Cuba, dans les rues de La Havane

Le Vedado, quartier résidentiel

Le Vedado, quartier résidentiel
Rue du Vedado © Joël Métreau

Dans ce quartier résidentiel, des maisons flamboyantes, entourées de jardins bien entretenus, côtoient de petits immeubles sans âme. Le linge pendu et multicolore redonne du lustre aux balcons, où s'échappent des fenêtres des morceaux de reggaeton.

À Cuba, le mélange de rythmes cubains et de dancehall jamaïcain, dont le groupe Gente de Zona est l'un des représentants, a détrôné le Buena Vista Social Club. Des fêtes organisées à l'intérieur des cours des bâtiments les plus somptueux perpétuent aussi leur héritage.

Plus on va vers l'ouest, plus le quartier gagne en quiétude. Plus loin, un cinéma avec une façade des années 1950, sans blockbusters à l'affiche. Les cris d'un homme qui propose ses services de réparateur en tout genre rompent le silence.

À La Havane, on rafistole tout tant bien que mal, des appareils électroménagers aux motos et aux modèles anciens de voitures, des Chevrolet aux Lada. Le spectacle le plus commun à La Havane, c'est celui des Havanais en train d'exercer ensemble sur le trottoir leurs compétences de mécaniciens.

John Lennon et Christophe Colomb

On croit facilement se perdre dans le Vedado, dans ces rues perpendiculaires identifiées par des chiffres et des lettres, étourdis à force de lever la tête vers les palmiers et les bougainvilliers. Aux croisements des voies, de discrètes bornes blanches permettent de s'y retrouver. En bas de l'avenida de los Presidentes, les lettrages jaunes illuminés sur le toit de l'hôtel 4 étoiles Roc Presidente servent de repère dans la nuit.

Autre point de repère, le parc John Theodore Lennon, avec sa sculpture en bronze de José Villa Soberón, inaugurée en l'an 2000. Un John Lennon plus vrai que nature, les jambes croisées sur un banc, qui attend que les touristes prennent tour à tour la pose à ses côtés. Paradoxalement, c'est le groupe rival des Beatles qui aura le premier donné un concert sur l'île.

En bifurquant vers le sud, on déboule sur le vaste cimetière Christophe Colomb, avec ses quelque 500 petites chapelles et mausolées, sur un rectangle de 57 hectares. À la différence du Père Lachaise parisien, ici point de colline, encore moins d'arbres. Dans la chaleur écrasante, les tombes blanchies par le soleil éblouissent les visiteurs. Ne pas manquer l'impressionnante entrée monumentale de ce lieu fondé en 1876.

En poursuivant vers le sud, le quartier appelé Nuevo Vedado abrite le parc zoologique qui fait face à la gare routière de Viazul, la compagnie de bus avec laquelle on peut partir vers deux autres villes inscrites au patrimoine mondial de l'humanité. Vers l’ouest et la magnifique vallée de Vinales , vers l'est et la délicieuse cité de Trinidad, au bord de la mer caribéenne.

Texte : Joël Métreau

Mise en ligne :

Cuba Les articles à lire

Partons pour un voyage haut en couleurs avec Lucian Cornea qui a su capter l’atmosphère...

Services voyage