Compiègne et sa forêt : un week-end royal !

Compiègne et sa forêt : un week-end royal !
Forêt de Compiègne © Oise Tourisme - Jean-Pierre Gilson

Entre le Palais de Compiègne, le château médiéval de Pierrefonds et un restaurant étoilé niché dans les bois, la forêt de Compiègne et ses alentours offrent largement de quoi passer un superbe week-end, au calme et loin des foules. Réputée pour la chasse, passe-temps privilégié des rois de France, la forêt de Compiègne a attiré les souverains pendant des générations. Le palais de la ville devient ainsi la résidence royale la plus au nord de Paris. Leurs passages ont profondément marqué la région, laissant derrière eux un patrimoine remarquable à Pierrefonds comme à Compiègne. Visite guidée.

Compiègne : dans l’intimité des rois et reines

Compiègne : dans l’intimité des rois et reines
Palais impérial de Compiègne © Oise Tourisme - Bruno Beucher

Les origines de la résidence royale de Compiègne datent de la monarchie, mais c’est Louis XV, au 18e siècle, qui rebâtit le lieu à son goût pour lui donner sa silhouette actuelle. Un style néoclassique et une architecture aux lignes épurées. On peut facilement passer une demi-journée à admirer les quelque 1 400 pièces d’époque et les salons luxueux. Tout a été reconstitué à l’identique jusqu’à l’emplacement du mobilier, lui aussi authentique : la salle à manger, les appartements des rois, reines et princes souverains de passage dans la région. 

On reste bouche bée d’admiration devant la magnifique bibliothèque de Napoléon Ier, en acajou, vert empire et bois doré. Observez également les lustres de la galerie des bals, de 45 m de long. Le clou du spectacle se cache au sous-sol. À la place des cuisines se niche le musée de la voiture et du tourisme : des automobiles, vélos et traîneaux d’époque sont exposés. De véritables modèles d’exception ! On y voit par exemple la première voiture à avoir franchi la vitesse de 100 km/h, « La Jamais contente ». Une voiture électrique, en forme de torpille, qui date de… 1899 !

Avant de partir vers la forêt, faites un tour dans le centre-ville historique. Le superbe Hôtel de ville de style gothique flamboyant, chargé de sculptures, mérite le coup d’œil, tout comme l’église Saint-Jacques où Jeanne d’Arc venait communier. Ses murs sont couverts de marbres et de boiseries, ce qui est assez rare pour être souligné. Enfin, le quartier commerçant de la rue des Lombards représente le seul petit bout de Compiègne épargné par les incendies et les guerres. Là, on retrouve tout le charme des maisons à pans de bois cabossées par le temps, dans leur jus depuis le 18e siècle.

La forêt de Compiègne et ses trésors

La forêt de Compiègne et ses trésors
Forêt de Compiègne © ARC

Entre deux visites, faites une pause nature au cœur de la plus grande forêt de Picardie qui s’étend de Compiègne à Pierrefonds. Elle est très facilement accessible à pied ou à vélo, même depuis la gare située sur l’autre rive de l’Oise. Des dizaines de sentiers de randonnée et 70 km de pistes cyclables émaillent les 14 500 hectares de ce poumon vert. Parmi elles, le sentier de la Rainette, plus pédagogique, a été spécialement conçu pour les enfants.

Si vous avez peu de temps, empruntez plutôt le circuit classique de Compiègne, Pierrefonds et Saint-Jean-aux-Bois. Au passage, grimpez jusqu’au point de vue des Beaux-Monts, le panorama époustouflant sur le palais en vaut largement la peine. Plusieurs « arbres remarquables » sont disséminés dans les environs, comme un chêne de 800 ans et un immense cèdre du Liban.

Et après l’effort, le réconfort : l’étang Saint-Pierre, avec ses barbecues installés tout près, est le spot idéal pour pique-niquer. C’est aussi là que se trouve le point de départ d’un parcours en accrobranche. Même ici, le souvenir de l’empereur est prégnant. Au bord de l’étang se dresse le magnifique pavillon de chasse Eugénie. Cet endroit servait de halte de repos entre les deux châteaux de Compiègne et de Pierrefonds.

