La fièvre du carnaval s’empare de la Guyane

Envoyer à un ami
La fièvre du carnaval s’empare de la Guyane

S’il est un moment de l’année où l’on goûte la joie de vivre qui règne en Guyane, c’est bien celui du carnaval. Pendant plusieurs semaines, entre l’Épiphanie et le mercredi des Cendres (soit du 6 janvier au 6 février en 2008), la fête bat son plein chaque week-end, entre bals du samedi soir et défilés costumés le dimanche. Le carnaval est un événement universel, mais ici, il a su revêtir les couleurs locales, celles du métissage et de la dérision. Laissez-vous emporter par l’esprit de Vaval !



Le Vaval guyanais, un joyeux fêtard au visage cosmopolite


La fièvre des fins de semaine


Un bouquet final aux allures de marathon


Pour en savoir plus


:: Le Vaval guyanais, un joyeux fêtard au visage cosmopolite


Comme aux Antilles, le carnaval est la grande fête de l’année en Guyane. La fièvre s’empare des villes pendant plus d'un mois, au cours desquels les autres activités semblent tourner au ralenti. Et pour cause : les Guyanais, toutes origines ethniques (Créoles, Amérindiens, Noirs Marrons, etc.) ou classes sociales confondues, participent le week-end à ce joyeux marathon populaire et métissé ! Il faut bien, à chaque fois, une semaine pour s’en remettre.
Le carnaval était célébré, à l’origine, par les colons : les Guyanais se sont approprié l’esprit de la fête en le mâtinant d’une dimension satirique (que l’on observe en particulier dans les défilés costumés), prompts qu’ils étaient à se moquer des traditions de l’occupant européen. Il ne reste probablement des origines coloniales du carnaval, devenu un grand moment de liberté et de défoulement, que ses dates, fixées par le calendrier chrétien : il se déroule entre l’Épiphanie et le mercredi des Cendres.
Les festivités débutent, le premier dimanche de janvier, avec l’arrivée en grand spectacle du roi Vaval, l’incarnation personnifiée du carnaval. À Cayenne, c’est sur la place des Palmistes qu’il fait son show, mais chaque ville célèbre indépendamment le retour de celui que l’on appelle « Sa Majesté ». C’est Vaval également qui donnera le signal de la fin des festivités, le mercredi des Cendres, au moment de la mise à mort de son effigie dans un grand bûcher, annonçant l’entrée dans le Carême. Entre-temps se seront écoulées plusieurs semaines pendant lesquelles on n’aura pas beaucoup dormi les week-ends...


:: La fièvre des fins de semaine


Si en métropole, il est de coutume de déguster la galette des rois le dimanche de l’Épiphanie, les Guyanais (les veinards !) font durer le plaisir pendant toute la durée du carnaval. Le week-end, chacun tire les rois à sa guise, mais généralement la « cérémonie » se fait, en famille, le vendredi soir. Certains enchaînent la soirée au dancing, mais c’est véritablement le samedi soir que les bals battent leur plein. Les dancings, comme La Polina à Matoury ou La Nana à Cayenne, sont pris d’assaut toute la nuit et des personnages étranges, les touloulous, y mènent littéralement la danse. Ces mystérieuses femmes costumées et masquées sont les véritables reines du carnaval. Absolument méconnaissables (elles rembourrent leurs costumes afin de modifier leur silhouette), elles choisissent leurs cavaliers et les entraînent jusqu’au bout de la nuit dans des danses lascives, au rythme de la biguine, de la valse ou de la mazurka...
Le dimanche après-midi vient le tour des manifestations les plus emblématiques du carnaval : les défilés costumés, auxquels toute la population, les petits comme les grands, déguisés ou non, prend part. C’est là que l’on peut mesurer la véritable spécificité du carnaval guyanais, à l’aune de ses personnages costumés qui en font une formidable représentation burlesque de l’histoire et de la société de la Guyane. Bien que la tradition ne soit pas figée, et que de nouveaux costumes apparaissent d’année en année, certains personnages sont incontournables. Ils ont une dimension symbolique, qu’ils soient satiriques ou qu’ils servent à exorciser des peurs ancestrales : on se moque de tout, même de la mort ! Parmi les personnages que l’on croisera, seuls ou en bandes, il y a bien sûr la touloulou. Mais il y a aussi le Nèg Marron au corps enduit d’un mélange de suie et d’huile ; l’Anglé bannan chapeauté d’un haut-de-forme, caricature de la prétention ; le coupeur de cannes, en souvenir de l’activité coloniale, mené par un « commandeur » armé d’un fouet ; la soussouri (chauve-souris) ou le zombi, etc.
Le public, s’il n’est pas toujours costumé, est constamment sollicité par ces personnages et ne tarde pas à être gagné par l’ambiance irrésistible de la fête ; il se met à danser, à chanter avec les musiciens qui accompagnent le cortège... La journée se termine traditionnellement par les « vidés », aux cours desquels des groupes de musique juchés sur la plate-forme arrière des camions entraînent la foule dans un dernier tour de la ville.


:: Un bouquet final aux allures de marathon


Au bout d'un mois de danses et de parades, ponctuées par des cérémonies comme l’élection de la reine du carnaval, dont le costume est une véritable œuvre d’art, et celles du mini-roi et de la mini-reine, le carnaval se termine par cinq jours de fête ininterrompue. Après les derniers bals du samedi et défilés du dimanche, on célèbre en effet les Trois Jours Gras. Inutile de préciser que ces jours-là, il n’y a pas grand monde au travail : d’ailleurs pour simplifier les choses, le mercredi des Cendres est férié en Guyane !
Le Lundi Gras est le jour des mariages burlesques. Les hommes se déguisent en femme et inversement, formant de drôles de couples qui s’unissent dans la rue, sous la bénédiction de prêtres improvisés. Le Mardi Gras, c’est l’apparition de personnages que l’on ne rencontre que ce jour-là, les diables rouges. Vêtus tout de rouge, de noir et d’argent, ils tournent en dérision le véritable maître des enfers, histoire de lui montrer qu’il ne leur fait pas peur... Enfin le mercredi des Cendres, les costumes sont noirs et blancs, car on porte le deuil du roi Vaval, qu’il faudra immoler en public à la fin de la journée. Après la mort du carnaval, il sera temps d’entrer dans la période plus austère du Carême... Commencera alors, pour les Guyanais, l’autre partie de l’année : celle où l’on attend le retour de Vaval, qui ressuscitera à la prochaine Épiphanie !

Clémentine Bougrat
Photo : © T. Montford/CT Guyane
Mise en ligne le 31 décembre 2007

Pour en savoir plus

- Site sur le carnaval de Guyane : www.carnavaldeguyane.com.
- Sur la Guyane, contactez le Comité du tourisme à Paris : 1, rue Clapeyron, 75008 Paris. M. : Liège, Rome ou Europe. Tél. : 01-42-94-15-16. Fax : 01-42-94-14-65. E-mail : guyanaparis@wanadoo.fr. Internet : www.tourisme-guyane.com. On pourra vous y indiquer des adresses où dormir et manger.


Partir en Guyane

  • Créer votre voyage sur mesure
  • Voyage en cargo
  • Réservez un hôtel
  • Trouver un billet d'avion
  • Louer une voiture
  • Trouvez une location
  • Economisez le parking Orly/CDG
  • Partagez votre taxi Paris - Aéroport
  • Réservez une auberge de jeunesse

Applis