Argentine : dans les rues de Buenos Aires

Puerto Madero, au bord du Rio de la Plata

Puerto Madero, au bord du Rio de la Plata
Eric Milet

Du côté du Yacht Club de Puerto Madero, les quelques voiliers au ponton sur fond de gratte-ciel confèrent à Buenos Aires des allures de Sydney. Même ciel bleu, même soleil austral.

À l’heure de la pause-déjeuner, les cols blancs du coin viennent pique-niquer à l’ombre de leurs tours de verre, puis font la sieste au pied d’un arbre avant de repartir au boulot. Peu de capitales offrent ce luxe.

Jadis territoire de rapine, Puerto Madero, entièrement réhabilité ces dernières années, est devenu la promenade fétiche des Porteños. On y vient en famille capter un peu de brise marine, le temps d’un cornet de glace. Fini l’époque où les vraquiers charriaient des tonnes de vivres en provenance d’Europe… Désormais les clippers sont à quai et servent de musée, quant aux docks, ils égrainent aujourd’hui une série de restos chics.

En poussant au-delà des tours de verre qui marquent la limite est du quartier, on atteint la promenade qui longe la réserve écologique du Río de la Plata. À un quart d’heure de marche du Centro, on n’entend plus les bruits de la ville. Seul le caquètement des échassiers cherchant pitance parmi les joncs rivalise avec les cris des marchands de soda.

 Ici, la nature semble avoir repris ses droits. Le dimanche, les chiringuitos qui bordent la lagune ne désemplissent pas. Et quand il fait chaud sur cette Croisette improvisée, on tombe volontiers la chemise pour offrir son corps aux morsures du soleil…

Texte : Eric Milet

Mise en ligne :

Argentine Les articles à lire

Services voyage