Balades dans Varsovie

Balades dans Varsovie
Office National Polonais de Tourisme

Si elle ne possède pas la séduction évidente de Cracovie, la capitale polonaise ravira les amateurs de découverte, de culture et de treks urbains. Faisant cohabiter les styles et les époques, Varsovie est un livre d’histoire à ciel ouvert. Mais loin de se résumer à son passé, Varsovie fait preuve de dynamisme et de créativité. C’est ici que s’invente la Pologne de demain, à découvrir au fil des rues. De belles balades en perspective !

Vieille ville de Varsovie et voie royale

Difficile à croire quand on arpente la vieille ville de Varsovie (Stare Miesto), où le temps semble avoir laissé sa patine sur les demeures d’époque : ce quartier a été entièrement reconstruit à l’identique, de 1949 à 1963, en s’inspirant notamment de tableaux de Canaletto du 18e s ! Le chantier, qui mobilisa la population polonaise, fut une telle réussite que le quartier, peu étendu, est désormais classé au Patrimoine mondial de l’Unesco.

Le château royal (15e s.), dont la reconstruction s’est achevée en 1987, est devenu un musée historique, où l’on peut admirer les fameux tableaux de Canaletto mais aussi des Rembrandt. La balade dans le vieux Varsovie, en passant par la cathédrale Saint-Jean ou la place de la Vieille-Ville (Rynek Starego Miasta), est bien agréable : romantique dans les ruelles tranquilles en hiver, animée en été avec les terrasses de café et les musiciens de rue (festival de jazz de juin à septembre).

Du château royal, une belle promenade s’élance vers le Sud jusqu’aux parcs  Lazienkowski et Wilanow : c’est la Voie royale, qui parcourt la Varsovie monumentale d’antan. Une déambulation à travers les siècles, dont les temps forts sont le Palais présidentiel, l’église de la Sainte-Croix (où se trouve le cœur de Chopin) et la rue Nowy Swiat, avec ses bâtisses néoclassiques, ses boutiques et ses nombreux bars et restos.

Varsovie moderne

En raison de son histoire tragique – la ville a été détruite à 80 % en 1945 –, Varsovie offre un visage particulièrement contrasté au visiteur. Ainsi, au sud de Nowy Swiat, on quitte subitement la ville royale et classique avec les édifices des années communistes imposants de la rue Jerosolimskie. Un héritage des années 1950-1960, dont le fleuron reste le Palais de la Culture et de la Science.

Devenu l’une des icônes de Varsovie, cet énorme bâtiment de 237 m – très controversé – a été financé par l’URSS de Staline pour concurrencer les tours de Manhattan. Mission accomplie. Le palais abrite plus de 3 000 bureaux, des théâtres, un cinéma, une salle de congrès, un resto et même… une piscine ! Beau panorama sur Varsovie depuis la terrasse du 30e étage.

Autre contraste dans le quartier du Palais de Culture (Centrum) : la cohabitation de ce dinosaure communiste avec les rutilants (et tout aussi imposants) gratte-ciel – dont l’un construit par Liebeskind – et centres commerciaux veillant sur la gare centrale. C’est le visage de la Varsovie du 21e s., à l’heure de la mondialisation.

Plus au sud, autour de la place de la Constitution, s’élève le « quartier-modèle » de MDM avec ses larges avenues, ses immeubles monumentaux et ses statues d’ouvriers typiques du réalisme socialiste. Aujourd’hui, le secteur, où l’on trouve pas mal de bars, restos et boîtes, est plutôt sympa pour sortir.

De musée en musée, une capitale de la mémoire

L’histoire – et particulièrement celle du 20e siècle – est partout présente à Varsovie. Dans son urbanisme, son architecture et ses monuments commémoratifs, mais aussi dans ses musées.

En attendant la réouverture totale du musée historique de la Ville (rynek Starego Miasta, 28) qui retrace 700 ans d’histoire, on peut se rendre au musée de l’Indépendance polonaise (al. Solidarnosci, 62) ou au Musée national (al. Jerozolimskie, 3), consacré aux beaux-arts. Parmi les trésors de la collection, il ne faut pas manquer les superbes retables médiévaux polonais ou la monumentale Bataille de Grunwald de Matejko. Autre visite intéressante : le musée de l’Affiche (parc de Wilanow), un genre dans lequel la Pologne excelle.

Très visité, le musée de l’Insurrection de Varsovie (ul. Grzybowska, 79) mérite le détour, tant il retrace de façon convaincante ce terrible épisode de 1944, qui vit la révolte des Varsoviens écrasée par la Wehrmacht sous l’œil impassible de l’Armée rouge. Enfin, on ne saurait que trop vous conseiller l’étonnante Fotoplastikon (al. Jerolozimskie, 51), une rotonde de projection stéréoscopique datant de la fin du 19e s. qui projette des photos de la Varsovie d’antan. Une merveille !

