rues plantées de jacarandas. À une vingtaine de kilomètres du centre, Sandton, Rivonia, Randburg sont les derniers quartiers résidentiels au nord de Jo’burg.

Texte : Olivier Page

Mise en ligne :

Afrique du Sud Les articles à lire