Le tourisme sexuel

Chaque année, 842 millions de touristes se rendent à l'étranger. Parmi eux, 10 % choisissent leur destination de voyage selon l’offre « sexuelle », d’après un rapport publié le 2 juin 2007, à l’occasion de la première Journée mondiale pour un tourisme responsable. Un nombre grandissant de touristes vont donc s'adonner à un genre bien particulier de vacances : le tourisme sexuel, aujourd'hui considéré comme le 3e commerce illégal par ordre d'importance dans le monde, juste après la drogue et les armes. Un sujet plus que jamais d'actualité.

Difficile d'aborder ce sujet sans faire des amalgames simplistes. Alors, qu'est-ce que le tourisme sexuel ? Des touristes qui se déplacent à l'étranger pour avoir des relations sexuelles avec les locaux ? Oui, mais surtout, c'est un commerce facile entre le touriste, bien souvent occidental, et des personnes prêtes à vendre leur corps pour un tee-shirt de marque ou quelques dollars. Donc, pour être plus clair, c'est le pouvoir d'exercer une domination sexuelle par le biais de l'argent.

Certains diront : et alors ? Si des adultes consentants trouvent un accord, où est le problème ? Le tourisme sexuel devient problématique lorsqu'on constate que les adultes soi-disant consentants sont victimes d'un véritable trafic dans lequel ils n'ont guère plus d'importance qu'un objet inanimé. C'est que les dérapages sont nombreux, les conséquences parfois atroces, souvent inhumaines. C'est ce que nous allons tenter d'expliquer : comment cette pratique, fléau du XXIe siècle, se développe à un rythme inquiétant dans les pays pauvres ; comment elle entraîne chaque année dans la prostitution des centaines de milliers d'êtres humains, dont une part non négligeable d'enfants. Car le tourisme sexuel devient un véritable esclavagisme sexuel dont les victimes sont souvent exploitées de façon éhontée, parfois jusqu'à la mort, et dont les auteurs sont mal identifiés et peu contrôlables. Enfin, le combat contre cet odieux commerce a commencé à prendre forme et les lois s'étoffent davantage chaque jour. Une lutte longue et difficile, mais qui doit permettre d'espérer que cette forme honteuse de tourisme sera un jour, sinon éliminée, du moins fortement réprimée.

Les articles à lire

Roman, gothique, Renaissance, baroque, Art nouveau, art moderne, cubisme... Prague se...