Munich, en mode alternatif

Munich, en mode alternatif
Olympiapark © franke182 - Fotolia

Berlin underground, fauchée et créative face à Munich traditionnelle, prospère et bourgeoise ? En apparence, tout semble opposer les deux villes les plus visitées d’Allemagne. Pourtant la belle Bavaroise, derrière ses accents folkloriques, sa célébrissime Oktoberfest et son économie florissante, cache des facettes moins connues et tout aussi intéressantes. Celles d’une cité arty, branchée et écolo, qui réserve bien des surprises aux curieux pistant les lieux alternatifs et cherchant des airs berlinois à la capitale de la Bavière.

Munich arty

Munich arty
© MUCA

Le dernier né des musées munichois montre à quel point la cité bavaroise a évolué. Riche d’un extraordinaire patrimoine culturel, entre ses trois pinacothèques, son musée de l’Antiquité et celui de l’Egypte ancienne ou encore sa Residenz, siège de la dynastie des Wittelsbach, elle accueille donc un petit nouveau, le Muca.

Le musée d’art urbain et contemporain, premier du genre en Allemagne, a ouvert, fin 2016, à la place d’un poste de redistribution d’électricité. Dissimulé derrière un grillage, dans une minuscule rue du centre-ville, le bâtiment brut de décoffrage présente des expositions temporaires dédiées au street art, avec des pointures comme Shepard Fairey, JR, Banksy, Invader, etc.

Les graffeurs ont également investi « Pathos Kreativquartier », à l'ouest du secteur branché de Schwabing et juste au sud d’Olympiapark. Un ancien site industriel devenu plateforme artistique interdisciplinaire, rappelant l’esprit alternatif berlinois. Les hangars, entrepôts et bâtiments de production ont été convertis en théâtre, ateliers, studios, salles de répétition et de performance, bar et Biergarten, programmant régulièrement des représentions, concerts, expositions et soirées clubbing.

Même les institutions bien établies jouent la carte de l’underground, au sens propre ! Puisque la Lenbachhaus, collection autour de l’art moderne en général et du mouvement Cavalier Bleu (Blaue Reiter) en particulier, possède une annexe… dans le métro ! Plus précisément un espace d’exposition appelé Kunstbau, dans la station voisine de Königsplatz.

En regagnant la surface par les escaliers qui remontent également des quais de l’U-Bahn, impossible de ne pas tomber en arrêt devant l’extension de la Lenbachhaus inaugurée en 2013 : un cube doré au design minimaliste, dessiné par Norman Foster et posé à côté du bâtiment d’origine, qui fut construit à la fin du XIXe siècle sur le modèle des villas italiennes Renaissance.

La façade rayée de la nouvelle aile semble répondre à celle du musée Brandhorst, dans le même quartier : elle est également rayée mais de différentes couleurs. Une architecture contemporaine originale qui laisse présager la nature des œuvres qu’elle abrite : des toiles d’Andy Warhol, des créations de Polke et Damien Hirst, ou encore les roses géantes peintes par Cy Twombly, magnifiquement mises en valeur par l’éclairage et les volumes blancs des vastes salles.

Munich branchée

Munich branchée
© Delikatessen

Les Munichoises et les Munichois sont très fiers de leurs traditions. Ce n’est pas uniquement lors de l’Oktoberfest (de mi-septembre à début octobre), mais à de nombreuses occasions qu’ils portent les culottes de cuir (Lederhose) ou les robes bavaroises à décolleté et tablier (Dirndl). Ils adorent faire leurs emplettes au Viktualienmarkt, le marché principal aux stands appétissants remplis de produits locaux et au centre planté d’un arbre de mai, mât sculpté typique de la région.

Cependant, ils sont aussi adeptes de séances shopping et de sorties branchées dans plusieurs quartiers bien répartis dans la ville. Comme Schwabing, qui était déjà bohème dans les années 1900. À l’époque, Paul Klee, Kandinsky ou le poète Rainer Maria Rilke y vivaient. Il est toujours fréquenté par les étudiants de l’université et de l’académie des Arts  et truffé de cafés, bars, restaurants ou clubs.

Juste au sud, il connaît une extension plus récente dans Maxvorstadt. De nombreuses adresses hype de ce secteur ont aussi des antennes à Glockenbach, de l’autre côté du cœur de Munich : à l’instar du Marais à Paris, ce quartier gay est passé de l’avant-garde militante à la tendance bobo. Tout en gardant sa touche originale et créative, avec ses jolis magasins, notamment autour de la Gärtnerplatz et sur la Reichenbachstrasse.

Par exemple Delikatessen, brocante design qui vend de la maroquinerie fabriquée à partir du cuir patiné d’agrès de gym recyclés, comme le cheval d’arçons. Ou Phasenreich, concept store à la fois café et boutique de prêt-à-porter urbain, écolo et équitable.

Munich écolo

Munich écolo
Surf sur l'Eisbach © mmphoto - Fotolia

Munich a la fibre écolo, et pas seulement dans la mode ni par effet de mode ! Certes, la cité accueille un temple de l’automobile, le musée BMW, illustre firme bavaroise. Mais au centre-ville, règnent les piétons, les cyclistes et les transports en commun organisés en un réseau très dense.

Juste à côté du musée BMW, se déploie l’Olympiapark, immense parc dessiné pour les Jeux Olympiques de 1972. Il fait, depuis, la joie des promeneurs et des sportifs, avec son relief vallonné ou son plan d’eau attenant au stade qui semble littéralement sortir de terre.

