Les Andes mises en bières
© Fabrice Doumergue

La région foisonne d'une grosse dizaine de micro-brasseries artisanales. On y déguste sur place, dans des pubs revisités toujours joliment décorés, une incroyable diversité de bières. Les plus classiques sont l'IPA (indian pale ale, au goût intense), la Kölsh (une blonde légère), la weisser (blanche, vous aviez traduit), les stouts (brunes) et, plus typées, certaines à la framboise, au miel...

Pour chacune, la carte des cervecerias détaille : couleur (blonde, rousse, brune), degré d'amertume, teneur en alcool (de 4,5 à 8,5 % environ) et même l'accord des mets suggéré si on a décidé d'accompagner le liquide par du solide. Même si l'on n'est pas aficionado, on passe un agréable moment dans ces lieux à l'ambiance chaleureuse.

Dans Bariloche même, Bachmann habite un néo-chalet beau de l'extérieur mais assez banal dedans... on lui préfère Antarès tout proche et surtout Manush avec de belles terrasses sur rue et une salle chaleureuse et chic. Son long bar aligne les robinets rutilants d'où coulent pas moins de 23 types de bières !

Pour les ambiances déjantées (avec concert de rue, les week-ends en été), on ne peut pas rater la Konna. En s'excentrant un peu, sur la route de la péninsule de Llao Llao, on rencontre la chilienne Künstmann, peut-être un peu trop scénarisée.

On préfère pousser 4 km plus loin, jusqu’au chalet de Blest, aux murs intérieurs couverts de sous bocks dédicacés : essayez la half-half, blonde de goût et brune d'aspect. Bluffant !

À moins qu'on ne préfère aller 300 m plus loin pour siroter l'excellente weisser de Berlina servie dans une jolie maisonnette de grosses pierres. Pour épater les Argentins, demandez une bière à la grenadine (un tango, quoi !). Mais ne poussez pas trop sur la chopine, pour que biroute ne rime pas avec déroute !

Texte : Fabrice Doumergue

Mise en ligne :

Argentine Les articles à lire

Services voyage