Le Gers, côté villages

Le Gers, côté villages
Lavardens © Philippe GRAILLE - Fotolia

Et si le Gers était une planète à part ? Il fait si bon vivre dans ce petit département gascon où les collines et les cèdres prennent des allures de Toscane… Dès le Moyen-Age, les villages se sont urbanisés : autour du château pour les castelnaux, de la place pour les bastides et de l’église pour les sauvetés. Des abbayes le long des chemins de Compostelle… Des halles où faire son marché est un régal… Autant de coups de cœur entre Lomagne, Armagnac et Astarac.

Bastides et castelnaux

Bastides et castelnaux
Larressingle © Philippe GRAILLE - Fotolia

Difficile de faire un choix dans ces villages classés qui compilent tous les attraits…

Près d’Auch, au cœur du Gers, bosquets et champs de tournesols moutonnent autour du castelnau de Biran. Un coup de cœur pour ce village de poupée,  à visiter à pied entre le clocher-porche, le donjon et le portique Renaissance de l’église. Poussez sa porte : elle cache un spectaculaire autel baroque en marbre sculpté.

Voisin, le château en proue de navire de Lavardens s’illumine en été. Vers l’est, la place-forte de Mauvezin encercle des halles à la somptueuse charpente (XIVe s). Une invitation à faire une pause, avant de repartir pour les remparts de Sarrant, où colombages et façades roses mettent en valeur les échoppes artisanales.

En Lomagne, la bastide de Saint-Clar est restée intacte. Proche de Condom, Larressingle, baptisée « plus petite cité fortifiée de France », semble avoir peu changé depuis le XIIIe siècle. Elle prend tout son charme en hiver, sans personne. Vers le sud, la grande rue de Bassoues passe sous les halles, au centre de cette intéressante bastide fortifiée.

 Autre coup de cœur pour Tillac, où l’unique rue principale, bordée de maisons à colombages sur pilotis mène droit à l’église. Les halles triomphent à Miélan et à Mirande, capitale de l’Astarac.

Abbayes et sauvetés

Abbayes et sauvetés
L'Isle-Jourdain © Isabelle Souriment - Pays Portes de Gascogne

Abbayes et églises rurales des sauvetés balisent les trois voies gersoises de Compostelle.

- Sur la voie du Puy (GR 65, Gers nord)

Le colossal clocher de Lectoure (XVe s) appréhende les premiers pas du pèlerin gersois. Et, bientôt, la tour octogonale de la collégiale de La Romieu (XIVe s) interpelle à l’horizon, tel un phare rassemblant les jacquets venus de Rocamadour. Inscrite à l’Unesco, cette prouesse architecturale domine ce village où les chats sont omniprésents.

Dépassant Condom, l’église fortifiée de la bastide de Montréal-du-Gers accueille les pèlerins de Vézelay (GR 654) qui se dirigent en commun vers Eauze et Nogaro. Hors chemin, le musée jacquaire de l’abbaye romane de Flaran est incontournable dans le cadre harmonieux de son cloître et de ses jardins monastiques.

- Sur la voie de Toulouse (GR 653, Gers centre)

L’Isle-Jourdain s’enroule sur les rives de la Save dominée par sa tour-clocher (XIVe s). De son côté, l’église cistercienne de Gimont fait face à la chapelle de Cahuzac.

Au sud-ouest d’Auch, ne manquez pas la bastide de Barran. Son clocher tors, vrillé dans l’ardoise, est une curiosité en France. Le chemin fait halte à l’église de Montesquiou, sympathique village-rue resté intact. Un curieux baldaquin en bois trône sur le maître-autel cerné de statues. Isolé sur une crête et une voie romaine, le site de Saint-Christaud séduit par son panorama. Rustique et en brique, l’église est surnommée « la vaco roujo », la vache rouge, devinez pourquoi ?

- En sud gersois  

Faites un détour en Astarac pour les stalles de l’imposante église de Simorre et l’abbaye cistercienne de Boulaur.

Halles et marchés gourmands

Halles et marchés gourmands
Melons de Lectoure et ail du Gers © Collection Tourisme Gers - CDT 32 - S. Daudirac

« Ici, on mange gras, et on vit plus vieux et en meilleure santé ! ».  C’est le paradoxe gascon, où la découverte du bienfait de certains acides gras pour le « bon cholestérol » excuse une gastronomie délicieuse mais plutôt riche.

L’idéal serait de faire tous les marchés, la plupart se trouvant sous les charpentes de halles historiques. Un décor stimulant pour choisir l’ail blanc de Saint-Clar, le melon de Lectoure ou le kiwi de l’Adour.

Côté volailles, le foie frais se choisit au marché hebdomadaire et minuté du lundi à Samatan, réputée capitale mondiale du foie gras. Canard pour le confit ou le magret, poulet fermier du Gers, oie pour le foie gras, il faut avoir du nez.

Au nord, le pays d’Armagnac autour de Condom est celui des vignobles. Le vin d’abord avec le tariquet, les côtes de Gascogne, les côtes-de- Saint-Mont, les côtes-du-Brulhois et le vin de Sarragachies.

À Condom même, on déguste l’armagnac, eau-de-vie de vin vieillie en fût de chêne. La visite du musée de l’Armagnac et des chais Ryst-Dupeyron familiarisent avec les différentes appellations. Un verre de floc de Gascogne AOC, liqueur de moût de raisin et d’armagnac, servi avec du melon de Lectoure, déliera les langues… avec modération, bien entendu !

En saison, les champignons font partie de l’étal. Et pour le dessert, une croustade de pommes à l’armagnac, servie tiède, s’impose avant une sieste méritée.

Parodiant alors les mousquetaires et d’Artagnan natif du Gers, on appréciera cette gastronomie « sans beurre et sans reproche » !

Fiche pratique

Consulter notre guide en ligne Midi-Pyrénées

Gers Tourisme

Quelques conseils

. Le Gers se visite toute l’année, son climat étant particulièrement doux.

. Les hôtels sont rares dans le département. Choisissez plutôt les chambres d’hôtes à la campagne. Elles sont nombreuses mais parfois saisonnières et avec peu de chambres. Ainsi le festival international de Jazz de  Marciac rayonne sur la région où les chambres d’hôtes affichent complet au mois d’août… 

. Prévoyez les vivres et l’essence, les épiceries et les stations sont peu fréquentes dans ce pays resté –avec bonheur- hors du temps.

À voir

. Abbaye de Flaran à Valence-sur-Baïse et

Musée de l’Armagnac à Condom : www.patrimoine-musees-gers.fr

. Chais Ryst-Dupeyron à Condom et à Paris 75007. www.maisonrystdupeyron.com

Où dormir, où manger ?

« Si le Gascon est bavard, il offre aussi toute son hospitalité… », précise le guide de Compostelle.

. Des séjours œnologiques et gastronomiques sont organisés par le Comité départemental du Tourisme.

. Hôtel Le Logis des Cordeliers à Condom. 

. Restaurant Les Jardins de la Baïse à Condom (Hôtel Continental), sur la Baïse.

. Chambre d’hôtes Aux Carrecs, à Vic-Fezensac 

Trouvez votre hôtel dans le Gers

Idées randos : Le Gers à pied, éd. FFRP. 

Texte : Anne-Marie Minvielle

Mise en ligne :

Midi-Pyrénées Les articles à lire