Les grandes marées en Bretagne

Les grandes marées en Bretagne
Marée basse © Jacky Jeannet - Fotolia

« Et là, elle monte ou elle descend ? ». Rare est celui qui n’a jamais entendu cette phrase, au cours d’une balade sur les côtes bretonnes. Les marées interrogent et fascinent, particulièrement durant les périodes de grandes marées. Un phénomène spectaculaire auquel on peut assister lors de la pleine lune ou de la nouvelle lune. Et, aux deux équinoxes (mars et septembre), les marées sont souvent d’une ampleur encore plus importante. Un spectacle qui vaut assurément le déplacement, pour le plus grand bonheur des promeneurs et des amateurs de pêche à pied.

Les grandes marées... c’est quoi au juste ?

Les grandes marées... c’est quoi au juste ?
Pêche à pied dans le Finistère © Sébastien Delaunay - Fotolia

Les marées, on voit à peu près tous de quoi il s’agit : la mer se retire pour revenir quelques heures plus tard. On l’associe à la notion de marnage, qui désigne la différence de hauteur entre la marée basse et la marée haute. On parle alors en coefficient : de 20 pour les marées les plus faibles à 120 pour les marées dites « du siècle ».

Les marées sont le résultat d’une attraction exercée sur les océans, en premier lieu par la Lune, mais aussi par le Soleil. Le tout combiné au mouvement rotatif de la Terre... Durant la pleine lune et la nouvelle lune (soit tous les 15 jours), la Terre, le Soleil et la Lune se retrouvent alignés. L’attraction exercée sur l’eau est alors plus grande, et les marées plus importantes. Tous les 15 jours, on peut donc assister à des marées de plus grande ampleur. Et à partir du coefficient 100, on les qualifie de « grandes marées ».

Mais ce n’est pas fini : en septembre et en mars, l’équinoxe ajoute son grain de sel. Ce jour-là, le soleil se trouve à la verticale de l’équateur (et le jour dure alors aussi longtemps que la nuit). L’attraction exercée sur les océans s’amplifie. Il est courant d’assister à des marées encore plus importantes : les fameuses marées d’équinoxe. D’autant plus si l’équinoxe a lieu plus ou moins en même temps que la pleine ou la nouvelle lune... En résumé, plus les facteurs d’attraction s’accumulent, plus les marées sont importantes.

Le 21 mars 2015, on a assisté d’ailleurs à une « marée du siècle », qui atteignait un coefficient de 119. Pourquoi ? Parce que toutes les conditions étaient réunies pour une attraction maximale : l’équinoxe, l’alignement des astres avec la Terre (pleine ou nouvelle lune), mais aussi d’autres facteurs, comme la proximité de la Lune avec la Terre (« super lune »). Le temps de réunir tous ces paramètres, il faut attendre 18 ans ! La prochaine marée du siècle, ce sera donc pour le 3 mars 2033.

Où et quand les voir sur les côtes françaises ?

Où et quand les voir sur les côtes françaises ?
Baie du Mont-Saint-Michel © TPB - Alexandre LAMOUREUX

Bien sûr, il y a des endroits plus propices que d’autres pour assister aux grandes marées. Elles ne donnent pas partout le même spectacle. Pourquoi ? Parce que chaque côte a une configuration différente. Par exemple, en Méditerranée, où le bassin est enclavé et le plateau continental étroit, les marées sont quasiment invisibles (marnage de l’ordre de 40 cm).

En revanche, les côtes de l’Atlantique et de la Manche sont des endroits privilégiés. Ainsi, dans le golfe normand-breton, l’espace est ouvert et l’océan vient s’y engouffrer. D’où les grandioses spectacles naturels !

C’est d’ailleurs ici même que l’on assiste aux marées les plus impressionnantes. Et plus précisément dans les célèbres baies du Mont-Saint-Michel et de Saint-Malo, très peu profondes. Le Mont-Saint-Michel connaît d’ailleurs les marées les plus fortes du monde. Jusqu’à 14 mètres de marnage !

