Franche-Comté : au vert, dans les Vosges saônoises

Franche-Comté : au vert, dans les Vosges saônoises
Ray-sur-Saône © Olivier Poncelet - Fotolia

C’est un coin de France trop discret. Et pourtant, dans le Territoire de Belfort et la Haute-Saône, de très beaux paysages naturels sont à découvrir, partagés entre Vosges et Val de Saône. Ils sont différents de ceux que l’on peut connaître au sud de la Franche-Comté, du côté de Besançon ou dans le massif du Jura. Ils se parcourent en auto ou le long de nombreux chemins de randonnées pédestres et de circuits de vélotourisme ou de VTT, ainsi qu’en bateau sur la Saône.

Belfort en préambule

Belfort en préambule
Lion de Belfort © Belfort Tourisme

Le petit Territoire de Belfort est une curiosité administrative. C’est un département à part entière depuis 1922 – il porte le n° 90 –, intégré à la région Franche-Comté, aujourd’hui mariée à la Bourgogne. Avant 1871, il faisait partie du Haut-Rhin, qui fut annexé à l’Allemagne jusqu’en 1918. C’était donc une terre alsacienne, comme on peut le constater dans les rues anciennes du centre de Belfort.

L’histoire est très présente dans cette ville où les forces françaises résistèrent ardemment avant de se rendre aux Prussiens. Le fameux Lion de Belfort leur rend hommage. Monumentale sculpture (22 m de long, 11 m de haut) en grès, cette œuvre de Bartholdi est adossée à la falaise où s’élève une citadelle.

Plusieurs forts dominent la ville. Une promenade verte, dite des Hauts de Belfort, vous les fait découvrir. En plusieurs points, on assiste à une leçon de géographie. On est en effet ici dans la Trouée de Belfort, qui sépare les massifs du Jura et des Vosges. De plus, l’Alsace, la Lorraine, l’Allemagne et la Suisse, sans oublier le sud de la Franche-Comté, se situent à quelques kilomètres.

Des Mille Étangs à Luxeuil-les-Bains

Des Mille Étangs à Luxeuil-les-Bains
Plateau des Mille Etangs © CRT Franche-Comté - Destination 70

Depuis Belfort, on grimpe assez rapidement au plateau des Mille Étangs, soit par de petites routes de montagne offrant des vues magnifiques sur la partie méridionale du massif des Vosges, soit par des routes plus confortables. Situé entre les hautes vallées de l'Ognon et du Breuchin, ce plateau est l’un des plus beaux sites du parc naturel régional des Ballons des Vosges.

Il comprend en effet une multitude d’étangs de différentes tailles, d’origine glaciaire ou créés et entretenus par l’homme qui y pêche depuis longtemps. Ils s’étendent sur 220 km² dans des paysages constitués de prairies, de tourbières, de landes et de bois où l’on trouve également des fermes anciennes pour beaucoup transformées en résidences secondaires. Le calme règne dans cette « petite Finlande ».

C’est un bonheur que de suivre tel ou tel chemin bucolique qui vous fait apprécier des points de vue très variés. Les tableaux qu’offrent les étangs, parfois très proches les uns des autres, sont des incitations à faire de la photo ou à sortir ses pinceaux, surtout quand les prés fleurissent. Il est incroyable que les grands noms de la peinture ne soient pas venus travailler ici. Alors relevez le défi !

Au pied du plateau des Mille Étangs, à Ronchamp, s’élève la colline de Notre-Dame du Haut. Elle porte le nom d’une chapelle construite sur les plans de Le Corbusier, célébrissime architecte qui a conçu sur ce lieu de pèlerinage un édifice qui est une œuvre d’art à part entière. D’apparence très simple, elle présente un aspect extérieur et un agencement intérieur d’essence spirituelle. On ne peut qu’y être sensible, que l’on soit croyant ou pas. Tout récemment, l'Unesco l'a classée, avec 16 autres sites créés par Le Corbusier, au Patrimoine mondial de l'humanité.

Sur l’un de ses flancs on trouve un campanile très sobre signé du designer Jean Prouvé (1975), ami de Corbu, tandis qu’en contrebas, on découvre deux maisons d’habitation de ce dernier, ainsi que la Porterie, par laquelle on entre dans le site, qu’a dessinée Renzo Piano, à qui l’on doit aussi un monastère (2011). Seul son oratoire, d’une sobriété toute corbusienne, se visite.