Pour le circuit Varsovie juive, lire notre article sur le musée Polin, consacré aux juifs polonais, qui a ouvert ses portes fin 2014.

Sur les traces de Chopin

Enfant du pays et fierté nationale, Frédéric Chopin (1810-1849) a passé les 20 premières années de sa vie à Varsovie. C’est ici qu’il a découvert la musique et donné ses premiers concerts. Son cœur repose désormais dans l’un des piliers de l’église de la Sainte-Croix, sur la Voie royale.

Outre les circuits Chopin proposés par l’office de tourisme de Varsovie, nous vous recommandons la visite du musée (ul. Okolnik, 1) consacré au compositeur dans le très beau palais baroque Ostrogski. L’expo donne un bel aperçu de la vie et de l’œuvre de Chopin, à l’aide de nombreux documents et de bornes interactives où l’on peut écouter l’œuvre du maître.

Enfin, au pied du monument Chopin du parc Lazienkowski, des concerts gratuits sont régulièrement organisés de mai à fin septembre, dans un cadre délicieusement bucolique.

Parcs et châteaux

Près du quart de la superficie de Varsovie est composé d’espaces verts. Parcs, squares et jardins ponctuent le décor urbain, offrant des oasis de tranquillité au milieu de l’agitation urbaine.

Ancienne résidence d’été du roi Stanislaw Poniatowki, le parc Lazienkowki, à 10 min du centre, est le plus beau parc de la ville. Situé au cœur d’un quartier préservé et résidentiel, il abrite notamment la fameuse statue de Chopin, mais aussi des merveilles baroques ou classiques comme le Palais sur l’eau, l’Orangerie ou le palais Myslewice.

À 8 km au sud, le palais baroque de Wilanow, au cœur du magnifique parc du même nom, recèle des intérieurs et des céramiques d’époque, ainsi qu’une galerie de portraits. Une agréable échappée verte, aux portes de Varsovie.

Praga, le quartier alternatif de Varsovie

Situé de l’autre côté de la Vistule, Praga a été relativement épargné des destructions de la guerre. Ce quartier populaire, où l’on peut humer l’atmosphère du Varsovie d’autrefois, a conservé ses bâtiments d’époque et aussi sa mauvaise réputation. De jour, en restant sur les grands axes, il n’y a toutefois pas de risque à s’y aventurer.

Avec ses loyers abordables, Praga a attiré pas mal de jeunes Varsoviens, artistes ou branchés, qui lui ont donné un petit côté alternatif.

C’est ici (ul. Zabkowska et environs) que l’on trouve des bars branchés, des boutiques alter, des salles de concerts et des centres culturels installés dans des friches industrielles, comme Koneser, Fabryka Trzciny et Soho Factory. Un autre visage de Varsovie, à découvrir.

Fiche pratique

Préparez votre voyage avec notre guide en ligne Pologne

Office de tourisme de Varsovie

Office du tourisme de Pologne

Aller à Varsovie : vols directs avec LOT et Air France depuis Paris-CDG et LOT depuis Nice. Correspondances depuis les autres aéroports français. Trouvez votre billet d’avion.

Trouvez votre hôtel à Varsovie

Bonnes adresses

 Pour manger :

Prze Gryz : ul. Mokotowska, 52. Sympathique café-resto à la déco inventive, à deux pas du centre, pour manger de bons petits plats polonais, cuisinés avec une touché de créativité. Compter 40-60 Zlt (10-15 €) pour un repas.

Warszawa Wschodnia – Soho Factory : ul. Minska, 25. L’adresse qui monte au cœur du quartier alternatif Praga. La carte est franco-polonaise, comme le chef Mateusz Gessler Plats 50-70 Zlt (12-18 €).

Galeria Freta : ul. Freta, 39. Bar-café-resto dans un cadre atypique (bel atrium), où l’on mange une savoureuse cuisine polonaise. Également salle de concerts et d’expos. Une bonne adresse dans le quartier touristique de la vieille ville.

Un café : E. Wedel : ul. Szpitalna, 8. Le meilleur chocolat chaud de Varsovie, à accompagner de pâtisserie.

Blikle : ul. Nowy Swiat, 33. Café réputé de Varsovie, particulièrement pour ses beignets à la rose qui étaient appréciés du général de Gaulle. Une institution, donc.

Un bar : Plan B, pl Zbawiciela. L’une des institutions de la Varsovie nocturne, sur une place très fréquentée. Également le café Charlotte, point de rencontre des branchés locaux et d’autres lieux où sortir dans les environs.

Kulturalna : au rez-de-chaussée du Palais de la Culture et de la Science. Un bar dans le style réalisme socialiste dans l’immeuble phare (mais aussi décrié) du centre de Varsovie. Ambiance jeune et animations culturelles.

Également des bars sur Nowy Swiat (n° 22 -28) et, en été, sur les rives de la Vistule, au sud du pont Poniatowski (chaude ambiance).

Texte : Jean-Philippe Damiani

Mise en ligne :

Pologne Les articles à lire

Services voyage