Envoyer à un ami

Voyager pendant le ramadan

Chaque année pendant un mois (dates variables), tous les musulmans observent le jeûne du ramadan qui correspond au neuvième mois de l'année lunaire, adoptée par la chronologie islamique. Le jeûne commence dès l'apparition de la lune et dure vingt-neuf ou trente jours. Près de 70 % des cinq millions de musulmans de France déclarent observer ce rite du jeûne. À l'étranger, en fonction des pays, le ramadan est plus ou moins scrupuleusement respecté. Entre abnégation et fête, nous vous invitons à mieux comprendre l'un des cinq piliers de l'Islam.

Le jeûne du Ramadan : quatrième pilier de l'Islam

Tout d'abord un peu d'histoire. Le jeûne constitue l'un des cinq piliers (arkân) de l'islam, avec la profession de foi (chahâda), l'aumône légale (zakat), la prière (salât) et le grand pèlerinage à La Mecque (hadj). Il est la prescription la plus suivie par les musulmans, le marqueur identitaire par excellence. Le jeûne est obligatoire à partir de l'âge de la puberté, sauf pour les femmes enceintes, les malades et les voyageurs qui doivent rattraper les jours de Ramadan rompus sous forme d'aumône ou d'un nouveau jeûne.

Cette pratique religieuse est beaucoup plus stricte que le Carême des catholiques qui se termine à midi, puisque le jeûne du Ramadan dure du lever au coucher du soleil et oblige à s'abstenir de nourriture, de boisson, de tabac, de parfums et de relations sexuelles. L'exercice spirituel que représente le jeûne doit démontrer à l'homme sa capacité de se priver pour un temps de ce qui lui semble indispensable.

Mais comme toute pratique rituelle dans l'Islam, le jeûne n'est pas seulement un acte de soumission, il permet à l'homme d'atteindre la piété, de se réaliser spirituellement et de réduire son instinct d'égoïsme. Ce n'est qu'à la nuit tombée que les interdictions tombent, on peut alors manger et boire jusqu'à ce que se distingue le fil blanc de l'aube du fil noir de la nuit.

Le calendrier lunaire

© Patrick de FranquevilleRamadan est, en fait, le nom du neuvième mois du calendrier musulman, comme janvier ou mars dans le calendrier grégorien. Ce calendrier a commencé en l'an 622 de l'ère chrétienne, au moment où Mahomet a quitté La Mecque pour Médine, c'est l'Hégire (qui signifie en arabe l'exode, le départ). Mais il ne fut utilisé que dix ans plus tard, soit en 632. L'année de l'Hégire est une année lunaire, c'est-à-dire basée sur les révolutions de la Lune autour de la terre. Chaque mois - d'une durée moyenne de vingt-neuf ou trente jours - débute dès que le croissant de la nouvelle Lune devient visible. Une année contient donc douze lunaisons, ce qui équivaut à environ 354,3 jours. Comme l'année lunaire du calendrier musulman ne coïncide pas avec le calendrier solaire, le mois du Ramadan se décale chaque année de dix à douze jours par rapport au calendrier occidental et peut tomber en hiver comme en plein été.

Dans la plupart des pays musulmans, le mois sacré commence traditionnellement un jour après l'apparition de la nouvelle lune. Le premier jour est déterminé lors de la " nuit du doute " (leilat e-chek) durant laquelle on observe l'apparition de la nouvelle lune. Il se peut que quelques petites nuances apparaissent entre les différents calendriers islamiques en fonction des pays et de leurs situations géographiques. Plusieurs raisons à cela. D'abord l'absence d'un critère international pouvant confirmer la naissance de la nouvelle lune, ensuite l'usage de modes de calcul divers pour la perception du croissant, enfin en raison des intempéries qui peuvent frapper un lieu où l'on procède à cette perception. C'est la vision oculaire du croissant qui s'impose donc pour pouvoir déterminer le début du jeûne.

Que fête-t-on pendant le mois du Ramadan ?

Le Ramadan est un mois saint : celui de la révélation. C'est, en effet, au cours de ce mois (la vingt-septième nuit, plus exactement) que les premiers versets du Coran, le livre sacré de l'Islam, furent transmis au prophète Mahomet par l'archange Gabriel. Depuis, le Ramadan constitue une période de recueillement individuel et collectif, de prière et d'abstinence qui commémore la révélation faite au prophète. Mais pour les musulmans, le Ramadan n'est pas seulement un mois de jeûne, de piété et de prière, c'est également un mois de convivialité et de fête. C'est l'occasion de retrouvailles familiales et de solidarité. Pour s'en faire une idée, on peut se dire que dans certains pays arabes, c'est un peu comme Noël en Occident, à ceci près que cela a lieu tous les soirs !