Et quand les grandes marées (au-delà du coefficient 100) ont-elles lieu ? En réalité, assez souvent tout au long de l’année, en période de pleine lune et de nouvelle lune, les plus fortes ayant lieu lors des équinoxes.

Les grandes marées de 2017 arrivent à grands pas (ou plutôt, à grands flots) :

- 13-14 janvier (coefficient 102)

- 28 février (coefficient 103)

- 29-30 mars (coefficient 109)

- 27-28 avril (coefficient 110)

- 26-27 mai (coefficient 107)

- 25 juin (coefficient 103)

- 25 juillet (coefficient 102)

- 22-23 août (coefficient 101)

- 7 octobre (coefficient 104)

- 15 novembre (coefficient 112)

- 15 décembre (coefficient 106).

5 spots pour assister aux grandes marées

5 spots pour assister aux grandes marées
Saint-Malo © A. Lamoureux - Office de Tourisme de Saint-Malo

La baie de Saint-Malo

Une baie de circonstance pour observer le phénomène. Elle est réputée pour être le théâtre des plus grandes marées d’Europe : 12 mètres, voire plus de marnage !

Il n’est alors pas rare de voir les vagues venir lécher les remparts de la ville. Pour mesurer toute l’ampleur des marées d’équinoxes, on peut faire appel à un guide naturaliste, qui nous emmènera en balade le long du littoral et sur la plage, à marée basse.

Cap sur les îles bretonnes

Rien de tel qu’une balade sur les îles pour saisir le phénomène des grandes marées. Quand la mer se retire complètement, elle dévoile îlots, rochers et bancs de sable. Les paysages se font presque lunaires. D’ailleurs, quand la marée basse le permet, on peut se rendre à pied sur les îles, en empruntant un sentier ou une chaussée submersible (un gois).

Rendez-vous sur l’île Berder (golfe du Morbihan), l’île Callot (Baie de Morlaix), mais aussi sur l’île de la Comtesse, à Saint-Quay-Portrieux. Capitale de la coquille Saint-Jacques, on peut y découvrir les joies de la pêche à pied.

La baie de Saint-Brieuc

Une baie, encore une ! On y trouve d’ailleurs la réserve naturelle du même nom, qui réunit prés-salés, roches et vasières. Là, la mer peut aussi reculer très loin : jusqu’à 7 km ! Un autre bon spot pour les ramasseurs de palourdes et de coques.

 Un hôtel près de l'eau

Pour profiter encore plus du spectacle des grandes marées, on peut s’offrir une nuit dans un hôtel très bien situé en bord de mer. On en compte des dizaines sur la côte bretonne. Citons, par exemple, à l’aber Wrac’h,  l’hôtel La baie des Anges, à Landéda, avec vue sur la mer, sur la baie des Anges et sur le phare de l’île Vierge (on peut d’ailleurs monter tout en haut). C’est aussi le point de départ idéal pour aller découvrir la presqu’île Sainte Marguerite.

Envie d’un séjour de rêve en amoureux ? Cap sur l’Hôtel Brittany & Spa, à Roscoff, à la croisée du 18e siècle et de l’ultramoderne. Les jardins privatifs et terrasses, qui dominent la mer, sont parfaits pour l’occasion. Quand la mer se retire, on observe à Roscoff un vaste champ d’algues, récoltées à la main, parmi lesquelles 12 sont consommées. En cas de forts coefficients, on ne manque pas de se rendre à pied à l’île de Batz en traversant l’estran (c’est ainsi que l’on appelle la partie du littoral qui est tantôt couverte, tantôt découverte par la mer). Inoubliable !

Enfin, situé carrément en bord de mer, l’Hôtel de la mer de Brignogan-Plages, qui a récemment ouvert, offre un cadre tout aussi exceptionnel durant les grandes marées. Il propose d’ailleurs des sorties algues, que l’on retrouve aussi dans les assiettes du restaurant !

