Bhoutan, voyage au pays du bonheur

Peu de voyageurs ont arpenté les vallées, montagnes, villages et monastères du Bhoutan. Moins accessible que son voisin le Népal, le pays évoque toujours une destination énigmatique à la fois attirante et mystèrieuse. Thomas Sauzedde (thomas284), directeur de Routard.com, lève une partie du voile à travers les images qu'il a ramené de son voyage aux confins de l'Himalaya.
À lire également l'interview de Thomas Sauzedde.

Rencontre chaleureuse

Rencontre chaleureuse
© Thomas Sauzedde

Au sommet d’un petit village Bhoutanais, un accueil chaleureux de cet habitant avec en arrière-plan de la viande en train de sécher. Les chiens veillent.

Vallée de Haa

Vallée de Haa
© Thomas Sauzedde

Rhododendrons en fleur sur les hauteurs de la vallée de Haa, sur la route qui relie Paro à Thimphu.

Dzong de Punakha

Dzong de Punakha
© Thomas Sauzedde

Vue emblématique du Dzong de Punakha construit en 1637 entre Po chu (rivière masculine) et Mo chu (la rivière féminine). 

Yack

Yack
© Thomas Sauzedde

Au détour d’un col, rencontre avec un Yack – toujours une belle surprise !

Discussion entre moines

Discussion entre moines
© Thomas Sauzedde

Animation au sein du grand Dzong de Punakha ; plus de 300 moins y vivent.

Les stupas de Dochula

Les stupas de Dochula
© Thomas Sauzedde

Arrêt en route au col du Dochula (3150m), permet de découvrir un monument tout à fait unique avec 108 Druk Wangyel Chortens (Stupa), construits en hommage à la paix et à la stabilité apportées au Bhoutan par le 4ème roi.

Maison traditionnelle

Maison traditionnelle
© Thomas Sauzedde

Charmante maison familiale toute en bois avec son petit champ de blé. Les chambres sont simples mais l’accueil très chaleureux quand vous passez la soirée chez une famille rurale.

Sur le Druk path trek

Sur le Druk path trek
© Thomas Sauzedde

Le Druk path trek, se réalise sur 5 jours de marche plutôt difficile je dois dire. Il est presque sauvage, aussi vous n'y rencontrez pratiquement personne. Ce parcours entre Paro et Thimphu comprend des lacs de haute montagne et des ermitages reculés.

Regard à Rinchengang

Regard à Rinchengang
© Thomas Sauzedde

Promenade vers le village de Rinchengang, une belle image du mode de vie bhoutanais.

Villageoise dans ses pensées

Villageoise dans ses pensées
© Thomas Sauzedde

Peintures sacrées

Peintures sacrées
© Thomas Sauzedde

Des peintures de phallus ornent la plupart des murs des habitations. C’est un élément décoratif majeur, présent sur de très nombreuses maisons. C’est un symbole sacré et on lui attribue le pouvoir de protéger la maison, et ses habitants, des mauvais esprits.

Circumambulation

Circumambulation
© Thomas Sauzedde

Cet homme fait plusieurs fois le tour du Stupa – ce rite s’appelle circumambulation, c'est-à-dire « marche autour ». En signe de déférence, ces Stupas doivent être contournés par la gauche, c'est-à-dire que la personne qui tourne autour d'eux les garde à sa droite.

Trek en fôret

Trek en fôret
© Thomas Sauzedde

La plupart des treks au Bhoutan vous font traverser de belles forêts de rhododendrons.

Pause photo

Pause photo
© Thomas Sauzedde

Le long des treks, il n’est pas rare de croiser des moulins à prières géants, abrités sous de petits édifices.

Repas bouthanais

Repas bouthanais
© Thomas Sauzedde

Un des plats les plus courants, que l’on trouve chez l’habitant : riz rouge du Bhoutan et piments rouge avec sauce au fromage, tout simplement.

Conversation entre villageois

Conversation entre villageois
© Thomas Sauzedde

Rencontre entre deux habitants, tous deux en habits traditionnels, comme une grande majorité de la population !

Taktshang, le nid du tigre

Taktshang, le nid du tigre
© Thomas Sauzedde

Excursion vers Taktshang, le mythique Tiger’s Nest et icône du pays, situé à flanc de montagne, et dominant la vallée de plus de 900 mètres de haut.

À l'école

À l'école
© Thomas Sauzedde

Nous avons eu la chance de pouvoir visiter sur notre chemin une école primaire. Au Bhoutan, l’école est gratuite pour tous, de même que l’accès au soin. Normal pour le pays qui se veut celui du bonheur pour tous et donc de la répartition des richesses.

Vallée de Paro

Vallée de Paro
© Thomas Sauzedde

La très belle vallée de Paro avec son magnifique Dzong sur les hauteurs. Paro est aujourd’hui une petite cité agréable et charmante.

Drapeaux de prière

Drapeaux de prière
© Thomas Sauzedde

Des drapeaux de prières flottent au vent. 

Interview de Thomas Sauzedde

Le Routard : Pourquoi as-tu choisi cette destination, comment as-tu préparé ton voyage ?

Thomas Sauzedde : Absolument fan de la chaine Himalayenne, et de la culture bouddhique, il me semblait que le point d’orgue était le Bhoutan.
Et oui, ce petit pays, coincé entre l’Inde et la Chine, partage bien des similitudes avec le Népal et le Tibet, mais au Bhoutan, le bouddhisme n’est pas seulement une religion. Il fait partie intégrante de la vie quotidienne des populations locales, leur inspire calme, ouverture d'esprit, chaleur et aspiration au bonheur.