Les familles et les amis se rendent visite et veillent tard le soir. Du coucher au lever du soleil, la vie nocturne est alors très intense et offre un spectacle insolite pour le voyageur. Pendant un mois, chaque soir, un rite collectif se déroule, la famille et les amis se réunissent autour de la table dans une atmosphère mi-pieuse, mi-festive embaumée d'épices et de thé à la menthe. On cuisine un peu plus que d'habitude pour l'occasion et tout le monde est le bienvenu, à commencer par les voisins, musulmans ou non, qui prennent part à la fête. On mange consciencieusement les dattes pour rompre le jeûne, puis la chorba en Algérie, l'harira au Maroc (le nom diffère en fonction des pays), soupe riche et nourrissante à base de tomates pelées, d'oignons, de pois chiches, de petits morceaux de viande, et d'épices comme la cannelle, le carvi et surtout la coriandre.

Pour prolonger la soirée, on se retrouve aussi autour de la saffa, semoule accompagnée de sucre et de raisins secs. Le lendemain, le réveil a lieu avant le lever du soleil (en France vers 5h30 en automne). La fin du Ramadan, elle, est marquée par trois jours de réjouissances pour fêter la rupture du jeûne, c'est l'Aïd El Fitr(la rupture du jeûne, en arabe) qui commence cette année le 1er octobre (à un jour près). Pendant les trois jours de l'Aïd, la coutume veut que l'on rende visite aux parents, aux malades, aux vieillards et aux amis. Après la chorba et l'harira du Ramadan, place alors aux pâtisseries pour l'Aïd El Fitr (avant le mouton pour l'Aïd El Kebir). Plus qu'un calendrier lunaire, un véritable calendrier culinaire !

Voyage et Ramadan

© BanjeeSi vous comptez partir pendant le mois du Ramadan dans un pays musulman, sachez que pendant cette période, la vie est transformée, les horaires sont différents et tout fonctionne au ralenti. Cependant, chaque pays ne pratique pas cette obligation religieuse avec la même intensité. Dans la majorité d'entre eux, la plupart des restaurants et certains magasins sont fermés une partie de la journée (en tout cas le midi), mais ouvrent en revanche à partir de 17 h et ce, jusqu'au matin (pour les restaurants !). En dehors des zones touristiques, il peut s'avérer difficile de trouver un restaurant ouvert hormis dans les grands hôtels internationaux, pensez donc à vous renseigner sur place ou auprès des offices de tourisme.

En fin de journée, c'est un spectacle des plus particuliers qui s'offre aux voyageurs. Les gens attablés devant leur repas attendent le signal de la fin du jeûne. Il est souvent difficile de se nourrir si l'on arrive trop tard. À partir de là, l'animation dans les rues reprend et se poursuit tard dans la nuit. Attention, pendant le Ramadan, les banques, postes et compagnies aériennes modifient leurs horaires d'ouverture. Les établissements ferment plus tôt et certains rouvrent en soirée. Cette période peut s'avérer intéressante pour le voyageur puisqu'elle appelle à avoir une démarche plus sociologique du pays, notamment en participant à une rupture du jeûne ou en interrogeant les habitants sur leur religion.

Il y a cependant quelques comportements à éviter qui tiennent avant tout du bon sens et surtout du respect de l'autre. Si aucune obligation n'incombe aux voyageurs en pays musulman, il est toutefois préférable d'éviter de manger dans la rue, ainsi que de fumer dans les endroits où il y a beaucoup de monde, a fortiori si vous êtes une femme (c'est encore plus mal perçu). En effet, cela peut être interprété comme une provocation par certains habitants que le jeûne rend parfois agressifs. Bien sûr, vous demeurez seul juge de ce qu'il vous semble bon de faire ou non. En Tunisie, au Maroc, en Turquie et en Égypte, aucune recommandation particulière exceptée celles que nous venons de mentionner ne sont à respecter.

En revanche, si vous partez en Arabie Saoudite pendant cette période, vous devez savoir que les étrangers non musulmans, résidents ou de passage, seront passibles d'expulsion s'ils mangent, boivent ou fument dans les lieux publics, dans la rue et sur les lieux de travail. Des mesures telles que l'abrogation des contrats de travail et l'expulsion du Royaume seront prises par les autorités compétentes à l'encontre des personnes ne respectant pas ces consignes.
Quoiqu'il en soit, cette période, qui accueille beaucoup moins de touristes qu'en temps normal, est l'occasion de découvrir ou de mieux connaître la culture musulmane et pourquoi pas, d'y prendre part autour d'une grande tablée !

Audrey Turpin