Non loin, Luxeuil-les-Bains est une petite ville fameuse pour ses thermes où se croisent des curistes et tout un chacun venu profiter d’une piscine aqua-ludique ou de divers espaces bien-être. Son architecture est pour une part classique (18e siècle) et pour l’autre Art déco.

Le centre de Luxeuil comporte une belle série d’édifices civils et religieux médiévaux et Renaissance. À voir aussi : un site de fouilles de dimensions modestes, mais spectaculaire, d’où émergent notamment des sarcophages mérovingiens.

Au fil de la Petite Saône

Au fil de la Petite Saône
Ray-sur-Saône © Yves Goux - Destination 70

On quitte les Vosges pour rejoindre le cours de la Saône, née dans le massif à Vioménil et qui va rejoindre le Rhône 480 km plus loin à Lyon. L’effet de contraste joue à plein quand on descend des montagnes.

Surnommée Petite Saône, la rivière prend ici une allure tranquille, environnée de paysages souvent d’une douceur des plus charmantes, qui rappellent que l’on est près de la Champagne et de la Bourgogne. C’est un territoire parsemé de villes et villages labellisés Petites cités comtoises de caractère, ainsi que de châteaux, d’abbayes ou encore de sites de pêche.

Notez que suivre tout ou partie de son cours entre Fontenoy-le-Château et Gray est un périple à faire aisément sous forme de croisière ou en louant un bateau sans permis.

Fiche pratique

Consulter notre guide en ligne Franche-Comté

Franche-Comté Tourisme

Territoire de Belfort Tourisme

Haute-Saône Tourisme

Comment y aller ?

Autoroutes. L’A31 (frontière luxembourgeoise-Beaune) permet d’aborder la Haute-Saône par l’ouest. L’A36 (Beaune-Mulhouse) la longe par le sud et l’est, et passe par Belfort.

Avion. Aéroport international de Mulhouse-Bâle-Freiburg. Autres aéroports : Dijon, Dole Jura.

Train. Gares TGV : Besançon Franche-Comté (à Auxon), Belfort-Montbéliard (à Meroux), Dijon, Remiremont. Ligne Intercités Paris-Belfort : Vesoul, Lure, Belfort. TER Franche-Comté 

Deux belles bases de loisirs nature

Activités nautiques, plages, chemins cyclables et pédestres, pêche, sensibilisation à la nature… Sur votre route, vous apprécierez sans doute de faire un arrêt au bord du lac du Malsaucy à Belfort, où se déroulent en juillet le festival Les Eurockéennes, et le lac de Vesoul-Vaivre.

Où dormir ?

Grand Hôtel du Tonneau d’Or : situé au cœur de Belfort (90), ce 4 étoiles de style Belle Époque rénové a conservé son charme rétro. Bonne surprise : les tarifs ne sont pas excessifs, notamment le week-end.

Saône Valley : à Traves (Haute-Saône), ce site implanté au bord d’un beau plan d’eau ouvert sur la Saône propose des chalets pour 4/6 personnes et des bateaux sans permis – c’est aussi un spot de pêche. Une bonne solution pour les familles.

Trouvez votre hôtel en Haute-Saône et à Belfort

Où manger ?

Auberge des Mille Étangs : à Servance (Haute-Saône) sur le plateau des Mille Étangs, cette auberge installée dans une ancienne ferme du 18e siècle offre un beau décor : on se croirait dans un film de cape et d’épée. On y mange roots : grenouilles, écrevisses, anguilles, brochet, civet de lièvre, coq au vin, fromage de tête… Porthos apprécierait.

Sucré Salé : dans la rue principale de Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône), ce restaurant met en joie vos papilles de l’entrée au dessert. Très fine sans être prétentieuse, sa cuisine est l’œuvre d’un pâtissier, d’où le nom de cette adresse qui est également un salon de thé.

Liens utiles

Parc naturel régional des Ballons des Vosges

Mille Étangs Tourisme

Hauts de Val de Saône Tourisme

Petites cités comtoises de caractère 

Texte : Michel Doussot

Mise en ligne :

Franche-Comté Les articles à lire

Services voyage