Le Routard : Est-ce compliqué d’organiser un voyage dans ce pays au niveau logistique (transport, hébergement…) ?

Thomas Sauzedde : Alors je vais répondre : Oui et Non. Car il y a plusieurs points à prendre en compte. En termes d’organisation, si d’habitude, je pars sac au dos uniquement et réalise toutes mes réservations directement sur place, au gré de mes envies, le Bhoutan est particulier car il impose de partir avec une agence locale. Impossible de rentrer dans le pays sans être accompagné. Il faut donc bien faire connaissance avant le départ avec son futur guide car on voyagera avec lui tout le séjour.

Côté budget, la destination est tout de même onéreuse, puisque 65$ de visa quotidien sont requis. Les tarifs sont saisonniers au Bhoutan. Outre une moindre fréquentation touristique, un voyage en dehors de la haute saison (mars-mai, sept-nov) permet des économies substantielles.
En termes de saison, il est possible de visiter le pays toute l’année. Le temps est toujours agréable, même s’il peut faire froid en décembre et janvier. C’est en octobre que les panoramas himalayens sont les plus beaux. La floraison des rhododendrons culmine en mars et avril à l’époque à laquelle je me suis justement rendu. Et dernier conseil : réservez votre vol bien à l’avance depuis Delhi, Kolkata ou Katmandou pour l’aéroport international de Paro, car il n’y a pas beaucoup de vols hebdomadaire.

Le Routard : Des coups de cœur particuliers, recommanderais-tu cette destination ?

Thomas Sauzedde : Mes coups de cœur sont liés à l’intimité des rencontres possibles au Bhoutan. Aussi, je recommande de panacher nuits à l’hôtel avec nuit chez l’habitant et pourquoi pas nuits en tente pendant un trek.
En effet, la meilleure façon de faire connaissance avec le Bhoutan est de partager le quotidien des populations locales et de vivre avec eux pendant quelques jours : apprécier leur mode de vie, assister à des cérémonies religieuses dans leur maisons, visiter les temples des villages... que de beaux souvenirs à ramener avec soi !
Déambuler dans un Dzong, un ermitage ou un monastère où vivent des centaines des moines est une expérience tout à fait unique. Chacun est afféré à ses taches quotidiennes en toute quiétude et nous sommes donc témoin de scènes incroyables.
Chez l’habitant, on partage le repas en famille, au cœur du foyer, près du poêle, assis par terre sur le plancher en bois.
J’ai été absolument charmé par ce voyage hors du temps, qui ne ressemble pour ainsi dire à aucun autre.

Le Routard : La photo occupe une place importante dans tes voyages ?

Thomas Sauzedde : Je n’imagine tout simplement pas mes voyages autrement. Je me passionne depuis longtemps déjà pour la photographie de voyage, mais plus particulièrement la photo de rue et cherche à être un amateur éclairé ; j’essaie de progresser continuellement, je fréquente des expositions et suis de nombreux profils et forums de passionnés. Cependant rien ne remplace la pratique et les rencontres avec les locaux. C’est vraiment ce qui me plait le plus en voyage : pouvoir me connecter avec sincérité, mêmes quelques instants, avec les habitants, partager des regards, des paroles, dépasser les barrières de la langue ou les réticences de certaines personnes. La photographie est pour moi un vecteur fort de rapprochement entre les peuples. On s’apprivoise par des sourires et quelques mots, puis on se rapproche pour faire connaissance, car la photo permet finalement de briser la glace.
Le plus souvent, je leur propose ensuite de leur donner un souvenir en polaroid, et c’est l’occasion de rassembler toute la famille, de se mettre en scène, de s’amuser.

Le Routard : Y-a-t-il un sujet et/ou un style photographique qui t’intéresse en particulier, essaies-tu de faire passer un message dans tes photos ?

Thomas Sauzedde : Je m’intéresse essentiellement aux portraits et aux scènes de vie, en poursuivant un courant de photographie de rue (ou street photography). Mon sujet principal est donc le plus souvent une présence humaine dans des situations de la vie courante. J’aime inscrire les gens dans leur univers, donner du contexte, de l’épaisseur à une scène.
Je ne peux pas prétendre arriver à faire passer un message dans mes photos, car je souhaite juste modestement rendre compte du monde d’aujourd’hui, de la diversité et la beauté des habitants à travers leurs habitations, leur vêtements, leurs habitudes.

Le Routard : Quel matériel utilises-tu, retravailles-tu tes photos au retour ?

J’utilise un matériel que l’on qualifiera d’amateur expert. A savoir, un reflex plein format Nikon D750 avec deux objectifs : le 24-70mm de Tamron et le 35mm de Nikkor.
Récemment j’ai acquis un beau Fuji X100F plus adapté à la photo de rue, qui requiert discrétion et rapidité. Un parfait compagnon de voyage car en plus très léger par rapport à mon équipement Reflex.
A mon retour, voire parfois pendant le voyage, je sélectionne et trie toutes mes photos pour ensuite les développer sur Lightroom depuis mon PC ou smartphone. Pour moi, c’est essentiel, car j’ai à cœur à donner corps à ce que j’imaginais lors de mes prises de vues : recadrage, jeu sur les contrastes, les zones de flou, les points d’attention qui font la force des belles photos.  

Pour préparer votre voyage, consultez notre guide de voyage Bhoutan, regardez toutes les photos du Bouthan et posez vos questions dans le forum Bhoutan.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Mustang, un royaume en Himalaya
Instants de sérénité au Vietnam
Moines de Birmanie

À voir également nos autres portfolios et toutes les photos de la communauté.

Mise en ligne :

Bhoutan Les articles à lire

Services voyage