Cologne, culturelle et festive

Cologne, culturelle et festive
Olivia Le Sidaner

Célèbre pour sa splendide cathédrale classée à l’Unesco, Cologne compte parmi les villes les plus dynamiques d’Allemagne. Étudiante et cosmopolite, la cité rhénane ne manque pas d’atouts : musées passionnants, balades sympas en ville ou le long du fleuve, bars et restos branchés…À un peu plus de 3 h de train de Paris, Cologne est donc une destination de choix pour un week-end culturel ou festif… ou les deux !

Cologne, bien plus qu’une cathédrale

On dit parfois que Cologne, alias Köln, est la ville des « 4 K » : Kirchen, Karneval, Kölnisch Wasser, Kölsch (églises, carnaval, eau de Cologne et bière traditionnelle). Ce résumé, certes un peu réducteur, donne cependant une idée des contrastes qui caractérisent la cité.

Installée au bord du Rhin, elle est loin d’être uniforme et change de visage d’une rue à l’autre, l’une des raisons étant sans doute que la ville a été presque entièrement détruite durant la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, son impressionnante cathédrale et ses églises romanes voisinent avec des musées et des édifices contemporains, les brasseries traditionnelles côtoient les boutiques, les restaurants et les cafés branchés.

Très étudiante et cosmopolite, la population, quant à elle, semble toujours prête à faire la fête, même en dehors de la période du carnaval, qui marque l’acmé des réjouissances.  Car, à Cologne, on sait vraiment s’amuser et c’est d’ailleurs l’un des charmes de la ville !

La vieille ville et ses trésors

En sortant de la gare, la première chose qui saute aux yeux est la « kolossale » cathédrale gothique, qui domine toute la ville, avec ses deux tours de 157 m de haut. Commencée en 1248, la construction de ce chef-d’œuvre inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco ne s’est achevée qu’en 1880, les plans n’ayant pas varié au cours des siècles.

À l’intérieur, on découvre la plus longue nef d’Allemagne, des vitraux médiévaux et plus récents, et la précieuse châsse contenant les reliques des Rois Mages, dont on retrouve les trois couronnes dans les armoiries de la ville.

Juste à côté, on change d’époque avec le bâtiment habillé de zinc du musée Ludwig, consacré à l’art du 20e siècle. On trouve ici la 3e plus importante collection de Picasso du monde, et le plus grand nombre d’œuvres Pop Art en dehors des États-Unis, ainsi que de nombreuses peintures expressionnistes.

Non loin de là, un autre grand bâtiment contemporain héberge le musée des Arts appliqués, le MAKK (Museum für Angewandte Kunst Köln), qui contentera les fans de design contemporain. On y voit aussi une importante collection d’objets (bijoux, meubles, porcelaine, faïence, textiles…) du Moyen Âge au 20e siècle.

Si une soudaine envie de faire du shopping ne s’est pas emparée de vous dans la Hohe Strasse, la grande artère commerçante qui traverse la vieille ville, vous arriverez ensuite au musée Wallraf-Richartz. Ses collections de peintures, du Moyen Âge au 19e siècle, sont exceptionnelles. On peut notamment y admirer de précieux retables en bois de l’école de Cologne, des œuvres de l’école hollandaise (Rubens, Rembrandt), mais aussi des tableaux de Monet, Sisley, Van Gogh, Munch ou Odilon Redon, pour ne citer qu’eux.

Enfin, pour clore cette tournée culturelle, on se met au parfum dans la Maison Farina, qui fabrique la fameuse eau de Cologne originale depuis plus de 300 ans. La visite est assurée, en français, par un guide en costume et perruque, qui vous dira tout sur l’histoire de la famille Farina, qui gère l’affaire depuis huit générations, mais aussi sur ses clients prestigieux et l’art de confectionner un parfum.

Virée le long du Rhin

Les ruelles de la vieille ville (Altstadt) débouchent sur les quais du Rhin, joliment aménagés, avec leurs pelouses bordées de hautes et étroites maisons colorées, dont les pignons sont surmontés par la Groß St. Martin, l’une des douze églises romanes de Cologne. Le long de la promenade, les restaurants déploient leurs terrasses, agréables quand le soleil donne.

