À l’ombre de la dune

Envoyer à un ami
À l’ombre de la dune

Rejoindre Iquique depuis San Pedro n’est pas trop compliqué : un premier Tur-Bus mène jusqu’à Calama, puis un second à destination. En tout : à peine 10 000 pesos en clásico et 9 heures de trajet, transfert inclus. Certains voyagent de nuit, mais il serait dommage d’arriver à Iquique dans le noir. Parvenu au bord de la falaise littorale, le bus plonge littéralement vers la ville, coincée sur une margelle étroite, au pied d’une dune d’une invraisemblable hauteur (plus de 200 mètres !) qui semble prête à l’engloutir.

Iquique, comme Antofagasta, s’est développé à la fin du XIXe siècle grâce à la manne du salpêtre. Le port, désormais le plus grand d’Amérique du Sud, affublé de sa zone franche (Zofri), continue d’exporter les nitrates et s’est mis à importer tout ce que la Chine et l’Asie fabriquent à bon marché. De là, les camions argentins, brésiliens et, plus encore, paraguayens, poursuivent le mouvement vers l’intérieur du continent.

On pourrait craindre une ville sans âme, préoccupée par le seul dieu du commerce. Erreur ! Iquique mérite l’escale, et plutôt deux fois qu’une. Fière de son passé, la municipalité a méticuleusement restauré les belles demeures de bois et de pierre qui s’alignent le long de la calle Baquedano, rendue aux piétons. Les façades, greffées de balcons et de loggias, y déclinent une palette de couleurs comme seule l’Amérique Latine sait en produire : rose fuchsia, vert d’eau, jaune solaire, bleu ciel ou outremer…

Au bout du long ruban, la plaza Arturo Prat est veillée par une sorte de Big Ben blanc et par un théâtre fastueux, aux sièges en fer forgé, où joua jadis Sarah Bernhardt. Dans un coin de l’esplanade, le Casino Español ramène lui aussi aux jours fastes. On peut désormais s’affaler dans les fauteuils en cuir de ce club privé, bâti en 1904 dans un style mauresque débridé, avec plafonds en bois sculpté et faïences polychromes, pour boire un verre en toute sérénité.


Texte : Claude Hervé-Bazin. Photo : Claude Hervé-Bazin



Drapeau sejours week end Chili

Partir au Chili


Applis Routard Iphone Ipad