Le Musée du Prado tout moderne, tout beau

Le Musée du Prado tout moderne, tout beau
© Promoción Madrid (Paolo Giocoso)

Le Musée du Prado vient de connaître la plus grande opération d’agrandissement et de modernisation de son histoire. Le 30 octobre, après cinq ans de travaux, les Madrilènes pourront découvrir le nouveau visage et les nouvelles salles de cette célèbre institution créée en 1819. Un écrin tout neuf pour Goya, Vélasquez et Murillo, mais surtout de nouvelles structures spacieuses et fonctionnelles, qui s’intègrent parfaitement à l’édifice d’origine. Et, pour souligner l’événement, des journées portes ouvertes sont organisées par le Prado qui dévoilera de nombreuses œuvres jamais vues de sa collection.

Plus grand, plus fonctionnel, plus beau


Un nouveau Prado, plus grand, plus fonctionnel et plus beau. Dès le 30 octobre, les Madrilènes et les touristes amateurs d’art pourront enfin découvrir, après cinq ans de travaux, les nouveaux espaces du musée phare de la capitale espagnole, conçus par l’architecte Rafael Moneo. Il ne s’agit pas d’une révolution, ni d’un simple ravalement de façade. Plutôt d’une modernisation particulièrement bienvenue, qui aura coûté la bagatelle de 152 millions d’euros. En effet, les trésors du Prado commençaient à se sentir à l’étroit dans le bâtiment construit au début du XIXe siècle par Juan de Villanueva. Et encore, seulement mille œuvres sur les huit mille que compte la collection étaient jusqu’alors exposées au public, estimé à deux millions de visiteurs par an.

L’édifice principal de granit et de brique, appelé « Villanueva », demeure le cœur du nouveau Prado. C’est toujours là que seront exposés les joyaux de l’exposition permanente, des Ménines de Vélasquez aux Majas de Goya, en passant par les Murillo, Bosch, Greco, Zurbaran, Rubens et autres Titien. Toutefois, l’extension du musée à d’autres édifices a libéré une quarantaine de salles où l’on pourra voir quelque cinq cents toiles supplémentaires.

Le nouvel édifice de Rafael Moneo


Venons-en aux nouvelles salles : il s’agit principalement d’un sous-sol ultra-moderne et d’un réaménagement du cloître des Jeronimos qui se trouve derrière le Villanueva. Sans oublier les locaux du musée de l’Armée, déménagé à Tolède. L’extension prolonge le bâtiment de Villanueva, en respectant son style, notamment grâce à l’utilisation de matériaux semblables, comme le granit, le stuc et la brique. En tout, le Prado gagne plus de 15 700 m2 utiles, augmentant ainsi sa surface de plus de 50 %, ce qui est énorme.

Derrière deux monumentales portes de bronze, l’accès se fait désormais en demi-sous-sol, par un gigantesque vestibule enterré sous un jardin à la toscane, qui relie Villanueva aux nouvelles salles. On y trouve l’accueil, la billetterie, la boutique et la cafétéria. Nouveauté intéressante : les files d’attente des visiteurs pour la collection permanente et les expos temporaires sont désormais séparées. Le cloître des Jeronimos, démonté et rebâti pierre par pierre, se trouve à l’intérieur du nouvel édifice de Moneo. Les salles des Jeronimos, qui abritent sculptures et expositions temporaires, sont éclairées par un puits de lumière naturelle. Quatre salles d’une superficie totale de 1 386 m2 seront dédiées aux expositions temporaires.

Une grande partie du nouveau Prado est consacrée à la collection non exposée (une capacité de mille cinq cents toiles), aux ateliers de restauration ou d’expertise. Il héberge également un auditorium de quatre cents places et même une école d’art.

Expo événement et portes ouvertes


Après l’inauguration officielle du nouveau Prado par le roi Juan Carlos d’Espagne et le Premier ministre José Luis Zapatero le 30 octobre, l’entrée du musée sera exceptionnellement gratuite du 31 octobre au 4 novembre. Après cette date, le ticket d’entrée reviendra à 6 € (ce qui est peu pour une telle institution). L’accès au musée madrilène sera par ailleurs gratuit deux heures par jour du mardi au samedi (de 18 h à 20 h) et durant trois heures le dimanche (de 17 h à 20 h). Cette mesure permettra de désengorger le dimanche qui était jusqu’à présent le seul jour de gratuité du Prado.

Enfin, pour souligner l’ouverture des nouvelles salles d’exposition, le musée propose deux expositions événements. « Le XIXe siècle au Prado : redécouverte d’une collection » présentera, jusqu’au 20 avril 2008, 95 peintures et 12 sculptures des grands maîtres espagnols du XIXe siècle, acquis en 1971. Cet ensemble n’a été jamais exposé, sauf au Casón del Buen Retiro. Et, du 20 novembre au 24 février, « Fables de Vélasquez » fera découvrir l’œuvre de l’auteur des Ménines sous l’angle de la peinture historique.

Pour en savoir plus

Museo del Prado
Paseo del Prado, Madrid. Métro : Banco de España ou Atocha
Tél. : (34) 91-330-28-00
Ouvert tous les jours (sauf lundi) de 9 h à 20 h
Entrée : 6 € (tarif réduit 3 €).
Internet (en 12 langues !) : museoprado.mcu.es

Photos des nouveaux édifices de Rafael Moneo

Office de tourisme de Madrid www.esmadrid.com

Texte : Jean-Philippe Damiani

Mise en ligne :

Espagne Les articles à lire

Services voyage