Miami latino au Calle Ocho Festival

Envoyer à un ami
Miami latino au Calle Ocho Festival

La moitié des habitants de Miami est hispanophone. Venus des Caraïbes et d’Amérique du Sud, les Latinos donnent à la cité de Floride son tempo, mais aussi sa force économique. Première communauté de la ville, les exilés cubains sont près d’un million. Chaque année, leur Calle Ocho Festival, point culminant et final du carnaval de Miami, met le quartier de Little Havana en effervescence. Le 16 mars prochain, le Miami latino déploiera tous ses attraits au cours de l’une des plus grandes fêtes de rue des États-Unis. Entrez dans la danse !



Miami, capitale latine


Little Havana et Calle Ocho


Pour en savoir plus


:: Miami, capitale latine

Miami, métropole latino-américaine ? Pour qui connaît la ville la plus méridionale des États-Unis, la question ne se pose plus. Miami est en effet le symbole du melting-pot à l’américaine, puisque 60 % de sa population est née à l’étranger et plus particulièrement en Amérique latine. Située à quelques heures de bateau des Caraïbes, elle est la porte d’entrée, et surtout le port d’attache, des Latino-Américains aux États-Unis. L’espagnol est tout autant parlé que l’anglais dans les rues, et les grandes compagnies d’Amérique du Sud y ont installé leurs sièges sociaux nord-américains.

C’est à partir des années 1960 que Miami est devenue vraiment latine. Après la révolution castriste de 1959, les balseros qui s’opposaient au régime de Fidel ont fui en masse le pays. Rien que la première année, 300 000 Cubains sont partis s’installer en Floride. Par la suite, des vagues d’immigration ont eu lieu en 1965, 1980 et 1994, la plus spectaculaire étant celle de 1980 : Castro laissa alors partir 125 000 opposants (aimablement qualifiés de « vers de terre » et de « déviants ») que les navires américains sont allés chercher à Cuba !

Aujourd’hui, un million de Cubains vivent en Floride (contre onze millions à Cuba). Leur communauté tient les rênes de l’économie de Miami et envoie beaucoup d’argent aux familles restées à Cuba. L’irrésistible réussite des exilés anti-castristes a d’ailleurs poussé le gouvernement américain à pratiquer l’« exception cubaine » : tout exilé de Cuba qui foule le sol américain obtient immédiatement l’asile politique aux États-Unis s’il en fait la demande.


:: Little Havana et Calle Ocho

Miami est donc la terre promise des anti-castristes, mais aussi de très nombreux Latinos qui y retrouvent un climat, un environnement et une culture qui leur sont familiers. De fait, la latino touch imprègne la ville : Miami a un goût très prononcé pour la fête et la salsa, le glamour, les couleurs tapageuses et la frime, tout en vivant un carpe diem des plus latins. Dans le quartier de Little Havana, vous sentirez battre le cœur du Miami latin. Sur la SW 8th Street (« Calle Ocho » en espagnol), vous n’entendrez parler que la langue de Cervantès. Seuls quelques magasins arborent une pancarte « We speak english ». Ici, on peut voir des vieux Cubains jouer aux dominos, des fresques murales et même une fabrique de cigares ! Bref, un petit air de Havane, mais, avouons-le, en bien moins séduisant.

C’est en mars (le 16, cette année) qu’il faut découvrir Little Havana. Le quartier est alors en effervescence pour le Calle Ocho Festival qui rassemble chaque année un million de personnes autour de la culture et des musiques latinos. Ce carnaval, qui met le feu à la Floride, offre la possibilité de « dance ’til you die » (danser jusqu’à l’épuisement) sur de la salsa, du merengue ou encore du mambo.

Depuis trente ans, Calle Ocho Festival est le point culminant (et final) de deux semaines de festivités du carnaval de Miami, qui débute trois semaines plus tôt. Toute la journée, des dizaines de scènes et de pistes de danse s’installent dans la 8e rue, au cœur de Little Havana. Les musiques des Caraïbes, de Cuba, mais aussi de Colombie et du Brésil envahissent la rue, tout comme les stands de nourriture et de produits artisanaux.

On peut goûter à toutes sortes de spécialités créoles en sirotant du rhum, des mojitos et autres cocktails ensoleillés. Enfin, il y a même une zone de la Calle Ocho réservée aux enfants avec des animations, des clowns, des spectacles de magie… Un bémol toutefois : la place des sponsors, de la pub et des lancements commerciaux est de plus en plus envahissante au fil des ans. Le Calle Ocho Festival a beau avoir des airs d’Amérique latine, vous êtes bien, après tout, à Miami, U.S.A. !

Jean-Philippe Damiani
Photo : © Aerial Photography Inc
Mise en ligne le 5 mars 2008

Pour en savoir plus

Site officiel du carnaval de Miami
www.carnavalmiami.com

Site du Calle Ocho Festival
www.carnavalmiami.com/calle8/

Section consacrée à Little Havana (office du tourisme de Miami)
www.gmcvb.com/visitors/little_havana.asp

Site de l’université de Miami, consacré à l’histoire de Little Havana
www.education.miami.edu/ep/LittleHavana/index.html

Spécial kitsch
Allez déjeuner au Versailles (3555 SW 8th St, tél. : 445-7614), dont la déco intérieure oscille entre la cafétéria et une copie de… la Galerie des Glaces de Versailles ! Le patron a adoré notre château national, paraît-il. Bouffe cubaine correcte.

Un conseil
Éviter absolument de dormir à Miami Downtown, plutôt dangereux une fois la nuit tombée. Après avoir assisté au Calle Ocho Festival, continuez la fête dans les bars branchés de South Beach où vous aurez réservé votre chambre.


Drapeau sejours week end Floride

Partir en Floride

  • A voir, à faire en Floride
  • Construisez votre voyage Low Cost
  • Réserver votre séjour linguistique
  • Trouver un camping-car
  • Réservez un hôtel
  • Trouver un billet d'avion
  • Louer une voiture
  • Trouvez une location
  • Partagez votre taxi Paris - Aéroport
  • Réserver votre croisière
  • Réserver votre roadtrip
  • Réservez un vol + hôtel
  • Réservez une auberge de jeunesse

Applis