Autre vaste espace vert emblématique de la capitale de la Bavière, le jardin anglais ou Englischer Garten qui couvre près de 4 km² ! Beaucoup plus plat, il est aussi agrémenté de grandes pelouses, de sentiers à parcourir à pied, à vélo ou à cheval et d’un large lac où naviguer à bord de pédalos, barques et petites embarcations électriques.

Un site un peu trop tranquille cependant pour les surfeurs, qui se donnent rendez-vous sur l’Eisbach. Au milieu de cette petite rivière artificielle, près du musée Haus der Kunst, des baba cools, dans les années 1970, avaient découvert un remous propice à la glisse. Une vague difficile à dompter que les plus aguerris, équipés d’une combinaison, défient en patientant chacun leur tour, qu'il pleuve, qu'il vente ou qu'il neige… Ils rejoignent ce spot tout à fait unique en son genre avec leur planche sous le bras, en bus, en métro ou à vélo. Plutôt incongru dans une ville qui n’a rien de balnéaire !

Autre image étonnante que réserve l’Englischer Garten, l’un des plus grands Biergarten de Munich, qui s’étale au pied d’une tour chinoise. Les toits de style pagode apportent un peu d’ombre aux bandes de fêtards et aux familles en goguette qui trinquent à coup de choppes d'un litre, accompagnées de maxi-bretzels.

Pour pique-niquer, bronzer et se baigner, les adeptes du farniente peuvent également s’installer sur les berges de l’Isar, qui traverse la capitale bavaroise et lui offre, à défaut d’une mer proche, un avant-goût de plage.

Fiche pratique

Retrouvez toutes les infos pratiques, les bons plans et les adresses dans le Routard Allemagne en librairie.

Consulter notre guide en ligne Munich

Site de l’office du tourisme d’Allemagne

Site de l’office du tourisme de Munich

Lire aussi notre reportage Munich, en mouvement

Comment y aller ?

- En avion : vols directs avec Lufthansa entre Munich et Lyon, Marseille, Nantes, Nice, Paris ou Toulouse, depuis Paris CDG avec Air France et depuis Bordeaux et nantes avec Volotea

Trouvez votre billet d’avion pour Munich.

- En train : trajets entre Paris ou Strasbourg et Munich, directs ou avec un changement, en 5h30 environ. Liaisons TGV et ICE assurées par la SNCF et la Deutsche Bahn .

Où dormir ?

- H’Otello H´09 : Hohenzollernstrasse, 9. Tél. : +49 89 45 83 12 00. Chambre double : à partir de 97 €. À Schwabing, l’un des quartiers munichois qui bougent, la petite chaîne H’Otello possède deux établissements minimalistes mais fonctionnels, où le blanc domine mais qui restent cosy : H´09, sur Hohenzollernstrasse, et F´22, sur Fallmerayerstrasse, un peu moins cher mais un peu plus austère et excentré. Une troisième adresse, B´01, se trouve à Glockenbach (sur Baaderstrasse).

- The Flushing Meadows Hotel :  Fraunhoferstraße, 32. Tél. : +49 89 55 27 91 70. Chambre double : à partir de 185 €. Caché derrière une porte en fer opaque, ne laissant pas soupçonner la présence d’un hôtel, c’est le spot idéal pour séjourner au cœur du quartier très tendance de Glockenbach. Ou juste pour boire un verre dans le petit bar avec mini terrasse, au dernier étage… Car les seize chambres au design épuré, certaines décorées en collaboration avec des artistes et des figures locales, ne sont pas à la portée de tous les budgets !

Trouvez votre hôtel à Munich

Où manger ?

- Ella im Lenbachhaus : Luisenstraße, 33. Tél. : +49 89 70 08 81 77. Tous les jours, sauf lundi, de 9h à 1h du matin (dimanche et jours fériés jusqu’à 21h seulement). Environ 30 € à la carte. Le café-restaurant du musée Lenbachhaus est installé dans l’extension contemporaine dessinée par Norman Foster, dont les larges baies vitrées donnent sur la Königsplatz. La cuisine, soignée, s’inspire fortement de l’Italie : carpaccio de bœuf, risotto, raviolis à la scamorza avec asperges et chips de pancetta, mille feuilles de courgettes et crevettes ou encore, en dessert, tiramisu et profiteroles.

- Man Versus Machine : Müllerstraße, 23. Du lundi au vendredi de 8h à 18h, samedi de 9h à 19h, fermé dimanche et jours fériés. À Munich, il n’y a pas que la bière et les saucisses ! Pour déguster un bon café et de délicieuses pâtisseries, rendez-vous dans ce coffee shop branché du quartier de Glockenbach. Une autre adresse « Man Versus Machine » se trouve dans un secteur tout aussi tendance, celui de Maxvorstadt (Adalbertstraße, 10).

- Super Danke : Türkenstraße, 66. Tél. : +49 89 18 90 42 46. Du lundi au vendredi de 8h à 18h, samedi de 10h à 18h, dimanche de 10h à 17h. À Maxvorstadt, près de l’immense Englischer Garten, ce bar à jus bio sert des smoothies aux recettes originales, aux vertus énergisantes et aux noms amusants. Hulk mélange avocat, banane, épinard et lait de riz ; Hangover Cure (« remède contre la gueule de bois ») mixe mangue, raisin, avocat, banane, eau de coco et kale. Idéal pour récupérer des excès de l’Oktoberfest !

 

Texte : Stéphanie Condis

Mise en ligne :

Allemagne Les articles à lire

Services voyage