Besançon, 5 raisons d’y aller

Besançon, 5 raisons d’y aller
© SergiyN - Fotolia

Besançon la verte, «ville d’art et d’histoire », cité étudiante, fière capitale de la Franche-Comté lovée dans une boucle du Doubs sous le regard de la Citadelle de Vauban... Tout le monde (ou presque) connaît, mais la ville natale de Victor Hugo, française seulement depuis le 17e s, ne s’endort pas sur ses cartes postales. Car, si les Bisontins ont les pieds bien sur terre, ils n’en tournent pas moins leurs regards vers le Doubs, quand ils n’ont pas la tête dans les étoiles… Des étoiles pour garder leur âme d’enfant, celle qui les fait encore rêver à une ville plus rock’n’roll, plus fun, différente, mais surtout créative. Grâce à eux, on vit la ville. Grâce à eux, on s’y sent bien. Vous hésitez encore ? Voici 5 bonnes raisons de (re)découvrir Besançon.

Des voyages dans le temps

Des voyages dans le temps
Cour du Palais Granvelle © Ville de Besançon

Dans une Europe où nombre de villes connaissent des difficultés pour faire vivre les commerces du centre, Besançon fait figure d’exception. Sa Grande Rue continue d’offrir le double visage de commerces en tous genres se faisant face, sans qu’il soit besoin d’ajouter ici de fausses vitrines. Et la ville s’est même offert le luxe de réhabiliter tout un pâté de (belles) maisons pour en faire le premier centre commercial nouvelle génération en cœur de ville dans l’Est de la France !

Quant aux Halles, elles sont ouvertes chaque jour de la semaine, ce qui devrait ravir les amoureux des marchés, qui trouveront ici charcuterie du Haut-Doubs, fromages, bref tout ce qu’il faut pour une fondue… comtoise ou une raclette en famille. De quoi faire de belles emplettes après avoir admiré les superbes hôtels particuliers de la vieille ville, construits pour la plupart en pierre calcaire bichrome aux nuances blondes et bleutées.

Le Musée du temps

Pour commencer la visite, il faut rappeler que Besançon est la capitale de l’horlogerie française. Mais pour continuer, il est important de dire que le palais Granvelle (qui abrite le Musée du Temps), laisse aussi la place à de très belles expos temporaires et contemporaines. Bref, suivez la prog’ de près ou contentez-vous des collections permanentes qui méritent à elles seules le détour. Musée du temps – 96 Grande Rue – Tél. : 03 81 87 81 50.

La Cité des Arts

Bâtiment aux dimensions et aux formes hors normes qui lorgnent sur le Doubs, la Cité des Arts, imaginée par l’architecte japonais Kengo Kuma, englobe le Conservatoire, le FRAC Franche-Comté et un resto. Expo, concerts, visites dans un cadre qui en met plein les mirettes. Cité des Arts – 12 avenue Arthur Gaulard.

Citadelle de Besançon

Le chef-d’œuvre de Vauban se visite en long, en large et en travers : quatre itinéraires et une variante sportive permettent de découvrir les fortifications de Besançon, cheveux au vent. Parmi les musées installés sur le site, on vous recommande fortement le Musée de la Résistance et la Déportation… Une rétrospective bouleversante et essentielle. Citadelle – Tél. : 03 81 87 83 33.

Balades au fil de l’eau

Balades au fil de l’eau
© Vedettes de Besançon

Besançon, ville d’eau ? Bercée par l’eau, du moins… La Boucle du Doubs, un parfait oméga dessiné par une rivière, s’insinuant au pied d’une colline dominée par la Citadelle. Telle est la configuration naturelle de Besançon, un méandre qui voit affluer touristes et locaux, le long de ses quais aménagés.

Au fil de l’eau et à vélo…

De Rivotte à Tarragnoz, on s’engage à pied ou à vélo par le tunnel fluvial, sombre, humide et froid (mais c’est rigolo), qui passe sous la Citadelle. On se promène le long des haltes nautiques et on loue son vélo (électrique, tandem, VTC, vélo couché, vélo avec carriole pour enfant…), au bord du Doubs au relais Vélo ou dans l’une des 30 stations Vélocité disséminées un peu partout en ville.