Pour découvrir un autre point de vue sur la ville, on peut faire une balade en bateau sur le Rhin (les commentaires sont en allemand et en anglais). De loin, les contrastes entre les différents styles architecturaux sont encore plus évidents.

On prend aussi conscience que le fleuve représente une vraie frontière entre les deux parties de la cité, les habitants de la rive gauche considérant qu’ils vivent dans la « vraie Cologne », les quartiers situés sur la rive droite étant, de fait, du « mauvais côté » (« Schäl Sick », dit-on ici). Ce qui ne les empêche pas de traverser le Rhin à l’occasion pour aller se mettre au vert dans le Rheinpark, l’un des plus grands parcs de la ville.

De retour sur la terre ferme, on peut aller faire un tour au musée du Chocolat, où un parcours pédagogique retrace l’histoire du cacao et les arcanes de la fabrication du chocolat (là aussi, les explications sont en allemand et en anglais). S’il fait frisquet, il peut être sympa de se réchauffer en buvant un chocolat chaud à la cafétéria, avec vue sur le Rhin.

En poursuivant le long des quais, on parvient au Rheinauhafen, l’ancien port, repérable à ses trois impressionnants immeubles en forme de grues, les Kranhäuser.  Aujourd’hui, le nouveau quartier est en plein développement et a vu s’installer des restaurants, des bars et des clubs.

Les quartiers qui bougent

À un jet de tram ou de métro (ou à pied), on rejoint Rudolfplatz, repérable à la Hahnentorburg, une belle porte fortifiée, vestige des anciens remparts médiévaux qui ceinturaient autrefois la cité.

À partir de là, on est libre d’explorer le quartier belge (Belgisches Viertel), appelé ainsi en raison du nom de ses rues, qui font référence à Bruxelles ou aux Flamands. Officiellement désigné comme le quartier branché de Cologne, on y croise hipsters, étudiants et artistes.

Les boutiques au design soigné ne sont, certes, pas particulièrement bon marché, mais vous y dénicherez des objets, des bijoux, des vêtements et des accessoires de créateurs vraiment originaux. Le soir venu, l’animation est au rendez-vous dans les nombreux bars et restaurants, notamment dans la rue Aachener.

C’est aussi du côté de Rudolfplatz que se trouve le quartier gay, surnommé « Bermuda Triangle », avec ses bars, ses restos et ses saunas. Le drapeau arc-en-ciel flotte aussi dans bien d’autres rues de la ville, où vit une importante communauté homosexuelle (la deuxième d’Allemagne, après Berlin).

Enfin, pour sortir, vous pouvez vous rapprocher de l’université en allant vers la Zülpicher Platz, et écumer le quartier étudiant, qui, comme à Paris, s’appelle le Quartier latin (Kwartier Lätang). On peut y grignoter une pizza, un kebab, un falafel ou un gyros, histoire d’être d’attaque avant de passer la nuit en club.

Fiche pratique

Pour préparer votre séjour, consultez notre guide en ligne Allemagne

Office national allemand du tourisme

Office du tourisme de Cologne (Köln Tourismus). Site internet en allemand et en anglais.

Comment y aller ?

Avec le Thalys. Chaque jour, des trains directs relient Paris à Cologne (via Bruxelles, Liège et Aachen), en 3 h 15 environ.

L’aéroport de Cologne-Bonn est desservi par Lufthansa et Germanwings. Trouvez votre billet d’avion pour Cologne.

Se déplacer

Dans la vieille ville, tout est accessible à pied. Si on veut se rendre dans les autres quartiers, on peut utiliser les transports en commun : le tramway et le métro (U-Bahn).

La Kölncard (9 €/jour) permet d’emprunter les transports publics et d’avoir des réductions dans certains musées, restaurants et magasins.