Enclavé en plein cœur de la forêt, Saint-Jean-aux-Bois dégage une étonnante ambiance provinciale. Avec ses maisons en pierres et ses parties de pétanque, c’est comme un morceau de Sud à la dérive, échoué dans les bois du Nord. Ce village bourré de charme, d’à peine 350 âmes, offre plusieurs points d’intérêt : une abbatiale du 12e siècle dotée d’un superbe orgue, des ruines classées Monument historique, et un restaurant étoilé au guide Michelin, l’auberge À la bonne idée. C’est d’ailleurs ici qu’a été écrite la célèbre chanson Les amants de Saint-Jean, en 1937 !

Percer l’armure de Pierrefonds

Percer l’armure de Pierrefonds
Château de Pierrefonds © ARC

Perché sur les hauteurs de Pierrefonds, le château gothique inspiré de la Renaissance veille majestueusement sur le village. Pourtant, il n’en a pas toujours été ainsi. Construit à la fin du Moyen Âge, le château est détruit en 1617 puis tombe dans l’oubli pendant deux siècles et demi.

Le palais de Compiègne devenant trop étroit pour recevoir tous leurs invités, Napoléon III et Eugénie choisissent Pierrefonds en guise de résidence secondaire. L’empereur tombe sous le charme de la forteresse médiévale : il fait classer les ruines comme Monument historique et entreprend sa restauration à partir de 1857. L’architecte Viollet-le-Duc est à la manœuvre, l’entreprise dure plus de 25 ans. Napoléon III n’en verra jamais la fin.

Il n’est pas difficile de comprendre le choix de l’empereur : au premier coup d’œil, cette armure de pierre qui fend le ciel impressionne. Dans la cour, prenez le temps d’observer les multiples sculptures qui ornent les façades du château : les animaux fantastiques, les chats sur les toits, la dentelle de pierre raffinée. Nous vous conseillons de faire la visite avec un guide (gratuit), qui vous racontera un tas d’anecdotes passionnantes.

À l’intérieur, impossible de passer à côté de la salle des Preuses, la plus somptueuse pièce du château. Sa particularité ? Une cheminée dominée par la sculpture de neuf preuses qui s’étend jusqu’au plafond. Avant même la fin de sa rénovation, Napoléon III décide finalement de faire du château un musée. Certains tableaux témoignent du succès de la cheminée auprès du grand public, dès le 19e siècle ! Les jours de beau temps, vous pouvez louer des pédalos pour découvrir le château d’un autre point de vue, depuis le lac du village.

Fiche pratique

Pour préparer votre séjour, consultez notre fiche Picardie.

Oise Tourisme

Office de tourisme de Compiègne

Comment y aller ?

En train : Intercité de Paris Gare du Nord à Compiègne en moins d’une heure.

En voiture : Autoroute A1 depuis Paris, 1 h de trajet environ.

Où dormir ?

- Hôtel du Nord : 1, place de la Gare. Un 3 étoiles, à deux pas de la gare de Compiègne. 89 €la nuit pour deux personnes. Chambres confortables et modernes, vue sur l’Oise.

Où manger ? Où prendre un verre ?

- Salon de thé du Jardin des Roses : 76, avenue du Président Georges Clemenceau, dans le parc du palais de Compiègne. Une déco à la fois romantique et industrielle. Entrée-plat ou plat-dessert à 17 € ; entrée, plat, dessert à 23 €. Pâtisseries maison et cupcakes, inspirés des souvenirs d’enfance de la chef. Large gamme de thés. La boisson et la pâtisserie à 9 €. Ouvert tous les jours sauf le mardi, de midi à 17 h en hiver, 18 h en été.

Restaurant Le Beaudon : 10, rue du Beaudon à Pierrefonds. Ouvert tous les jours de midi à 14 h et de 19 h à 22 h. Du fait maison et un excellent rapport qualité-prix.

- Auberge À la bonne idée : 3, rue des Meuniers à Saint-Jean-aux-Bois. Hôtel trois étoiles et restaurant gastronomique.  Fermé le dimanche soir, le lundi et le mardi midi.

Texte : Anissa Hammadi

Mise en ligne :

Picardie Les articles à lire

Services voyage