Pour ceux qui souhaitent naviguer, au choix, les vedettes – un grand classique – ou les bateaux électriques à louer. Alors là, c’est une autre aventure.  C’est drôle, ludique et après quelques rapides conseils, on tient la barre tout seul, on passe les écluses et on « s’fait la Boucle » pour découvrir Besançon d’un autre œil. L’option : embarquer avec soi un guide de l’Office de Tourisme pour une mini-croisière un peu plus culturelle.

Dans la série « on reste sur l’eau », deux rendez-vous gourmands : l’historique resto-sur-l’eau « Le Chaland »  et l’atypique et discrète péniche « Le Balane » amarrée à l’entrée de Besançon. Cette péniche, au nom de coquillage rare, a su garder son âme et son cachet industriel grâce à sa carcasse en Corten réchauffée par un mobilier design et des couleurs douces.

Office de tourisme et des Congrès, parc Micaud. Tél. : 03 81 80 92 55. www.besancon-tourisme.com

Les Vedettes de Besançon Pont de la République – Port. : 06 64 48 66 80.  www.vedettesdebesancon.com
Bateaux électriques – Pont de la République – Tél. 03 81 81 75 35 –
www.doubsplaisance.com
Péniche « Le Chaland » – avenue Édouard Droz, Pont de Bregille – Tél. 03 81 66 39 74 – www.lechaland.fr
Le Relais Vélo : 36 rue de la 7e Armée Américaine – 06 31 37 58 42 –
www.lerelaisvelo.fr
La Balane :1bis, rue du Faubourg Rivotte 03 81 21 52 24www.balane.fr

De l’art et de l’air, le cœur Battant…

De l’art et de l’air, le cœur Battant…
© Huskmitnavn - Élisa Murcia-Artengo - Festival Bien Urbain

À Besançon, la curiosité n’est pas un vilain défaut. Quittez la Grand-Rue, passez le pont et partez à la découverte du très pittoresque quartier de Battant, pour entrer dans l’intimité de la cité.

Insolite promenade au cœur de Battant !

Lyon a ses traboules, Besançon, ses arrières-cours : hôtels particuliers, escaliers à vis, rampes en fer forgé, vitraux, balustrades de bois, trages, coursives travaillées, tourelles et jardins improbables se cachent derrière de nombreux porches ouverts à tous, il suffit de respecter la tranquillité des lieux.

À quelques mètres de la cour du Champagney, qui abrite « Zone Art », il faut chercher le carillonneur des « Bousbots » de Battant, qui fume la pipe et sonne les heures. Au pied de l’église de la Madeleine, en levant les yeux, on découvre le personnage de Jacquemart qui prévenait à l’époque les habitants en cas de danger.

Sur le Pont Battant, le marquis Jouffroy d’Abbans scrute les eaux du Doubs. Cette statue de bronze rend hommage à l’inventeur du bateau vapeur à roue à aube. Côté jardin, allez jeter un œil à l’importante variété de roses du Clos Barbisier.

Avec ses rues pentues qui escaladent les anciens coteaux –, ne cherchez pas, les vignes ont été arrachées il a plusieurs décennies  Battant est le quartier populaire et historique de Besançon qu’on adore.

3 coups de cœur à Battant

- Bien Urbain : l’art dans la rue. Cet événement impulsé par l’association Juste Ici, dont le siège est au cœur du quartier Battant, rassemble chaque année des artistes de street art venant du monde entier. En juin et juillet, ruelles, murs, portes rouillées, poteaux et autres recoins de l’espace public, deviennent des toiles à ciel ouvert. De l’art mural à l’art sonore, les créations pensent la ville d’aujourd’hui et de demain, les installations visuelles chamboulent les habitudes des passants. Bien Urbain, c’est également une mine de rendez-vous conviviaux in the street, avec pour toile de fond, l’art, toujours et encore. Ateliers, concerts, cinéma plein air, balades guidées interactives pour enfants ou adultes, les genres se mélangent et les visiteurs échangent leurs impressions devant des projets avant-gardistes, des pratiques expérimentales, des détournements de mobilier urbain et autres installations in-situ, un peu dérangées. En juin et juillet.