Il est aussi possible de louer des vélos, une bonne manière de découvrir Cologne, qui est équipée en pistes cyclables.

Balades en bateau sur le Rhin (compagnie KD) : https://www.k-d.com/en/home/

Où dormir ?

Trouvez votre hôtel à Cologne

Où manger ?

- Café Feynsinn : Rathenauplatz 7, dans le Kwartier Latäng, le quartier étudiant. Des plats originaux, concoctés avec des produits de qualité et bio, dans un joli décor. Un bon rapport qualité-prix (plats entre 9,90 € et 17,90 €). Le goût est au rendez-vous. Également une belle carte des vins.

- Schmitz : Aachener Strasse 30, dans le quartier belge. De délicieuses quiches, tartes aux légumes, et salades composées pour un prix très raisonnable (comptez 12,60 € pour une grande assiette avec quiche + assortiment de salades). Après avoir fait votre choix au Metzgerei Schmitz, un petit resto installé dans une ancienne charcuterie, vous irez vous asseoir dans au Salon, le café lounge d’à côté. Pour une ambiance animée, restez près du grand bar, et si vous préférez une atmosphère plus calme et cosy, optez pour la salle du fond.

Brasseries & Kölsch

Dans la vieille ville, il ne faut pas manquer de manger dans les grandes brasseries, les Kölner Brauhäusers. Dans un décor rustique, on y goûte aux plats traditionnels : boudin noir (Kölsche Kaviar ou Himmel un Ääd, selon la recette), soupe à la choucroute (Sauerkrautsuppe), saucisses, fèves au lard fumé, etc.

Bien entendu, la boisson « obligatoire » ici, c’est la Kölsch, la bière locale, produite par plusieurs brasseurs et distribuée sous autant de marques. Le breuvage porte le nom du dialecte local, si bien que vous entendrez souvent dire que « la Kölsch est la seule langue du monde que l’on peut boire » ! Ici, pas de gros bocks (on n’est pas en Bavière), mais des verres hauts et étroits, appelés Stangen (environ 1,80 € le verre de 20 cl).

Petit truc à savoir : lorsque vous avez terminé votre verre, n’oubliez pas de placer votre sous-bock dessus si vous ne voulez pas d’une deuxième tournée. Sinon, le serveur vous resservira automatiquement.

Parmi les brasseries :

- Früh am Dom, près de la Cathédrale. Une institution depuis 1904, et l’une des plus grandes brasseries d’Allemagne.

- Peters Bräuhaus, Mühlengasse 1. Plusieurs salles au décor rustique tout en bois, avec une grande verrière colorée à l’arrière. Ambiance traditionnelle garantie.

Festivités

Le Carnaval

Chaque année, Cologne organise le plus gros carnaval d’Allemagne. La saison commence officiellement le 11 novembre à 11 h 11, le 11 étant considéré comme le chiffre des fous. Mais l’essentiel des festivités se déroule au mois de février (l’année prochaine : du 12 au 16 février 2016). Elles s’ouvrent par la Weiberfastnacht, la « journée des femmes », dont le jeu favori est de couper les cravates des hommes. Puis, lors du « lundi des roses », place aux défilés, avec force chars et fanfares ! Le lendemain, a lieu un grand bal. Enfin, le jour des Cendres, les restaurants de la ville servent du poisson.

Christopher Street Day

Le premier week-end de juillet, la communauté LGBT de Cologne célèbre le Christopher Street Day (CSD), une fête commémorant le premier grand soulèvement des homosexuels contre les agressions de la police de New York le 17 juin 1969. Au programme des réjouissances : défilés avec costumes délirants de rigueur, musique à fond, et bonne humeur !

Marchés de Noël

Pendant la période de l’Avent, l’esprit de Noël plane sur la ville, dont plusieurs places sont investies par des marchés de Noël, et même une patinoire, à Heumarkt. Cologne peut aussi s’enorgueillir d’avoir le plus long parcours de crèches du monde.

 

Texte : Olivia Le Sidaner

Mise en ligne :

Allemagne Les articles à lire

Services voyage