Et petite incursion en terre normande… La baie du Mont-Saint-Michel

C’est LE spot incontournable pour assister aux grandes marées. Breton à l’origine, cédé aux Normands en 933 et aujourd’hui dans le département de la Manche, le Mont-Saint-Michel, classé au patrimoine mondial de l’Unesco offre un spectacle grandiose lors des grandes marées, encore plus aux alentours de l’équinoxe. La mer se retire alors à une dizaine de kilomètres pour remonter à une vitesse de 6 km/h !

Sous nos yeux, le Mont-Saint-Michel redevient île, surtout depuis que la digue-route a été détruite en 2015. Durant les grandes marées, on peut aussi apercevoir le mascaret, une vague provoquée par une onde de marée qui remonte le lit de la Sée, de la Sélune et du Couesnon et qui fait le bonheur des kayakistes (venir 2 h avant la pleine mer). À marée basse, pendant les forts coefficients, la baie se révèle sur 25 000 hectares. Pour vous y promener, rapprochez-vous d’un guide.

Fiche pratique

Consulter notre guide en ligne Bretagne

Des précautions à prendre

Une fois retirée, la mer paraît loin, très loin... Mais attention : elle a vite fait de revenir, surtout par grandes marées !

Par exemple, au Mont-Saint-Michel, elle se déplace à 6 km/h et l’on peut alors se retrouver piégé au beau milieu d’un banc de sable encerclé par la mer... Sans compter que dans ces grands espaces vides qui invitent à la rêverie, nos perceptions se trouvent perturbées. Les notions d’espace et de temps disparaissent, d’autant plus quand la brume est de la partie. Prudence, donc !

De même, une fois la marée haute, mieux vaut ne pas rester trop près des quais. On a tous en tête ces journalistes de télévision qui se font balayer par une vague plus grosse qu’une autre... Cela peut prêter à rire, mais peut aussi devenir franchement dramatique. Redoublez de vigilance lorsque s’ajoutent à une grande marée d’autres facteurs météorologiques qui viennent amplifier le phénomène, comme un vent fort.

Pour observer les grandes marées en toute sécurité, quelques consignes à respecter :

- Prenez toujours avec vous : l’annuaire des marées, une montre (pour surveiller l’heure), un GPS/une boussole ainsi qu’un téléphone en cas de problème.

- Fixez-vous une heure à laquelle vous quitterez l’estran (environ 45 minutes après la basse mer).

-  Ne vous aventurez pas seul dans la Baie du Mont-Saint-Michel : la marée remonte très vite et les sables mouvants ne sont pas une légende. Rapprochez-vous d’un office du tourisme qui vous donnera les coordonnées d’un guide local pour vous y promener en toute sécurité.

Note aux pêcheurs à pied :

La pêche à pied est autorisée, mais réglementée.

Pour protéger les espèces et ne pas menacer les ressources de la Terre, il convient de ramasser des coquillages dont la taille est réglementaire : 4 cm pour les palourdes, 3 cm pour les coques. Plus petites, elles ne sont en effet pas encore en âge de se reproduire. Par ailleurs, certaines espèces ne peuvent être pêchées qu’à certaines périodes de l’année.

Sites utiles

Grandes marées

Marée info

Tourisme Bretagne

Saint-Quay-Portrieux (île de la Comtesse)

Réserve naturelle de la baie de Saint-Brieuc

La pêche à pied

Consignes de sécurité de la SNSM pendant les grandes marées

Où dormir ?

- Hôtel des Anges à Landéda, chambre à partir de 108 €

- Hôtel Brittany & Spa, à Roscoff, chambre double à partir de 102 €

- Hôtel de la mer à Brignogan, chambre à partir de 80 €.

Trouvez votre hôtel en Bretagne

Commencez votre voyage en musique, écoutez notre playlist Routard Bretagne.

Playlist Routard Bretagne

Texte : Aurélie Michel

Mise en ligne :

Bretagne Les articles à lire