- Le Marulaz, bar mythique du quartier. Chaises patinées, murs usés par la convivialité, comptoir fabriqué avec des portes du siècle dernier, vieux parquets abîmés un peu mais pas trop, tables et chaises vintage, tel est l'univers d’un lieu qui se revendique bar de quartier. Plus récente, sa petite librairie attenante n’est pas là par hasard. Les 2 endroits se complètent à merveille pour créer du lien autour d’un verre. L’authenticité, la convivialité et la matière grise sont toujours au programme : on vient au Marulaz pour bouquiner, boire un demi, flâner, planer, s’offrir un plat du jour ou tout simplement contempler un lieu singulier, magique, bourré d’histoires et de sensibilités. Aux premières chaleurs, la terrasse est bondée. 2, place Marulaz – Tlj sf dim. Tél. : 09 67 46 47 25

- Expo – atelier – petites faims : chers « Zone-art » de Battant. À l’Atelier, les artistes et les créateurs bisontins débarquent avec leurs pinceaux, leur talent, leurs ciseaux, leur énergie et leurs histoires… Sous la forme d’un collectif baptisé Zone Art, ils exposent librement des objets et des œuvres uniques, des créations artisanales, originales ou sur-mesure. L’Atelier milite pour une création indépendante, solidaire et éthique avec des expos, une boutique, une galerie, des marchés et même un salon de thé dans un incroyable espace autogéré au cœur de la ville. Les Ateliers – Cour du Champagney – 37 Rue Battant

Besançon, night and day

Besançon, night and day
La Rodia et Citadelle © Jean-Charles Sexe

Aujourd’hui, Dijon et Besançon se partagent le statut de ville-métropole pour la région Bourgogne-Franche-Comté. Si le jour accentue les différences, la nuit les gomment, même si Besançon continue d’être la ville qui fait toujours rêver les étudiants. Et la rue Bersot, à elle seule, continue de multiplier les adresses où toutes les générations se retrouvent, jusque tard dans la nuit.

Deux coups de cœur nocturnes :

- La Rodia, des nuits plus belles que les jours : c’est la salle des musiques actuelles de Besançon. Un lieu déjà mythique, qui est une réussite, une harmonie parfaite entre le laboratoire de travail pour les groupes locaux, le bar convivial, la salle de concert s’adressant à la fois à un public de connaisseurs aux goûts affutés comme à un public plus curieux qui vient pour écouter des artistes reconnus. Mission réussie, tout ça sans assécher le terrain des associations locales. La Rodia, 4 av. de Chardonnet, dans le quartier des Prés-de-Vaux. Tél. : 03 81 87 86 00.

- Dormir dans une « Maison de Verre ». À l’origine : le lieu de production de l’usine automobile Schneider. Aujourd’hui : une chambre d’hôte atypique de 250 m2, en plein cœur d’une petite rue animée, été comme hiver, par ses nombreux restos et bars. Un véritable cocon design et haut de gamme qui fait vite oublier le tumulte nocturne, à quelques mètres de là : cour intérieure adossée à une verrière, espaces lumineux pour une impression dedans-dehors, structures métalliques, piano à queue, décoration épurée. Pour ceux qui viennent en bande, dans le même ensemble architectural, les propriétaires proposent également un loft de 60 m2 et un appartement à louer de 100 m2. Un lieu très prisé des artistes. On aime : le calme, les places de parking et les prix largement accessibles.
La Maison de Verre : 26, rue Bersot à Besançon. Port : 06 12 38 12 57

Une ville à boire et à manger

Une ville à boire et à manger
© Restaurant 1802

Besançon, une ville d’eau qui aime le vin et la table. En voici quelques preuves :

- Chez Bon : une mini-adresse pour poser ses fesses, grignoter un énorme cookie et s’enfiler un smoothie framboise-pomme-banane mixé sous vos yeux affamés. Produits frais, cuisine saine. Du smoothie bon genre, bonne mine ou bon teint au « carrot cake » en passant par la tarte du jour et la « salade du Comptoir », ce restaurant du midi a tout bon ! Cadre mi-indus, mi-brocante. Attention, les dames en vitrine qui vous regardent passer ne sont pas à vendre. 52 rue des Granges – Tél. : 03 81 48 85 89. Tlj à midi sf dim-lun.

- Café Café : véritable institution, ce restaurant niché au fond d'une petite rue, en plein cœur de ville, saura vous régaler avec ses plats sucrés-salés et son ambiance « années folles ». Midi ou soir, on y resterait des heures, comme à l’abri du temps qui passe. 5bis, rue Luc Breton. Tél. : 03 81 81 15 24. Tlj sf dim, lun soir et j fériés.

- Bistrot Rétro : c’est le rendez-vous bistrotier par excellence du centre-ville de Besançon. Sous ses allures de bistrot parisien, c’est dans ce repaire qu’on y rencontre ses amis ou ses collègues pour débriefer, papoter, boire un verre ou plus si affinités. 44, rue Bersot. Tél. : 03 81 81 92 24. Tlj 9 h-1 h. Fermé le dimanche

- La Pension : cuisine créative et généreuse, carte des vins soigneusement établie, déco dans l’air du temps… Ici on mange, on picole, on rigole… La pension, nouvelle version ! Violette et Caroline en sont les aimables gardiennes. Goûtez, s'il y en a encore, au cochon de lait au romarin et à la bière blanche, servi avec des dattes confites. 18 rue Bersot. Tél. : 03 81 53 15 04. Ouv le midi mar-sam, et le soir jusqu'à 22 h, lun, jeu, ven, sam. Fermé dim.

- 1802 : c’est aussi l’année de naissance de Victor Hugo à Besançon. Il n'y resta pas longtemps, mais ça a suffi largement pour donner son nom à l'ancien Palais de la Bière. Service en noir et blanc, grandes allées, carte distinguée avec spécialités locales revisitées. Le lieu idéal pour un repas d’affaires ou de famille dans une ambiance feutrée. 2, place Granvelle. Tél. : 03 81 82 21 97 Ouv tlj midi-minuit

- Les Zinzins du Vin : ici on cause pinard nature, on dévore des anecdotes viti-vinicoles, on grignote sur le zinc, on explore des terroirs inconnus, on trinque à la vie et aux vins de saison. Pas de chichi, mais simplement un amour inconditionnel pour la vigne et le vin. Un troquet souriant avec une mine de trésors liquides naturels. 14, rue de la Madeleine – Tél. : 03 81 81 24 74.

- Xavier Brignon : ne quittez pas Besançon sans un passage chez Xavier Brignon, le pâtissier branché sur le 220. Avec environ 40 idées gourmandes à la seconde, il sort des créations sucrées sublimes. Et, comme il est sympa, il vous livre quelques astuces et conseils de pro le samedi après-midi lors de mini-stages. 53, rue de Vesoul – Tél. : 03 81 50 33 90.

Fiche pratique

Besançon à Noël

Besançon offre un parcours de lumières dans ses rues (du 3 au 24 décembre). Quai Vauban, de part et d’autre du pont Battant, place Pasteur, place de la Révolution, sont installées des animations en relief, ainsi qu’un spectacle mapping. La promenade Granvelle accueille un village d’une cinquantaine de chalets et  la maison du Père Noël, qui reçoit les petits visiteurs entre sa cuisine et son atelier de jouets. Plus d’infos sur le site de Besançon Tourisme Du 26 novembre au 24 décembre 2016.

Pour préparer votre séjour, consultez notre fiche Franche-Comté

Besançon Tourisme

Comment y aller ?

Besançon est reliée plusieurs fois par jour à Paris-Gare de Lyon et à d’autres villes de France par le TGV

Trouvez votre hôtel à Besançon

Texte : Gérard Bouchu

Mise en ligne :

Franche-Comté Les articles à lire

Services voyage